chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Origin - Echoes Of Decimation

Chronique

Origin Echoes Of Decimation
Parmi les chroniques les plus honteuses de l'histoire de Thrashocore, celles où un chroniqueur un peu perdu fut submergé par une intensité et une brutalité auxquelles il n'était pas préparé, il y a bien entendu celle de Behind The Shadows Lie Madness par un Keyser qui trouve que Mithras blaste trop (vous avez le droit de rigoler), et bien sûr, celle plus compréhensible de Echoes Of Decimation par un ex-chroniqueur de Thrasho qui devait aimer autant le brutal death que j'aime le néo-metal. Loin de moi l'idée de dénigrer son point de vue : ne pas aimer Origin quand on n'aime pas le brutal death technique, c'est absolument normal, et ce d'autant plus que ce troisième album d'Origin sera celui qui lancera la vague du brutal death technique en dehors des États-Unis, ouvrant la voie à un style qui sur les prémices de Suffocation et Cryptopsy se complexifiera en une scène que l'on connaît désormais très bien sur ce site. Il est logiquement difficile de reconnaître les albums précurseurs d'un nouveau style à leur sortie, et l'on peut les détester de bonne foi sans se douter que l'on se trouve en face d'un genre entier qui nous filera des boutons à l'avenir. Moi-même, à l'époque où j'avais encore un peu foi en la scène metal française, je suis tombé sur un groupe que les médias décrivaient comme du death metal mais dont les extraits m'ont fait m'écrier : « qu'est-ce que c'est que cette merde à mi-chemin entre Roots de Sepultura et Machine Head ? ». L'extrait en question s'appelait « Love » et provenait d'un certain Terra Incognita. Je ne me doutais pas encore de l'horreur qu'allaient être les cds sampler de la presse les années suivantes.

Car oui, on ne s'en est certes pas rendu compte à l'époque, moi pas plus que les autres, mais ce troisième album des Américains allait contribuer à lancer tout une vague de brutal death technique d'un genre bien particulier mais depuis maintes fois copiées, à base de gravity blasts sur fond de sweep à 260 bpm de moyenne. Certes, le brutal death blastait déjà à des tempos similaires depuis The Berzerker, parfois même pendant des durées admirables avec des groupes comme Internal Suffering – même si leur notion de la mise en place laissait quelque peu à désirer. Ces seulement vingt-six minutes d'une densité jamais égalée ont poussé l’extrémisme du brutal death dans de nouveaux retranchements, toujours d'actualité plus de huit ans plus tard. Record absolu ! Ouvrant la voie à des groupes comme Beneath The Massacre (pour le côté deathcore), Brain Drill (pour le côté technico-exhibitionniste) ou Lecherous Nocturne (un peu plus ambiancé), Echoes Of Decimation a façonné dans sa lignée une nouvelle façon de penser le brutal death. Avant lui il y a eu les prémices du brutal death technique que l'on connaît aujourd'hui, avec une scène plus proche des canons du brutal death parmi lesquels on retiendra Suffocation, Cryptopsy ou plus récemment les premiers Decrepit Birth et Severed Savior qui avaient fait un peu parler d'eux. Et il y a bien sûr eu Informis Infinitas Inhumanitas, moins célèbre que ses successeurs de ce côté de l'Atlantique puisqu'il a mis un peu de temps à nous parvenir, mais dont le riffing d'un mythique « Portal » annonçait parfaitement la complexification de ce Echoes Of Decimation, quoiqu'il était globalement plus lent et plus brouillon que son successeur, donc logiquement moins percutant.

La radicalisation perceptible de ce troisième album d'Origin s'explique également par l'arrivée de James King à la batterie, qui aura remplacé John Longstreth le temps de ses infidélités avec Skinless, Dim Mak, Exhumed et Dying Fetus, et plus marginalement par le retour, en remplacement de Jeremy Turner, de Clint Appelhanz à la guitare qui, à l'instar de King, officie dans Unmerciful, où les tempos sont également inhumains. Le jeu de James King, plus précis et moins changeant que celui de Longstreth à l'époque, marquera pendant longtemps les esprits par sa netteté et sa densité, élevant le gravity blast et le martèlement de grosses caisses au rang d'art. Peu de batteurs peuvent se targuer d'avoir une pareille prestation à leur actif et l'on admire autant la performance physique que son admirable justesse artistique, tant elle est le support rythmique parfait à l'ire frénétique des trois cordistes furieux qui peuvent s'assurer que, malgré une longue ligne de sweep, le quota de brutalité est assuré derrière les fûts. Echoes Of Decimation est un album d'une précision diabolique, et c'est là ce qui le rend si efficace. Qu'importe le nombre de notes jouées à la seconde (tant qu'on ne descend pas en dessous de seize), c'est la conjugaison de riffs, parfois simples mais toujours marquants, qui évoluent de manière intelligente comme sur « Cloning The Stillborn », avec un sentiment d'urgence et une déferlante de haine palpables, qui fait l'impact de ce très grand album de brutal death technique.
Notez que je dis bien « parfois simples », car si Origin conserve volontiers l'accroche du brutal death classique le temps d'un ou deux riffs, ce n'est que pour mieux amorcer un travail mélodique alors franchement atypique fait de montées aussi courtes qu'intenses et de palm mutes requérant un toucher diabolique, laissant place à peu près une fois par titre à un très long enchaînement de sweeps relevant bien souvent de l'injouable. Malgré son blast constant et son inégalable intensité, le groupe s'évertue à proposer d'excellentes mélodies, ne tombant jamais dans la facilité d'une succession d'accords syncopés qui pollue la scène dont il a su s'extraire à la force de son originalité. Echoes Of Decimation ne ralentit guère que sur son titre éponyme, ne laissant que quelques secondes à un auditorat soufflé par ce mur sonore pour reprendre son souffle avant un sevrage définitif bien trop vite arrivé. Sans recherche mélodique complexe à la Spawn Of Possession, Origin s'inscrit néanmoins dans une branche du brutal death technique dont il était alors, pour peu de temps, l'un de seuls représentants : celle des gros bourrins réfléchis, qui blastent sans rien laisser au hasard ni à l'imprécision, style que les Américains ont vite requalifié en « blasting death », pour faire la distinction avec le pendant plus fin du brutal death technique à la Spawn of Possession ou Odious Mortem.

Et c'est sans doute cette volonté de complexifier par la vitesse plus que par des rythmiques ou des mélodies à tiroirs qui a fait la grande accessibilité et le succès de Origin. Loin d'être aussi clivant que peut le laisser penser son étiquette, Echoes Of Decimation a réussi à réunir les amateurs de nombreux types de brutal death sous sa bannière en jouant la carte de l'extrémisme, et surtout en abandonnant les derniers aspects pouvant s'apparenter au grind qui pouvaient subsister au sein de ses compositions. L'énorme succès d'estime de Origin, outre une promotion de qualité et de nombreuses tournées à travers le monde qui s'en suivirent, s'explique surtout par la qualité des titres que le groupe a su proposer avec cet album, depuis l'assez classique et très marquant « Staring From The Abyss » jusqu'à un nettement plus complexe et changeant « Debased Humanity ». Que l'on aime le style d'Origin pour la puissance d'un « The Burner » dont le gravity blast de fin arrive encore à décrocher la mâchoire de n'importe qui, ou pour la méticulosité du final de « Cloning The Stillborn » qui est sans doute l'un moments les plus techniques de l'histoire du groupe, ce troisième opus des Américains est un incontournable du genre.
Certes, Antithesis corrigera son principal défaut qu'est sa durée anémique de 26 minutes, deux de moins qu'un Informis Infinitas Inhumanitas qui frustrait déjà en n'atteignant pas la demie-heure. Sur neuf titres, seuls quatre vont au delà de trois minutes, et ce sont logiquement les deux titres les plus lents, à savoir « Staring From The Abyss » et l'éponyme qui clôture l'album avec le seul véritable ralentissement de cette toute petite demi-heure, qui seront les plus longs, allant jusqu'à quatre minutes ! Si la sensation que certains titres s'arrêtent bien trop tôt, comme « Cloning The Stillborn », est malheureusement présente, leur faible durée s'explique aisément par la nécessité de les reproduire en live, car leur absence de temps mort, contrairement à la plupart des morceaux de Informis Infinitas Inhumanitas et Antithesis, les rend bien trop éprouvants même pour des musiciens sûr-entraînés. Tenir le 260 bpm en jouant quasiment toujours en doubles-croches pendant deux minutes est en soi un exploit que peu de monde peut reproduire sans risquer la tendinite, il est donc logique de retrouver des compositions très courtes pour assurer un rendu fidèle sur scène. Seulement il aurait fallu quatre ou cinq titres de plus pour compenser cette impression d'écouter un EP au lieu d'un véritable full-length.

Bien entendu, chacun trouvera à redire sur Echoes Of Decimation, que l'on préfère l'aspect plus sombre de son prédécesseur ou la plus grande variété de son successeur, que l'on apprécie peu l'usage plus fréquent du sweep par Paul Ryan ou le gravity blast incessant de James King, il y a effectivement matière à redire tant ce troisième album d'Origin a une personnalité propre. Une personnalité qui se traduit par leur opus le plus brutal et furieux, mais aussi le plus mélodique, tranchant allègrement avec un Informis Infinitas Inhumanitas plus classique et accessible – pour du brutal death, soyons clair – qui a encore aujourd'hui ses nostalgiques. La grande force d'Origin étant de combiner des mélodies marquantes et très accessibles avec une brutalité exacerbée qui confine à la prouesse technique, il est logique que les amateurs d'un brutal death US lent et convenu ne parviennent pas à accrocher à un groupe qui a su s'affranchir des codes de la scène dont il provient. Ce qui n'était qu'un petit groupe du Kansas au début des années 2000 s'est très vite fait un nom en sortant coup sur coup trois des albums les plus denses de l'histoire du metal extrême. Il y a certes eu des précurseurs dans l'ultra-brutalité, avec en tête de proue un The Berzerker dont le désormais mythique Dissimulate atteignait déjà les 300 bpm (et qui a partagé une tournée aux États-Unis avec Origin), mais aucun album auparavant ne donnait à ce point l'impression d'accélérer des tempos déjà inhumains, comme sur un « Reciprocal » qui, aux côtés de « The Burner », a intelligemment servi de titre promotionnel en 2005. Et en ces temps où Thrashocore se met à chroniquer du post-rock (ouais, c'est honteux mais on n'est plus à ça près), il est bon de se rappeler que le metal extrême avait également quelques grands albums à nous offrir il y a quelques années. Alors si vous voulez retrouver la qualité des jeunes années de ce webzine et mettre fin à cette chienlit, votez oui à ma proposition de règlement qui imposera trois chroniques de death metal pour une de post-n'importe quoi . C'est fini la récréation les enfants, laissez les gens de goût reprendre les choses en main.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

62 COMMENTAIRE(S)

chtons citer
chtons
04/08/2013 18:57
Ant'oïn a écrit : Même si je préfère Informis (et bien sur Antithesis), il faut quand même dire que tout ceux qui n'aime pas cet album n'ont pas de goût.

Pas mieux !
Xenocidist citer
Xenocidist
01/08/2013 21:07
note: 9.5/10
tasserholf a écrit : Même si Origin est assez écoutable (par rapport au brutal death en général) avec de bons riffs, une voix pas ridicule (comprendre sans gruiks) et approche même le "très bon" sur Antithesis il reste un truc que je comprends pas.

A quoi rime cette compétition de "kikitoudurs" de celui qui pourra blaster ou sweeper à 300 BPM ? A part se la péter en société ?

Parce que désolé mais niveau composition (qui est quand même la partie artistique de la musique, la retranscription n'étant que de la technique, de l'artisanat en gros) si tu veux blaster le plus vite tu prend une BAR et c'est terminé.

Et non une BAR n'a pas forcément un son plus pourri et/ou mécanique que 99% des batteurs de DBM triggés à mort.

tasserholf a écrit : gulo gulo a écrit : Malheureux ! Il confond violence (un truc de coreux non ?) et brutalité !
Oui enfin la brutalité n'est qu'une forme soudaine et souvent disproportionnée de violence.

Il faut pas se leurrer : amha le brutal death technique ne véhicule pas d'émotions de violence (non un gravity blast ne suffit pas à transmettre de la violence), c'est un style pour techniciens : on s'attarde sur les compos, on décortique tout ça en écoutant.
De mon point de vue c'est plus une musique à écouter dans un bon fauteuil au calme qu'en headbangant dans une foule.

C'est pour ça que quand ce n'est pas très bon c'est chiant à en mourir.


Cette dimension analytique est certes présente chez une partie des amateurs de brutal death technique, il serait vain de nier que la dimension intellectuelle existe dans ce genre. Cependant, elle ne vient qu’au second plan, ce qui prime est bel et bien le ressenti de la musique en elle-même : la vitesse n’est pas là pour renforcer la dimension technique, mais parce qu’elle participe du sentiment de brutalité et de frénésie.

De mon point de vue, Origin est clairement un des groupes les plus violents et brutaux du death-metal, et j’aime cette aspect jusqu’au-boutiste de la recherche des tempo extrêmes pour la sensation de vitesse en elle-même et parce qu’elle sert le propos de l’album, la dimension intellectuelle est totalement absente de mon appréciation de la vitesse. Cela tient purement du ressenti.
Et évidemment, la vitesse pure ne suffit pas seule à rendre intéressante une composition lambda, ce n’est pas mon propos : elle ne sert qu’à amplifier l’impact que peuvent avoir des compositions de qualité, et pensées dans cette optique.

Et pour la justification d’un batteur plutôt qu’une BAR, tu oublies tout simplement un aspect fondamental de la musique : nous ne parlons là que du ressenti de l’auditeur, mais l’essence même d’une œuvre, c’est la volonté de son créateur, et tu négliges le fait qu’un musicien puisse prendre plus de plaisir à 300bpm qu’en se traînant à 220, tout simplement.

Exemple perso : J’ai joué dans un groupe où un morceau à 250 était considéré comme lent, et dans un autre où nous étions majoritairement aux alentours de 300, et jamais en dessous de 280 : ce n’était pas une question de « compétition de kikitoudur » ni autre connerie de ce genre, c’était tout simplement du au fait que nous aimions jouer de cette façon, et c’est ainsi que nous voulions entendre nos compositions. Je suis toujours extrêmement fier de ces morceaux, mais désolé, je me serais emmerdé si j’avais du les jouer à seulement 220, ils n’étaient tout simplement pas pensés dans cette optique. De plus, mon batteur était tout aussi fanatique du jeu à haute vitesse, que ce soit du point de vue du ressenti derrière l’instrument où de l’apport en terme de composition, et c’est le cas, j’imagine, de tous les groupes naviguant dans ces tempo : je ne vois pas ce qui peut justifier ton point de vue sur la question BAR/batteur.

Pour un groupe qui ne trouve pas de batteur capable de tenir ces tempo, ou dans le cadre d’un one-man-band, le recours à la BAR est une option, mais l’apport d’un batteur qui comprend et aime ces vitesses reste inégalable.

Est-ce si dur de concevoir que la vitesse peut être appréciée pour elle-même, tant qu’elle est au service de compositions de qualité ?
tasserholf citer
tasserholf
01/08/2013 11:22
gulo gulo a écrit : Malheureux ! Il confond violence (un truc de coreux non ?) et brutalité !
Oui enfin la brutalité n'est qu'une forme soudaine et souvent disproportionnée de violence.

Il faut pas se leurrer : amha le brutal death technique ne véhicule pas d'émotions de violence (non un gravity blast ne suffit pas à transmettre de la violence), c'est un style pour techniciens : on s'attarde sur les compos, on décortique tout ça en écoutant.
De mon point de vue c'est plus une musique à écouter dans un bon fauteuil au calme qu'en headbangant dans une foule.

C'est pour ça que quand ce n'est pas très bon c'est chiant à en mourir.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
31/07/2013 21:40
Même si je préfère Informis (et bien sur Antithesis), il faut quand même dire que tout ceux qui n'aime pas cet album n'ont pas de goût.
gulo gulo citer
gulo gulo
31/07/2013 21:35
note: 6.5/10
Malheureux ! Il confond violence (un truc de coreux non ?) et brutalité !
Invité citer
Plouf !
31/07/2013 21:30
Ça se veut violent mais c'est tellement excessif que ça en devient ridicule. Je ne sens aucune violence là dedans, juste de la technique et de la vitesse. Et de l'ennui.
von_yaourt citer
von_yaourt
31/07/2013 20:35
note: 9/10
Merci. Dans ma prochaine chronique je continue la rotation habituelle : les drogués, les Roumains, les fans d'electro, les footballeurs... Mr Green
Symetrie citer
Symetrie
31/07/2013 20:25
note: 8.5/10
Une pure chronique de von_yaourt!
On insulte un peu tout le monde, surtout Gojira!
Toujours un plaisir à lire en tout cas, continues comme ça!
Invité citer
PermaBack
31/07/2013 20:03
Holy était fan de Neuraxis pourtant. Pas la même catégorie certes, mais pas un bleu non plus

Bon, c'était probablement par fibre patriotique Moqueur
bibi citer
bibi
31/07/2013 18:30
note: 9.5/10
Content de voir enfin une chronique digne de cet album.

Niveau compos très légère préférence par rapport à Antithesis, surtout pour le jeu de James king qui allie densité et précision renforçant la brutalité des compos, là où Longstreth en met un peu partout.

Seul défaut, sa durée qui m'empêche de lui mettre 10.
Invité citer
Seb`
31/07/2013 18:22
Putain, MERCI, von_yaourt, MERCI. Je n'te remercierai jamais assez d'avoir enfin réécrit cette chronique.
J'comprends pas les précédents commentaires étant donné qu'Origin reste LE MAITRE ABSOLU en matière de BDT. Il n'a strictement AUCUNE concurrence. Ce groupe est au dessus de tout !
(Pour la petite "anecdote", je m'étais "amusé" à rejouer cet album en intégralité à la batterie et je peux dire que j'ai du perdre environ 34kilos. (Et encore, y'avaient des pains et j'ai eu des crampes pendant au moins 3 semaines, mais voilà !))
Là c'est de l'ultra intense et c'est CA qui est bon. On leur demande pas de faire du bal muzette, leur recette c'est d'envoyer du bois à du 280 de moyenne en étant ultra précis et technique.
Cet album démonte tout, point barre.
von_yaourt citer
von_yaourt
31/07/2013 18:12
note: 9/10
Non, de Holy.

Et normal, comme déjà dit, Origin c'est pas tout à fait le même courant de brutal death technique que ce que tu cites.
Momos citer
Momos
31/07/2013 18:08
Je ne suis clairement pas très impliqué dans le style, mais autant j'aime Decrepit , Crypto, SoP, etc... autant ce groupe me fait toujours l'effet d'un douche froide. :/

Merci pour la piqûre de rappel de Mithras, par contre.

(Au fait, c'est pas pour rentrer dans le polémique, mais la kro d'origine était de S_S, non ?)
Keyser citer
Keyser
31/07/2013 17:47
note: 7.5/10
Jamais été un grand fan d'Origin sur album mais celui-ci est celui auquel j'accroche le plus avec Antithesis (sans le trouver incroyable comme la majorité toutefois). Sans doute parce que ce sont les 2 plus mélodiques du groupe.

Toujours pas digéré ma critique (pourtant globalement postitive) de Mithras sinon à ce que je vois Mort de Rire

Je te rejoins un peu tasser, je préférerai toujours des vraies bonnes compositions avec des vrais bons riffs à ce concours ennuyeux de celui qui joue le plus vite mais qui plaît tant à ce cher von_yaourt. Et je dis ça en tant qu'amateur de pas mal d'albums de brutal death technique. Parce que quand le talent technique rejoint le talent de composition, ça peut faire très mal.

The Berzerker? Non merci la techno c'est pas mon truc...
tasserholf citer
tasserholf
31/07/2013 17:03
Même si Origin est assez écoutable (par rapport au brutal death en général) avec de bons riffs, une voix pas ridicule (comprendre sans gruiks) et approche même le "très bon" sur Antithesis il reste un truc que je comprends pas.

A quoi rime cette compétition de "kikitoudurs" de celui qui pourra blaster ou sweeper à 300 BPM ? A part se la péter en société ?

Parce que désolé mais niveau composition (qui est quand même la partie artistique de la musique, la retranscription n'étant que de la technique, de l'artisanat en gros) si tu veux blaster le plus vite tu prend une BAR et c'est terminé.

Et non une BAR n'a pas forcément un son plus pourri et/ou mécanique que 99% des batteurs de DBM triggés à mort.
von_yaourt citer
von_yaourt
31/07/2013 17:01
note: 9/10
Dans cinq ou six ans. Mr Green
Krokodil citer
Krokodil
31/07/2013 16:59
note: 8/10
Petite question comme ça : à quand la chronique de leur meilleur album ? (mon préféré quoi) : en l'occurrence Informis Infinitas Inhumanitas.
von_yaourt citer
von_yaourt
31/07/2013 16:43
note: 9/10
Chronique présentement réécrite par mes soins. Tous les commentaires précédents ne concernent donc pas ma prose.
Surt citer
Surt
25/07/2010 18:54
note: 8.5/10
Pas de créativité chez Origin... je savais qu'il y avait des chroniqueurs comiques ici mais quand même il est fort lui... cet album est évidemment une perle de brutal death dont le seul défaut serait d'être beaucoup trop court !!
Satyr42 citer
Satyr42
24/12/2009 08:43
note: 8/10
Vivement la réécriture parce que cette chronique n'est pas digne d'un tel cd ! La chanson Staring from the abyss nécessite à elle seule au moins une note supérieure à la moyenne pour cet album !!!
cglaume citer
cglaume
12/10/2009 21:32
von_yaourt a écrit : Vous vous imaginez si cglaume se mettait à chroniquer le prochain Dark Funeral

En même temps j'ai un bon souvenir de "The Secrets of the Black Arts" (j'aime bcp Satanic Blood, la reprise de ... Von Mr Green !)
von_yaourt citer
von_yaourt
12/10/2009 20:59
note: 9/10
Je ne l'ai pas pris comme une attaque, ne t'inquiète pas ! Mr Green

donvar a écrit : Il y a aussi la chronique du dernier The Legion...et dans le sens inverse la chronique du irréméDIABLE de Misanthrope...mais peu importe.

Ce sont deux très mauvais exemples, vu que seules deux personnes ont noté le The Legion (les autres se sont abstenus de l'acheter tellement il est mauvais), et que Misanthrope a toujours eu son lot de détracteurs. Là encore, tu peux aller voir des chroniques sur VS par exemple qui abonderont dans mon sens.

[quote]Après si le choix du chroniqueur est mauvais, il changera pour les autres albums du groupe.(Ce qui est déjà le cas pour Origin).
Voilà[/quote]

Ce n'est pas ma philosophie, et c'est plutôt irrespectueux envers un groupe de filer sa chronique à quelqu'un qui à la base part avec un avis négatif sur le style, surtout quand l'album est aussi bon que Echoes Of Decimation.
donvar citer
donvar
12/10/2009 20:12
Il y a aussi la chronique du dernier The Legion...et dans le sens inverse la chronique du irréméDIABLE de Misanthrope...mais peu importe.
Ce n'était en aucun cas une attaque personnelle, j'aurais pu citer n'importe quel autre chroniqueur, car c'est votre boulot de donner un avis qui est parfois différent chez les lecteurs. Après si le choix du chroniqueur est mauvais, il changera pour les autres albums du groupe.(Ce qui est déjà le cas pour Origin).
Voilà
von_yaourt citer
von_yaourt
12/10/2009 17:49
note: 9/10
donvar a écrit : Sinon on devrait réécrire toutes les chros où von_yaourt a mis une sale note à un album qui finit pourtant à une moyenne très correcte grâce aux lecteurs.

Tu sais que parmi toutes mes chroniques il n'y en a qu'une seule où je m'inscris réellement en porte à faux par rapport à l'avis général (c'est-à-dire celui majoritaire et de plus d'une personne) en mettant une note largement inférieure à celle des lecteurs, c'est celle de Necroblaspheme (dont le dernier album est une merde, soit dit en passant). J'ai beau ne pas aimer ce qui fait l'unanimité, quand j'aime un style, mes avis sont très souvent proches de l'unanimité !

Sinon vous vous trompez de réflexion, on ne veut pas réécrire cette chronique parce que Holy a eu un avis contraire à celui du reste de la rédaction, on veut la réécrire parce qu'il n'était tout simplement pas le chroniqueur adapté au style de l'album qu'il chronique. Vous vous imaginez si cglaume se mettait à chroniquer le prochain Dark Funeral et moi le prochain Gojira ? On aurait le droit à de notes de merde et un tollé général probablement mérité, et ce parce que l'on ne sera pas adapté au style. Le seul cas où l'on est amené à chroniquer un album d'un style antagoniste à nos goûts c'est quand on a aimé précédemment le groupe et qu'il s'est mis à changer de style... Ce qui n'est pas le cas ici.

Quant au fiat qu'elle soit réécrite sou peu, j'en doute. Mr Green
SaTan Claus citer
SaTan Claus
12/10/2009 17:36
Oui, bien sûr, ce serait plus juste. Sauf qu'à lire les commentaires tout porte à croire que la chronique vas passer dans le broyeur sous peu..
Ander citer
Ander
12/10/2009 16:17
note: 8/10
Réfléchissez un peu (hihi, pour une fois que je peux le "dire"Clin d'oeil, Ils peuvent très bien retenir cette chronique et poster la nouvelle à la suite en mettant "La chronique contre Origin" et "La chronique pour Origin". Sourire
donvar citer
donvar
12/10/2009 11:58
SaTan Claus a écrit : Vouloir ré-écrire une chronique sous prétexte que l'avis du chroniqueur est opposé à celui de plusieurs personnes c'est assez politiquement incorrecte. Je sais que les rédacteurs du site n'ont sans doute jamais eu la drôle d'idée de l'être mais il me semble que les points de vue de chacun devraient être respectés. Bien sûr que l'on peut être en désaccord et faire valoir notre opinion mais supprimer une chronique pour en écrire une nouvelle c'est un peu pousser.

Voilà, voilà..Sourire

+1
Sinon on devrait réécrire toutes les chros où von_yaourt a mis une sale note à un album qui finit pourtant à une moyenne très correcte grâce aux lecteurs.
Si vous adorez cet album, mettez lui un 9 ou plus...
SaTan Claus citer
SaTan Claus
12/10/2009 07:07
Vouloir ré-écrire une chronique sous prétexte que l'avis du chroniqueur est opposé à celui de plusieurs personnes c'est assez politiquement incorrecte. Je sais que les rédacteurs du site n'ont sans doute jamais eu la drôle d'idée d'être politiquement correcte mais il me semble que les points de vue de chacun devraient être respectés. Bien sûr que l'on peut être en désaccord et faire valoir notre opinion mais supprimer une chronique pour en écrire une nouvelle c'est un peu pousser.

Voilà, voilà..Sourire
crocoscar citer
crocoscar
23/08/2009 03:20
note: 9.5/10
von_yaourt a écrit : Rappelons-le, cette chronique sera ré-écrite... un jour plus ou moins lointain.

Vite, pitié, je pleure quand je vois cette note affreuse !
von_yaourt citer
von_yaourt
09/04/2009 12:33
note: 9/10
Rappelons-le, cette chronique sera ré-écrite... un jour plus ou moins lointain.
crocoscar citer
crocoscar
09/04/2009 10:02
note: 9.5/10
Citation : Il possède une voix gutturale bien normale (toutefois potable), alternant de temps à autres vers une voix plus grind (il adopte une recette à la Kataklysm, quoi).

Genre c'est Kataklysm qui a inventé ça -_- mais aussi quelle idée de confier la chronique d'un album si énorme à un fan de prog ^^
citer
Seb`
09/04/2009 08:33
RHA cette chronique..

Bon, à quand la chronique de Informis Infinitas Inhumanitas ?
crocoscar citer
crocoscar
26/12/2008 23:22
note: 9.5/10
ARRRGH enlevez-moi cette chronique immonde !
Xenocidist citer
Xenocidist
18/06/2008 16:48
note: 9.5/10
Je veux bien la faire, là il aurait une note à sa hauteur! Mr Green
Insania citer
Insania
18/06/2008 13:54
note: 9/10
Ben... pas mieux.
Outre le fait que je ne sois pas du tout d'accord avec ce qui est dit dans cette kro, je trouve ça antinomique de qualifier "Echoes..." de la sorte, et par la suite d'encenser "Antithesis". Je sais bien que ce n'est pas le même chroniqueur mais bon... On est sur thrasho' bordel !

Au moins une contre-kro rendrait justice à ce très bon album qu'est "Echoes...". Et pourquoi pas "Informis..." dans la foulée ? ^^
Ander citer
Ander
17/06/2008 23:25
note: 8/10
Tim a écrit : Va peut etre vraiment falloir refaire cette chro non ?
Parce que là franchement....
Comme dit Scum, si t'aime pas les blasts écoute du Doom.


+1, il défouraille sec cet album, arriver à une telle rapidité c'est inhumain. Oo Et puis je cite "il n'y a rien de bien extra-ordinaire" (en parlant de James Lee), faut arrêter, il maitrise impeccablement le chant guttural et plus criard. Ca donne un sacré bordel avec tous ces backing vocals, mais un bordel superbement ordonné!

Le seul vrai élément qui me fait préférer (d'une courte tête) Informis Infinitas Inhumanitas à celui-ci, c'est le son, notamment de la batterie, moins compressé, plus naturel, et James King a un jeu qui me semble moins riche que celui de John Long je sais pas quoi (queue? Moqueur), plus basé sur les blasts et les gravity.
Tim citer
Tim
19/05/2008 09:21
note: 9.5/10
Va peut etre vraiment falloir refaire cette chro non ?
Parce que là franchement....
Comme dit Scum, si t'aime pas les blasts écoute du Doom.
citer
Seb'
03/05/2008 13:16
NON NON NON !
Je ne suis PAS DU TOUT d'accord !
Echoes Of Decimation, est une véritable BOMBE.
(Tout comme Origin d'ailleurs. //QUIPHEADONF.)
Vous trouvez que les morceaux se ressemblent ? Euh, "ouaisok." Ecoutez donc le premier Decrepit'..

Bref, perso', j'adhère total'.
L'album démarre sur un putaing de gravity blast qui m'a troué le c** pendant tout le reste de l'album.

Il y'a de super bons titres ( Staring From The Abys (étant mon préféré avec cette double omni-présente et ses blasts avec mini roulement suivi de gravity, cette voix totalement bandante et ses riffs.. MAIS QUE DEMANDER DE MIEUX ?), Debased Humanity, Endless Cure, Reciprocal).

Bon, j'avoue que comparer à Antithésis, il est loing derrière mais quand même..
(Informis' aussi est vraiment super. ORIGIN EST SUPER.)

J'adore tout simplement.
Scum citer
Scum
19/03/2008 13:50
note: 8.5/10
Yz a écrit : J'viens de relire la chronique. loooooooooooooooool.

Je contre-chroniquerai ceci un jour Clin d'oeil
Xenocidist citer
Xenocidist
17/03/2008 20:13
note: 9.5/10
Oui, elle me fait cet effet là aussi...
Yz citer
Yz
17/03/2008 18:22
note: 9/10
J'viens de relire la chronique. loooooooooooooooool.
von_yaourt citer
von_yaourt
12/05/2007 12:36
note: 9/10
Album totalement énorme, ultra technique et brutal, le must du genre.
Je n'arrive pas à comprendre comment on peut trouver que tous les morceaux se ressemblent... Certes, il y a une réèlle unité sur cet album, mais de la à dire que les morceaux sont des clones...
De plus, ils sont loin de jouer dans le registre de Cryptospsy et Dying Fetus. Je verrais plutôt ça comme un Decrepit Birth ou un Unmercyful sous stéroïdes...
Ceci dit, je comprends parfaitement que ça rebute, mais ça me paraît étonnant que cela puisse rebuter les fans de brutal death technique.

Seul point faible : il est effectivement très court.
GanjannibaL citer
GanjannibaL
28/01/2007 17:07
note: 9.5/10
Yz a écrit : Je le trouve vraiment énorme cet album ! technique, brutal mais accrocheur... que demander de plus ?
Informis Infinitas Inhumanitas Sourire
C'est drole mais ca me fait toujours marrer de lire cette kro et tous ces commentaires, je vais me le mettre pour la peine Gros sourire
Yz citer
Yz
27/01/2007 20:29
note: 9/10
Je le trouve vraiment énorme cet album ! technique, brutal mais accrocheur... que demander de plus ?
GanjannibaL citer
GanjannibaL
05/07/2006 23:38
note: 9.5/10
de ma collection voulais-je dire..
GanjannibaL citer
GanjannibaL
05/07/2006 23:37
note: 9.5/10
chacun ses gouts mais enfin, faut ptetre etre musicien pour comprendre... perso c'est un des meilleurs cd de ma discographie
Scum citer
Scum
13/01/2006 11:00
note: 8.5/10
spluuk a écrit : 4/10 pour les blasts à répétition

Dans ce cas faut écouter du doom et pas Origin...
spluuk citer
spluuk
11/01/2006 22:31
il est vrai que la batterie peut rendre l'album indigeste au début, mais comme l'a souligné le chroniqueur, l'intérêt se trouve autre part : les gratteux .......
et pis pour la voix, je trouve qu'elle colle parfaitement, je l'aime bien même !
10/10 pour les gratteux, l'énergie et les breaks
4/10 pour les blasts à répétition

allez un petit 7/10 !
Christliar citer
Christliar
25/12/2005 17:01
J'ai absolument pas aimé leur premier album éponyme, mais là j'avoue j'aime bien les MP3 mis en lien. C'est écoutable sur un ou deux titres, mais un album entier, même d'un trentaine de minutes, c'es tvraiment un peu chiant.
citer
wintor (invité)
25/12/2005 14:23
Je suis sur le cul, mettre 4/10 à un cd aussi bon... Perso je vois pas trop la ressemblance avec Cryptopsy...
Origin est l'un des meilleurs représentant de la scène death metal US actuelle!
Ce cd est l'une de mes meilleures acquisitions, je lui aurais mis au moins 8/10!
Holy citer
Holy
27/08/2005 1:40
Désolé pour vous, moi ça m'a fais très chier.

J'aime la brutalité, même beaucoup, mais pas celle de Origin. Y'a rien qui accroche l'oreille. C'est les No-Name du Brutal Death. "Achetez Echoes Of Decimation pour remplir le trou en attendant les nouveaux Dying Fetus et Cryptopsy l'an prochain" voilà ce qu'ils auraient du écrire sur le sticker.

Si vous aimez, tant mieux pour vous... moi je passe.
Body Count citer
Body Count
23/08/2005 0:13
note: 8/10
Je kiffe bien moi... beaucoup même ! J'trouve ça abusé de mettre 4/10 !!!! C'est génial Origin, ça détruit tout ! c'est Deicide qui rencontre Suffo !
Scum citer
Scum
21/08/2005 0:20
note: 8.5/10
Ah merde coller 4 sur 10 à une pavasse pareille !!

D'habitude les cd qui durent moins d'une demi-heure je n'ai même pas le temps de les apprécier mais là, la brutalité justifie le fait que ce cd soit ultra court et c'est pas plus mal. On appuie sur play, on s'en prend plein la gueule et on savoure (peut-être pas la première fois je le concède). Les gars sont techniquement très en place, le batteur est tout bonnement hallucinant et les compos sont irréprochables. Ca blaste à mort, suivi de riff de tueurs et de breaks (aaah putain ces breaks) salvateurs et super techniques.

Bien entendu le problème de pratiquer un genre aussi technique et brutal fait qu'on trouve ça répétitif et que les gars font un étalage trop impressionnant de maitrise instrumentale et d'ultra brutalité. Mais en même temps on sait à quoi s'attendre, Origin c'est pas un groupe de rigolos qui jouent de la pop, donc 26 minutes d'intense et de pure brutalité, de morceaux aux structures assez tarabiscotées mais diablement efficace quand on a assimiler au bout de quelques écoutes, c'est dur à avaler mais ça fait du bien par où ça passe. Ok ce n'est certainement pas le disque de l'année, c'est pas super original et blabla mais ça décime (tiens, tiens) et on va pas chercher plus loin. Ce disque degomme à tout va et est un régal de technicité sans gaver pendant trois quart d'heure.

Et comparer avec Aborted, Nile ou The Monolith Deathcult ça n'a rien à voir. Origin joue dans une toute autre catégorie.
Ander citer
Ander
20/08/2005 23:10
note: 8/10
Straring From The Abyss posséde des riffs bien sympa! La batterie blast tout le temps... Sur la longueur, et si les morceaux ont la même couleur, c' est sûr que ça peut vite gaver. :/
Holy citer
Holy
09/04/2005 4:22
Keyser Söse a écrit : C'est bizarre que ta kro soit si négative, les 2 morceaux en écoute m'ont paru très sympas. Ils m'ont même fait penser à mon petit Internal Suffering (sauf pour les voix grind). Le côté répétitif est récurrent chez ce genre de groupe mais c'est la zizique qui veut ça. Il m'a pourtant semblé que quelques breaks venaient étoffer un peu tout ça. Enfin bon t'as l'album entier alors t'es plus à même de juger que moi!

Non, non je t'assure, cet album est tout sauf bien et il n'est pas accrocheur pour un sous. Comme j'ai dit, ca blastonne et ca gueule mais dieu que c'est RÉPÉTITIF!!!! Honnêtement, j'ai essayé tant bien que mal d'être le moins possible cassant, mais il n'y rien sur cet album qui m'ai accroché, que ce soit par un riff ou encore un passage bien placé... tout est trop accentué sur la batterie et il n'y a rien à retenir... bref j'ai été très décu. Enfin, rien ne t'empêche de l'écouter, mais ce n'est pas mon conseil en tout cas Sourire
kollapse citer
kollapse
08/04/2005 0:33
moi sur la longueur ça me gave...si tu as l'occase d'écouter le prochain Nile, tu t'apercevras qu'il n'y a pas de comparaison...
Keyser citer
Keyser
07/04/2005 23:02
note: 7.5/10
C'est bizarre que ta kro soit si négative, les 2 morceaux en écoute m'ont paru très sympas. Ils m'ont même fait penser à mon petit Internal Suffering (sauf pour les voix grind). Le côté répétitif est récurrent chez ce genre de groupe mais c'est la zizique qui veut ça. Il m'a pourtant semblé que quelques breaks venaient étoffer un peu tout ça. Enfin bon t'as l'album entier alors t'es plus à même de juger que moi!
Alexis citer
Alexis
07/04/2005 18:24
Je voulais acheter cet album à la qualité des mp3 disponibles depuis quelques mois... et je crois que je vais plutôt faire des économies ! ;o)

Mais si tu veux une batterie vraiment, mais alors vraiment répétitive, écoutes plutôt Defleshed !
kollapse citer
kollapse
06/04/2005 13:30
c justement ce que je rproche à cet album: à force de faire technique, ça en devient désagréable à l'écouteClin d'oeil
rip-adunakhor citer
rip-adunakhor
06/04/2005 13:05
note: 7/10
moi j'ai aimer ! ok c'est c'est du dejà vu mais c'est agréable à écouter !

7/10 pour moi !
Chris citer
Chris
06/04/2005 10:14
kollapse (invité) a écrit : en effet album (très) brutal mais chiantissime au possible...dans le genre, il me semble plus sage d'aller voir du coté de the monolith deathcult, aborted ou nile qui sortent tous ont sortis des nouveaux skeuds bien meilleurs!

d'accord avec la kro et kollapse, j'avais écouté leur précédent album "Informis Infinitas Inhumanitas" et j'en avais pas retenu grand chose..j'ai celui là en mp3 et il va bientot finir à la corbeille..disons que c du brutal death "intellectuel" dans le sens ou en s'accrochant bcp on pourrait peut etre y apprécier un certain sens de la composition..mais au contraire d'un Cryptopsy c particulièrement indigeste, et je ne suis pas certain qu'il y a grand chose à en tirer d'autre que de la branlette de manche..

sinon kollapse vu que tu apprécies the monolith deathcult (et tu as bien raison) je t'invite à aller lire ma récente chronique du "white crematorium" Clin d'oeil
kollapse citer
kollapse
06/04/2005 9:44
en effet album (très) brutal mais chiantissime au possible...dans le genre, il me semble plus sage d'aller voir du coté de the monolith deathcult, aborted ou nile qui sortent tous ont sortis des nouveaux skeuds bien meilleurs!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Origin
Brutal Death Technique
2005 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (39)  8.08/10
Webzines : (16)  7.02/10

plus d'infos sur
Origin
Origin
Death metal sans intérêt - 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Reciprocal
02.   Endless Cure
03.   The Burner
04.   Designed To Expire
05.   Cloning The Stillborn
06.   Staring From The Abyss
07.   Amoeba
08.   Debased Humanity
09.   Echoes Of Decimation

Durée : 26:28

line up
voir aussi
Origin
Origin
Antithesis

2008 - Relapse Records
  
Origin
Origin
Origin

2000 - Relapse Records
  
Origin
Origin
Omnipresent

2014 - Agonia Records
  
Origin
Origin
Entity

2011 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Anachronism
Anachronism
Reflecting The Inside (EP)

2015 - Autoproduction
  
Emeth
Emeth
Reticulated

2006 - Brutal Bands
  
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Vile

1996 - Wrong Again Records
  
Suffocation
Suffocation
Despise The Sun (MCD)

1998 - Vulture Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique