chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Aisuragua - In Morte Veritas

Chronique

Aisuragua In Morte Veritas
En 2012, le one man’s band espagnol AISURAGUA a sorti son premier album, chez Rigorism Production. Je n’en avais jamais entendu parler. Peut-être parce que In the Depths of the Forest était proposé uniquement à 50 exemplaires en CR-R.

En 2013, L. est tout de suite revenu avec un deuxième essai, cette fois-ci chez Depressive Illusions Records, label ukrainien. Je suis totalement passé au travers de l’information, sûrement parce que Undiscovered Frontiers n’existait qu’au format K7 et était limité à 100 copies.

Toujours en 2013, c’est un label français, Le Crépuscule du Soir (!!!) (je suis rarement moqueur, mais un crépuscule est rarement le matin…) qui imprimait 200 exemplaires seulement de Mesmerized. Je l’ai lui aussi manqué, pourtant son visuel m’aurait attiré l’œil si j’avais eu la chance de le croiser.



3 albums en 2 ans, et un nombre d’exemplaires qui double à chaque fois. Une véritable progression ! Et puis un silence de 4 ans avant le retour en 2017 du dépressif et le quatrième album : El Arte de Orfeo. C’est Merdümgiriz qui le sortait… en K7 et CD. Celui-ci non plus, je n’en avais absolument pas entendu parler, mais tant mieux, car il s’agissait d’un album complètement instrumental. Merdüm !

2018. Enfin je découvre AISURAGUA. Grâce à son nouveau label, le japonais Hidden Marly Production, plus connu sous son nom de Zero Dimensional, et que l’on a déjà félicité à plusieurs reprises pour avoir proposé dans son écurie les Français de MIND ASYLUM et NIGHT mais aussi BESATT, SAD et VINTAGE FLESH. Il s’occupe généralement de proposer la version japonaise d’albums déjà sortis en-dehors de ses frontières, mais en ce qui concerne In Morte Veritas, non. Le Japonais est le seul, et donc le premier, à sortir ce 5ème album.

5 albums et 5 labels différents. 5 albums et une notoriété encore à faire. Cette fois-ci il y a 500 copies qui attendent un propriétaire, et j’aimerais bien qu’elles ne restent pas orphelines. Parce que cet album vaut vraiment le coup. Il n’y a que quelques conditions nécessaires pour succomber autant que moi. Aimer le black torturé. Aimer les trémolos. Aimer les voix plaintives mais qui ne vont pas jusqu’à être pleureuses. Aimer qu’un animal mis à mal se batte encore pour se relever. Et voilà. Car c’est tout cela AISURAGUA. Une formule que l’on connaît bien je le concède, mais qui est particulièrement bien appliquée ici. Par contre attention, il ne faudra pas se laisser tromper par la première piste qui est une introduction assez mystérieuse. Les sons nous renvoient tout d’abord à NORTT avec cette couche épaisse de clavier inquiétant puis ils virent assez vite vers un instrumental épique. Il ne faudra pas trop faire de prévisions sur ce qui suivra ces 3 minutes parce qu’on se plantera à tous les coups.

Non, une fois cette mise en bouche terminée, on entre dans l’album. Court de 36 minutes, c’est l’irrésistible « The Days of Blasphemy » qui vient directement nous assomer. J’adore ce style. Les mélodies qui sont entrainantes, le rythme qui est soutenu, et pourtant des ambiances désespérées et à vif, portées par les cris perturbants d’un homme qui met toute l’énergie qui lui reste dans une rage peu commune. C’est bath ! À la fois désespéré et combattif.

Et tout l’album est comme ça ! Tant mieux ! Tant mieux ? Oui, tant mieux… Enfin… J’adore vraiment, mais il y a juste un petit hic. C’est la ressemblance entre chaque piste. On pourrait, en étant calin, dire que c’est un album cohérent et logique, or le fait est qu’il devient lassant. Les différences sont trop minimes pour apprécier chaque composition. On en vient vite à vouloir reprocher le peu d’efforts pour varier. Je pourrais réécouter l’album en lecture aléatoire, je serais incapable de dire de quel morceau il s’agit. Donc j’ai envie de me plaindre et de dire que si les morceaux sont excellents, l’album lui ne l’est pas ! C’est tout de même embarrassant. Bon, c’est surtout que cela m’empêche de mettre une note supérieure à 8, qui est convenons-en déjà un beau score.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/05/2018 14:32
Heureusement qu'il y a des gens cultivés ! Rahahahaha.
the gloth citer
the gloth
15/05/2018 16:25
"Crépuscule du soir" est le titre d'un poème de Baudelaire, tout comme "Crépuscule du matin". C'étaient donc des termes usités au 19e siècle et tombés depuis en désuétude.

Le crépuscule désignant le moment "entre chien et loup", le passage de la nuit au jour et inversément. Voilà, voilà...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aisuragua
Black Metal Dépressif
2018 - Hidden Marly Production
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Aisuragua
Aisuragua
Black Metal Dépressif - 2010 - Espagne
  

tracklist
01.   Rales. Introduction
02.   The Day of Blasphemy
03.   Invitation to the Journey
04.   In Morte Veritas
05.   The Green Spear
06.   My Pilgrimage is Over
07.   Solve et Coagula

Durée : 36:20

parution
26 Janvier 2018

Essayez aussi
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Springtime Depression

2003 - Adipocere Records
  
Vardan
Vardan
Enjoy of Deep Sadness

2014 - Moribund Records
  
Zdań
Zdań
Svietlaja pamiac, viecny spakoj

2017 - Zero Dimensional Records
  
Nihill
Nihill
Krach

2007 - Monumentum Records
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
As The Stars

2014 - Northern Silence Productions
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast