chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Obscura - Diluvium

Chronique

Obscura Diluvium
Ce n’est un secret pour personne, et ce serait insulter le lecteur assidu ou ponctuel de Thrashocore que de le rappeler : OBSCURA, c’est un peu le fleuron du Tech Death, le fer de lance d’un genre qui a largement trouvé sa place dans le cœur si grand des amateurs de Metal que nous sommes.
Il y eut NECROPHAGIST, puis il y eut ce projet, devenu peu à peu le nom inattaquable. OBSCURA, ce sont des compositions travaillées, une écriture poussée et réfléchie, ce sont également des concepts développés sur plusieurs albums. Ce sont des arrangements qui ne laissent rien au hasard, avec un quatuor qui se fait une réputation de premier de la classe. Et comment contredire ces « on dit », comment renier cette réputation ? Leurs inspirations puisent allègrement dans la sacro-sainte écriture de feu Schuldiner, le grand regretté leader de DEATH. Et on entend ces amateurs de Metal, conseiller à tout fan de DEATH cette merveille qu’est la discographie d’OBSCURA.

Eh bien, moi, je déteste OBSCURA.
Je ne supporte pas leur musique, qui m’horripile au plus haut point. On m’a sur-vendu ce groupe, j’en entendais parler avant même d’aimer le Death Metal, parce que c’était le fin du fin, le sommet d’un genre, voire de la musique en générale. Quand je me suis lancé à fond dans DEATH, on m’a dit : « Toi qui cherches sa suite spirituelle, mais prends OBSCURA, c’est bien plus approfondi ! »
J’ai juste écouté « Velocity » et leur cover de « Flesh and the Power it Holds », ça m’avait suffit : techniquement impeccable, ça restait pas moins pour moi que du « m’as-tu vu ». Le corps y est, tout tient debout, mais il n’y a pas d’âme. Et ce solo de « Velocity » qui fait tant parler de lui alors que, mince, c’est juste un effet à deux balles qui tombe comme un cheveu sur la soupe.
OBSCURA n'a jamais été pour moi qu’un projet désolant : tu as tout ce qu’il faut pour offrir de l’excellence, mais l’écriture ne suit pas. C’est rapide pour rien, l’efficacité est absente, le son a un rendu plastique, factice, et je ne parle pas du chanteur, que je trouve à côté de la plaque, surtout avec ses « OUH » growlés à la limite du ridicule.
Le titre éponyme de l’album Akroasis m’a fait croire à quelque chose, mais non, le reste de l’album m’a ennuyé.

Vous me répondrez : « Mais toi aussi, tu nous ennuies avec ça ! » Mais ces précisions sont essentielles, car un album, c’est une rencontre, un contexte, une façon de l’aborder. J’ai découvert Diluvium avec le plus grand scepticisme, convaincu de trouver du OBSCURA prétentieux, superbe comme une coquille vide.



Une brise sans aucun souffle ?
Je sens enfin les gouttes sur mon visage.


Diluvium est le quatrième et dernier opus d’une saga qui aura duré bien longtemps. Je n’ai rien suivi, mais heureusement, l’écriture a pris un sacré bond. C’est assez fou d’ailleurs que, juste deux ans après Akroasis, OBSCURA ait été capable de proposer un travail aussi abouti.
Tout commence par le son : je ne sais pas d’où ça vient, mais le mix m’est enfin agréable. La batterie a du répondant, la basse pourlèche le tout d’une manière très jazz, et ce dès l’ouverture qu’est « Clandestine Stars » avec, à partir de 2:20, du Tech Death de haut niveau. Ça monte doucement, ça prend son temps, on ne fait pas du débilement rapide, et la technique se fait plus posée, moins frontale. Un tel morceau met tout sur la table : le chant commence par ce fameux « OUH » et, comment dire ?, ça fonctionne ! Des voix plus aériennes et synthétiques à la fois s’invitent dans la partie et donnent un relief que j’arrive à ressentir, notamment dans « Emergent Evolution » où elles mènent à 2:50 vers un solo qui m’a fait hérisser les poils alors que j’écoutais l’album dans de mauvaises conditions (pc portable à faible volume, c’est signe que l’écriture détient quelque chose). Morceau qui, d'ailleurs, m'a donné envie d'approfondir le disque : les couplets sont chantés à la Schuldiner, les pistes jouent ensemble à merveille. C'est du très grand !

Le rideau s’écarte sans bruit.
Ma peau perçoit le frottement des textures.


Le chant a réellement gagné en maîtrise : le growl est d’une justesse impeccable, ni crispant dans des aigus qui ne tiennent pas, ni caverneux pour faire gras. « Mortification of the Vulgar Sun » montre ainsi des tentatives du chanteur de créer d’autres pistes vocales, et le fait de superbe façon ! Il parvient même à apostropher l’auditeur quand, au refrain de « Ethereal Skies », il semble prendre de l’ampleur en ajoutant du coffre à sa voix.

Toujours concernant le mix dont j’ai parlé plus haut, le jeu des guitares apporte ce qui, pour moi, faisait tout le sel de DEATH : un ensemble de questions-réponses. Les va et vient entre les deux guitaristes se ressentent à plusieurs endroits, comme dans « Mortification of the Vulgar Sun » qui enchaîne des mélodies qui se calent entre les notes de la rythmique. C’est simple, je sens une cohérence, comme si j’étais enveloppé dans un tout. OBSCURA m’enferme dans un cocon, et crée un espace sonore riche et intelligent.
Les parties instrumentales me font voyager et savent être employées en tirant pleinement partie de leur force de frappe : « Ethereal Skies » emploie ses ingrédients au fur et à mesure, et chaque moment semble aller de soi.

C'est par ces mots que j'arrive à fixer mon avis ; leur musique est ici consciente, mesurée mais naturelle à la fois, en ne forçant rien, juste en laissant la musique faire son œuvre. Eux exécutent, les notes se chargent du reste.

Une forme apparaît,
Les secondes s’y confondent et tissent des mots.


Diluvium est un album qui enchaîne les bonnes idées, et notamment des Tech parts délicieuses : le départ du morceau éponyme, notamment, contient des changements de rythme bien sentis. On ne reste pas des plombes sur un plan, mais on évite aussi d’enchaîner comme un bourrin des millions d’idées sans les approfondir. Une musique exécutée sans pose ni nonchalance, mais avec une maturité qui force le respect.
Maturité qu’on ressent également dans les breaks et ruptures de rythme de « Etheral Skies » alors que les guitares chantent sans interruption, créant deux pistes qui valsent entre elles, ou dans « Convergence » par ses respirations soudaines.

Et les fumées de soufre, de siècles, de luttes
Semblent se concentrer autour d’un cœur naissant.


Est-ce qu’on pourrait, maintenant que j’ai aligné autant d’éloges, trouver en cet album un point négatif ? Je le voudrais, parce que j’ai du mal à me dire « mais non, il n’y a que du bon là-dedans ».

Je pense que je vais me ranger du côté de la majorité : Diluvium est un des albums de l’année, une des sensations à ne surtout pas rater. Peut-être que certains n’y trouveront pas leur compte, que ce n’est pas le « Obscura qu’ils voulaient ». De mon côté, l’album ne faiblit jamais, et même sur une écoute complète il tient la mesure. Parce que c’est varié sans paumer l’auditeur, parce que c’est riche sans être foutraque, parce que c’est plein d’idées qui laissent sans voix : parce que c’est créatif ! Si vous êtes attirés par les trois extraits disponibles à l'heure de l'écriture de ces lignes, dîtes-vous que l’ensemble de l’album est tout aussi surprenant. Je n’ai pas évoqué « Ekpyrosis » et ses mélodies saisissantes, ni décrit ce que le disque compte de mesures qui ne se répètent pas, encore moins parlé des progressions qui se font sans accroc. Parfois, il faut s’agenouiller face à l’évidence, en écoutant les trois dernières minutes du magistral « Epilogue to Infinity »...

Du cœur surgit une forme de main
Qui engloutit autant qu’elle donne.
Un présent du néant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
15/07/2018 15:37
note: 9/10
Jotun35 a écrit : Album trop sage et prévisible. Une copie de bon élève qui manque d'imagination. La majorité des morceaux ont une structure bien trop basique pour surprendre qui que ce soit (en gros: alternance de couplet/refrain classique avec un long break un peu jazzy et un ou deux solos au milieu). Je vois difficilement en quoi ce disque est prog.
Les deux premiers albums resteront les meilleurs

Le dernier Alkaloid défonce cet album à tout les niveaux (merci Münzner et Grossman).


Alkaloid a pour moi un côté trop clinique et trop clinquant, trop technique, du coup j'arrive jamais à rentrer dedans.
Ici, le Prog se fait dans les arrangements qui permettent des ambiances variées au sein de chaque titre qui, mine de rien, ont des changement de mesures.
Après, je comprends tout à fait que cet album ne plaise pas, voire déçoive, parce que tout le monde n'aura pas les mêmes attentes Sourire
Après tout, une chronique reste subjective, c'est pour ça que j'ai insisté sur le contexte de ma rencontre avec ce disque Clin d'oeil
Jotun35 citer
Jotun35
14/07/2018 09:39
note: 7/10
Album trop sage et prévisible. Une copie de bon élève qui manque d'imagination. La majorité des morceaux ont une structure bien trop basique pour surprendre qui que ce soit (en gros: alternance de couplet/refrain classique avec un long break un peu jazzy et un ou deux solos au milieu). Je vois difficilement en quoi ce disque est prog.
Les deux premiers albums resteront les meilleurs

Le dernier Alkaloid défonce cet album à tout les niveaux (merci Münzner et Grossman).
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
13/07/2018 14:48
Très bon disque que l'on attendait plus vraiment. Le groupe retrouve sa pertinence mélodique, essentielle à ses qualités habituelles pour convaincre. La deuxième moitié de l'album me parait un poil en-dessous, mais ça reste du costaud.
Mera citer
Mera
10/07/2018 09:48
J'avais beaucoup aimé le premier puis un petit peu moins à chaque fois sur les suivants. Mais c'est vrai que ton enthousiasme est communicatif et les extraits sont sympas donc j'ai plutôt hâte d'écouter la bête en entier quand elle sera dispo.
MoM citer
MoM
06/07/2018 08:09
note: 9/10
Johnjohn a écrit : Eh bien moi, ... J'ai envie de te croire, mais depuis Cosmogenesis, et à chaque sortie, j'y trouve de moins en moins mon compte. Des 3 titres diffusés, seul Ethereal skyes m'accroche l'esgourde... et encore...

Vous trouvez pas que les mélodies sont de moins en moins marquantes? Et les leads acérés? Ils sont passés où les leads acérés? Pis ça fait plastoc... Oui, je sais, les premiers aussi. Mais du plastoc sans la hype, ça passe mieux, je trouve. Ca peut passer pour une production petit budget.

Après un Omnivium qui m'a peu marqué, et un Akroasis qui m'a déçu, ta chronique m'a remotivé, je vais laisser une grosse chance à cet album. Hate d'écouter ça pour de bon.


Je préfère qu'ils se soient calmés niveau productions longues qui en mettent plein la gueule sur 6-7 minutes pour faire quelque chose de cet acabit, plus mesuré et qui laisse de la force d'inertie dans ses mouvements.
Y a pas à donner sans arrêt des coups de pédale pour que le bolide avance Clin d'oeil

Mais je suis d'accord, si on compare ce disque avec leur principale référence qu'est Death, ça manque de grosse mélodie qui te restent en tête pendant des jours. Mais, moi, contrairement aux autres desquels je ne retenais rien, là je retiens des mouvements, des impressions, des formes, des mots...
Pour ça que j'ai mis ce 9.5 : moi je m'y retrouve, ça me parle grave, c'est très proche d'un Beyond Creation !
Si on n'aime pas ça, et si c'est pas ce genre de son qu'on cherche chez Obscura, c'est sûr que l'album sera moins surprenant qu'il l'a été pour moi Sourire
Johnjohn citer
Johnjohn
06/07/2018 00:07
Eh bien moi, ... J'ai envie de te croire, mais depuis Cosmogenesis, et à chaque sortie, j'y trouve de moins en moins mon compte. Des 3 titres diffusés, seul Ethereal skyes m'accroche l'esgourde... et encore...

Vous trouvez pas que les mélodies sont de moins en moins marquantes? Et les leads acérés? Ils sont passés où les leads acérés? Pis ça fait plastoc... Oui, je sais, les premiers aussi. Mais du plastoc sans la hype, ça passe mieux, je trouve. Ca peut passer pour une production petit budget.

Après un Omnivium qui m'a peu marqué, et un Akroasis qui m'a déçu, ta chronique m'a remotivé, je vais laisser une grosse chance à cet album. Hate d'écouter ça pour de bon.
MoM citer
MoM
05/07/2018 23:47
note: 9/10
coreandcoupdate a écrit : Mais c'est qu'il se montrerait convainquant le bougre... !!!!

Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
05/07/2018 23:36
Mais c'est qu'il se montrerait convainquant le bougre... !!!!
MoM citer
MoM
05/07/2018 18:46
note: 9/10
N4pht4 a écrit : Musicalement, c'est très bien, excellent même. Mais alors la voix putain... Il était obligé de mettre du chant clair horrible sur TOUTES les tracks? La je fais un blocage total, ça passe pas du tout.
Je note pas sinon je vais mettre une tôle que l'album ne mérite sûrement pas au vu du travail fourni


Perso c'est justement un des points que j'ai appréciés, surtout les utilisations du vocodeur façon Cynic.
Après, tu le dis toi-même, ça bloque... Chaque album d'Obscura, je bloquais également, donc je te comprends tout à fait !
N4pht4 citer
N4pht4
05/07/2018 18:44
Musicalement, c'est très bien, excellent même. Mais alors la voix putain... Il était obligé de mettre du chant clair horrible sur TOUTES les tracks? La je fais un blocage total, ça passe pas du tout.
Je note pas sinon je vais mettre une tôle que l'album ne mérite sûrement pas au vu du travail fourni
MoM citer
MoM
05/07/2018 18:39
note: 9/10
ChuckSchuldiner a écrit : La chro donne envie ! J'avais beaucoup aimé Akroasis qui pour moi était encore un échelon au dessus des 2 précédents, donc pressé de poser une oreille sur celui là !

Merci du retour ! De rien si ça te donne envie Clin d'oeil
Je pense que tu vas bien apprécier : rue-toi sur les extraits bandcamp, je ne peux pas dire mieux Sourire
ChuckSchuldiner citer
ChuckSchuldiner
05/07/2018 18:31
La chro donne envie ! J'avais beaucoup aimé Akroasis qui pour moi était encore un échelon au dessus des 2 précédents, donc pressé de poser une oreille sur celui là !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obscura
Progressive / Technical Death Metal
2018 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (2)  8.6/10

plus d'infos sur
Obscura
Obscura
Progressive / Technical Death Metal - 2002 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 13 Juillet 2018

tracklist
01.   Clandestine Stars  (03:38)
02.   Emergent Evolution  (04:52)
03.   Diluvium  (05:02)
04.   Mortification of the Vulgar Sun  (06:09)
05.   Ethereal Skies  (05:18)
06.   Convergence  (04:04)
07.   Ekpyrosis  (05:23)
08.   The Seventh Aeon  (05:17)
09.   The Conjuration  (05:33)
10.   An Epilogue to Infinity  (06:16)
11.   A Last Farewell 2:26 (bonus track)

Durée : 53:58

line up
voir aussi
Obscura
Obscura
Cosmogenesis

2009 - Relapse Records
  
Obscura
Obscura
Omnivium

2011 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Beyond Creation
Beyond Creation
Earthborn Evolution

2014 - Season Of Mist
  
The Beast of Nod
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos

2018 - Indépendant
  
Unhuman
Unhuman
Unhuman

2013 - Galy Records
  
Anakim
Anakim
Monuments To Departed Worlds

2017 - Autoproduction
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique