chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Depravity - Evil Upheaval

Chronique

Depravity Evil Upheaval
Quand je vous dis que c'est important une belle pochette! Bien sûr il ne faut pas se reposer que sur ça sinon ça fera vite pschitt (le plus important restera toujours la musique) mais pour se démarquer dans l'offre metal pléthorique d'aujourd'hui, pour attirer l'auditeur à soi, l'artwork s'impose comme un premier contact primordial. Honnêtement, s'il n'y avait pas eu cette cover splendide du Russe Alex Tartsus (Sinister), je ne me serais sans doute jamais intéressé à Depravity, groupe australien formé en 2016 qui n'a pas été foutu de trouver un autre nom que celui d'un combo culte finlandais des années 1990. Je l'avoue, le fait que le combo de Perth sorte ce premier full-length Evil Upheaval sur Transcending Obscurity pour lequel j'ai le plus grand respect, a aussi beaucoup joué. Tout comme le fait que la formation compte en ses rangs le batteur Louis Rando, le fou furieux de Impiety, Morghl et The Furor (également signé sur le label indien). Mais c'est bien cette pochette rouge sanglante tellement death metal qui m'a aguiché dès le début. Qui m'a fait lire ce qu'il y avait écrit en dessous. Qui m'a fait écouter les extraits. Et qui m'a conduit à me faire botter le cul sauvagement, même après vingt ans à écouter du metal, un style qui continue à me procurer les meilleures sensations année après année grâce à des groupes comme Depravity.

Des groupes qui ne sont pas forcément les plus originaux mais qui font les choses foutrement bien. Et putain qu'il est bon ce Evil Upheaval! Le quintette joue un brutal death puissant et varié, plutôt moderne (dans le bon sens du terme) tout en respectant l'essence du genre avec des racines old-school. On pense ainsi tour à tour à Cannibal Corpse (le chant surtout), Blood Red Throne, Aborted, Suffocation voire Immolation. En groupe récent, Beneath n'est pas non plus très éloigné de nos Australiens. La qualité principale de leur premier album? C'est qu'il y en a partout, dans tous les secteurs de jeu. La brutalité déjà. Avec Louis Rando derrière les fûts, vous pensez bien que ça bastonne sec. Pas mal de blast-beats (c'est pas du gravity blast même, là, sur "The Great Divide" à deux reprises?!) et autres rythmiques rapides du coup qu'on se prend en pleine face grâce à une production maousse costaud surpuissante. La base pour un album de brutal death, c'est d'être brutal. Et à ce niveau, Depravity se fait bien plaisir sur une musique suffisamment intense. Le chant imposant de Jamie Kay y joue également un rôle important par son débit rapide, sa forte présence et l'utilisation fréquente de shrieks souvent superposés aux growls pour encore plus de puissance. Le timbre du frontman fait penser à un croisement entre Corpsegrinder (Cannibal Corpse) et Bo Summer (Illdisposed, ex-Panzerchrist) avec un effet déshumanisé presque robotique dont je ne raffole toutefois pas. Autre reproche, l'omniprésence du chant qui, s'il contribue à l'intensité et la brutalité du disque, finit par lasser un peu. Laisser respirer la musique, c'est bien aussi.

Loin de passer son temps à blaster toutefois, la formation sait diversifier son jeu en passant aussi par du thrashy ("Repugnant" à 1'15, la première minute de "Victimizer", le début de "Tormented"), du mid-tempo voire du lourd et gras comme sur un "Despondency" bien huileux ou sur le breakdown précédé d'un gros bass drop avant la deuxième minute de "Repugnant". Jouissif! Ce sera la seule fois où le groupe va utiliser cet effet de style moderne, ne vous attendez-pas à du slam death, du deathcore ou du modern death même si on croisera bien quelques saccades pas du tout désagréables de toute façon ("Insanity Reality" à 0'45 et 2'28, "The Great Divide" à 4'36, "Tormented" à 2'00). Quelques dissonances dans l'air du temps sont également prévues ("The Great Divide" à 0'39, "Tormented" à 0'37, "Vile Defloration" à 0'50, 1'35 et 3'40). Depravity lève même carrément le pied sur certaines séquences plus atmosphériques qui montrent l'intérêt de la formation pour instaurer une ambiance sombre, menaçante, dramatique. Outre l'intro bien glauque du premier morceau "Manic Onslaught" qui indique déjà qu'on ne va pas trop rigoler, on note les ouvertures bien fichues de "The Great Divide" et "Vile Defloration" à base d'arpèges. Certaines leads plus posées servent aussi à cela. Et quelques nappes de claviers, certes très discrètes en fond de mix, se font même entendre à certains endroits.

Brutalité, diversité, ambiance. Voilà qui donne déjà le sourire. Depravity ne s'arrête pas là. On peut ainsi rajouter à la liste un groove certain qui apporte encore un peu plus d'efficacité à l'ensemble. Un côté catchy auquel participe aussi le chant dont certaines rythmiques et paroles restent bien en tête comme sur les refrains de "Insanity Reality" et "Evil Upheaval" simplement composés du titre des morceaux mais qui accrochent l'oreille grâce aux rimes proches. Un bon niveau technique fait aussi partie des qualités des Australiens. La paire de guitariste Lynton Cessford et Jarrod Curley a abattu un sacré boulot. Le riffing y est intéressant, plutôt rare dans le brutal death d'aujourd'hui, et le feeling mélodique indéniable avec des solos pas mal du tout ("Manic Onslaught" à 1'48 sur des blasts, "Insanity Reality" à 2'07, "Despondency" sur la fin", "The Great Divide" à 4'49 par-dessus les gravity pour un joyeux bordel, "Tormented" à la deuxième minute sur une rythmique syncopée, "Vile Defloration" à 3'19).

Tout ça fait de Depravity une excellente découverte et de son premier full-length Evil Upheaval un des meilleurs albums brutal death de cette année. Les quelques défauts tels le chant un peu trop présent et robotique ou un "Victimizer" un peu moins inspiré parmi les autres tueries, montrent que les Australiens ont même encore un peu de marge de progression. Bien normal pour un groupe seulement formé en 2016 après tout. Pour l'heure, ce que propose le quintette de Perth permet déjà de les placer parmi les grands espoirs de la scène. En insufflant à sa musique tout ce qu'il faut pour faire de son album une œuvre complète, de la brutalité, de la mélodie, de l'atmosphère, du groove, de l'efficacité, de la diversité et de la technicité, Depravity a tout compris et devrait conquérir tout bon amateur de death metal qui se respecte. Même les plus réfractaires à quelconque touche moderne ici toujours utilisée avec parcimonie et à bon escient. C'est qu'on ne s'ennuie pas sur ce Evil Upheaval aux compositions mémorables fort bien écrites, pleines de bons riffs, de blast-beats, de solos et autres joyeusetés, et dont les multiples écoutes ne lassent pas. Au contraire, on y revient avec plaisir tant le disque se révèle addictif. Voilà, putain, c'est comme ça que devraient sonner tous les groupes de brutal death modernes!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
20/05/2018 00:26
note: 8.5/10
Reçu mon exemplaire hier. Grosse claque en effet. Moderne mais sans le côté aseptisé que ce genre de productions peut malheureusement apporter. Très brutal et en même temps suffisamment varié pour ne jamais lasser. Alors effectivement, Depravity sera toujours pour moi le groupe finlandais mais les Australiens sont clairement à niveau. Très très bonne surprise.
MoM citer
MoM
19/05/2018 16:30
Très alléchant, en effet !
Je vais aligner les écoutes pour voir sur la durée, mais la première approche fait plaisir !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/05/2018 14:06
hum miam du tout bon ça ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Depravity
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (5)  7.9/10

plus d'infos sur
Depravity
Depravity
Brutal Death - 2016 - Australie
  

tracklist
01.   Manic Onslaught  (04:39)
02.   Insanity Reality  (04:07)
03.   Repugnant  (04:22)
04.   Despondency  (03:25)
05.   The Great Divide  (06:14)
06.   Victimizer  (04:07)
07.   Tormented  (03:52)
08.   Evil Upheaval  (03:10)
09.   Vile Defloration  (06:08)

Durée : 40:04

line up
parution
30 Avril 2018

Essayez aussi
Mastabah
Mastabah
Quintessence Of Evil

2010 - Wyrm Records
  
Mucopus
Mucopus
Mulch?!?

2005 - Amputated Vein
  
Wormed
Wormed
Krighsu

2016 - Season Of Mist
  
Gorezone
Gorezone
Brutalities Of Modern Domination

2009 - Xtreem Music
  
Augury
Augury
Concealed

2004 - Galy Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique