chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gutter Instinct - Heirs Of Sisyphus

Chronique

Gutter Instinct Heirs Of Sisyphus
Oh celui-là je l’attendais ! Plutôt gâté ces dernières semaines en sortie, un bon cru que cette année 2018. Deux ans après la mandale Age Of The Fanatics déboulée de nulle part (et a fortiori sur un label pas vraiment spécialisé dans ce genre), les Suédois de Gutter Instinct sont de retour. Line-up et artwork ne bougent pas pour ce deuxième opus. Seul Prosthetic Records laisse sa place au mythique Pulverised Records et le mixage/mastering est envoyé au fameux Necromorbus. Oui je sais vous avez mal aux yeux, une peinture méconnaissable de David Glomba (Cult Of Fire) mais qui sied parfaitement à la musique, vous verrez plus loin. Elle suit le titre de l’album, Heirs of Sisyphus : « les héritiers de Sisyphe ». Sisyphe ou le fondateur de la cité de Corinthe dans la mythologie grecque, puni par les dieux pour être revenu chez les vivants après un séjour aux Enfers. Son châtiment, faire rouler éternellement un rocher jusqu’en haut d’une colline. Le calvaire (savoureux) commence pour nous.

Mise en garde pour ceux connaissant déjà Gutter Instinct. Grosse moue lors des premières écoutes après un Age of the Fanatics ou du « swedish death » cradingue (perfusion Dismember et Entombed) et rentrant dans le lard, aspect qui s’efface au profit d’un death metal encore plus primaire mais aussi ambiancé. Sont citées comme influences Grave Miasma, Teitanblood, Blasphemy, Conqueror... Pas vraiment mon rayon je vous l’accorde, plus friand du son de Stockholm et forcément circonspect lors de la découverte du brûlot. Il me faudra du temps avant de pouvoir m’y faire… Et puis viendra d’un coup le déclic. Le groupe de Helsingborg use comme à son habitude de passages « parpaing », rappel des faits dès l’ouverture « Satan Within » (riffs d’intro aux airs d’un Belphegor). Derrière une production « raw », riffs triple couches dégoulinant (pédale « HM-2 » encore utilisée mais moins outrancière), frappes de brutes et chant death « position fécale » (la thématique « immondice » est respectée), façon Glen Benton (le death floridien comme référence majeure) avec des cris en fond. Difficile de ne pas beugler avec le frontman (le refrain de « Shock Doctrine »). Ce dernier partira malheureusement après l’enregistrement. Un aspect « bestial » poussé un cran au-dessus mais qui ne se limite pas qu’à du death décérébré.

Une entrée dans l’univers dégueulasse de ce Heirs of Sisyphus sans échappatoire, un death quasi hypnotique où Gutter Instinct aimera jouer d’avantage les variations de débits et les breaks impromptus. Breaks qui permettent à nos esgourdes de respirer ou carrément de nous enfoncer encore plus dans ce miasme sonore (« Zenon » à 1:40) et cela sur chaque morceau. D’ailleurs si je vous dis que Heirs of Sisyphus est plus mélodique que son ainé, vous ne me croiriez pas aux premières écoutes. Difficile pour Gutter Instinct de renier totalement ses origines suédoises. Outre le penchant bas du front d’un Grave et la brutalité d’un Repugnant, c’est même du black scandinave que l’on retrouve (le groupe définit d’ailleurs son style comme death/black). Le glacial « Zenon » (3:15), l’intro frissonnante « The Abyss Speaks », le refrain Edge Of Sanity de « Uncreation », le break épique de « Tip Of The Spear » (1:59) ou le final crucificateur du morceau éponyme (6:52) ne pourront vous laisser indemnes. Alors certes des compositions auraient pu être rognées sur de nombreux passages mais ces quelques flottements seront repris par un break mélodique ou dévastateur. Le supplice enivrant subsiste.

Heirs of Sisyphus ou du death metal à l’image de sa pochette, immonde. Typiquement le genre d’album « grower » comme on dit dans le jargon. Une découverte des plus sceptiques qui aurait difficilement passée la moyenne (je comprends l’avis de certaines critiques) si l’on place Gutter Instinct dans la case lambda « swedish death ». Puis après de nombreuses écoutes en condition, les œillères tombent et c’est comme une révélation. Une impression de death primaire qui laissera place à une musique bigarrée plus subtile qu’elle n’y paraît, mélodique et à l’atmosphère oppressante du fond du caniveau des plus savoureuses. Certes on trouvera quelques longueurs et des transitions un peu abruptes mais quel plaisir. Meilleur album de death en provenance de Suède pour cette année ? Vous l’avez.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
04/07/2018 06:53
Même approche que toi. D'abord rebuté par le côté "raw", presque War metal par moment, au final on se retrouve avec un album beaucoup plus nuancé et mélodique que ce que pourrait laisser croire le premier morceau. En même temps, même si le premier abord est un peu broussailleux, il aurait été étonnant que le côté régulièrement Dark Metal de leur musique te laisse indifférent Sourire
Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/06/2018 09:07
note: 8/10
Aussi enthousiaste que toi tant cet album m'a retourné et se (re)découvre au fur et à mesure des écoutes. Moins Swedeath et plus sombre que son prédécesseur il montre une nouvelle facette des suédois qui est totalement réussie et prenante, tant on a du mal à décrocher de cet amas glauque et étouffant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gutter Instinct
Death Metal
2018 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  6/10

plus d'infos sur
Gutter Instinct
Gutter Instinct
Death Metal - 2012 - Suède
  

tracklist
01.   Satan Within  (05:23)
02.   Zenon  (05:29)
03.   The Abyss Speaks  (06:28)
04.   Shock Doctrine  (05:09)
05.   Uncreation  (06:39)
06.   Tip of the Spear  (05:44)
07.   The Luminous Darkness  (02:26)
08.   Heirs of Sisyphus  (08:43)

Durée : 46:01

line up
parution
8 Juin 2018

voir aussi
Gutter Instinct
Gutter Instinct
Age Of The Fanatics

2016 - Prosthetic Records
  

Essayez aussi
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Totten Korps
Totten Korps
Supreme Commanders Of Darkness

2015 - Apocalyptic Productions
  
Lantern
Lantern
Subterranean Effulgence (EP)

2011 - Internecion Productions
  
Mercyless
Mercyless
Unholy Black Splendor

2013 - Trendkill Recordings
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Under The Hammer Of Destruction

2010 - Pulverised Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique