chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blood Red Fog - Thanatotic Supremacy

Chronique

Blood Red Fog Thanatotic Supremacy
BLOOD RED FOG a toujours été mauvais, très, très, très mauvais... pour ma santé mentale. C’est véritablement un groupe que je suis, dont j’attends les sorties, et qui ne me déçoit pas. C’est normal, les Finlandais qui le forment sont totalement possédés, et ils arrivent à transmettre leur haine, leur torture, leur malaise.

Et cette fois-ci encore ! Ce quatrième album est un nouveau trophée à ranger aux côtés des autres, 4 ans après un On Death’s Wings qui avait gagné sa pastille d’ « album de l’année » sur Thrashocore. BLOOD RED FOG est excellent parce qu’il est toujours aussi passionné, instantané, dérangé et imprévisible qu’à son habitude. Un œil sur le livret montre bien que la troupe ne s’est pas calmée. Ah si, une photo surtout montre que le groupe vit dans son monde. Attention, vous allez voir un zizi !

J’ai pourtant eu un doute, énorme, en commençant l’écoute de Thanatotic Supremacy. Le premier titre ne fait pas dans la dentelle. Il prend tout de suite les couilles de l’auditeur dans sa main, et il serre bien fort. BLOOD RED FOG a toujours eu de l’agressivité en lui, mais là, il la lâche totalement. Du moins pendant 5 minutes, car la piste va sur les trois restantes glisser les mélodies vicelardes qu’on attendait. Ah oui ! Ah oui ! Comme chez un MGLA, comme chez un CLANDESTINE BLAZE, il y a des passages qui viennent rendre belle la tempête dévastatrice.

Et les pistes suivantes reprendront les formules, avec un dosage légèrement différent de l’un à l’autre. On oscille en tout cas constamment entre du gros martelage haineux et des caresses légères à base de trémolos. Et les vocaux, eux, arrivent à coller aussi bien à l’un qu’à l’autre. Presque pleurés, ils sont le fait d’un être torturé qui se débat, qui postillonne au ciel, qui court au ralenti dans un marais.

Les riffs sont terriblement attirants, quelques parties au clavier viennent sublimer la tension, la batterie ne faiblit pratiquement jamais… Tout cela pour un résultat qu’il ne convient pas d’écouter en public, surtout pas dans les transports en commun. Pour deux raisons. D’abord parce que les parties agressives pourraient vous donner envie de vous en prendre physiquement à votre voisin de siège. Ensuite parce que les parties plus mélancoliques parviennent à fissurer notre carapace et à nous rendre sensibles envers ces mêmes passagers.

Comment dire… J’écoutais l’album dehors. J’ai vu une grosse, j’ai entendu sa voix dans ma tête : « Je me hais, je voudrais être mince ! ». J’ai vu un homme en costume : « Je me hais, je voudrais brûler ce costume, et le chef avec ». J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». En fait cet album a le pouvoir de faire entrer dans la misère de tout ce qui nous entoure, de nous éveiller aux douleurs des autres. Et la nôtre, par extension.

Bref, un album qui fait vibrer, qui fait haïr, qui donne de la pitié, qui convainc que le black metal est toujours et encore efficace en 2018…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
12/06/2018 15:11
note: 9/10
Batu a écrit : "J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». "

C'est bête à dire, mais cette phrase m'a mis un taquet derrière la tête.


C'est qu'on a tous vécu plus ou moins ce genre de désillusions, rahaahahahah.
Batu citer
Batu
11/06/2018 15:21
"J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». "

C'est bête à dire, mais cette phrase m'a mis un taquet derrière la tête.
seb niggurath citer
seb niggurath
27/05/2018 17:27
désolé Sakrifisse mais encore une fois je suis totalement d'accord avec toi et cet album et bel et bien un des plus "mauvais" au bon sens du terme sorti ces dernieres années
N4pht4 citer
N4pht4
26/05/2018 19:19
note: 8/10
Les melodies sont vraiment bien senties, l'aspect mélancolique ressort très bien. Parfait pour les matins pluvieux en allant au boulot !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
26/05/2018 10:25
note: 9/10
Oui, oui, moi je sais que je le garderai dans mon top de l'année.
Wyrms sera aussi bien placé. Et puis Gra aussi d'ailleurs. 3 albums qui restent dans le haut pour l'instant.
Là je suis dans les écoutes plus décevantes, donc de mauvaises notes arrivent pour Abhor ainsi que pour les 4 sorties de Northern... Enfin, elles seront pas toutes mauvaises, mais entre 4 et 7.
Stockwel citer
Stockwel
26/05/2018 09:47
Comme beaucoup d'albums auxquels tu mets des notes très élevées, je le trouve pas mal mais pas exceptionnel.
Ca part un peu dans tous les sens j'ai du mal à m'y retrouver et quand j'ai fini de l'écouter j'ai l'impression de n'avoir rien retenu.
Après ça reste bon mais je serais plus sur du 7/10.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blood Red Fog
Black Metal
2018 - Deviant Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Black Metal - 2004 - Finlande
  

tracklist
01.   Thanatotic Supremacy
02.   The Master Speaks
03.   Astral Witch
04.   Angels
05.   Join with the Earth
06.   Puhe Mestauspaikalla

Durée : 50:17

parution
4 Février 2018

voir aussi
Blood Red Fog
Blood Red Fog
On Death's Wings

2014 - Saturnal Records
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Harvest

2012 - Saturnian Productions
  

Essayez aussi
Leviathan
Leviathan
True Traitor, True Whore

2011 - Profound Lore Records
  
Almyrkvi
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelstrom (EP)

2016 - Ván Records
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Mass Grave Aesthetics (EP)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  
Au Champ des Morts
Au Champ des Morts
Dans la Joie

2017 - Debemur Morti Productions
  
Hunok
Hunok
Megrendíthetetlenség

2016 - Werewolf Records / Tour de Garde
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique