chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Solstice - White Horse Hill

Chronique

Solstice White Horse Hill
Je me méfie de la beauté, qu'elle se trouve dans les choses ou dans les gens. Elle a tendance à être une traîtresse avec moi, à faire taire mon esprit critique, les doutes qui me servent à faire les meilleurs choix, à me prendre en entier et s'en aller comme elle est venue, inaccessible, me laissant un goût de tromperie en bouche. La beauté, ce mirage, que je me fatigue à poursuivre et suis fatigué de suivre, dans les choses ou dans les gens.

Donc, quand je rencontre un album aussi incroyablement beau que celui-ci, je me méfie. Beaucoup. Surtout quand ce dernier coche toutes les cases de la rencontre marquante. Pensez, un groupe que je n'avais plus écouté depuis longtemps – bien que je considère New Dark Age comme un moment important dans ma formation en Doom Metal (obtenue sans mention, restons modeste) – et qui me subjugue à nouveau le long de quarante-six minutes, certes pas si nouvelles pour qui aura écumé la démo To Sol a Thane que reprend et réarrange White Horse Hill, il y a de quoi croire en un nouveau coup de foudre ! Et c'est ce qui s'est passé dès la première lancée de ce nouvel essai : coup de foudre en retrouvant un doom aussi pur, chevaleresque, noblesse du style et noblesse du cœur, cette noblesse qui pousse à vouloir la mériter ; coup de foudre avec la voix de Paul Kearns, qui n'a rien à envier à Morris Ingram, se permet même d'apporter ses nuances propres, braillant d'une voix d'or son autrefois, son ailleurs et son là-bas, jusqu'à envahir l'esprit d'une nostalgie fondante donnant le désir de le catapulter frère angélique et médiéval d'un certain Alan Averill sans chipoter ; coup de foudre avec ces lignes inépuisables de feeling, rythme lent mais cœur fort, mélodies sans temps mort, les moments de calme émerveillant telle une languide session amoureuse, les instants tempétueux nous ahurissant à dos de cheval, guitares, batterie, basse et chant semblant dire en continu « ne regarde pas derrière toi l'ami, le meilleur est à venir ici »... Coup de foudre, en somme.

Je ne me laisserai pas avoir, cette fois ! Éberlué, je cherche la petite bête, celle qui ricane devant mon visage enthousiaste, attend l'heure où apparaître et gâcher la fête. Petite bête, es-tu dans cette répétition de « Beheld, a Man of Straw » que l'on trouve sur « Under Waves Lie Our Dead » ? Te terres-tu dans cette durée, dont je trouverai à terme le plaisir trop court ? Ou peut-être es-tu dans ce simulacre qu'est l'apparence, belle au premier abord mais que les écoutes multiples finissent par montrer guindée, trop classique, trop facile, aguicheuse mais sans fond ? Impossible de te trouver, petite bête ! Tu es bien en vérité beauté : ton classicisme a la magnificence des légendes à lire au coin du feu, l'imaginaire pris dans une sensation où les histoires se mêlent à l'Histoire ; ta durée te va bien, donnant à ta lumière toute la latitude pour aveugler sans se diluer ; tes répétitions sont savoureuses car inlassables. Que puis-je trouver à reprocher à ce disque, qui ne change pas la donne d'une frise chronologique établie avant lui et qui sera encore maintes fois reprises, mais rarement avec le même talent ? Le doom metal épique est cela, sera toujours cela, ce battement régulier et nerveux où l'organe ne change pas d'un homme à un autre, seulement l'envie de batailler, d'atteindre son autrefois, son ailleurs et son là-bas en passant par son là-haut, en guise de différence fondamentale. Et White Horse Hill, scolaire pour les uns, exemplaire pour les autres, le montre d'une façon qui ne s'étiole jamais, ne donne jamais à y redire.

Ai-je encore mon esprit ? Je reconnais que ces riffs ont des décennies derrière eux, qu'ils feront bailler ou rire ceux qui pensent que le doom est une question de tristesse, de noirceur, de blues avant d'être un vecteur – le meilleur – pour la mise en scène des émotions. Solstice, noble, altier, valeureux Solstice, fera bouder les amateurs d'exploration d'albums lents et lourds où la lampe frontale est conseillée. Rien de neuf en somme ! Juste une beauté inattaquable, conquérante, que je ne suis pas prêt d'arrêter de poursuivre. Tant pis, je me suis encore fait avoir...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

fayfay citer
fayfay
29/04/2018 12:13
Pour info, Il reste une centaine d'exemplaires du vinyle/1000 pressés après 48 heures!

Chez Iron Bonheead.
AxGxB citer
AxGxB
24/04/2018 16:23
note: 8.5/10
Très belle chronique pour un album effectivement superbe. Très bon retour des Anglais.
MoM citer
MoM
22/04/2018 15:31
Après, je ne dis pas que l'album est mauvais, mais c'est une beauté qui ne m'atteint pas du tout ainsi proposée.

Funeral Circle c'est pas du tout ma came. J'ai testé et la voix me laisse direct sur le carreau... Désolé Sourire
Ikea citer
Ikea
22/04/2018 10:39
note: 8.5/10
Si on doit vraiment jouer au jeu des 7 différences, il est vrai qu'on est ici davantage dans la clarté et le chevaleresque, là où "New Dark Age" avait un petit côté sorcier (pas de référence à HPL cette fois, à ma connaissance). Je ne sais pas si ça me plaît plus ou moins qu'avant, je trouve ici une certaine humanité qui apporte un plus intéressant (le chant, moins mis en avant mais aussi plus nuancé, comme dit dans ma chronique). Et puis merde, c'est beau.

T'as essayé Funeral Circle au fait ? Tu trouveras peut-être ce grain dont tu parles, plus désespéré et sombre (chronique sur le site) !
MoM citer
MoM
22/04/2018 08:19
Je me suis dit "Wouah genre un album de Solstice, énorme !"

Puis j'ai écouté...
Je trouve le mix super clair, moi qui ai apprécié les tonalités sombres et désespérées des deux premiers albums. New Dark Age est lourd dans ses riffs, et la voix est en retrait juste ce qu'il faut pour être à la fois cohérente, mais pour aussi se démarquer de l'ensemble.

Là, j'ai le sentiment qu'on a perdu ce grain. La musique reste superbe, je ne dis pas le contraire, mais ce n'est pas ce que je recherche dans leur style Sourire
#VieuxCon Gros sourire
fayfay citer
fayfay
21/04/2018 21:57
Une leçon.

Et alors ce chant.
Ça a été un grand Oui dès la première écoute.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Solstice
Epic Doom Metal
2018 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (7)  8.54/10

plus d'infos sur
Solstice
Solstice
Epic Doom Metal - 1990 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   III
02.   To Sol a Thane
03.   Beheld, a Man of Straw
04.   White Horse Hill
05.   For All Days, and for None
06.   Under Waves Lie Our Dead
07.   Gallow Fen

Durée : 46 minutes 33 secondes

line up
parution
6 Avril 2018

Essayez aussi
Doomsword
Doomsword
The Eternal Battle

2011 - Dragonheart Records
  
Cardinal Wyrm
Cardinal Wyrm
Cast Away Souls

2016 - Svart Records
  
Crypt Sermon
Crypt Sermon
Out of the Garden

2015 - Dark Descent Records
  
Funeral Circle
Funeral Circle
Funeral Circle

2013 - Shadow Kingdom Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique