chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Serum Dreg - Lustful Vengeance

Chronique

Serum Dreg Lustful Vengeance
Rattaché au collectif Vrasubatlat, Serum Dreg est un duo composé de Mike Stone et Rory Flay, deux stakhanovistes de la scène Black et Death Metal participants activement à une tonne d’autres projets tels que Triumvir Foul, Ash Borer, Uškumgallu, Adzalaan, Dagger Lust, Utzalu et bien d’autres encore. Formé en 2013, le groupe sort sa première démo intitulée Impure Blood courant 2015. Probablement occupés ailleurs vu l’étendue de leurs CVs, le duo ne reviendra à la charge qu’en début d’année avec un premier album intitulé Lustful Vengeance disponible alors à seulement 30 exemplaires au format cassette. Pas de quoi exciter les foules ni même se faire un nom... Il faudra attendre le mois d’avril et le concours d’Invictus Productions pour voir celui-ci finalement édité en CD dans des quantités cette fois-ci un peu plus honorables.

Comme à l’accoutumé avec Vrasubatlat, les informations dispensées dans le livret sont des plus sommaires alors que l’artwork paraît quant à lui tout aussi obscur et étrange que ceux de Triumvir Foul, Uškumgallu et autres Utzalu. Présenté comme un album, Lustful Vengeance ne dure pourtant que vingt-deux petites minutes pour seulement six titres. On ne risque donc pas s’étouffer même si au final c’est très bien comme ça. Un choix qui résume encore une fois très bien l’esprit Punk/D.I.Y. qui anime toutes les personnes derrière ce collectif qui n’en finit plus de convaincre.

Un peu à la manière d’un Utzalu, Serum Dreg s’inscrit dans un registre Black/Punk hyper cradingue. Il y a néanmoins une différence de taille, le choix de la production. Beaucoup moins famélique tout en conservant cette âpreté qui donne à l’ensemble ce côté très sale ainsi qu’un caractère bien trempé, celle-ci apporte une couleur Death Metal à des titres qui pourtant ont tout du brûlot Black/Punk. L’album s’ouvre pourtant sur "Rotten Pillar/Lustful Vengeance", une piste en deux parties (comme le suggère d’ailleurs son titre) dont les deux premières minutes font figure d’introduction au son d’une batterie reprenant un pattern militaire et d’une voix possédée et maladive. Les cinq minutes restantes empruntent alors le chemin de mid-tempo abrasifs et hypnotiques avant d’attaquer sauvagement l’auditeur lors d’une incartade surprise complètement déglinguée rappelant les plus féroces assauts d’un Caveman Cult ou d’un Lihhamon (de 5:18 à 6:52) pour finalement conclure sur le même genre de mid-tempos. Une entrée en matière éprouvante qui ne traduit qu’une petite partie de ce qui va suivre. Car le reste de ce court album (soit les quinze minutes restantes en fait) suit peu ou prou le même chemin que cette brève attaque. A l’aide de morceaux menés le couteau entre les dents et la rage au ventre, Serum Dreg va annihiler toute forme de résistance à coup de blasts et de passages Punk dépouillés, de riffs simples, répétitifs mais d’une force et d’une efficacité sans faille, de cris démoniaques... Une urgence et une bestialité exacerbées qui font de Lustful Vengeance un disque particulièrement radical (l’enchaînement barbare de "Death Ritual" et "Impure Ceremony", ohlala !) en dépit de quelques séquences plus en retenues taillées pour briser des nuques ("Edifice Of Hatred" à 1:11, la première moitié de "Holy Disease" ainsi que la première minute de "Blasphemic Black Death Noise").

Sans grande surprise mais d’une furieuse intensité, ce premier album de Serum Dreg plaira à n’en point douter à tous les amateurs de Black Metal bestial à la Revenge, Conqueror, Caveman Cult, Blasphemy et autres douceurs de ce genre, notamment pour son approche jusqu’au-boutiste et l’atmosphère de guerre nucléaire qui s’en dégage. Un disque abrasif qui se concentre sur l’essentiel puisque du haut de ses vingt-deux petites minutes il n’a clairement pas de temps à perdre. Encore une chouette sortie sous les couleurs de Vrasubatlat.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Serum Dreg
Black / Death Metal
2018 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Serum Dreg
Serum Dreg
Black / Death Metal - 2013 - Etats-Unis
  

formats
  • K7 / 05/01/2018 - Vrasubatlat
  • CD / 20/04/2018 - Invictus Productions

tracklist
01.   Rotten Pillar / Lustful Vengeance  (07:48)
02.   Edifice Of Hatred  (02:30)
03.   Holy Disease  (03:45)
04.   Death Ritual  (01:56)
05.   Impure Ceremony  (02:13)
06.   Blasphemic Black Death Noise  (04:18)

Durée : 22:30

line up
parution
5 Janvier 2018

Essayez aussi
Varg
Varg
Guten Tag

2012 - Noiseart Records
  
Heresiarch
Heresiarch
Hammer Of Intransigence (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Karcavul
Karcavul
Intersaône

2016 - Deaf Death Husky / No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Et mon cul c'est du tofu / Crustatombe / Saka Čost / Sentient Ruin Laboratories / Underground Pollution
  
Torchbearer
Torchbearer
Death Meditations

2011 - Vic Records
  
Belphegor
Belphegor
The Last Supper / Blutsabbath (Compil.)

2004 - Twilight-Vertrieb
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique