chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skeletal Remains - Devouring Mortality

Chronique

Skeletal Remains Devouring Mortality
Petit à petit la scène Death old-school devient de plus en plus concurrentielle et homogène, et si les américains occupent une place de choix dans ce style résolument rétro mais toujours aussi efficace, c’est grâce notamment au combo californien qui sans faire de bruit est en train de se montrer de plus en plus incontournable et attendu. Très régulier dans ses sorties et auréolé des excellents retours de ses deux premiers opus (« Beyond The Flesh » et « Condemned To Misery ») le trio restant (qui a fait face encore une fois à un changement de batteur) continue sur sa lancée et ne change rien ou presque dans sa musique et sa manière de composer. Finalement outre l’arrivée d’un nouveau frappeur (le troisième en trois albums) la seule vraie nouveauté proposée par la bande provient de sa signature chez Century Media, ce qui est un vrai pas en avant pour elle au niveau de la distribution et de la visibilité. Car bien qu’ayant fait toute sa carrière chez F.D.A. Rekotz (rebaptisé F.D.A. Records depuis l’année dernière) qui lui a apporté une vraie reconnaissance de la part du public comme des critiques, l’heure est venue pour celle-ci de franchir un palier supérieur et ainsi d’exploser totalement à la face du monde et de se faire connaître auprès des derniers récalcitrants et ignorants.

Nul doute en tout cas qu’elle va y parvenir, tant sa recette bien qu’éculée fait mouche une fois encore, et continue de se bonifier avec le temps car ce nouvel épisode vers un destin doré, est sans nul doute le meilleur qu’elle a produit à ce jour. Car si la base rythmique toujours aussi reconnaissable est sans surprises elle a vu sa densité et son accroche encore s’améliorer, tout en proposant plus de variations et surtout de folie, liée notamment à l’incorporation de Johnny Valles derrière son kit qui se montre totalement déchaîné, et réussi à intégrer sa patte tout en se fondant dans le moule de ces acolytes. Le ton va d’ailleurs être donné d’entrée avec le furibard « Ripperology » qui sans être d’une vitesse folle va scotcher directement par sa lourdeur et sa force de frappe, où l’ensemble se montre à la fois très remuant et entraînant, conjugué à de nombreuses cassures de rythmes pour bien dérouter l’auditeur. Si ce premier titre privilégiait le mid-tempo, le monstrueux « Seismic Abyss » qui s’enchaîne dans la foulée sera tout l’inverse et va au contraire ne pas débander un seul instant, vu qu’ici ce sont les hammerblast, les nombreux roulements de toms, et un tempo excité qui sont mis à l’honneur, bien calés au milieu de riffs entraînants qui font spontanément remuer la tête et les nuques, même les plus hermétiques. Sans temps-mort et particulièrement brutal il montre un quatuor grandement inspiré et bien décidé à en découdre, n’hésitant pas à faire le grand-écart encore plus qu’auparavant, comme c’est le cas avec dans un premier temps « Catastrophic Retribution » où les bpm s’affolent dans tous les sens et jouent les montagnes russes, pour un vrai bonheur auditif où l’on retrouve toute la palette technique des californiens, à l’instar de « Torture Labyrinth ». Ici le démarrage va se faire crescendo et de manière étouffante grâce à une longue introduction massive à souhait, avant ensuite de monter en température et d’exploser par la suite tout en lâchant les chevaux, pour un résultat là-encore parfait et jouissif.

Après une première moitié de disque énormissime la seconde sera plus basique et donnera parfois l’impression de jouer plus en pilotage automatique, notamment avec « Grotesque Creation » et « Parasitic Horrors » qui bien que plus courts et rentre-dedans n’en conservent pas moins une qualité intrinsèque de haute tenue. Car même quand ses créateurs semblent se contenter de reproduire les mêmes schémas qu’exécutés par le passé, le tout est tellement bien composé et mis en place qu’on ne peut que s’incliner devant le travail fourni. Ce sentiment est corroboré avec « Reanimating Pathogen » qui semble reprendre les choses où elles en étaient au début de cette galette, vu qu’on retrouve beaucoup de points communs avec le morceau d’ouverture mais avec suffisamment de subtilités pour ne pas se répéter. Du coup après ce (nouveau) coup d’éclat il est temps d’en conclure par le titre probablement le plus bourrin et énervé intitulé « Internal Detestation » où les blasts sous toutes leurs formes sont plus présents que jamais, tout en ne volant pas la vedette aux nombreuses variations proposées, mais majoritairement speedées.

Du coup il est impossible de rester de marbre devant ce disque à la production impeccable et chaude, qui sera certainement parmi les bilans de fin d’année tant sa durée de vie semble importante, conjugué à un plaisir intact malgré les écoutes multiples. On est donc en présence de gars qui se bonifient avec l’âge, tout en gagnant en technicité sans jamais en faire trop, car outre la voix d’outre-tombe de Chris Monroy qui se fait de plus en plus inquiétante, celui-ci et son compère Adrian Obregon signent des riffs de plus en plus accrocheurs, conjugués aux nombreux solos extatiques qui semblent avoir été torchés et mis en boîte en une seule prise (ce qui pourtant loin d’être le cas). En attendant la venue de GRUESOME et MORFIN pour le courant de l’année ce bijou de Death à l’ancienne a tout ce qu’il faut pour briller chez l’auditeur comme lors des futurs concerts où tout ceci risque de faire très mal. Habitué aux signatures et transferts réussis, le label allemand a eu encore une fois le nez creux en signant le groupe qui a désormais tous les éléments qu’il lui faut pour grandir et devenir le nouveau fer de lance d’un genre décidément éternel qui ne cesse de revenir au premier plan, malgré un âge d’or que l’on croyait perdu à tout jamais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
19/04/2018 09:34
Ta chronique m'a foutu la hype ahah, j'avais pas spécialement prévu de l'acheter, l'extrait "Parastic horrors" m'ayant moyennement convaincu.
J'aime beaucoup Condemned to Misery et ce groupe m'attire une certaine sympathie en plus de ça. Finalement j'ai craqué dessus hier à Gibert.
MoM citer
MoM
17/04/2018 17:43
note: 8.5/10
coreandcoupdate a écrit : Sympa, mais pas un seul plan original dans tout le bousin. 80% de Pestilence, plus du Morgoth, du Death, du Obituary. Faudrait quand même un soupcon d'idée perso de temps a autre! Et c'est un fan de Swedeath qui dit ça! Perso je suis déçu après tout ce que j'avais lu sur le sujet...

Ils ne réinventent pas la poudre, c'est sûr !
Mais, de mon côté, j'aime ce type de son, et je trouve que c'est fait avec goût, alors ça me dérange pas.
Mais, ouais, un prochain qui irait un peu plus loin, comme Warbringer l'a fait avec un Woe to the Vanquished qui sait se démarquer de ses sources, je dis pas non !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
17/04/2018 09:05
Sympa, mais pas un seul plan original dans tout le bousin. 80% de Pestilence, plus du Morgoth, du Death, du Obituary. Faudrait quand même un soupcon d'idée perso de temps a autre! Et c'est un fan de Swedeath qui dit ça! Perso je suis déçu après tout ce que j'avais lu sur le sujet...
satteliteblues666 citer
satteliteblues666
14/04/2018 15:25
note: 9/10
Excellent disque, c'est massif, rentre dedans, très efficace. Je suis d'accord sur le fait que la section rythmique est carrée et redoutable

MoM citer
MoM
14/04/2018 08:55
note: 8.5/10
N4pht4 a écrit : Bien, très bien même. Une sortie inattendue pour ma part apres un album précédent pas mauvais mais banal. La barre est montée de deux crans! Pas tout à fait d'accord avec toi sur les morceaux en autopilot (en particulier parasitic horror qui est très bonne! Surtout le glaviot que lache le chanteur au début, magnifique.)

Mais somme toute la chronique à bien résumé l'album.


Moi non plus j'en attendais rien, car, oui, le précédent je le trouvais également pas super (le premier, en revanche, il a de sacrées qualités).

Mais j'ai envie de rapprocher ce groupe à Warbringer : si auparavant ils ont montré qu'ils avaient des cartes à jouer, ce n'est que par leur dernière production qu'ils dévoilent un jeu vraiment unique. Je sens qu'il parviennent à se défaire de leurs références très marquées pour trouver leur patte !
N4pht4 citer
N4pht4
14/04/2018 07:58
note: 8/10
Bien, très bien même. Une sortie inattendue pour ma part apres un album précédent pas mauvais mais banal. La barre est montée de deux crans! Pas tout à fait d'accord avec toi sur les morceaux en autopilot (en particulier parasitic horror qui est très bonne! Surtout le glaviot que lache le chanteur au début, magnifique.)

Mais somme toute la chronique à bien résumé l'album.
MoM citer
MoM
12/04/2018 14:02
note: 8.5/10
Pour moi, un 8.5 signifie bien la solidité d'un disque qui devrait faire pâlir de jalousie les gars de Pestilence tant Skeletal Remains a su diversifier son jeu et donner dans un style tellement old-school proche d'un Consuming Impulse ! Efficace et redoutable, tellement gourmand dans ses morceaux, c'est un cru qu'on apprécie avec plaisir !

Tout à fait d'accord avec le fait que la deuxième moitié semble un poil moins pêchue, la faute à une première moitié vraiment sans faute - ce léger déséquilibre fait que je ne parviens pas à donner plus que 8.5.

Bref, une très bonne surprise, un album qui fait du bien Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skeletal Remains
Death Old-School
2018 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (6)  8.13/10

plus d'infos sur
Skeletal Remains
Skeletal Remains
Death Old-School - 2011 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 13 Avril 2018

tracklist
01.   Ripperology
02.   Seismic Abyss
03.   Catastrophic Retribution
04.   Devouring Mortality
05.   Torture Labyrinth
06.   Grotesque Creation
07.   Parasitic Horrors
08.   Mortal Decimation
09.   Lifeless Manifestation
10.   Reanimating Pathogen
11.   Internal Detestation

Durée : 44 minutes

line up
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique