chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vanhelga - Fredagsmys

Chronique

Vanhelga Fredagsmys
« VANHELGA, ça vaut pas LIFELOVER. ». Oui, oui, c’est sûr. Mais dans un sens, est-ce qu’on va continuer éternellement à comparer les deux groupes ? Surtout que Johan Gabrielson, chanteur qui a officié dans les deux formations et faisait donc office de pont, a pris ses distances ; il n’est plus dans le groupe depuis 2015. Et désormais, VANHELGA c’est surtout notre toxico préféré après Niklas Kvarforth : Jacob Ottosson, alias 145188. Je le taquine, je le taquine, mais on va commencer à s’inquiéter pour lui qui dort plus souvent dans des centres de désintoxication que chez lui. Ce qui ne l’empêche pas de sortir un album tous les 2 ans, réglé comme une montre suisse. 2010, 2012, 2014, 2016... C’est bon, il est bien à jour avec Fredagsmys en 2018. Par contre, lui qui s’occupait de tous les instruments ne fait plus désormais que les vocaux. En plus de la direction générale bien entendu. Sa troupe est actuellement composée de J. Ejnarsson aux guitares, R. Jönsson à la basse et D. Franzén à la batterie.

Ceux qui s’amusent encore à comparer VANHELGA et LIFELOVER auront aussi remarqué que ça y est, ce premier a sorti 5 albums pour 4 pour le deuxième. Et alors ? Rien, juste que VANHELGA a finalement plus de matériel que feu son grand frère. Quitte à comparer, comparons tout hein ! Même si le nombre n’a rien à voir avec notre affaire.

Notre affaire, on y revient. « Faut-il encore comparer VANHELGA à LIFELOVER ? ». Surtout qu’en fait, VANHELGA n’a jamais vraiment été une copie ou un sosie raté de son aîné. L’influence musicale était palpable, sensible, mais personne ne s’y trompait. Ce n’était pas du pillage. Et puis, après le suicide / la mort accidentelle (oui, on a le choix, les versions varient) de Nattdal en 2011, un grand vide était apparu, et finalement on pouvait apprécier de trouver des petits airs du cher disparu, comme on avait eu envie d’aimer VREID à la mort de Valfar et donc de WINDIR.

À la limite ce n’est même pas d’un ton accusateur qu’on devrait se demander si VANHELGA ressemble à LIFELOVER, mais plutôt avec des accents d’espoir ! « Aaaaah, si le Suédois vivant pouvait remplacer le Suédois décédé, ou du moins poursuivre son œuvre ! ».

Eh bien on s’en approche finalement un peu plus encore sur ces 11 pistes. 56 minutes qui vont intégrer par moments du piano, des vocaux clairs, des ambiances découragées, décourageantes, désabusées... Il y a des passages, comme la première piste, qui se veulent agressifs, rudes, haineux avec quelques parties hurlées maladives et d’autres plus gutturales. Mais alors, la délicatesse s’invite fréquemment et dans ces cas-là, LIFELOVER est plus que jamais dans les esprits. On y pense en tout premier sur le deuxième morceau, « Psykotisk självinsikt », qui intègre un sifflement. Très bon le sifflement, très mélancolique le sifflement ! Et puis sur d’autres pistes ce sont des vocaux déclamés, pleurés, voire même pop rock, ou alors la musique qui se met à emprunter au doom, au rock, au post black, à la new wave... Le plus flagrant est sur « Ensam mot alla », un titre où l’on mélange INDOCHINE à LIFELOVER. Et en plus ça passe bien, c’est un instant de mélancolie réussi, doux, et avec une certaine finesse. Tout l’album comme ça, on aurait été gavé, comme si on avait mangé le sachet de Tagada d’un seul coup, mais là, posé en quatrième position, il fait fondre.

Certaines pistes sont moins engageantes, même si plus agressives, mais toutes contiennent au moins un passage qui se veut marquant. Ils vont de l’anecdotique à l’éclair de génie. Le début de « Två blir ett » est ainsi très ennuyeux mais glisse des riffs délicieux sur sa dernière minute. Les vocaux torturés de « Keep the Windows Closed » sont à crever, énorme performance (Merci à Graf de PSYCHONAUT 4 qui vient poser son timbre !). Le côté hyper envolé de « Förpassad till misär » et ses ambiances quasi super-héroïque mettent aussi un bon coup de fouet de fraîcheur.

Il y a ainsi toujours des petites découvertes au sein des morceaux et l’on ne peut pas reprocher grand-chose. Quelques longueurs peut-être. Mais sans que cela ne soit trop nuisible non plus. Par contre, VANHELGA, ça vaut pas LIFELOVER.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vanhelga
Post black metal
2018 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  6.82/10

plus d'infos sur
Vanhelga
Vanhelga
Post black metal - 2001 - Suède
  

nouveaute
A paraître le 29 Juin 2018

tracklist
01.   Sömnparalys
02.   Psykotisk självinsikt
03.   Varde mörker
04.   Ensam mot alla
05.   Förpassad till misär
06.   Två blir ett
07.   Keep the Window Closed
08.   RIP (Relationship in Pieces)
09.   Feels like Breathing in Sulfur
10.   You Are Temporary
11.   Fredagsmys

Durée : 55:57

voir aussi
Vanhelga
Vanhelga
Längtan

2014 - Art of Propaganda
  

Essayez aussi
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Tekeli-Li

2014 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Harakiri for the Sky
Harakiri for the Sky
Arson

2018 - Art of Propaganda
  
Wiegedood
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed

2015 - ConSouling Sounds
  
Bereft of Light
Bereft of Light
Hoinar

2017 - Loud Rage Music
  
Sylvaine
Sylvaine
Wistful

2016 - Season Of Mist
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique