chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Uada - Cult Of A Dying Sun

Chronique

Uada Cult Of A Dying Sun
Passé du statut de groupe « UG » sans fiche Metal-Archives à bande ultra « hypée », Uada (et Eisenwald) semble avoir compris tous les codes de communication et de marketing metal actuel (capuche de mise) pour se faire remarquer. La faute en partie aussi à un premier album sympathique sans pour autant transcender le commun des mortels mais dont le potentiel laissait présager une suite plutôt intéressante. Résultat, une exposition papier/en ligne poussée et des concerts à foison (près de 80 dates depuis Devoid Of Light selon Setlistfm). Revoilà la bande d’Oregon (oui par contre pas de mystère sur leur identité et nationalité) remodelée, puisqu’elle changera de bassiste et malheureusement de batteur, « exit » la brutasse Trevor Matthews (Pillorian, Infernus). Uada rappelle l’artiste Kris Verwimp pour une nouvelle peinture majestueuse. De nouveau alléchant sur le papier donc.

Aucun chamboulement dans la recette des Américains, Cult Of A Dying Sun expose un black metal « direct » encore plus mélodique, empruntant principalement à l’Europe du Nord 90’s et à la Pologne (Mgla comme référence). Une différence majeure malgré tout avec son prédécesseur, une durée qui a quasiment doublée. Soit, peut-être des morceaux plus fouillés dans ce cas ? Pas vraiment… Toujours du tremolo/blast rudimentaire dans un tempo relativement soutenu, la nouvelle recrue aux fûts Brent Boutte (qui partira après l’enregistrement) fait d’ailleurs le job et nous ferait presque oublier Trevor. Si c’est bien rodé je ne vois pas le problème sauf que là Uada semble avoir eu une grosse panne d’inspiration. Le cap du premier album passé et pour un style qui me parle un peu, ça transpire vraiment le black mélo de seconde zone. Une mélodie leitmotiv un peu bancale et derrière très peu pour se sustenter (« The Purging Fire » et « Blood Sand Ash » comme vitrine de ce constat)… Des riffs pondus en soirée « jam » et balancés tels quels (tremolo « cheap » sur l’intro de « Sphere (Imprisonment) ») dans tes compositions ô combien longues et pauvres. Compliqué de tenir sa concentration, l’enchaînement de près de 20 minutes sur « Snakes & Vultures » et le morceau éponyme en plongera beaucoup dans une profonde léthargie… Des titres qui auraient pu être réduits de moitié.

L’ambiance alors comme élément salvateur ? Non plus. Aucun frisson ou quelconque émotion ne s’en dégage et ça malgré les efforts du frontman comme soupape. Ses cris modulés alternant criard, guttural, aliéné paraîtront téléphonés et surjoués… Même l’interlude instrumental « The Wanderer » ne procurera aucune sensation. Cult Of A Dying Sun aura pu être une catastrophe encore plus grande mais un regain d’intérêt apparaitra sur sa fin. Le final « Mirrors » et particulièrement « Sphere (Imprisonment) ». Pour ce dernier, un début raté qui basculera à 3:16 par un superbe solo et qui sera suivi d’un break dévastateur à (5:24) combinant leads, blasts et nappes de haute volée derrière une production imposante (et enfin un son de caisse claire convenable). On redemande des parties de cette trempe. Comme quoi le potentiel de Uada existe toujours mais dilapidé par un travail de composition malheureusement bâclé.

ZZZZZzzzzz…. Cult Of Dying Sun n’est malheureusement pas cette perle si bien « teasée ». Uada ne fait que reprendre sa recette en accentuant son approche mélodique, le problème c’est que l’inspiration n’y est clairement pas. Des compositions à rallonges assez rachitiques et des riffs mélos peu mémorables qui ne procureront aucune émotion. Peut-être aurait-il fallu patienter encore un peu et fignoler ses morceaux (à l’instar des sursauts sur « Sphere (Imprisonment) » et « Mirrors ») ? Evidemment en jetant un œil aux autres critiques, je me pose des questions sur le background des chroniqueurs et si l’on a bien écouté la même galette… Avec un nom différent le promo aurait pris rapidement la direction de la corbeille. Un beau gâchis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Demn citer
Demn
01/06/2018 17:10
note: 7/10
Stockwel a écrit : Pas d'accord avec vous.
OK c'est easy listening mais je trouve que ça reste très bon.
Les riffs sont efficaces et je ne m'ennuie pas, sauf pendant l'interlude inutile.
Est-ce que le groupe mérite toute l'attention qu'ils ont eu et ont encore, j'en sais rien et je m'en fous. Est-ce que leurs deux albums sont des chef-d'oeuvres, non. Mais est-ce que je prends mon pied en les écoutant, clairement.


Je te rejoins sur ce point, le groupe a tendance à se faire descendre facilement à cause de leur succès et adulation éclaire, ils en sont même victime dans une certaine mesure vu le nombre de critiques négatives.

Pour moi, ça fait le café mais je trouve qu'on a perdu la vibe un peu heavy/epic du première album pour revenir sur un truc plus standard avec quelques longueurs présentes.
Stockwel citer
Stockwel
01/06/2018 15:48
Pas d'accord avec vous.
OK c'est easy listening mais je trouve que ça reste très bon.
Les riffs sont efficaces et je ne m'ennuie pas, sauf pendant l'interlude inutile.
Est-ce que le groupe mérite toute l'attention qu'ils ont eu et ont encore, j'en sais rien et je m'en fous. Est-ce que leurs deux albums sont des chef-d'oeuvres, non. Mais est-ce que je prends mon pied en les écoutant, clairement.
NightSoul citer
NightSoul
27/05/2018 09:00
Pas mieux. Le titre "Cult Of A Dying Sun" démarrait bien. Puis j'ai vu les 8 minutes défilées longuement, très longuement...
dantefever citer
dantefever
25/05/2018 14:14
Et ben voilà.

Il y a deux ans j'avais pas compris la hype, ça se sentait tellement que c'était un coup marketing monstrueux avec une musique qui tenait le coup le temps de deux morceaux ... Je me revois me dire "dès le second album la baudruche va se dégonfler", et ça a pas raté ...
Mitch citer
Mitch
24/05/2018 21:51
note: 5.5/10
Keyser a écrit : Uada fuck!? Non, c'est tout...

Ah non je valide !
Keyser citer
Keyser
24/05/2018 21:16
Uada fuck!? Non, c'est tout...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Uada
Black Metal mélodique
2018 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (7)  7.89/10

plus d'infos sur
Uada
Uada
Black Metal mélodique - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Purging Fire  (05:58)
02.   Snakes & Vultures  (09:36)
03.   Cult Of A Dying Sun  (08:18)
04.   The Wanderer  (05:38)
05.   Blood Sand Ash  (07:55)
06.   Sphere (Imprisonment)  (07:59)
07.   Mirrors  (10:27)

Durée : 55:51

line up
parution
25 Mai 2018

voir aussi
Uada
Uada
Devoid Of Light

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez plutôt
Moonlyght
Moonlyght
Shining

2008 - Mankind's Demise Records
  
Inthyflesh
Inthyflesh
The Flaming Death

2016 - Altare Productions
  
White Death
White Death
White Death

2017 - Werewolf Records
  
Wallachia
Wallachia
Shunya

2012 - Debemur Morti Productions
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique