chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nuit Macabre - Perversion de Dieu

Chronique

Nuit Macabre Perversion de Dieu (EP)
NUIT MACABRE, groupe tenu par Nyghlfar a déjà réussi à convaincre les amateurs de black underground en sortant en 2017 un premier album : Disgust of the Genocide. C’est le jeune label Hypogea Invictus qui s’en était chargé, se contentant de ne sortir que quelques dizaines d’exemplaires qui ne sauront jamais satisfaire tout le potentiel public de la formation. C’est encore la même écurie qui s’occupe de l’EP auquel nous nous intéressons maintenant, et elle n’a pas été beaucoup plus gourmande, avec pour une première impression, seulement 33 CDs. Mais on parle déjà d’en commander de nouveaux. Il faudrait, il faudrait.

NUIT MACABRE est le rejeton de Nyghlfar, comme je le disais, mais il s’octroie les services d’un visage de notre scène française, Julien Hovelaque. Il a sévit avec sa formation principale AVE TENEBRAE de 1998 à 2017, mais beaucoup le connaissent mieux pour sa participation à MALEFICENTIA. L’homme est chanteur et guitariste, mais c’est en tant que claviériste qu’il donne un coup de main à son ami.

Oui, il y a bien du clavier chez NUIT MACABRE, mais ce n’est pas continu, il est ici mis plus en avant sur trois morceaux, et pour donner des saveurs différentes. C’est tout d’abord sur l’introduction, avec quelques notes qui parviennent à imposer un décor inquiétant. Puis sur le très bon « Perversion de Dieu » qui a donne son nom à la galette. On sent bien à quelle génération appartient Hovelaque car son instrument fait renaître le black symphonique de la grande heure. Cette piste sent le vieux DIMMU BORGIR, agité et bien saupoudré de mélodies synthé. C’est enfin sur « La Violence jusqu’à la mort » qu’il reprend les rennes, mais cette fois pour un résultat plus solennel et épique à la fois.

Car c’est l’originalité de cet EP de 22 minutes. Il ne fait pas deux pistes du même style. Il en a 7, elles jouent toutes du black metal, mais sans se répéter, et en semblant vouloir montrer l’étendue des capacités de NUIT MACABRE. « A coups d’acide » par exemple est plus cru, plus dégueulé. « Abusive Dépendance » commence par une introduction doomesque lourde avec un sample pris apparemment d’un reportage où une femme s’offusque de « jeunes habillés en noir qui viennent à un concert opposé à la religion... comme c’est triste », et il enchaîne avec du black gras légèrement punkisant, aux relents des débuts de PESTE NOIRE. Ah oui, on est loin du DIMMU BORGIR cité tout à l’heure ! dernier exemple, « Sur les hauteurs des glaciers » est un intermède joué à la guitare acoustique...

Finalement, cet EP est une sorte de carte de visite à double tranchant. Elle nous montre que le groupe peut toucher à différents black, et chaque piste scoute et se réécoute avec plaisir. Mais l’on ne sait pas finalement comment définir NUIT MACABRE. Certes, ce n’est pas un défaut particulièrement gênant, mais cela rend pour l’instant difficile l’attache. Ce qui est certain c’est que le groupe a des idées, sait les mettre en valeur, possède un potentiel. La suite est vivement attendue.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nuit Macabre
Black Metal
2018 - Hypogea Invictus
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nuit Macabre
Nuit Macabre
Black Metal - 2016 - France
  

tracklist
01.   Solitude
02.   Perversion de Dieu
03.   Child Murder Sacrifice
04.   Abusive Dépendance
05.   Sur les hauteurs des glaciers
06.   A coups d'acide
07.   La Violence jusqu'à la mort

Durée : 22:02

line up
parution
2 Avril 2018

Essayez aussi
Doombringer
Doombringer
The Grand Sabbath

2014 - Malignant Voices
  
Malleus
Malleus
Storm Of Witchcraft (EP)

2016 - Autoproduction
  
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Veritas Diaboli Manet In Aeternum (EP)
(Le Diable Est Ma Raison)

2008 - End All Life Productions
  
Svarttjern
Svarttjern
Misanthropic Path Of Madness

2009 - Schwarzdorn Production
  
Sheidim
Sheidim
Shrines Of The Void

2016 - Dark Descent Records
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique