chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rammstein - Reise Reise

Chronique

Rammstein Reise Reise
J'ai découvert RAMMSTEIN sur Youtube, avec la vidéo de leur légendaire concert de juillet 2005 dans les Arènes de Nîmes. J'ai écouté ce live en boucle pendant plusieurs semaines. Même sans les effets pyrotechniques (qui me laissent en fait plutôt froid), cet énorme concert fait ressortir toutes les qualités des trois derniers albums de RAMMSTEIN à l'époque : Mutter, Reise Reise et même le décrié Rosenrot, dont les pièces maîtresses révèlent tout leur potentiel en live.

Comme de nombreux fans, je me suis ensuite intéressé au début de la carrière des Berlinois, les deux premiers albums, plus brut de fonderie et plus franchement Indus que les trois suivants ayant finalement ma préférence. Mais cela se joue à pas grand chose et si je mets volontiers un 10 de coeur à Herzeleid et Sehnsucht, j'aime également la plupart des titres de Mutter et Reise Reise.... c'est après que ça se gâte.... mais j'en parlerai peut-être une autre fois.

Quand on analyse la discographie de RAMMSTEIN avec le recul des ans, l'ère qui s'étend de Sehnsucht à Reise Reise ressort clairement comme leur âge d'or. C'est la période inspirée du sextet, celle où ils doivent consolider leur fanbase, conquérir de nouveaux territoires, donner des concerts fous avec toujours plus de pyrotechnie et de mise en scène, se mondialiser, développer et enrichir leur style, continuer à surprendre sans cesse et maintenir la cohésion d'un groupe à six malgré les égos et tentations solitaires de certains membres (et tout particulièrement Richard Z. Kruspe). Les Allemands sont portés par leur muse et furieusement inspirés. Pleinement confiants et poussés par leur succès, ils font évoluer leur style. RAMMSTEIN conserve ses bases : riffs écrasants, effets Electro appuyés, chant en Allemand, style martial, compos collectives et massive, mais la technique est bien meilleure, les arrangements plus riches, la production plus léchée et dense. Enfin, RAMMSTEIN ajoute des tonalités nouvelles, des expériences : on citera bien sûr l'apparition des ballades, mais on notera également celle des co-interprétations avec des guest ("Moskau" avec Viktoria Fersh) et de l'acoustique (sur l'exceptionnel "Los" dont la version live met particulièrement en avant la recherche de simplicité contrastant avec le contenu habituel). Ces respirations font ressortir l'aspect brutal et mastoc des morceaux les plus lourds des albums : sur Reise Reise, le morceau titre qui ouvre l'album dans un crescendo, suivi du monstrueux (au propre comme au figuré) "Mein Teil" et ses différents niveaux de lecture (que l'interprétation live fait parfois oublier, se concentrant sur l'histoire de cannibalisme qu'on retrouve également dans le vidéo clip), "Dalai Lama" et "Kein Lust" et le mid tempo "Stein Um Stein". Au milieu de cet ensemble, la pochade "Amerika" et l'anecdotique "Moskau" m'ont toujours laissés de marbre. En revanche, je trouve que les deux ballades qui clôturent l'exercice, "Ohne Dich" et "Amour" plus réussite que celles de Mutter, plus cohérentes, plus harmonieuses.

Souvent considéré comme une version bis et moins audacieuses de Mutter, ne serait-ce qu'avec l'illustration de sa pochette (une boite noire) qui va beaucoup moins loin que celle du précédent opus (un bébé mort dans le formol), on peut voir dans Reise Reise l'amorce de la transition radicale que sera Rosenrot. C'est à mon sens un disque intéressant, gavé de bons moments, mais avec une prise de risque moindre et pas de surprises aussi fortes que pour les précédentes sorties. Les Allemands font un bon disque mais semblent avoir mis de côté un peu de leur audace et de leur inventivité, soit que le processus de décision devient vraiment trop compliqué, soit qu'ils passent plus de temps à imaginer leurs spectacles que leurs disques, ou qu'ils construisent les deux simultanément, pensant la musique comme un support au show scénique. Quoi qu'il en soit, ce disque marque pour moi la fin de la belle époque de RAMMSTEIN. La suite n'étant clairement plus à la hauteur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
25/04/2018 17:35
note: 8.5/10
Jean-Clint a écrit : Incontestablement l'album le plus varié et diversifié des allemands, avec des morceaux imparables notamment sur la première moitié du disque. Après ça s'essouffle un peu sur la suite et ça manque aussi de grosses guitares et du côté Indus si typique à leur son. Sans atteindre le niveau de ses prédécesseurs ça reste quand même très bon, et bien meilleur que la suite ...

Roooh... Pour ma part c'est surtout la fin que je trouve magnifique.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/04/2018 12:52
note: 7.5/10
Incontestablement l'album le plus varié et diversifié des allemands, avec des morceaux imparables notamment sur la première moitié du disque. Après ça s'essouffle un peu sur la suite et ça manque aussi de grosses guitares et du côté Indus si typique à leur son. Sans atteindre le niveau de ses prédécesseurs ça reste quand même très bon, et bien meilleur que la suite ...
gulo gulo citer
gulo gulo
25/04/2018 12:02
note: 8.5/10
Personnellement considéré comme une version bien plus fine, gracieuse et émouvante de Mutter ^^
Y a pas photo.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rammstein
Metal Industriel
2004 - Motor Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (8)  7.34/10

plus d'infos sur
Rammstein
Rammstein
Metal Industriel - 1994 - Allemagne
  

vidéos
Mein Teil
Mein Teil
Rammstein

Extrait de "Reise Reise"
  
Keine Lust
Keine Lust
Rammstein

Extrait de "Reise Reise"
  
Ohne Dich
Ohne Dich
Rammstein

Extrait de "Reise Reise"
  

tracklist
01.   Reise, Reise  (4:12)
02.   Mein Teil  (4:33)
03.   Dalai Lama  (5:39)
04.   Keine Lust  (3:43)
05.   Los  (4:24)
06.   Amerika  (3:47)
07.   Moskau (avec Viktoria Fersh)  (4:17)
08.   Morgenstern  (4:00)
09.   Stein Um Stein  (3:53)
10.   Ohne dich  (4:32)
11.   Amour  (4:51)

Durée : 47:51

voir aussi
Rammstein
Rammstein
Herzeleid

1995 - Motor Music
  
Rammstein
Rammstein
Mutter

2001 - Universal Music
  
Rammstein
Rammstein
Rammstein : Paris (DVD)

2017 - Vertigo
  
Rammstein
Rammstein
Lichtspielhaus (DVD)

2003 - Universal Music
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast