chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wombbath - The Great Desolation

Chronique

Wombbath The Great Desolation
Encore en manque de « HM-2 » qui désamiante le plafond ? Un mois après la galette de LIK, hommage réussi aux regrettés Dismember, nouvelle cargaison de death suédois grassouillet à souhait : Wombbath. Trois ans ont passé depuis Downfall Rising et la résurrection du groupe (créé en 1990) par son fondateur Håkan Stuvemark , le guitariste recrute son acolyte ogre (littéralement) Jonny Pettersson comme le frontman officiel (il avait posé ses vocaux sur trois morceaux de Downfall Rising) et le producteur, le frappeur Henrik Åberg (Mörk Gryning, ex-Gates Of Ishtar) ainsi qu’un nouveau guitariste et bassiste. Pour ce troisième brûlot (dont on retrouve deux titres du split Embracing the Cold... ), signature chez le local Soulseller (responsable aussi de Pale King) et artwork chatoyant (loin des standards death) de SV Bell (Amorphis, Impaled Nazarene, Kataklysm, Rotting Christ) qui s’était aussi chargé du premier opus de 1993 Internal Caustic Torments.

Prêts à recevoir la fessée swedeath, vous qui vous attendiez à une suite logique du ultra testostéronné et cradingue Downfall Rising ? Vous devriez être assez surpris. Un aspect désormais en demi-teinte ici laissant place aux appétences doomy et mélodiques du duo Stuvemark/Pettersson. Soit mais les deux bonhommes avaient formé Pale King pour cela non ? Oui et selon moi il y a comme une redite, Wombbath étant à la base le penchant « death primaire » d’ Håkan. Bref. Ainsi une atmosphère froide et mélancolique qui s’en dégage, portée par des leads et des nappes de claviers, ces dernières entre aperçues sur l’album précédent et non sans rappeler le maître Edge Of Sanity (oui du death suédois avec du clavier c’est possible). Håkan ne renie donc pas ses origines mélo (In Thy Dreams), certains riffs titilleront gentiment nos tympans, je pense à l’intro épique du morceau éponyme, « Born Of Filth » (et son break étonnant à 1:19), le touchant « Punisher Of Broken Oaths » (le meilleur titre à mon sens, avec du hammer blast comme il faut sur le refrain) ou l’intro « Hail The Obscene ». Quitte à balancer des soli techniques : « Footsteps of Armageddon » (1:49) ou le bluffant « Cold Steel Salvation » (1:34).

Et à vrai dire heureusement que ces ingrédients sont présents car le reste du death semble assez classique et trop propret pour calmer les ardeurs des plus énervés et fins gourmets du style. Finie cette sensation de « piétinement » si savoureuse, la faute en partie à un son méchamment compressé (syndrome Entrails) malgré le rendu « tronçonneuse » qui ne fera que caresser nos esgourdes. Quant aux vocaux de Jonny, ils semblent en deçà de ses capacités et peinent à nous coller au siège (rappelez-vous de « Underneath The Rotten Soil »). On retrouve tout de même quelques bribes primaires passé (« The Weakest Flesh ») et des riffs bien trouvés pour le genre (les couplets de « Cold Steel Salvation » ou « Hail The Obscene ») mais noyés dans du quelconque si maintes fois entendues ajoutant en longueurs (« Footsteps of Armageddon » et les deux derniers morceaux).

A l’instar des récents Demonical et Puteraeon, Wombbath délivre un death metal suédois à l’exécution quasi millimétrée mais relativement lambda malgré cette transition mélodique et doomy. Une saveur appréciable mais qui fera doublon avec Pale King et qui aurait pu certainement être plus aboutie. Dommage que le groupe n’ait pas joué sa carte de death metal « Gilles Gros Paquet : up tempo qui détartre les chicots », les adeptes du monstre barbu Jonny Pettersson se tourneront plutôt vers ses nombreux autres side-projects (la belle découverte Gods Forsaken par exemple).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
16/06/2018 07:58
D'accord avec toi: le dernier titre est pénible. Et Punisher est très bon. Mais moi c'est sur le formidable refrain de The Weakest Flesh (sacrifice for Lord Satan... C'est presque du Deicide mélo Sourire ) que je prends le plus mon pied. 7.5
Jean-Clint citer
Jean-Clint
08/06/2018 13:24
note: 7.5/10
Un album qui fait le boulot et entend simplement perpétuer le style Swedeath inimitable ! Ca ne révolutionne rien, on a entendu mieux mais pour le genre pratiqué ça passe très bien.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wombbath
Death Metal
2018 - Soulseller Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
Wombbath
Wombbath
Death Metal - 1990 - Suède
  

nouveaute
A paraître le 1 Juin 2018

tracklist
01.   Embrace Death  (04:23)
02.   The Great Desolation  (03:21)
03.   Footsteps of Armageddon  (03:56)
04.   Born of Filth  (04:15)
05.   Punisher of Broken Oaths  (04:12)
06.   The Weakest Flesh  (04:16)
07.   Cold Steel Salvation  (03:51)
08.   Hail the Obscene  (06:03)
09.   Harvester of Sin  (03:11)

Durée : 37:28

line up
voir aussi
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  

Essayez plutôt
Fleshdoll
Fleshdoll
Hearts Of Darkness

2017 - Great Dane Records
  
Nominon
Nominon
Diabolical Bloodshed

1999 - X-Treme Records
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Cemetery Urn

2017 - Hells Headbangers Records
  
Sonne Adam
Sonne Adam
Messengers Of Desolate Ways (Compil.)

2012 - Century Media Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Wacken Carnage (Live)

2008 - Peaceville Records
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique