chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Totalselfhatred - Solitude

Chronique

Totalselfhatred Solitude
Eh bah mince alors, eux aussi ils sont de retour ! Les champions de la déprime qui nous avaient laissés sans nouvelles depuis 2011. 7 années que les Finlandais nous faisaient languir, sans la moindre sortie, ni EP, ni demo, ni album live ou quoi que ce soit. Bon, c’est vrai, nous avons été moins nombreux à trouver le temps long cette fois-ci qu’entre le premier et le deuxième album. Là, il n’y avait eu que trois ans d’attente, mais comme nous attendions impatiemment la confirmation des fabuleux débuts, nous nous languissions. Et avions été déçus. On attendait trop de TOTALSELFHATRED et Apocalypse in your Heart subissait trop la comparaison. Il faut dire que l’éponyme était sorti au bon moment, en 2008, alors qu’on n’était pas encore trop lassé du black dépressif. D’autant que lui, il apportait une autre saveur. Il avait des mélodies entrainantes mais aussi une certaine puissance suffisamment contenue pour rester dans les Ténèbres. Il était foncièrement sombre et a véritablement marqué son époque.

10 ans ont passé et c’est à nouveau chez le Français d’Osmose Production que sort le troisième opus. Ce qui se remarque tout de suite dans ce Solitude, c’est le nombre de pistes. 5 uniquement alors que le groupe nous avait habitué à 7 auparavant. Moins de pistes, mais cela n’a aucun impact sur la durée totale : plus de 40 minutes de jeu. Les morceaux font effectivement tous entre 8 et 9 minutes. Ce n’était pas la peine de les étirer autant.

Bien entendu, on est d’abord heureux de retrouver une formation qui a compté, mais elle n’a plus la force et le charisme es débuts. Certes, les compositions touchent, mais justement elles font bien trop dans le mélo. Elles suent le pathos, exagérément. Elles nous tartinent le corps de miel, mais à un point tel qu’on tombe à plusieurs reprises dans un mièvre désagréable. Ah là là, ces longs passages instrumentaux lassants qui n’en finissent pas. Ça veut faire sortir les larmichettes et alors ça s’applique à être tristoune. « Pleure, pleure, sois ému, pleure !!! ». Les riffs lumineux sont de sortie et ils ouvrent en grand les fenêtres de la douce mélancolie.

Mièvre et un mot dur, et c’est vrai que c’est difficile de définir la limite entre le mièvre et le torturé. Pas dans cet album de TOTALSELFHATRED. La frontière est allègrement dépassée. Au lieu de sentir la torture, le désespoir, la misanthropie ou le mal-être, on ressort de l’album avec l’impression d’être mort mais d’être passé par la Sainte Porte scintillante du paradis. On est léger, on est rassuré, on est serein. Oui, serein. TOTALSELFHATRED nous accompagne vers une renaissance salvatrice. Il purifie notre âme qui pourrissait péniblement. Alors au lieu de nous donner envie de nous taillaider les veines, il nous incite plutôt à pleurer doucement dans les bras de notre voisin, à le regarder, à l’aimer...

Cela peut convenir à un public. Personnellement je n’accroche pas, il me manque vraiment de la noirceur, ne serait-ce qu’un petit équilibre. Ici, seuls les vocaux apportent un semblant de violence, mais pas en assez grande quantité pour me convaincre...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Totalselfhatred
Black Metal Lumineux
2018 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  6.38/10

plus d'infos sur
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Black Metal Lumineux - 2005 - Finlande
  

nouveaute
A paraître le 27 Avril 2018

tracklist
01.   Solitude MMXIII
02.   Cold Numbness
03.   Hollow
04.   Black Infinity
05.   Nyctophilia

Durée : 42:18

voir aussi
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Totalselfhatred

2008 - Ordo Decimus Peccatum
  
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Apocalypse In Your Heart

2011 - Osmose Productions
  

Essayez plutôt
Germ
Germ
Escape

2016 - Prophecy Productions
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast