chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Extremity - Extremely Fucking Dead

Chronique

Extremity Extremely Fucking Dead (EP)
Avec un peu plus d’un an de retard, me voilà qui débarque la queue entre les jambes pour vous parler enfin du premier EP des Américains d’Extremity. Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, j’ai décidé de me mettre un petit coup de pression avant la sortie dans quelques semaines de leur premier album intitulé Coffin Birth. D’autant qu’il s’agit quand même d’une chronique réservée au nez et à la barbe de l’ami Jean-Clint alors il fallait que je m’en acquitte, par simple respect pour mon estimé confrère.
Originaire d’Oakland en Californie, Extremity se forme en 2016 à la suite du split d’Agalloch et sous l’impulsion d’Aesop Dekker (Vhol, ex-Agalloch, ex-Ludicra...). Ce dernier est rejoint par Shelby Lermo (Vastum), Marissa Martinez-Hoadley (Cretin, ex-Repulsion) et Erika Osterhout (Necrosic, Scolex, Trepanation...). Un line-up d’une parité rafraîchissante, notamment pour un groupe de Death Metal. Il faudra alors attendre le mois d’avril 2017 pour voir le groupe sortir son premier EP intitulé Extremely Fucking Dead sur le label 20 Buck Spin. Un disque extrêmement appétissant à en juger par cet artwork emprunté au peintre français Théodore Géricault (Têtes de suppliciés).

Soucieux de faire les choses proprement, Extremity nous plonge dans son univers à travers une courte introduction tirée du film Pet Sematary où l’on y entend, outre quelques créatures inquiétantes dans le lointain, des cordes frottées qui montent petit à petit en tension ainsi que cette petite phrase, "Sometimes, dead is better", lâchée en guise de préambule avant d’attaquer l’auditeur de plein fouet avec l’excellent "Crepuscular Crescend". La messe est dite. Sans surprise, la suite sera naturellement du même tonneau à savoir un Death Metal à l’ancienne largement inspiré par Autopsy (et Necrosic) ainsi que la scène anglaise des années 90, Bolt Thrower en tête. De quoi rendre fébrile un petit gars comme moi pour qui le groupe de Coventry représente l’un des sommets du genre et un groupe encore aujourd’hui inégalé. Toutefois, les liens avec la bande à Karl Willetts sont relativement ténus et n’apparaissent finalement qu’à quelques occasions comme sur les premières secondes de "Bestial Destiny" ainsi qu’à partir de 3:47 ou bien encore sur la fin de "Chalice Of Pus" à compter de 5:19. Le reste du temps, on est effectivement plus proche de ce que des groupes comme Autopsy (le début de "Fatal Immortality" presque calqué sur l’excellent "Twisted Mass Of Burnt Decay") voir Immolation ont pu produire jusqu’ici. Si on repassera pour l’originalité, on restera néanmoins avec plaisir pour l’efficacité de l’ensemble.

Mené avec l’envie d’en découdre et de se faire plaisir, Extremely Fucking Dead n’entend pas bouleverser le petit monde du Death Metal underground mais bel et bien frapper là où ça fait mal à coup de blasts, tchouka-tchouka et autres délices rythmiques du même genre. Un intensité que l’on peut ressentir du début jusqu’à la fin même si de temps à autre, les Californiens ne sont pas sans ralentir la cadence à coup de séquences mid-tempo parfois lourdingues ("Crepuscular Crescend" à 1:36, "Bestial Destiny" à 2:43), parfois mélodiques ("Chalice Of Pus" et ce break acoustique entamé à 2:26, "Fatal Immortality" à 1:03), parfois marquée d’un certain groove ("Crepuscular Crescend" à 0:23, "Chalice Of Pus" à 1:35, "Extremely Fucking Dead" à 1:06). Et si l’atmosphère n’est déjà pas à la rigolade, les nombreux solos dispensés ici et là par la paire Marissa Martinez-Hoadley/Shelby Lermo participent à leur manière à cette ambiance de mort qui plane sur l’ensemble de ces six compositions menées tambour battant. Enfin, on appréciera également la relative diversité du chant puisque le rôle est ici partagé par deux des quatre protagonistes. Bon, les distinguer n’est pas toujours chose aisé tant les voix d’Aesop et de Marissa (anciennement connu sous le nom de Dan) sont parfois relativement proches mais l’exercice est rendu plus facile quand cette dernière opte pour un chant plus arraché du genre que l’on retrouve dans son autre groupe, Cretin.

Dénué de toute notion d’originalité, Extremely Fucking Dead plaira à n’en point douter aux amateurs de Death Metal à l’ancienne pour qui l’atmosphère et l’intensité prime sur tout le reste. Efficace de bout en bout, sans autre défaut que son manque de personnalité, ce premier EP avec ses riffs ultra efficaces et son énergie redoutable laisse entrevoir de belles choses pour la suite. Une suite déjà dans les tuyaux et donc j’espère vous parler assez rapidement. Affaire à suivre donc…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
28/06/2018 12:48
note: 4/5
Héhé merci du clin d'oeil ! Clin d'oeil

Un excellent EP au demeurant qui effectivement ne réinvente rien mais perpétue l'héritage des anciens avec brio et facilité. Sombre, putride et hyper efficace il renvoie avec joie dans l'époque bénie des groupes de Karl Willetts et Chris Reifert. Vivement la suite en tout cas !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Extremity
Death Metal
2017 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (7)  3.76/5

plus d'infos sur
Extremity
Extremity
Death Metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro (Mortuus Est Valde)  (00:51)
02.   Crepuscular Crescendo  (05:25)
03.   Bestial Destiny  (04:54)
04.   Chalice Of Pus  (06:03)
05.   Fatal Immortality  (03:54)
06.   Extremely Fucking Dead  (05:44)

Durée : 26:51

line up
parution
3 Avril 2017

Essayez aussi
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Rotten Remains

2016 - Memento Mori
  
Amethyste
Amethyste
Thrown off Balance

2004 - Autoproduction
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Who Dares Win (Compil.)

1998 - Earache Records
  
Putrevore
Putrevore
Tentacles Of Horror

2015 - Xtreem Music
  
Entrapment
Entrapment
Irreligeous Abominations (Compil.)
(Demo Sessions 2010 - 2011)

2012 - Godeater Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique