chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Antagonism - Thrashocalypse

Chronique

Antagonism Thrashocalypse (EP)
A l’instar des Etats-Unis la France semble être touchée elle aussi depuis quelques temps par le retour du Thrash (aussi bien moderne qu’à l’ancienne), qu’il provienne de la Bay Area comme des confins de l’Allemagne. Si l’an dernier l’hexagone a vu les sorties réussies d’EXTRAVASION et d’HEART ATTACK, 2018 semble être parti sur les mêmes bases, et comme pour ses derniers le sud semble être un terreau fertile pour ce genre qui retrouve ses lettres de noblesse après une période de vache maigre. Si Toulon est surtout réputée pour sa scène noire extrême et sulfureuse, la ville militaire a vu l’éclosion d’ANTAGONISM qui à peine deux ans après sa formation sort déjà un premier EP particulièrement réussi et à l’énergie contagieuse. Si les membres du groupe ont une moyenne d’âge assez jeune, ceux-ci possèdent déjà une technique impeccable, conjuguée à une vraie qualité d’écriture qui promet déjà pour l’avenir.

Car d’entrée les gars vont placer la barre très haut avec le furieux et excellent « LxOxT » où ils vont déployer toute la panoplie du parfait thrasheur, et privilégier la vitesse histoire de bien mettre les points sur les i. Entre passages rapides et mid-tempo entraînant ce premier morceau passe comme une lettre à la poste tout en reprenant un schéma déjà énormément entendu, mais toujours aussi efficace grâce notamment à un long solo à la fois soigné et joué à l’instinct. Jouant volontairement la carte rétro cette pépite pleine de feeling et aux nombreux roulements de toms a tout ce qu’il faut pour cartonner sur scène, et se retrouve à l’instar de ce qui va suivre portée par une production impeccable, à la fois chaude et équilibrée qui laisse ainsi vivre chaque instrument. Après ce démarrage en trombe le quatuor a décidé de ne pas se répéter, et laisser ainsi une redondance s’installer trop rapidement, du coup « Burning In Syria » (aux paroles très engagées) va miser sur un rythme plus lourd et écrasant, comme pour faire ressentir l’actuel sentiment de peur des habitants du pays. Ici peu de vitesse et pas d’accélération, l’ensemble varie peu mais reste cependant plein de rage et de violence, et montre que même en baissant d’intensité la bande conserve son accroche et sa qualité. A l’instar de « Surgical Strike » qui enchaîne dans la foulée et montre une facette un peu plus remuante et dépouillée, où simplicité rime avec efficacité. Après ce léger ralentissement il est temps de réaccélérer et cela commence avec l’ultra-court « 49.3 » (du nom de l’article tant décrié de la constitution) qui va tabasser pas mal avant d’offrir des parties plus remuantes, qui se révèlent parfaites pour headbanguer comme il faut, avant que le bien-nommé et surprenant « Speed Hammer » ne prenne le relais. En effet l’introduction peut laisser penser qu’on va avoir droit à une balade, vu que la première minute n’est qu’une succession de notes de guitares fines, douces et mélodieuses qui se font très apaisantes, et permettent d’être détendu avant l’arrivée des déferlantes sous forme de nombreuses parties à la double pédale. Oscillant entre le rapide pur et dur et un rythme légèrement plus posé le jeu au pied du frappeur y est d’une précision implacable, à l’instar de ses équipiers qui offrent tout leur éventail musical, et concluent les titres bien à eux de manière aussi diversifiée qu’ils avaient commencé.

Histoire de terminer de la meilleure des manières les varois en profitent pour reprendre fidèlement « Point Of No Return » de HAVOK, qui fait l’unanimité parmi eux, et conclut avec brio leur première livraison très américaine dans l’esprit, sans fautes de goût et qui donne déjà l’eau à la bouche pour plus tard. Sans en faire trop et sans révolutionner un style très balisé ils arrivent cependant à scotcher l’auditeur en continu, et sans le perdre en route, vu la qualité évidente des compositions, leur grande diversité, et surtout le plaisir qu’ils mettent à les jouer et cela s’entend tout du long. En presque une demi-heure les sudistes marquent les esprits et confirment que le Thrash fait un retour en force et en forme dans notre beau pays, et semblent promis à un bel avenir tant on sent un potentiel énorme qui ne manquera sûrement pas de s’affirmer dans les prochaines années, et qu’on a hâte d’entendre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
26/05/2018 16:52
note: 4/5
Jean-Clint citer
Jean-Clint
09/04/2018 13:23
note: 4/5
MoM a écrit : j'ai pu entendre des nouveaux morceaux qui ne sont pas dans leur EP, je peux l'assurer : ils ont déjà gagné en maturité, c'est encore mieux !

Hâte d'écouter ça du coup ! Clin d'oeil
MoM citer
MoM
09/04/2018 13:20
note: 4/5
J'aurais pas dit mieux ! Et en live, j'ai pu entendre des nouveaux morceaux qui ne sont pas dans leur EP, je peux l'assurer : ils ont déjà gagné en maturité, c'est encore mieux !

Puis c'est des bêtes : micros qui lâchent, on s'en fout le bassiste hurle à donf pour assurer la cover d'Angel of Death Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antagonism
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (4)  3.63/5

plus d'infos sur
Antagonism
Antagonism
Thrash - 2016 - France
  

vidéos
Burning In Syria
Burning In Syria
Antagonism

Extrait de "Thrashocalypse"
  

tracklist
01.   LxOxT
02.   Burning In Syria
03.   Surgical Strike
04.   49.3
05.   Speed Hammer
06.   Point Of No Return (HAVOK cover)

Durée : 26 minutes

line up
parution
27 Février 2018

Essayez aussi
Zöldïer Noïz
Zöldïer Noïz
Regression Process

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Kreator
Kreator
Extreme Aggression

1989 - Noise Records
  
Kreator
Kreator
Enemy Of God

2005 - SPV
  
Contorsion
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)

2017 - Autoproduction
  
Slayer
Slayer
Decade of Aggression (Live)

1991 - American Recordings
  

Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique