chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Taphos - Come Ethereal Somberness

Chronique

Taphos Come Ethereal Somberness
En deux ans d’existence connue, les Danois de Taphos n’auront vraiment pas chômé. Une démo (Demo MMXVI), un EP (EP MMXVII), une seconde démo à usage strictement promotionnel (donc uniquement à destination de quelques labels et dont on retrouve ici les trois titres), une compilation… Autant de sorties qui auront permis au groupe originaire de Copenhague de se faire remarquer par les amateurs éclairés de Death Metal sombre et putride. C’est donc en toute logique que Taphos passe aujourd’hui à l’étape suivante avec la sortie d’un premier album intitulé Come Ethereal Somberness paru sur le label suédois Blood Harvest Records (en collaboration avec Helter Skelter Productions). Label qui a d’ailleurs réédité tout récemment leur première démo sous la forme d’un joli 12’’ en plus d’une compilation CD regroupant cette même démo ainsi que les deux titres du EP EP MMXVII.

Outre un artwork une fois de plus très réussi, le groupe a eu le bon goût de ne pas tomber dans la redite en réenregistrant quelques anciennes compositions. Come Ethereal Somberness compte ainsi neuf nouveaux morceaux (dont une intro, une outro ainsi qu’un titre instrumental) pour une durée peu excessive de tout juste trente-cinq minutes. Idéal pour ce genre de Death Metal mené le plus souvent le couteau entre les dents.

Car loin de vouloir changer de cap, Taphos s’enfonce aujourd’hui encore un peu plus dans cette formule qu’il a fait sienne. Une recette qui emprunte autant à la scène américaine (on pense beaucoup au Morbid Angel des débuts avec qui les Danois partagent cette même intensité ainsi qu’à Incantation pour l’atmosphère blasphématoire et certains riffs extrêmement malfaisants) qu’à la scène scandinave (outre une démarche relativement similaire à celles de groupes tels que Degial ou Vorum, Taphos partage également ce sens de la mélodie sournoise et nauséabonde). Ainsi passé "Letum", sombre introduction d’un peu plus d’une minute évoquant les plus viles profondeurs de la Terre, Taphos embraye rapidement sur un Death Metal à l’ancienne fait de leads et autres soli tous plus sinistres les uns que les autres (ces derniers me rappellent notamment ceux d’un certain Dead Congregation) mais aussi d’accélérations extrêmement soutenues sur fond de blasts particulièrement tourmentés. Une intensité et une énergie qui donnent toute sa puissance à ce Death Metal somme toute assez classique (je l’ai déjà dit mais je le répète au cas où, Taphos n’a clairement rien inventé) mais alors d’une efficacité à toute épreuve. Il se dégage ainsi de l’ensemble une impression terrible de chaos, une urgence brûlante et dévorante rappelant les quelques albums de Verminous, Necrovation ou encore Repugnant. Chose qui n’est absolument pas pour me déplaire, bien au contraire.

Probablement soucieux d’apporter un peu de relief à son Death Metal, Taphos n’hésite pas non plus à casser le rythme appuyé de ses compositions. L’exemple le plus parlant est bien évidement ce titre instrumental qu’est "Dysfori". Placé à peu près à mi-parcours, ce morceau acoustique d’un peu plus de deux minutes vient rompre avec la sauvagerie ambiante de Come Ethereal Somberness et ainsi offrir un court moment de répit. Celui-ci, particulièrement bien intégré, ne va ni dénaturer l’atmosphère générale ni même porter préjudice à la dynamique de l’ensemble. L’album est truffé d’autres exemples à l’image de ces ralentissements sur "Impending Evil" à 0:53, 2:17 et 4:02, "Thrieve In Upheaval" à 1:55, le début d’"Ocular Blackness" ainsi qu’à partir de 2:36, "A Manifest Of Trepidation" à 0:49 puis à partir de 1:42 jusqu’à 2:42, "Insidious Gyres" à 4:13 ou bien encore de ces quelques passages mid-tempos très lourds sur l’excellent "Livores". Le plus souvent, ces moments moins tendus sont accompagnés par quelques leads absolument démoniaques qui nourrissent sans mal cette atmosphère fuligineuse et malfaisante. Un régal pour quiconque apprécie l’exercice.

Sans parler d’attentes comblées, Taphos a su s’acquitter avec brio de l’étape relativement fatidique du premier album. Ainsi, sans changer son fusil d’épaule, le groupe Danois confirme le potentiel dévoilé à travers ses précédents enregistrements. Aujourd’hui comme hier, le groupe n’entend pas révolutionner quoi que ce soit mais l’énergie et la passion insufflées à ses compositions suffisent à les rendre efficaces et intéressantes pour quiconque apprécie ce genre de Death Metal tout en intensité et aux ambiances aussi saisissantes. Assurément l’une des meilleures révélations européennes de ces dernières années en la matière et un digne représentant de l’école danoise aujourd’hui en effervescence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
20/06/2018 12:01
note: 8.5/10
X-Death a écrit : Juste un truc les gars : quand vous imprimez les pochettes, faite une petite vérif sur le contraste, ok le contenu est Dark, mais voir le dessin c'est bien aussi.....

Ahah j'avoue, que ce soit sur la version CD ou LP, on ne distingue même pas le logo. On dirait un gros pâté noir avec quelques touches de bruns par-ci par-là.
X-Death citer
X-Death
19/06/2018 19:01
note: 8.5/10
Ce qu'aurai du être le dernier Necrowretch.

Presque excellent, il manque un ou deux morceaux pour atteindre le 9 voir plus.

Riffing conquerant, phases ambiantes, accélérations dévastatrices, la hargne du chanteur est communicative et donne beaucoup d'impact.

Les morceaux 3, 5 et 7 sortent clairement du lot, j'espère une suite de ce niveaux, bien joué pour un premier album.

Juste un truc les gars : quand vous imprimez les pochettes, faite une petite vérif sur le contraste, ok le contenu est Dark, mais voir le dessin c'est bien aussi.....
Keyser citer
Keyser
13/06/2018 16:39
note: 8/10
Un très bon album, juste légèrement en-dessous de la démo et de l'EP, plus crus. Outre les influences que tu cites, j'y ai trouvé aussi un petit côté Necrophobic période Nocturnal Silence dans certains riffs/ambiances.
N4pht4 citer
N4pht4
13/06/2018 14:20
note: 8.5/10
Du lourd, j'adore les petits Aaaargh ! Beuuargh ! au début de la 3 tout particulièrement, et qui parsèment le disque. Du "pas-PD" comme on l'aime !

Il va être en compétition avec le prochain Burial invocation pour le bilan Death.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
13/06/2018 12:52
note: 8/10
Très bon disque qui fait le boulot sans rien révolutionner mais dont l'accroche ne faiblit pas au fur et à mesure de l'avancée de l'écoute. Peut-être la future tête de gondole du Death danois qui en a bien besoin !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Taphos
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (4)  7.53/10

plus d'infos sur
Taphos
Taphos
Death Metal - Danemark
  

nouveaute
A paraître le 8 Juin 2018

tracklist
01.   Letum  (01:01)
02.   Impending Peril  (06:34)
03.   Thrive In Upheaval  (03:54)
04.   Ocular Blackness  (04:43)
05.   A Manifest Of Trepidation  (05:12)
06.   Dysfori  (02:06)
07.   Insidious Gyres  (05:11)
08.   Livores  (06:06)
09.   Obitum  (01:11)

Durée : 35:58

line up
  • H / Chant, Basse
  • D / Guitare
  • M / Guitare
  • U / Batterie

voir aussi
Taphos
Taphos
Demo MMXVI (Démo)

2016 - Autoproduction
  
Taphos
Taphos
EP MMXVII (EP)

2017 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Vader
Vader
The Art Of War (EP)

2005 - Regain Records
  
Repulsion
Repulsion
Horrified

1989 - Necrosis
  
Disma
Disma
The Manifestation (EP)

2011 - Necroharmonic
  
Corpsessed
Corpsessed
The Dagger & The Chalice (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Necros
Necros
To An Endless Chaos... (Démo)

2009 - Autoproduction
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique