chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Groupes »

Darkspace

Groupe

Darkspace Black Metal Cosmique

A propos de Darkspace

Source : Article Darkspace de Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA.

Darkspace est un groupe de black metal ambient suisse, originaire de Berne. Formé en 1999, Darkspace fait usage d'éléments de fixations spatiales et de musique minimaliste.

Biographie

Darkspace est formé en 1999 à Berne par Wroth (Paysage D'Hiver), Zorgh et Zhaaral.

Trois ans plus tard, après la démo Dark Space -I en 2002, le groupe publie en 2003 son premier album studio Dark Space I en édition limitée à 500 exemplaires ; Dark Space I est ensuite publié en 2006 au label Avantgarde Music. En 2005, le groupe publie Dark Space II,.

Après trois ans de silence, en 2008, Dark Space III marque le retour du groupe : formant avec cet album une sorte de synthèse des deux premiers disques, Darkspace sort l'opus qui le propulse définitivement sur le devant de la scène underground. Cet album fut littéralement encensé par les critiques du genre. Une chanson du groupe[Laquelle ?], tirée de l'album Dark Space III, est utilisée en ouverture du DVD du Hellfest 2009. Dans la chanson Dark 3.15 à 1:03, le groupe utilise un sample qui est en fait le son de SOS de la base Icarus 1 dans le film Sunshine. Dans la chanson Dark 3.16 à 2:33, le sample vocal est tiré du film Prince of Darkness de John Carpenter.

Respectant l'hypothétique règle de l'attente d'un nombre d'années égal au numéro d'album, initialement intitulé Dark Space IV est annoncé pour 2012,. En 2012, le groupe participe au Hellfest. En 2014, le groupe sort finalement le quatrième volet de sa série Dark Space, intitulée Dark Space III I.

Style musical

Le style musical de Darkspace est relativement difficile d'accès. Dark Space -I, première démo du groupe, comporte deux chansons dépassant les 10 minutes chacune. Le groupe présente à l'auditeur le concept qu'il y développe : l'espace. Dark Space I est considéré[Par qui ?] comme le véritable chef-d'œuvre du groupe : long, sachant être à la fois violent ou lent, il dispense des atmosphères comme seul le groupe sait en créer. Dark Space II suscite le même engouement, bien que la production ait été rehaussée sur cet album et que celui-ci soit globalement plus expérimental.

Le fait qu'au début de leur carrière, leurs albums aient été très difficiles à acquérir renforcent l'image de groupe fantôme dont jouit Darkspace. Le visuel des albums contrastant avec ceux du black metal classique (réutilisant les thèmes de la neige, du froid, des légendes et des cultes sataniques ou non) par leur minimalisme et leur énigmatique dessin a également conduit a plusieurs interrogations. Selon Wroth dans le magazine Metallian, ce visuel représente « une créature de l'espace [...] symbolisant le son de Darkspace. » D'un autre côté, si l'on se penche sur les dates de sortie des albums, un an a suffi pour sortir Dark Space I, deux ans pour Dark Space II, et trois ans pour Dark Space III. Bien que le groupe ne se soit jamais exprimé sur leur sujet, affirmant au magazine Metallian que « la créativité ne pouvait nullement être forcée. »

Image

Darkspace jouit d'une certaine aura de mystère l'entourant. Avec le recul, cela peut s'expliquer par l'absence d'informations sur les membres du groupe (on connait seulement le véritable nom de Wroth), par le fait qu'ils n'ont quasiment jamais donné d'interviews (une seule dans le magazine français Metallian et qu'ils ne donnent de concerts qu'à de (très) rares occasions, seulement deux ou trois fois par an. Dans l'interview donnée au magazine Metallian, Wroth contribue grandement à épaissir cette aura. En effet, pour lui, Darkspace ne fait que « transformer en une créature sonore les signaux spatiaux qu'[il] entend et reçoit. »

Darkspace ne se produit qu'à de très rares occasions. Le mythe du groupe tient également du fait que les premières places de concerts étaient vendues par les membres eux-mêmes: il fallait leur écrire, et ils envoyaient les places par courrier : un billet totalement opaque, seul le logo du groupe inscrit dessus, le tout dans une enveloppe totalement noire. Cette légende (le groupe ne s'est jamais exprimé à ce sujet) a donc conforté l'image de groupe peu commun de Darkspace. En concert, le groupe utilise un seul éclairage bleu et de nombreuses fumées, ne laissant presque pas distinguer les membres. Le groupe s'est produit pour la première fois en France le 9 mai 2009, dans le cadre du festival Black Metal Is Rising V à la Locomotive de Paris. Le groupe était en tête d'affiche en compagnie de Setherial, Celestia, Nefarium, Azziard, ou encore Orakle.

Membres
  • Zorgh – basse, chant
  • Zhaaral – guitare, chant
  • Wroth – guitare, chant
DiscographieAlbums studio
  • 2003 : Dark Space I
  • 2005 : Dark Space II
  • 2008 : Dark Space III
  • 2014 : Dark Space III I
Démo
  • 2002 : Dark Space -I (rééditée en 2012)
Notes et références
  1. (en) « Darkspace - discography, line-up, biography, interviews, photos ».
  2. ↑ a, b, c et d (en) « Darkspace », sur Encyclopaedia Metallum (consulté le 13 juillet 2016).
  3. « Chronique - Darkspace - Dark Space II », sur Trashocore (consulté le 13 juillet 2016).
  4. « Darkspace's Dark 3.16 sample of The Anti-God scene in Prince of Darkness », sur WhoSampled (consulté le 13 juillet 2016).
  5. « Darkspace : prochain album prochainement! », sur spirit-of-metal.com, 5 mars 2012 (consulté le 13 juillet 2016).
  6. « News Vs-webzine.com 27/05/2015 @ 07h43 », sur VS-Webzine, 27 mai 2015 (consulté le 13 juillet 2016).
  7. « Darkspace au Hellfest 2012 », sur La Grosse Radio, 5 juillet 2012 (consulté le 13 juillet 2016).
  8. « DARKSPACE - Dark Space III I (Avantgarde) - Selection VS du 14/11/2014 @ 07h41 », sur VS-Webzine (consulté le 13 juillet 2016).


chroniques

Darkspace
Dark Space III I
2014 - Avantgarde Music

  • Chroniqué par Sagamore : 9.5/10
  • Avis des lecteurs : 8.6/10
  • Avis des webzines : 8.52/10

  
Darkspace
Dark Space III
2008 - Avantgarde Music

  • Chroniqué par Sagamore : 9.5/10
  • Avis des lecteurs : 9.5/10
  • Avis des webzines : 8.68/10

  
Darkspace
Dark Space II
2005 - Haunter Of The Dark

  • Chroniqué par Mitch : 8.5/10
  • Avis des lecteurs : 8.33/10
  • Avis des webzines : 7.82/10

  
Darkspace
Dark Space I
2003 - Haunter Of The Dark

  • Chroniqué par Mitch : 9/10
  • Avis des lecteurs : 8.42/10
  • Avis des webzines : 7.8/10

  

Darkspace
écoutez du Darkspace
origine
Suisse Suisse

statut
Actif

Année de formation
1999

Line up 2014
Voir aussi
Thrashothèque
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique