chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Funeral Mist - Hekatomb

Chronique

Funeral Mist Hekatomb
Cet album risque de passer dans les déceptions de l'année sur Thrashocore. Je m'en frotte les yeux tellement profondément que j'ai les ongles qui touchent ma cervelle. C'est tout de même abasourdissant d'entendre de vives critiques au sujet de ce retour inattendu, inespéré et non-annoncé d'un album de FUNERAL MIST. Arioch, passé chez MARDUK depuis une quinzaine d'années déjà, ne se libère effectivement que peu de temps pour sa formation perso, et Hekatomb n'est que le deuxième essai depuis qu'il partage sa vie avec les Panzer Division. Le deuxième seulement puisque 9 années ont passé depuis Maranatha. Et autant ce dernier a été encensé, vénéré, considéré désormais comme un album culte, autant les 8 nouvelles pistes ont totalement divisé l'opinion.

Et ça me chiffonne. Et je me suis demandé pourquoi ça me chiffonnait autant que certains soient virulents à l'égard d'un album que j'ai trouvé excellent. Parce que j'ai envie de protéger le groupe ? Nan, je ne suis pas un preux chevalier. FUNERAL MIST n'a aucun besoin d'aide, ou d'être sauvé d'opinions négatives. Parce que j'ai envie que d'autres que moi apprécient l'album ? Nan plus. J'aime faire découvrir des groupes à des personnes potentiellement intéressées, je n'essaie pas de convaincre que ce que j'aime doit être aimé. Alors quoi ? Eh bien c'est très bas, très vil, très faible, mais j'ai compris que ce que je devais protéger, ce n'était pas Hekatomb, mais mon propre jugement. Ce qui nous fait tenter d'expliquer les bons côtés d'un album, c'est avant tout pour essayer de prouver que nos goûts ne sont pas erronés. Entendre certains dire que "cet album est inutile", qu'"une seule écoute à permis de comprendre qu'une deuxième n'était pas nécessaire", que "le chanteur était bien fatigué et loin de ses anciennes possibilités", et donc que bref cet album est mauvais alors que nous on l'a trouvé énorme, on se sent subitement remis en cause. Merde ! Moi qui l'ai trouvé excellent, je passe pour un bouffon si les autres le critiquent ! Ils vont dire que j'aime de la merde !

Les plus influençables vont alors se convaincre que l'album est effectivement mauvais parce qu'untel et untel l'ont dit. Les plus sages vont s'en battre doucement et agréablement les couilles. Sakrifiss est encore pire que ces deux espèces, il se sent investi de la mission d'expliquer pourquoi cet album mérite le respect et l'amour. Il a besoin de vous dire les raisons qui font qu'il met son zizi dans la fente du CD presque tous les soirs. (Et si ça passe au repos, ça fait très mal quand Zizi est content).

Cet album est jouissif. Cet album est une énorme réussite. Cet album est une suite extrêmement logique de Maranatha. Et ce dès le début. Et ce jusqu'à la fin.

Le début, c'est "In nomine Domini", pffffff... Légère introduction avec un gaillard qui crie, puis des guitares qui crissent, et avant la fin de la première minute l'apocalypse commence. Les rafales sont dévastatrices. Le feu est partout ! Mais comme FUNERAL MIST nous avait déjà fait le coup la dernière fois, il met ici et là des passages sournois, des ralentissements tordus, des breaks malsains. Et des ajouts de sample dont on ne se lasse jamais. Sur ce premier morceau on a notre personnage du début qui revient à la troisième minute et met de la tension. Avant que la piste reparte dans un rythme qui détruit tout sur sa fin.

Et toutes les pistes seront comme ça, avec l'impression de se manger des comètes sur la face, mais aussi avec ces ingrédients accrocheurs, ces trouvailles ingénieuses qui servent les ambiances de fou. Sur "Naught but dead" on a une sorte d'Indien qui récite un rituel. Sur "Pallor Mortis" c'est une voix d'enfant possédé qui apparaît. Sur "Metamorphosis" c'est un chant grégorien... ça fonctionne à tous les coups.

Et si je parle d'abord de ces ajouts, Arioch n'est pas en reste, et ceux qui disent qu'il a baissé en niveau sont incités à réécouter le final de "Naught but death" où sa voix transmet des émotions dures et fragiles à la fois. La haine est à son paroxysme sur "Hosanna", avec un timbre aussi chaud que la musique est brûlante. Et puis mince, il a une voix unique, on le reconnaît de suite, il ne se contente pas de reproduire un chant black classique mais a ses propres intonations. Il a un phrasé, mais aussi le talent pour trouver des mots qui vibrent et résonnent. Il fait une démonstration impeccable. Ce n'est pas négociable.

On peut ne pas être sensible à ce style musical. Mais alors on a dû être également insensible à Maranatha, ou alors avoir changé de goût depuis 2009, ou alors avoir imaginé que le groupe allait faire encore mieux, mais attendre mieux que le meilleur, c'est déraisonnable. Un album du même niveau, c'est déjà un cadeau précieux. Même les riffs sont d'excellente facture et très rapidement on se familiarise avec les compositions. Comment ne pas apprécier les notes infernales soutenues par un léger clavier de "Cockatrice", et la façon que ce titre a de nous faire croire qu'il est terminé, avec le bruit du vent accompagné d'un clavier, avant de repartir dans la chevauchée diabolique.

J'ai un beau 9.5 à Maranatha. Pour l'instant je mets 9 à Hekatomb, pour la simple raison que la vingtaine d'écoutes que j'ai au compteur ne suffit pas pour savoir s'il traversera lui aussi le temps. Je laisse toujours quelques mois avant de passer à des notes supérieures, sauf exception.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
08/07/2018 08:10
note: 6.5/10
Je reviens de plus en plus sur mon jugement, même si je ne serai pas aussi conquis que Sakri. Trop de passages à vide quand le précédent t'attrapait pour ne plus jamais te lâcher.

Il en reste que c'est un bon disque, avec de sacrés morceaux. Son seul défaut est de venir après un album qui touche du doigt la perfection. La voix est un peu faiblarde, aussi, mais c'est un détail.
Stockwel citer
Stockwel
07/07/2018 16:35
Entièrement d'accord avec la chronique et la note. Un très grand album mais un poil en dessous du précédent. J'adore les 2 premiers morceaux, le 1e est d'une cruauté incroyable et la fin du 2e me file des frissons. Sur maranatha c'était la même chose mais avec les 2 derniers.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/07/2018 18:37
"Mais attendre mieux que le meilleur, c'est déraisonnable".
Oui.
On parlait pas de black metal, au fait ? Parce que j'avais cru, un instant ?
Sylé citer
Sylé
06/07/2018 10:21
Idem,

j'ai trouvé l'album excellent et Arioch en bien meilleure forme que sur les extraits du nouveau Marduk.

Donc oui, album excellent et dans la continuité parfaite des précédents, même si perso je le rapproche plus de Salvation dans son côté homogène que de la folie de Maranatha. Mais oui, un petit pincement au dedans du coeur pour cette folie en moins (compos, chant) mais je trouve que ça ne baisse pas la qualité de ce nouvel album. Voir qu'au contraire cela remonte encore celle de Maramatha qui regagne en folie dans leur discographie grâce à ce Hekatomb.

En résumé, Hekatomb est peut-être à placer entre un Maramatha et un Salavation pour moi.
dantefever citer
dantefever
06/07/2018 09:39
note: 8.5/10
Cet album est excellent, une monstruosité comme seule Arioch sait en produire, mais ce n'est pas un chef d'oeuvre de le trempe des deux premiers Funeral Mist.

En soi il n'a que très peu de faiblesses, à part cet espèce de passage crossover thrash (je vois pas comment appeler ça ...) sur la première piste. Toutes les chansons sont excellentes, en particulier "Cockatrice" et "Pallor Mortis" dont le riff principal me rend dingue.

En revanche, Arioch est moins fou. L'album est beaucoup moins imprévisible et dérangeant que Maranatha, dont il est effectivement la suite logique. Les vocaux sont incroyables, ils me fascinent à chaque écoute, mais Arioch est moins jusqu'au boutiste que sur les précédents, autant au niveau de la voix que de la composition. Et surtout, aucune piste d'Hekatomb n'arrive à à se faire aussi marquante qu'un "Blessed Cursed" ou qu'un "Circle of Eyes".

Attention, ça reste une tuerie d'une personnalité et d'une qualité à des kilomètres au-dessus du reste, mais un bon cran en-dessous de Maranatha. Donc déception relative, celle de ne pas avoir affaire à un album aussi ravageant qu'attendu, mais contrebalancé par une richesse exceptionnelle qui me fait le réécouter quotidiennement aussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeral Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  7.42/10
Webzines : (4)  8.69/10

plus d'infos sur
Funeral Mist
Funeral Mist
Black Metal - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   In Nomine Domini
02.   Naught but Death
03.   Shedding Skin
04.   Cockatrice
05.   Metamorphosis
06.   Within the Without
07.   Hosanna
08.   Pallor Mortis

Durée : 43:01

line up
parution
15 Juin 2018

voir aussi
Funeral Mist
Funeral Mist
Maranatha

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Funeral Mist
Funeral Mist
Salvation

2003 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Absu
Absu
Abzu

2011 - Candlelight Records
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Spectres Over Transylvania (EP)

2011 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Ende / Sorcier Des Glaces
Ende / Sorcier Des Glaces
Le Puits des Morts (Split-CD)

2016 - Obscure Abhorrence Productions
  
Merrimack
Merrimack
Omegaphilia

2017 - Season Of Mist
  
Enthroned
Enthroned
Towards The Skullthrone Of Satan

1997 - Blackend
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique