chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Fragments Of Unbecoming - Perdition Portal

Chronique

Fragments Of Unbecoming Perdition Portal
(Chapter VI)

December Flower n’étant malheureusement plus, Fragments Of Unbecoming reste à mon sens l’un des derniers survivants du death mélodique « Deutsche Qualität » au côté des inépuisables Night In Gales. Estampillés eux aussi « second couteau » malgré des débuts chez Metal Blade et des galettes plus qu’honorables. Un style à part venant de cette contrée où le terme « death metal » prend tout son sens, un socle accrocheur suédois certes mais à la (très) grosse paire de « bälles». Cinq ans et demi ont passé depuis The Art Of Coming Apart pour les discrets teutons, en cette année 2018 feu Cyclone Empire laisse place à Apostasy Records, label de plus en plus spécialisé en melodeath à l’ancienne (Ablaze My Sorrow, Night In Gales, This Ending). Comme une envie soudaine de mélo velu ? Je vous prescris une bonne dose de Perdition Portal.

Fragments Of Unbecoming avait mis un pied plus prononcé sur le terrain death metal « testostéroné » après Sterling Black Icon, louable mais perdant parfois en saveur et en intérêt pour ses premiers adorateurs. Sur ce Perdition Portal c’est un retour à leurs prémices mélodiques sans fioriture, à savoir un death mélodique « nineties » brut de chez brut qui tend à agripper le tympan dès la première note, du « Crimson Melodic Death Metal Art » selon leurs dires. Poignées de tremoli aiguisés et mélodies death/black glaciales à la fibre d’antan (« Towards The Leaden Sky », le At The Gates burné « Shadowfathers » et son break à 2:50 ou l’imparable « All Light Swallowed » à 2:45) pour nous faire chavirer. Une efficience qui ne serait rien sans la violence dégagée à côté. L’atout principal, son grogneur. Le gaillard Sam mettra encore la fessée aux vils détracteurs se moquant du style de Göteborg. Des vocaux d’ogre (toujours épaulés des cris du guitariste et bassiste) qui à chaque album gagnent en grave, une mise en bouche savoureuse dès « Dismal » (ce break à 2:37 pour déboucher le siphon de l’évier).

Pour décupler ce « coup de pied au cul », des frappes de sourd et des blasts intenses qui tiennent désormais sur la durée (deux mesures et puis s’en va, défaut des premiers opus). Couplé aux vociférations gutturales et derrière un mixage sans faute de Kristian Kohlmannslehner (Aborted, Benighted), l’effet est immédiat… Mais non sans quelques baisses de régime. Les Allemands excellent dans le up-tempo « uppercut », les morceaux plus « modérés » « Golgotha », le titre éponyme ou « Treacherous Grounds » subiront quelques à-coups, redorés par une mélodie ou une montée en puissance. Des compositions binaires un peu trop « scolaires » après écoutes plus fines, cela manque de variations et de breaks impromptus. Cinq ans d’attente et presque vingt années de bouteille, on aurait apprécié un peu plus d’agréments comme sur l’intro sombre de « All Light Swallowed » ou le morceau final doomy « Calamity Choir », un peu bancal et maigre mais plutôt osé avec ses chœurs (assez inhabituel pour le genre). Dommage, Sterling Black Icon aurait pu être égalé voire surpassé.

Perdition Portal remet Fragments Of Unbecoming sur les rails « death mélodique 90’s» et délivre surtout des morceaux plus mémorables. Vagues de riffs accrocheurs, grognements « gros paquet » et frappes de bûcheron, une recette rudimentaire mais imparable aux réminiscences d’un Skywards et même de mon préféré (et découverte) Sterling Black Icon. Mélodique donc mais toujours ancré dans un metal brutal « straight in your face » qui plaquera au sol les détracteurs du genre. On regrettera des morceaux mid-tempo peinant à capter notre attention et des compositions trop conventionnelles au regard de leur expérience. Mais le résultat escompté est là, merci encore pour ce moment « nostalgie velue ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
18/05/2018 09:11
Ca faisait longtemps pour ce groupe !
Je me rappelle encore l'achat de Skywards le jour de sa sortie sans connaître le groupe... La claque !
Je me pencherai volontier sur cet album rien que pour la nostalgie !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fragments Of Unbecoming
Death mélodique velu
2018 - Apostasy Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.07/10

plus d'infos sur
Fragments Of Unbecoming
Fragments Of Unbecoming
Death mélodique velu - 2000 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 18 Mai 2018

vidéos
Perdition Portal
Perdition Portal
Fragments Of Unbecoming

Extrait de "Perdition Portal"
  

tracklist
01.   Dismal  (3:53)
02.   Towards the Leaden Sky  (4:51)
03.   Golgotha  (4:25)
04.   Shadowfathers  (4:37)
05.   Perdition Portal  (4:54)
06.   Treacherous Grounds  (6:05)
07.   Abyssphere  (2:53)
08.   All Light Swallowed  (4:26)
09.   Morbid Divinity  (2:29)
10.   Calamity Choir  (5:47)

Durée : 44:13

line up
Essayez aussi
Violation
Violation
Beyond The Graves

1998 - Last Episode
  
December Flower
December Flower
When All Life Ends...

2011 - Cyclone Empire Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast