chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Darkenhöld - Memoria Sylvarum

Chronique

Darkenhöld Memoria Sylvarum
Quatrième album déjà pour les français de Darkenhöld, dont les sorties s’effectuent à rythme relativement soutenu depuis 2009. Officiant dans un black metal faisant la part belle, non au satanisme, mais davantage aux ambiances médiévales, anciennes et occultes, le groupe s’inscrit, du moins intellectuellement, dans la veine des Aorlhac, Suhnopfer et autres Ende. De quoi, depuis ses origines, laisser présager du meilleur. Toutefois, Darkenhöld m’a toujours paru en deçà des groupes précités. Moins inspirés, davantage dans l’évocation des ambiances moyenâgeuses que dans leur intégration à proprement parler dans la musique, Darkenhöld m’a toujours renvoyé l’impression d’un groupe qui ne va pas au bout de ses idées. Memoria Sylvarum pourrait bien me faire changer d’avis.

D’abord parce que, dès le départ, les instruments acoustiques se taillent la part du Lion et que ce parti pris installe une véritable atmosphère ancestrale, baignée de mystère et de légendes (A l’Orée de l’Escalier Sylvestre ; Sous la voute de chênes). Pour autant, l’envie d’en découdre s’y mêle parfaitement. Sombre Val, qui ouvre l’album, illustre cette assertion qui, alors que son départ laisse entrevoir de belles ambiances posées, déroule rapidement son propos en violence maîtrisée et chœurs plein d’emphase. La structure épique du titre, comme les soli échevelés qui lui servent de pont central, constitueront, disons-le de suite, le fil conducteur de cet album. La Chevauchée des esprits de Jadis comme Ruines scellées en la Vieille Forêt débutent ainsi sur une batterie très enlevée, presque punk (Clameur des Falaises également), quasi binaire, avant que les titres ne soient là encore traversés de lead plus aériens et de chœurs mystiques (Ruines scellées en la Vieille Forêt où ils appuient littéralement la structure du morceau). Les soli heavy se retrouvent, comme une marque de fabrique, et sont ici utilisés comme à leur habitude chez Darkenhöld, à titre de pont central ou d’élément de reprise dynamique (Sous la voute de chênes encore). Leur rythme replace également l’auditeur dans une ambiance médiévale évidente.

Ensuite parce que le son, moins propre, moins soigné, a gagné en authenticité en devenant plus raw (Ruines scellées en la Vieille Forêt ; Sous la voûte de chênes ; Présence des orbes). Les claviers occupent une place minime (sauf sur l’interlude La Grotte de la Chèvre d’Or, proche de certains travaux de Burzum dans l’esprit), qui soutiennent discrètement la structure quand la majorité des atmosphères est apportées par les seules guitares et leur soli aériens.

Enfin parce que ce son, plus raw justement, pare les titres d’une aura plus agressive, plus tranchante qu’à l’habitude (A l’Orée de l’Escalier Sylvestre ; Clameur des Falaises). Le BM de Darkenhöld prend de ce fait une épaisseur supplémentaire, qui tient aussi, il faut le souligner, au grain plus dissonant des guitares (Errances (Lueur des Sources Oubliées)).

Memoria Sylvarum gomme en grande partie les imperfections décelées dans les albums antérieurs et paraît bien faire passer un cap à Darkenhöld. Certes, les éléments médiévaux restent surtout au stade de l’inspiration, à la différence d’autres combos précités, mais les structures gagnent en vélocité et les soli heavy comme les chœurs habités, répétons-le, apportent une dimension supplémentaire à la musique du groupe (Clameur des Falaises où l’emphase tapisse tout l’arrière plan sonore alors que la rythmique avance à grands pas).

Alors que je n’avais pas véritablement accroché aux efforts antérieurs du combo, Memoria Sylvarum se pose en très agréable surprise, en partie parce qu’il assume une certaine régression sur le son mais aussi et surtout parce que les éléments positifs qui constituent la marque de fabrique du groupe (les solis heavy notamment et les instruments acoustiques) ont été poussés bien plus avant, la musique y ayant gagné en épaisseur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Zur-En-Arh citer
Zur-En-Arh
05/05/2018 16:01
note: 8/10
Excellent album. "Sous La Voûte Des Chênes" est énorme.

Probablement leur meilleur pour moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkenhöld
Black metal
2017 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Darkenhöld
Darkenhöld
Black metal - France
  

tracklist
01.   Sombre val
02.   La chevauchée des esprits de jadis
03.   Ruines scellées en la vieille forêt
04.   A l'orée de l'escalier sylvestre
05.   La grotte de la chèvre d'or
06.   Sous la voûte de chênes
07.   Clameur des falaises
08.   Errances (Lueur des sources oubliées)
09.   Présence des orbes

Durée : 44:19

line up
parution
17 Mai 2017

voir aussi
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Echoes from the Stone Keeper

2012 - Those Opposed Records
  

Essayez aussi
Ritual Knife
Ritual Knife
Hate Invocation

2017 - Fallen Empire Records
  
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
Sinmara
Sinmara
Within The Weaves Of Infinity (EP)

2017 - Terratur Possessions
  
Ancient
Ancient
Svartalvheim

1994 - Listenable Records
  
Antichrist
Antichrist
Sacrament Of Blood

2011 - Nuclear War Now! Productions
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast