chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Grotesquery - The Lupine Anathema

Chronique

The Grotesquery The Lupine Anathema
Alors qu’il vient de faire parler de lui il y’a peu avec son binôme Paul Speckmann, Rogga Johansson continue sur sa lancée en étant comme d’habitude toujours aussi prolifique, cette fois-ci en ouvrant un nouveau chapitre de l’aventure THE GROTESQUERY. En effet après en avoir terminé de sa trilogie il était temps de passer à autre chose au niveau de la thématique comme du label, l’heure était donc venue de quitter Cyclone Empire où le quatuor évoluait depuis ses débuts, pour trouver refuge désormais chez les espagnols de Xtreem Music. Si dorénavant la saga “The Coffin Born Trilogy“ (influencée par Howard Phillips Lovecraft et Edgar Allan Poe) est aujourd’hui close, place désormais à la lycanthropie via des textes et un concept inspiré par “Werewolf Chronicles“ de Rodman Philbrick.

Si en surface cela a changé il ne faut pas s’attendre en revanche à une grande révolution musicale, car le quatuor toujours inchangé continue de balancer un Death monolithique et bas de plafond (mais toujours plus recherché que celui pratiqué avec le leader de MASTER) qui fait du bien par où se passe et permet de se vider la tête sans justement se la prendre. D’ailleurs celui-ci va nous gratifier d’entrée d’un des meilleurs titres de ce nouvel opus, car l’excellent « Under The Curse Of The Full Moon » va offrir toute la panoplie disponible de tempos, passant ainsi d’un démarrage relativement lent à des parties blastées énervées (tout en modulant la vitesse) il offre ainsi une accroche totale sur fond de riffs efficaces et d’une débauche d’énergie que l’on peut saluer (car la suite va parfois en manquer). En effet hormis le très bon et remuant « Wrath Of The Garvulves (By The Eyes Of Moonlight) » (aux nombreux passages brise-nuques et rapides) l’ensemble va progressivement s’endormir un peu, et le train de sénateur pépère prendre un peu trop le dessus par rapport au reste, tout en ayant tendance à proposer des morceaux trop ressemblants et interchangeables. Ce dernier point est d’ailleurs assez flagrant avec les sympathiques « By Feral Ways » et « The Faceless God » qui conservent tous les deux un mid-tempo tranquille où seule l’alternance du jeu au pied du frappeur évite à l’auditeur de tomber dans un demi-sommeil, malgré son côté agréable et entraînant. Et ça n’est pas le banal et classique « The Beast Of The Bayou (Night Of The Rougarou) » qui va inverser la tendance malgré sa durée expéditive (à peine plus de trois minutes montre en main), car il est bien trop basique et en pilotage automatique pour sortir du lot, tout comme « Dark Cry Of The Wolf » qui souffre des mêmes défauts qu’auparavant, en plus de se montrer beaucoup trop répétitif à cause de son dépouillement excessif.

Heureusement la doublette de fin va remettre les pendules à l’heure grâce au retour des accélérations et d’une énergie retrouvée, en premier lieu sur « Ithaqua The Wind Talker » hyper remuant et à l’envie d’en découdre contagieuse, et qui propose surtout de la variation et de la densité qui faisaient cruellement défaut jusque-là, et que l’on va retrouver sur « Bloodcurling Tales » qui clôt les débats. Même si ici on est en présence de la compo la plus longue de cette galette curieusement aucune lassitude ne se fait sentir, il faut dire que les gars ont pris un malin plaisir à faire quelquechose de différent notamment des parties très lentes et froides lors de son démarrage, avant que le tout ne s’accélère et s’alourdisse, avec en prime le retour des parties de batterie mitraillette que l’on est bien content de réentendre. On y retrouve donc tous les éléments présents au démarrage de l’album, pour la même qualité et surtout un plaisir identique fort agréable, et qu’on aurait aimé entendre plus souvent.

Du coup comme pour les sorties précédentes il y’a du bon et du moins bon, car si le tout va à l’essentiel il y’a toujours un certain déséquilibre entre les morceaux plus posés et monotones et ceux plus rapides et inspirés, d’ailleurs ça manque parfois franchement de vitesse et on aimerait que les mecs lâchent un peu plus souvent les chevaux. Néanmoins comme pour ses prédécesseurs l’ensemble tient quand même la route (comme c’est souvent le cas avec les nombreux projets de son prolifique guitariste), Kam Lee malgré les années a un chant toujours aussi reconnaissable (qu’on l’aime ou non) et les titres défilent de manière relativement fluide, ce qui tombe à pic car malgré ses défauts on ressortira le disque de temps en temps de son étagère, histoire de passer un bon moment ce qui est toujours bon à prendre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Grotesquery
Death Metal
2018 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.52/10

plus d'infos sur
The Grotesquery
The Grotesquery
Death Metal - 2009 - Etats-Unis / Suède
  

tracklist
01.   Under The Curse Of The Full Moon
02.   By Feral Ways
03.   Wrath Of The Garvulves (By The Eyes Of Moonlight)
04.   Advent Of The Werewolves
05.   The Faceless God
06.   As Death Dies
07.   The Beast Of The Bayou (Night Of The Rougarou)
08.   Dark Cry Of The Wolf
09.   Ithaqua The Wind Talker
10.   Bloodcurling Tales

Durée : 37 minutes

line up
parution
6 Avril 2018

voir aussi
The Grotesquery
The Grotesquery
Tales Of The Coffin Born

2010 - Cyclone Empire Records
  

Essayez aussi
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Veneration Of Filth

2016 - Memento Mori
  
Centinex
Centinex
Hellbrigade

2000 - Candlelight Records
  
Various Artists
Various Artists
We Are French, Fuck You! (Compil.)

2015 - Triumph Ov Death
  
Atomic Aggressor
Atomic Aggressor
Sights Of Suffering

2014 - Hells Headbangers Records
  
Miseration
Miseration
Tragedy Has Spoken

2012 - Lifeforce Records
  

Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique
Moongates Guardian
Leave the Northern Mountains
Lire la chronique
Absolvtion
Gallow's Destiny (EP)
Lire la chronique
The Negation
The Sixth Extinction (EP)
Lire la chronique
Haunt
Burst Into Flame
Lire la chronique
JXV
Ritual
Lire la chronique