chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Thorium - Blasphemy Awakes

Chronique

Thorium Blasphemy Awakes
C’est un fait qu’on ne peut pas nier mais le Danemark a depuis pas mal d’années du mal à se renouveler et à retrouver une scène extrême de qualité, alors qu’à la fin du siècle dernier le royaume avait vu naître des formations de Death-Metal parmi les plus ambitieuses et intéressantes de son temps. Depuis les choses ont hélas bien changé et les porte-drapeaux de cette époque ont soit disparus (INIQUITY, EXMORTEM) ou ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes (PANZERCHRIST). Pourtant alors qu’on n’avait plus de nouvelles de sa part depuis longtemps, et qu’on croyait le projet du chanteur Michael Hvolgaard Andersen définitivement mort et enterré, THORIUM sort d’un silence discographique entamé il y’a dix ans et c’est déjà une bonne nouvelle en soit. Car depuis ses débuts en 1997 le combo de Copenhague n’a que rarement déçu, montrant une productivité à toutes épreuves avec trois albums en huit ans (le réussi « Ocean Of Blasphemy », et les excellents « Unleashing The Demons » et « Feral Creation »), avant que la machine ne se grippe et voit ses membres partir les uns après les autres. Pourtant son frontman n’a jamais officiellement arrêté et afin de continuer ses activités a reformé autour de lui (et de son ancien bassiste Kaspar Boye Larsen, actuellement dans VOLBEAT) une armée de vétérans de la scène underground où l’on trouve notamment les guitaristes Kræn Meier (ex INIQUITY) et Jens Peter Storm-Ringström, ainsi que le batteur multicartes Perra Karlsson (IN AETERNUM, DESTRÖYER 666). Sur le papier tout ceci a de l’allure, cependant il faut voir si la sauce prend car un tel changement de personnel conjugué à une longue inactivité n’est jamais sans risques, et malgré tous les efforts de chacun des membres actuels ce nouvel opus n’arrive pas au niveau de ces prédécesseurs. Du coup on ne peut que regretter l’absence à la guitare des historiques Morten Ryberg et surtout de son compère Allan Tvedebrink, dont le sens du jeu et feeling commun à tous les deux vont se faire cruellement sentir pendant la majorité des quarante minutes à venir.

Pourtant cela avait bien commencé avec le redoutable et varié « Penance » qui montrait toute la panoplie de jeu du combo, où vitesse élevée, blasts et parties remuantes étaient de la partie, et permettaient ainsi de retrouver la puissance et l’énergie des précédents disques. Malheureusement cela va se révéler être un coup d’épée dans l’eau tant la suite va plonger l’auditeur lentement mais sûrement dans un abîme d’ennui et un demi-sommeil, dont il mettra du temps à se réveiller. En effet on s’aperçoit bien trop rapidement du manque d’inspiration des riffs qui se répètent à l’envie mais qui n’ont pas l’accroche nécessaire pour captiver sur la durée, cela est le cas avec « Depravity » et « Maniac », qui font preuve également d’une prévisibilité totale et d’une linéarité continue. Le summum étant atteint le chiantissime « Slow Deep And Dead » qui reste désespérément coincé sur un tempo lent, où l’ambiance froide prime sur l’énergie, et malgré une durée d’à peine quatre minutes on a l’impression que le morceau en dure nettement plus tant tout y est plat et sans inspiration. Après ce ratage il n’est pas étonnant de piquer du nez quelques instants, et ça n’est pas « Trust No One » qui va changer la donne, malgré que ça soit quand même (et heureusement) meilleur qu’auparavant, mais simplement là-encore tout y est vite ennuyeux et on sait presque d’avance où vont tomber les variations et les breaks.

Cependant alors qu’on finissait par croire que tout espoir s’était envolé, voici que les gars se décident de nouveau à lâcher les chevaux, et comme lors de son démarrage revoilà que cette galette est de nouveau intéressante, car le morceau-titre revient aux fondamentaux et balance sa brutalité et sa sauvagerie comme on l’a trop peu entendu jusque-là. Sans concessions et redoutable on retrouve ici un délicieux côté rétro qu’on aurait apprécié entendre plus fréquemment, mais que l’on retrouvera à la fin avec les entraînants et variés « Tengil » et « Under The Black Skies » vraiment agréables et qui font regretter que les gars ne se soient bougé le cul qu’en dilettante. Car avant d’arriver à cette doublette de conclusion qui fait bien mal, il a fallu encore s’enfiler le moyen « Whispers From The Grave » qui met beaucoup trop de temps à se mettre en route, et aussi subir la reprise de « Dead Soul » des finlandais de DEMIGOD (figurant initialement sur l’album « Slumber Of Sullen Eyes » en 1992) qui semble avoir été répétée et enregistrée dans la foulée. Enfin il y’a beaucoup à dire sur le désolant « Reign Of Osman » qui trouve le moyen de plomber encore plus un rythme global déjà très mollasson, car là-aussi tout reste basé sur un tempo très lent qui ne bouge pas il propose surtout une monotonie qui confine entre l’énervement et le foutage de gueule, tant on se demande ce que cette compo vient foutre ici, hormis casser encore plus un semblant de dynamisme qui essayer pourtant d’inverser la spirale négative.

Difficile du coup de s’enthousiasmer pour ce retour encore plus raté que celui d’AT THE GATES il y’a quelques années, malgré quelques très bons passages qui montrent que quand ils s’en donnent vraiment la peine les scandinaves en ont sous la semelle. Cependant ces derniers ne se sont quand même pas foulés, donnant la désagréable impression d’avoir tout fait à l’arrache sans chercher trop loin l’inspiration (ce qui représente à peine quatre bons titres en tout). Ceci créé donc un déséquilibre flagrant entre les moments réussis (trop rares) où ça tabasse comme il faut de manière efficace, et ceux (au contraire trop fréquents) où ça joue à un train de sénateur, tout en se contentant de recycler les mêmes idées éculées en boucle, alors que ça tourne rarement au-delà de quatre minutes. Bref ça n’était pas la peine de faire espérer les fans si longtemps pour ça, et confirme une fois de plus que les retours après une longue absence ne sont pas souvent des plus réussis, et qu’une superposition de grands noms ne donne pas forcément une osmose totale. A l’image de sa pochette moche et bâclée (signée pourtant Roberto Toderico), l’ensemble s’oubliera rapidement et on préfèrera retourner sur les anciennes sorties du quintet, qui confirme une fois encore la perte d’attractivité d’une scène danoise qui n’arrive plus à retrouver son lustre d’antan et dont on peut craindre sérieusement pour son avenir proche, tant la nouvelle génération (hormis les redoutables TAPHOS) a du mal à émerger et à faire parler d’elle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
02/07/2018 16:28
Jean-Clint a écrit : Keyser a écrit : Assez anecdotique en effet du coup ton 6.5 (qui est une note correcte) me surprend.

J'ai mis cette note car les quatre très bons titres remontent le niveau, s'ils n'avaient pas été là ça aurait été à peine la moyenne.

Concernant la scène danoise autant effectivement Phrenelith passe assez bien, autant Hyperdontia et Deiquisitor ne m'ont absolument pas convaincu. A voir ce que ça donnera sur la suite ...


Ah ouais?! Je le trouve assez monstrueux l'album de Deiquisitor! Après c'est peut-être pas ton style de death préféré...
Mitch citer
Mitch
02/07/2018 16:25
Voir aussi ce que donne la nouvelle recrue Century Media (je demande le promo), Bæst.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/07/2018 16:06
Keyser a écrit : Assez anecdotique en effet du coup ton 6.5 (qui est une note correcte) me surprend.

J'ai mis cette note car les quatre très bons titres remontent le niveau, s'ils n'avaient pas été là ça aurait été à peine la moyenne.

Concernant la scène danoise autant effectivement Phrenelith passe assez bien, autant Hyperdontia et Deiquisitor ne m'ont absolument pas convaincu. A voir ce que ça donnera sur la suite ...
Keyser citer
Keyser
02/07/2018 15:02
Assez anecdotique en effet du coup ton 6.5 (qui est une note correcte) me surprend. Après pas trop d'accord sur l'état actuel de la scène danoise qui je trouve reprend du poil de la bête avec Taphos, Phrenelith, Hyperdontia, Deiquisitor... Ça reste encore léger mais ça va dans la bonne direction!
Mitch citer
Mitch
02/07/2018 13:48
Bien famélique et soporifique...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thorium
Death Metal
2018 - Mighty Music
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.2/10

plus d'infos sur
Thorium
Thorium
Death Metal - 1997 - Danemark
  

tracklist
01.  Metal Meltdown
02.  Penance
03.  Depravity
04.  Maniac
05.  Slow Deep And Dead
06.  Trust No One
07.  Blasphemy Awakes
08.  Whispers From The Grave
09.  Dead Soul (DEMIGOD Cover)
10.  Reign Of Osman
11.  Tengil
12.  Under The Black Skies

Durée : 40 minutes

parution
1 Juin 2018

voir aussi
Thorium
Thorium
Ocean Of Blasphemy

2000 - DieHard Music
  

Essayez plutôt
Excruciate
Excruciate
Passage Of Life

1993 - Thrash Records
  
Misery Index
Misery Index
The Killing Gods

2014 - Season Of Mist
  
Baneful Storm
Baneful Storm
Invocations (EP)

2017 - Autoproduction
  
Vader
Vader
Litany

2000 - Metal Blade Records
  
Requiem
Requiem
Infiltrate... Obliterate... Dominate...

2009 - Twilight-Vertrieb
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique