chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vacivus - Temple Of The Abyss

Chronique

Vacivus Temple Of The Abyss
Sorti à l’automne 2017, ce premier album des Anglais de Vacivus aurait dû figurer dans ces colonnes depuis déjà belle lurette. Mais bon, je ne vais pas non plus m’excuser d’avoir pris le temps d’autant que vu le nombre de lectures ridicules que compte Rite Of Ascension chroniqué ici-même début 2016, je ne suis pas certain que le groupe intéresse grand monde. Remarquez, maintenant que les Anglais sont signés chez Profound Lore Records, cela pourrait peut-être changer...
Intitulé Temple Of The Abyss, ce premier album fait suite à une démo et deux EPs dont le dernier en date, paru l’année dernière sur Goatprayer Records, est complètement passé sous mon radar. Ce qui toutefois n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd c’est bien le potentiel des Anglais qui, en dépit d’un manque plutôt flagrant d’originalité (grosse influence Cruciamentum avec qui le groupe partage d’ailleurs depuis 2017 un membre en commun), avaient su se montrer des plus convaincants en l’espace d’une petite vingtaine de minutes.


Si l’artwork de Brooke Johnson (Hesper Payne, The Axis Of Perdition…) n’est pas des plus engageants, l’album possède bien d’autres qualités à commencer par une production aux petits oignons. Enregistré par Greg Chandler (Priory Recording Studios, Esoteric...) et masterisé par Dan Lowndes (Resonance Sound Studio, Cruciamentum...), Temple Of The Abyss bénéficie d’un savoir-faire "so british" dont les qualités ne sont aujourd’hui plus à démontrer (Esoteric, Cruciamentum, Ataraxy, Tchornobog, Chthe'ilist...). Car sans en faire des tonnes, le son des Anglais allie à la puissance et à la lisibilité des instruments un grain naturel qui va nourrir ces atmosphères délicieusement cryptiques et poussiéreuses si chères à certaines productions de la perfide Albion (Grave Miasma, Cruciamentum, Qrixkuor, Lvcifyre, Sheol...).

Sans surprise, Vacivus ne réinvente rien, se contentant grosso modo de reprendre les choses là où il les avait laissés sur Rite Of Ascension. Aidé par un sens du riff nauséabond particulièrement développé ainsi qu’une certaine facilité lorsqu’il s’agit de mettre en place des atmosphères putrides et inquiétantes, le groupe originaire de la région de Newcastle va venir marcher une fois de plus dans les pas de certains de ses homologues (Cruciamentum et Grave Miasma en tête eu-mêmes bien inspirés par un groupe comme Incantation). Un mimétisme des plus évidents qui n’est pas pour me déplaire. Car si effectivement le groupe manque clairement de personnalité, la qualité de ses compositions et de ses riffs en font cependant un excellent second couteau dont il serait dommage de se priver si l’on apprécie ce type de Death Metal sombre et malfaisant.
A l’image de ces groupes dont il s’inspire ouvertement et pour lesquels l’ambiance constitue l’un des piliers de leur musique, Vacivus va lui aussi alterner séquences mid-tempo aux leads sulfureux (la longue introduction de "Towards Infinite Chasms" suivi de ces quelques passages entamés à 2:14 et 4:11, "Oubliette" de 0:14 à 1:44, la première minutes de "Summoning Apophis" ainsi que ses dernières secondes, la seconde moitié de "Cosmological Necroticism" et de "Filii Inferos") et moments nettement plus explosifs menés notamment à coups de blasts punitifs et autres solos implacables ("Towards Infinite Chasms" à 1:18, le début de "Oubliette" ainsi qu’à partir de 1:44, "Summoning Apophis" à 0:58 et 2:11, la première partie de "Cosmological Necroticism", l’excellent "Temple Of The Abyss" qui conclue l’album sur une note tout en intensité) ou encore de moments dotés d’un certain groove ("Towards Infinite Chasms" à 1:46, la fin de "Oubliettes" à compter de 4:01, "Cosmological Necroticism" à 0:30). Une diversité rythmique qui apporte à l’ensemble énormément de relief et rend l’album extrêmement efficace sans pour autant donner l’impression de foncer constamment tête baissée.

Sans grande originalité mais avec néanmoins pas mal de talent dans le riffing et les atmosphères ténébreuses et blasphématoires qui en découlent, Vacivus livre avec Temple Of The Abyss un premier album particulièrement réussi pour quiconque apprécie son Death Metal à la manière des Grands Anciens. Le groupe n’entend pas révolutionner quoi que ce soit mais plutôt marcher dans les pas de ses confrères. Cela en dérangera probablement quelques-uns qui préféreront toujours se tourner vers les « originaux » mais pour le reste, si vous êtes amateurs des groupes précités et que vous n’êtes pas des plus regardant lorsqu’il s’agit d’originalité, je ne vois vraiment pas pourquoi vous ne tomberiez pas sous le charme de Temple Of The Abyss.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/05/2018 16:36
note: 8/10
Très bon album qui ne réinvente rien mais est suffisamment bien foutu pour restituer d'excellentes atmosphères tout en conservant une grosse force de frappe. Autant l'EP était un peu "juste" je trouve, autant ici les gars ont franchi un cap.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vacivus
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Vacivus
Vacivus
Death Metal - 2013 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Premonitions  (01:54)
02.   Towards Infinite Chasms  (05:58)
03.   Oubliette  (04:51)
04.   Summoning Apophis  (04:08)
05.   Cosmological Necroticism  (04:46)
06.   Black Flame Serpent  (05:35)
07.   Filii Inferos  (05:35)
08.   Temple Of The Abyss  (06:13)

Durée : 39:00

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Vacivus
Vacivus
Rite Of Ascension (EP)

2015 - Hellthrasher Productions
  

Essayez aussi
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo Records
  
Murder Squad
Murder Squad
Unsane, Insane And Mentally Deranged

2001 - Pavement Music
  
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Harmony Corruption

1990 - Earache Records
  
Ectovoid
Ectovoid
Fractured In The Timeless Abyss

2012 - Hellthrasher Productions
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast