chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Obsessed - Sacred

Chronique

The Obsessed Sacred
Toi l’amateur de doom, tu connais forcément les ricains de The Obsessed, des vieux de la vieille qui ont planté leur tente dès 1980 et qui, depuis, n’ont quasiment jamais cessé de partir en chasse sur le chemin des ancêtres, creusant année après année le sillon d’un style usé jusqu’à la corde depuis Black Sabbath, Saint Vitus et consorts. Sauf une pause de 10 ans aux détours des années 2000, la bande à Wino s’est toujours inscrite dans la droite ligne des canons du genre, en ne pondant toutefois que 4 albums, leur préférence allant plutôt au format bancal du single. Sacred, leur dernier bébé, ne déroge pas à la règle.

12 titres pour 43 minutes, le doom de the Obsessed privilégie le format bref et les envolées heavy, gorgées de feeling, de groove, de gros rock, d’alcool fort et de dope bon marché. Car le doom ici proposé n’est en fait qu’un alibi ; un leitmotiv pour jouer du rock sudiste pleinement goudronné (Sodden Jackal ; It’s only money, reprise assez pauvre de Thin Lizzy… ; Be the night) que la voix chaude et enfumée de Wino embarque pour une traversée du désert (Haywire). Parsemés de soli heavy ou hard rock (Sacred ; Haywire), selon les moments, les titres évoluent gentiment, dans des schémas très accessibles, très purs finalement (Perseverance of Futility ; Be the night), mais aussi parfois à la limite du FM (Punk Crusher). La légende Lynyrd Skynyrd n’est jamais très loin (Sacred ; On so long), les mauvais relents Bon Jovi non plus hélas.

Cet album partage. L’impression de facilité qui en ressort, la paresse de certains soli, de certaines structures renvoient une image assez lascive du The Obsessed nouveau cru. Comme si Wino, sur des rails, avait décidé de ne plus s’emmerder la vie avec le grand cirque rock. On pourra le regretter tant les morceaux passent finalement assez bien l’épreuve du temps, les écoutes successives laissant apparaître un feeling de « saloon » plaisant, certes toujours facile (Razor Wire ; My Daughter my sons), mais néanmoins suffisamment rempli de testostérone et de moments forts pour satisfaire ton petit cœur de rebelle (les beaux soli sur Sacred, qui servent de pont, de relance dynamique et qui finissent, sur la fin du titre, par remplir tout l’espace sonore dans un rythme élevé ; le départ agressif de Haywire, hard rock survitaminé ; le départ lourd et un brin mystique de Stranger Things, très beau).

Sacred doit, à mon sens, s’apprécier comme une série Z, une envie de légèreté, un truc dont tu sais pertinemment qu’il ne révolutionne rien du tout, qu’il ne va pas enrichir ta culture mais avec lequel tu vas passer un bon moment, tranquille, un bon verre à la main, près d’un barbecue (l’instru Cold blood ; My Daughter my sons ; Crossroader). Ce n’est déjà pas si mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Obsessed
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (14)  7.84/10

plus d'infos sur
The Obsessed
The Obsessed
Doom - 1980 - Etats-Unis
  

vidéos
Sacred
Sacred
The Obsessed

Extrait de "Sacred"
  

tracklist
01.   Sodden Jackal  (04:23)
02.   Punk Crusher  (03:43)
03.   Sacred  (05:11)
04.   Haywire  (02:24)
05.   Perseverance of Futility  (04:02)
06.   It's Only Money (Thin Lizzy cover)  (02:34)
07.   Cold Blood 04:47 i
08.   Stranger Things  (06:21)
09.   Razor Wire  (03:32)
10.   My Daughter My Sons  (03:34)
11.   Be the Night  (02:11)
12.   Interlude  (00:27)

Durée : 43:09

line up
parution
7 Avril 2017

Essayez aussi
Funeral
Funeral
Oratorium

2012 - Grau Records
  
Anguish
Anguish
Magna Est Vis Siugnah

2018 - High Roller Records
  
Candlemass
Candlemass
Candlemass

2005 - Nuclear Blast Records
  
Godgory
Godgory
Way Beyond

2001 - Nuclear Blast Records
  
Green Carnation
Green Carnation
A Blessing In Disguise

2003 - Season Of Mist
  

Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique
Moongates Guardian
Leave the Northern Mountains
Lire la chronique
Absolvtion
Gallow's Destiny (EP)
Lire la chronique
The Negation
The Sixth Extinction (EP)
Lire la chronique
Haunt
Burst Into Flame
Lire la chronique
JXV
Ritual
Lire la chronique