chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Valgrind - Blackest Horizon

Chronique

Valgrind Blackest Horizon
Après un début de carrière compliqué et une longue période d’inactivité le quatuor de Bologne a enfin trouvé sa vitesse de croisière, et semble désormais pressé de rattraper le temps perdu vu qu’il nous gratifie dorénavant d’une sortie chaque année au printemps. Après l’excellent long-format « Speech Of The Flame » en 2016, c’est le tout aussi réussi EP « Seal Of Phobos » qui a vu le jour l’an dernier à la même période et finissait de convaincre les derniers sceptiques sur le renouveau et la pérennité du combo. Affublé désormais d’un line-up solide il confirme sa créativité avec ce troisième album, qui bien que reprenant les mêmes bases du Death floridien des années 90, montre également une facette plus éthérée et spatiale qui va surprendre au départ, mais finalement se greffer parfaitement à sa musique qui allie touche personnelle et hommage à un genre décidemment en plein renouveau.

Cependant si les italiens évoluent avec le temps ils n’en oublient pas (et heureusement) la brutalité et l’efficacité, et le moins que l’on puisse dire c’est que cette nouvelle offrande va démarrer en fanfare car « Victorious » en à peine trois minutes chrono, balance la sauce de manière frontale et directe. Pas de place ici pour du sentiment vu que pendant toute la durée ça envoie un mélange de blasts et de parties rapides où la double est ultra-présente, avec en prime des passages mid-tempo assez remuants où l’efficacité prime sur la subtilité, le tout avec une voix qui n’est pas sans rappeler à certains moments celle de Mark Grewe (ex MORGOTH). Après ce départ en trombe la vitesse va rester élevée avec le surpuissant « Sunken Temple Of Initiated » qui va conserver cette orientation franche et radicale (avec entre autres l’apparition de hammerblast) où le jeu précis et en mouvement de Gianmarco Agosti derrière son kit fait des merveilles, tout en montrant un léger virage plus aérien notamment par les solos nombreux et mélodiques. Ceux-ci vont être un des gros points forts de cet opus, car rarement les transalpins se sont autant lâchés dans cet exercice, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils apportent une vraie plus-value à l’ensemble, étant à la fois d’une précision redoutable tout en rajoutant une touche de lumière dans cet océan de noirceur, sans jamais tomber dans le surplus de technique, à l’instar des parties rythmiques.

En effet sur « Third And Last » les gars ont sorti l’artillerie lourde tant ici les variations sont de mise et montrent ainsi deux facettes opposées où la lourdeur prend plus de place qu’auparavant, ce qui se confirme avec le morceau-titre aux nappes de claviers discrètes mais perceptibles. Car hormis un court moment d’excitation durant lequel les leads vont retentir, les deux extrémités vont rester bien plus lentes et étouffantes que tout ce qui a été entendu jusque-là, osant ainsi le grand écart au niveau du rythme dont le résultat est à la hauteur de la prise de risques. D’ailleurs hormis les brutaux et réussis « Sacrificial Journey » et « The Fist » qui ne débandent pas un instant, la suite va rester sur ce schéma de montée en pression progressive avec tout d’abord le plus mélodique « The Empire Burns » où l’alternance ne cesse de se mettre en valeur, tout en conservant la force de frappe et l’explosivité globale. Ce constat va s’affirmer encore plus durant le triptyque de conclusion intitulé « Last Angel » qui va pousser plus loin la ligne directrice de ses créateurs, en premier lieu sur « (Into The Unknown) » qui outre l’absence de blasts inclut même quelques influences Thrash bien marquées au niveau du jeu de batterie comme du riffing rapide et énervé, tout en n’oubliant pas des passages marqués par un tapis de double écrasant et toujours ces solos nuageux et planants, qui tranchent avec l’agressivité générale. Sur « (The Psychonaut) » c’est le côté martial qui ressort au début comme à la fin, le tout entrecoupé de quelques fulgurances au milieu d’un océan d’étouffement qui ravage tout sur son passage, sans jamais en faire trop en durée comme en quantité, avant qu’en guise de clôture « (Hades Horseman) » ne pointe le bout de son nez, histoire d’offrir une ultime dose de plaisir joué à fond. Ici on pense que l’album va se terminer comme il a commencé car c’est une vraie déferlante de fureur et de solos qui arrive de tous les côtés, juste ralentie en son milieu par un calme de courte durée et par une outro au piano qui emmène l’auditeur loin vers les étoiles, comme après l’explosion d’une supernova où la galaxie retrouve son silence assourdissant.

Après trois-quarts d’heure on ne peut que s’incliner devant le boulot effectué par le groupe qui signe tout simplement sa meilleure sortie à ce jour, sa plus homogène, surprenante et personnelle. Sans souffrir de longueurs inutiles ni être remplie de passages moins inspirés, cette galette trouve l’équilibre parfait entre les différentes envies et influences de ses géniteurs, qui correspondent à la thématique présente sur la pochette. Avec en prime une production naturelle et équilibrée qui met en valeur chacun des instruments sur un même pied d’égalité (et qui sonne moins synthétique que celle du dernier EP en date), on est en présence d’une des grosses sorties Death de cette année, et surtout on a la sensation que la bande a franchi un cap (que l’on sentait déjà poindre l’an dernier). Ceci n’est d’ailleurs que justice pour le fondateur et guitariste Massimiliano Elia qui après tant d’années d’obstination et de motivation intacte voit logiquement ses efforts récompensés, lui qui n’a jamais renoncé malgré tous les coups durs auquel il a eu à faire face, et auquel il faut rendre un grand coup de chapeau.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
14/06/2018 18:43
note: 6/10
Valgrind ne se repose pas sur ses lauriers, l'évolution est palpable sur ce nouvel album qui, tout en restant old-school et souvent brutal, propose de nouvelles ambiances, de nouvelles influences et montre un visage plus "progressif". Bravo au groupe. J'avoue toutefois avoir du mal à accrocher. Malgré certains passages excellents, ça ne me parle pas plus que ça et je préfère toujours, de loin, le 1er album malgré ses longueurs. C'était plus simpliste mais autrement plus efficace et percutant avec des riffs plus jouissifs. Je n'ai que 4-5 écoutes au compteur et je vais lui en laisser quelques autres mais je ne pense pas que mon avis évoluera...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Valgrind
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Valgrind
Valgrind
Death Metal - 1994 - Italie
  

nouveaute
A paraître le 25 Mai 2018

tracklist
01.   Victorious
02.   Sunken Temple Of Initiated
03.   Third And Last
04.   The Blackest Horizon
05.   Sacrificial Journey
06.   The Empire Burns
07.   The Fist
08.   Last Angel (Into The Unknown)
09.   Last Angel (The Psychonaut)
10.   Last Angel (Hades Horseman)

Durée : 44 minutes

line up
voir aussi
Valgrind
Valgrind
Seal Of Phobos (EP)

2017 - Everlasting Spew Records
  
Valgrind
Valgrind
Morning Will Come No More

2012 - Godeater Records
  

Essayez aussi
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - Roadrunner Records
  
Mr. Death
Mr. Death
Descending Through Ashes

2011 - Agonia Records
  
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Deathcult
Deathcult
Demo MMXII (Démo)

2012 - Invictus Productions
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique