chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Portal - ION

Chronique

Portal ION
Ikea : Autant être honnête d'emblée, et avouer que je n'ai jamais apporté à Portal l'attention qu'il semble mériter. Il faut dire que, bien que charmé par Outre, ce dernier a été découvert après une palanquée de formations s'en étant inspiré, au point de ne pas le trouver aussi incroyable que beaucoup paraissent le juger. Après un essai infructueux de Vexovoid (aux volontés d'évolution louables mais s'arrêtant à mi-chemin, entre nouveauté et redondance), je pensais même voir en les Australiens un projet à retenter plus tard, toujours plus tard. Et voici qu'arrive ION, sa pochette intrigante m'ayant fait une nouvelle fois sauter le pas malgré une absence d'attente envers lui de ma part. Électrifié de l'intérieur, les yeux écarquillés d'étonnement et d'horreur, on peut dire que, ça y est, je fais définitivement partie des conquis !

Dysthymie : De bête immonde lovecraftienne, l'entité s'est transformée en dévoreuse d'univers. Se démarquant davantage de la masse, cette dernière revêt des formes et des couleurs encore inédites à rendre fou n'importe quel être humain. C'est d'ailleurs totalement hagard que vous ressortez après la première écoute de l'abomination qu'est ION. Car sous ses formes toutes géométriques et sa puissante lumière, celle-ci semble la personnalisation même du chaos. Un chaos ici beaucoup plus maîtrisé – guidé par la propre logique du groupe – mais davantage froid et tortueux. Dès le titre introductif instrumental « Nth », la formation instaure un climat tout en tension et suffocant, trouvant également échos dans les courtes parties moins rythmées et/ou ambiancées (cf. la fin de « Phreqs » et le début de « Crone ») ainsi que la magnifique outro de « Olde Guarde » (entre grandeur du cosmos et déliquescence). Des éléments parfaitement travaillés qui donnent davantage d'ampleur au propos de Portal et d'impact aux déflagrations de violence quasi constantes. Telle une grosse décharge électrique, la musique des Australiens vous traverse de part en part. Vous êtes secoué, malmené, perturbé par ce flot à la fois rageur et très mathématique (ces riffs nerveux et les lignes de guitares dissonantes à souhait) pendant un peu plus de 37 minutes – qui, si sur le papier peuvent paraître courtes, sont des plus éprouvantes. Les nombreux effets (à commencer par ceux utilisés pour les vocaux inhumains de The Curator) ainsi que la production tant massive qu'acérée comme une lame d'acier (qui aurait très bien sied à un groupe d'indus) ne font que mettre en relief l'atmosphère glaciale et cette explosion d'énergie venue d'outre espace, tout en magnifiant l'ensemble.

Ikea : Une énergie où les particules paraissent prendre forme, cessant de titiller l'imaginaire pour dévoiler au grand jour toute leur atrocité. ION fait le même effet que de voir dans un miroir devant soi une main monstrueuse sortir, le monde inversé que l'on devine en se regardant à l'intérieur se décidant à conquérir notre réalité. Transis, sidérés, nous sommes pris dans ces lignes de fuite qui attaquent de toute part, dans ce parti-pris qui a tout de l'expérimentation casse-gueule mais accentue la réussite de Portal, jouant de la crudité et du chaos ambiant avec une puissance de suggestion frôlant l'incroyable (« Phreqs » me fait véritablement peur, ce qui m'arrive rarement en musique). Certes, l'expérience est exténuante, notamment dans une fin de disque où l'envie que l'ensemble se fasse encore plus lisible et horrible se ressent, climax d'une évolution grimpante qui, en l'état, donne le sentiment de s'arrêter avant une victoire définitive – impossible de ne pas penser par moment au Fas d'un certain Deathspell Omega, et son attaque finale que ION garde pour lui. Mais Portal, au-delà de mériter ici particulièrement son nom, montre à ses suiveurs ayant fait de la dissonance leur robe de bure qu'elle n'est pas qu'un artifice, pas qu'un outil de violence au service de masochistes accoutumés aux méthodes classiques du death metal – qu'elle peut très bien être le death metal lui-même, cet omnivore à l'appétit insatiable, et servir à assujettir avec encore plus de prégnance que des riffs et thématiques classiques. C'est bien la plus grande réussite de ce disque qui, de figure « autre », donne envie de le considérer comme un bel exemple d’œuvre death metal, où le plaisir se mêle au malaise. Et que vive la nouvelle dimensION !

Dysthymie : Oui, c'est une toute autre dimensION que prend le groupe avec ce dernier album. Car outre la première impression de s'être pris une grosse châtaigne et de rester clouer sur place, c'est toute le folie créatrice du groupe qui subjugue. Une folie toujours à l'image du groupe mais plus instable et creusant davantage le sillon des expérimentations. Les sonorités perturbantes et abstraites vous font toucher du bout des doigts l’innommable tout en vous laissant à vos propres visions cauchemardesques. Les choix judicieux effectués (notamment sur la production) ainsi qu'une façon de composer différente, où la musique passe avant tout, donnent également un résultat plus personnel et abouti. ION ou la consécratION.

Ikea : 8/10
Dysthymie : 8,5/10

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
25/05/2018 10:59
Je suis mitigé, d'un côté je ne retrouve plus ce gouffre, cette reptation sale des anciens, mais de l'autre côté on a ces envolées déjà initiées dans Vexoxoid qui cette fois ci donnent une tension, quasiment un courant électrique (très en raccord avec le visuel) qui est pas inintéressant.
AxGxB citer
AxGxB
25/05/2018 09:20
note: 8.5/10
Sérieusement éprouvant. Délicieusement terrifiant. Il n'y a rien à comprendre. Tout à subir. Éreintant.
Keyser citer
Keyser
24/05/2018 21:15
Perso, après dix écoutes j'ai toujours rien compris... je préférais Vexovoid, c'était plus lisible.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Portal
Death Metal Expérimental
2018 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.3/10
Webzines : (6)  8.71/10

plus d'infos sur
Portal
Portal
Death Metal Expérimental - 1994 - Australie
  

tracklist
01.   Nth
02.   ESP ION AGE
03.   Husk
04.   Phreqs
05.   Crone
06.   Revault of Volts
07.   Spores
08.   Phathom
09.   Olde Guarde

Durée : 37 minutes 02

line up
parution
26 Janvier 2018

voir aussi
Portal
Portal
Vexovoid

2013 - Profound Lore Records
  
Portal
Portal
Swarth

2009 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Comecon
Comecon
Converging Conspiracies

1993 - Century Media Records
  
Tzun Tzu
Tzun Tzu
Kunoichi (EP)

2008 - Dissident Records
  
Balance Interruption
Balance Interruption
Door 218

2016 - Satanath Records
  
Virulent Blessing
Virulent Blessing
...As Creativity Turns Into Lunacy

2007 - SFC Records
  
Atrophia Red Sun
Atrophia Red Sun
Twisted Logic

2004 - Adipocere Records
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique