chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Demonomancy - Poisoned Atonement

Chronique

Demonomancy Poisoned Atonement
Si depuis la sortie de son premier album en 2013, Demonomancy n’est pas resté totalement inactif, on ne peut pas dire qu’il ait non plus fait beaucoup parlé de lui. Il y a bien eu un split en 2016 en compagnie des Finlandais de Witchcraft (fort sympathique au demeurant) ainsi qu’une compilation de ses premiers enregistrements éditée l’année dernière par le label Nuclear War Now ! mais au final on sait tous que ces formats n’intéressent pas grand monde si ce n’est quelques die-hard encore prêts à se ruer sur ce genre d’objets.
L’une des raisons principales à ce manque d’entrain est à rechercher du côté du line-up. Entre 2015 et 2016, Demonomancy aura en effet vu les départs successifs de deux de ses trois membres d’origine laissant alors le dénommé Witches Whipping seul maître à bord. Bien décidé à ne pas en rester là, celui-ci s’est adjoint les services de deux nouveaux mercenaires histoire d’apporter enfin une suite au très bon Throne Of Demonic Proselytism.

Intitulé Poisoned Atonement, ce nouvel album marque la fin d’une longue collaboration entre le groupe et le label californien de Yosuke Konishi. Libre de toute obligation, Demonomancy va alors porter son choix sur Invictus Productions, label irlandais toujours très friand de ce genre de Black/Death occulte et impitoyable (Crurifragium, Ululatum Tollunt, Diocletian...). Pour illustrer cette collaboration, les Italiens ont fait appel à l’un de leurs compatriotes. Un certain Raoul Mazzero connu pour ses travaux sous le nom de View From The Coffin (Cryptic Slaughter, Ekpyrosis, Fuoco Fatuo, Hellish God...). Il livre ici une œuvre tourmentée qui donne une idée assez claire de ce que l’on peut trouver sur ce Poisoned Atonement.

Pour autant, Demonomancy ne figure pas parmi les groupes les plus bas du front que le genre ait porté. Il est même plutôt l’un des seuls à préférer évoluer dans les eaux troubles d’un Black/Death oscillant entre mid-tempo boueux et séquences beaucoup plus musclées (à base notamment de blasts, de tchouka-tchouka endiablés et de soli chaotico-mélodique). Un choix que je trouve relativement intéressant dans la mesure où cela apporte quelque chose que beaucoup d’autres groupes du même genre n’ont pas nécessairement, du groove (à quelques exceptions près comme Archgoat ou Blasphemy par exemple). Vous savez le genre de groove toujours aussi bienvenu, celui taillé pour briser des nuques juste après une bonne séquence menée le couteau entre les dents et la bave aux lèvres. A l’aide d’une production moderne et compacte totalement à contre-pied de ce qui est fait aujourd’hui dans le style (sauf peut-être Archgoat encore une fois), les Italiens vont s’imposer grâce à des compositions parfaitement intelligibles et mémorisables. Des riffs de guitare à la batterie en passant par cette basse qui rappelons-le, n’est pas un instrument facultatif, sans oublier le chant et bien tout y est, de manière parfaitement équilibrée. Certes, le rendu est dans son ensemble très propre (probablement même trop pour certain) et donc moins propice à l’instauration d’atmosphères cryptiques mais du coup, l’efficacité n’en est peut-être que plus immédiate. Pas besoin de trente-six écoutes pour adhérer au propos de Demonomancy qui s’impose par la force des choses dès les premières minutes.

Si vous avez déjà posé vos oreilles sur Throne Of Demonic Proselytism, vous ne serez donc absolument pas dépaysé. Toutefois, il y a fort à parier que vous viendrez à tiquer sur un détail en particulier : le chant. Tout à fait adaptée à la situation, la voix de Witches Whipping ne souffrait jusque-là d’aucun défaut particulier si ce n’est celui de couvrir un seul spectre. Avec l’arrivée de Herald Of The Outer Realm et Cutthroat dans la formation, Demonomancy a fait le choix de multiplier les possibilités. Et pour le coup c’est particulièrement bien vu tant les trois hommes se complètent ici à la perfection. Si cela ne change pas fondamentalement le contenu, la couleur de certains passages voir même de certaines atmosphères s’en trouve quelque peu modifié. Qui s’attendait à retrouver cette courte montée dans les aigus digne d’un King Diamond sur "Fiery Herald Unbound (The Victorious Predator)" ? Ou bien ces chants quasi religieux présentés sous la forme d’échanges entre un prêtre des Enfers et ses quelques disciples sur l’excellent "The Day Of The Lord" ? Personne et je suis moi-même le premier surpris ! Et finalement, l’album est truffé de petits moments de ce genre durant lesquelles les trois musiciens semblent clairement se répondre les uns les autres tout en offrant bien davantage à entendre à commencer par ce chant incantatoire beaucoup moins profond et démoniaque revêtant des atours nettement plus lumineux et possédés ("The Day Of The Lord", "The Last Hym To Eschaton" ou "Fathomless Region Of Total Eclipse", "Nefarious Spawn Of Methodical Chaos"...). Pour ma part, cette vois n’est pas sans me rappeler celle des Belges de Saqra’s Cult ce qui est plutôt un très bon point.

Finalement, ce que la musique de Demonomancy semble avoir perdu en atmosphères suite à ce choix d’une production plus moderne et compacte, elle le compense par un trio de voix assez redoutable qui va amener une aura sulfureuse et démoniaque à l’ensemble. Une fois de plus, Demonomancy n’invente rien mais il est clair que ses remaniements de line-up lui ont été bénéfique tant sa formule s’en trouve aujourd’hui encore un peu plus savoureuse et personnelle. Certains trouveront sûrement le moyen de râler, mettant en cause ces mid-tempos ou bien encore cette production mais quoi qu’ils puissent dire, sachez qu’ils ont tort. Tout simplement. Car oui, il n’y a que du bon à voir changer un peu la donne dans un registre assez peu enclin à toutes idées changement ou de nouveauté.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Demonomancy
Black / Death Metal
2018 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6/10

plus d'infos sur
Demonomancy
Demonomancy
Black / Death Metal - 2008 - Italie
  

tracklist
01.   Intro - Revelation 21:8  (01:12)
02.   Fiery Herald Unbound (The Victorious Predator)  (05:01)
03.   Archaic Remnants Of The Numinous  (06:43)
04.   The Day Of The Lord  (05:58)
05.   Poisoned Atonement (Purged In Molten Gold)  (06:16)
06.   The Last Hymn To Eschaton  (05:38)
07.   Fathomless Region Of Total Eclipse  (05:13)
08.   Nefarious Spawn Of Methodical Chaos  (06:58)

Durée : 43:04

line up
parution
23 Février 2018

voir aussi
Demonomancy
Demonomancy
Throne Of Demonic Proselytism

2013 - Nuclear War Now! Productions
  

Essayez aussi
Dissection
Dissection
Storm Of The Light's Bane

1995 - Nuclear Blast Records
  
Scythian
Scythian
Hubris In Excelsis

2015 - Hells Headbangers Records
  
Lord Belial
Lord Belial
The Black Curse

2008 - Regain Records
  
Unanimated
Unanimated
Ancient God Of Evil

1995 - No Fashion Records
  
Cyanic
Cyanic
Litanies Of Lust Unholy

2012 - Ghastly Music
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique