chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sacred Reich - The American Way

Chronique

Sacred Reich The American Way
C’est avec The American Way que Sacred Reich a véritablement entamé son tournant vers un Thrash encore un peu plus groovy mais surtout aux cavalcades nettement moins nombreuses qu’auparavant. Tournant d’ailleurs confirmé quelques années plus tard avec la sortie des sympathiques mais néanmoins pas vraiment indispensables Independant (1993) et Heal (1996). Une amorce qui vient donc quelque peu trancher avec l’excellent Ignorance mais qui étonnamment n’aura pas su effrayer les auditeurs de l’époque puisque ce deuxième album réussira tout de même à faire une entrée dans les charts US, se positionnant ainsi à la 153ème place du top 200. Ça vaut bien évidemment ce que ça vaut mais combien d’albums de Thrash ont réussi à se hisser dans ce genre de top ? Bien peu à mon avis.
Paru en 1990 sur Metal Blade Records, The American Way voit les mêmes protagonistes que sur Ignorance et Surf Nicaragua reprendre du service. Ainsi, outre les membres de Sacred Reich qui n’ont pas changé depuis la sortie du premier album en 1987, on retrouve également une fois de plus messieurs Bill Metoyer et Paul Stottler respectivement en charge de la production et de l’artwork. Ce dernier absolument sans équivoque en dit encore long sur l’état d’esprit des Américains et sur leur vision de la politique de leur propre pays. Un esprit critique qui, et je l’ai déjà dit, n’a jamais cessé d’habiter le groupe de Phoenix et en particulier le sympathique Phil Rind qui encore aujourd’hui ne semble pas avoir sa langue dans sa poche.

Si la production du patron du studio Skull Seven (studio d’enregistrement fondé en 1995 ayant notamment travaillé sur les remasterisations d’albums de groupes tels que Flotsam And Jetsam, Omen, Fates Warning, Agent Steel ou bien encore Hirax) n’a pas spécialement évolué depuis le premier album du groupe en 1987 (un son très naturel, témoin de cette grande époque et qui encore aujourd’hui ne souffre pas particulièrement des affres du temps), il y a néanmoins une chose sur laquelle on ne peut que s’accorder à l’écoute de The American Way, c’est bel et bien la baisse de régime relativement significative de l’ensemble. Un constat que l’on va pouvoir dresser d’entrée de jeu, dès l’écoute de "Love... Hate", un excellent opener qui en dépit de cette cadence effectivement revue à la baisse joui cependant d’un riffing tout en nerf. Alors on pourrait effectivement se dire qu’il ne s’agit que du premier titre et que les choses vont bien finir par s’accélérer par la suite. Sauf que non, ce n’est pas vraiment le cas. De "The American Way" à "The Way It Is" en passant par "Crime Against Humanity", "State Of Emergency" ou encore "Who’s To Blame" et ses airs de power ballade, Sacred Reich a en effet quelque peu revu sa copie pour un résultat beaucoup plus enclin au mid tempo. Fort heureusement, le groupe ne renie pas ses origines et c’est avec grand plaisir que l’on trouve encore quelques accélérations particulièrement bienvenues comme sur "Crimes Against Humanity" à partir de 3:21, la seconde partie bien en jambes de "State Of Emergency" à partir de 3:32 ou encore le très bon "I Don’t Know", titre particulièrement direct qui va venir apporter un sérieux coup de fouet à l’ensemble avant que Sacred Reich ne viennent clôturer l’album sur l’étonnant "31 Flavors".

Si j’aime que mon Thrash soit fait de cavalcades à n’en plus finir, de solos à vous crever les tympans ou à vous hérisser le poil et de riffs à se baiser les cervicales et que l’équation "Thrash" et "mid tempo" est souvent pour moi source d’une très grande méfiance, force est de constater que ce deuxième album, avec ses airs de disque beaucoup plus plan-plan, n’en reste pas moins bourré de très bons morceaux au riffing toujours extrêmement bien sentis. Simple mais d’une efficacité à toute épreuve, le travail de Wiley Arnett et Jason Rainey n’a pas à rougir lorsque l’on entend des titres tels que "Love... Hate", "The American Way", "Crimes Against Humanity", la seconde moitié de "State Of Emergency", "I Don’t Know" ainsi que tous les excellents solos qui ponctuent ce deuxième album ("Love... Hate" à 2:16, "The American Way" à 2:20, "The Way It Is" à 3:08, "Crimes Against Humanity" à 2:53, "Who’s To Blame" à 1:42 et "I Don’t Know" à 2:02). Le duo fait une fois de plus preuve d’un certain talent et vient quelque peu rassurer ceux qui comme moi trouvaient le riffing de Surf Nicaragua plus quelconque en dépit de (très) bons moments.

Album de la transition, celle dans les années 90 et celle vers un Thrash plus groovy, The American Way symbolise en quelque sorte le début de la fin pour Sacred Reich dont les albums suivants n’atteindront jamais le niveau d’un Ignorance encore porté aux nues aujourd’hui. Entre le choix de s’orienter vers un Thrash mid tempo loin de satisfaire aux exigences des amateurs de tchouka-tchouka purs et durs, l’arrivée dans une époque où le Thrash était loin d’être en odeur de sainteté et le ton léger voir parfois hors de propos de Sacred Reich (le refrain un brin niais de "The Way It Is" ou le bien-pensant et ultra funk "31 Flavors" sur lequel Phil Rind s’évertue sur fond de saxophone et de guitare qui cocotte à nous balancer des trucs du genre : "Vanilla is smooth chocolate is kickin'. Strawberry is sweet all deserve a hearty lickin'. Have em all three scoops piled high. Variety is the spice of life", "So don't be an ignorant fool. There's so much music for you to choose. So don't just be a metal dude it's cool fool"), il est aisé malgré toutes les qualité de ce deuxième album de comprendre pourquoi le groupe n’a pas su ni même réussi à capitaliser sur le succès de ce qui restera son meilleur album à ce jour, l’excellent Ignorance.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
25/05/2018 09:23
note: 8/10
Merci beaucoup Sourire
Oui, c'est vrai, les guerres de chapelles étaient légions à cette époque et il y a toujours eu dans le Thrash de cette époque un côté fun assumé en parallèle d'une critique de la société toujours très présente. Et au final, même si les paroles sont un brin naïves, je l'aime bien ce morceau.

Quant à "Independant", je l'aime bien moi aussi mais si quand je veux écouter Sacred Reich, je préfère toujours me tourner vers les deux premiers, sans hésiter. Chronique à venir histoire de compléter la discographie Clin d'oeil

hammerbattalion a écrit : Excellente kro mec, une fois de plus... Je le mets aussi dans le top 10 du thrash, avec Act III de Death Angel d'ailleurs.

Excellente kro, mais, je vais encore faire mon râleur, c'est vrai que les paroles du dernier morceau sont un peu cucul sur les bords, mais on est en 1990, soit tu est thrash, death, heavy, soit tu es glam pour nos chapelles, soit tu es de la merde. Je trouve donc que c'est un beau message de tolérance, même si je ne l'ai jamais appliqué moi-même Sourire.

J'ai radoté çà des dizaines de fois sur un site concurrent et disparu, 1990 EST l'année thrash épicestou.

Deuxième chose, j'échange volontiers Independent(la tronche de mes parents quand je me suis pointé avec le t shirt) et Heal contre tout ce qui sort depuis 25 ans dans le style. Et contre aussi, au hasard: Divine Intervention, I Hear Black, The Ritual et j'en oublie!

Surtout Independent d'ailleurs, putain d'album, une tuerie.
hammerbattalion citer
hammerbattalion
25/05/2018 01:57
note: 10/10
Excellente kro mec, une fois de plus... Je le mets aussi dans le top 10 du thrash, avec Act III de Death Angel d'ailleurs.

Excellente kro, mais, je vais encore faire mon râleur, c'est vrai que les paroles du dernier morceau sont un peu cucul sur les bords, mais on est en 1990, soit tu est thrash, death, heavy, soit tu es glam pour nos chapelles, soit tu es de la merde. Je trouve donc que c'est un beau message de tolérance, même si je ne l'ai jamais appliqué moi-même Sourire.

J'ai radoté çà des dizaines de fois sur un site concurrent et disparu, 1990 EST l'année thrash épicestou.

Deuxième chose, j'échange volontiers Independent(la tronche de mes parents quand je me suis pointé avec le t shirt) et Heal contre tout ce qui sort depuis 25 ans dans le style. Et contre aussi, au hasard: Divine Intervention, I Hear Black, The Ritual et j'en oublie!

Surtout Independent d'ailleurs, putain d'album, une tuerie.
AxGxB citer
AxGxB
23/05/2018 00:59
note: 8/10
En effet... C'est corrigé, merci Clin d'oeil
ElGdlMuerte citer
ElGdlMuerte
22/05/2018 20:27
note: 10/10
Pour moi, dans le top 10 du Thrash toute époque confondue ! Un album qui me prend aux tripes...
Mais sinon ils ne sont pas Texans, ils viennent de Phoenix en Arizona ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sacred Reich
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  10/10
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Sacred Reich
Sacred Reich
Thrash - 1985 - Etats-Unis
  

vidéos
The American Way
The American Way
Sacred Reich

Extrait de "The American Way"
  

tracklist
01.   Love...Hate  (04:08)
02.   The American Way  (03:41)
03.   The Way It Is  (04:58)
04.   Crimes Against Humanity  (06:17)
05.   State Of Emergency  (06:20)
06.   Who's To Blame  (03:40)
07.   I Don't Know  (03:14)
08.   31 Flavors  (03:27)

Durée : 35:45

line up
parution
15 Mai 1990

voir aussi
Sacred Reich
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)

1988 - Metal Blade Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Heal

1996 - Metal Blade Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Ignorance

1987 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Gammacide
Gammacide
Victims Of Science

1989 - Wild Rags Records
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Issue VI

2005 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Shovel Headed Kill Machine

2005 - Nuclear Blast Records
  
Heathen
Heathen
Victims Of Deception

1991 - Roadrunner Records
  
Sacrilege
Sacrilege
Within The Prophecy

1987 - Under One Flag
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique