chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Music Fear Satan

Interview

Music Fear Satan Entretien avec Nicolas (2011)
D'abord une distro puis un label et finalement un magasin. On peut dire que Nicolas en a parcouru du chemin depuis 2004. C'est d'autant plus remarquable que vivre de la musique et plus particulièrement de la vente de support n'est pas chose aisée de nos jours. Pourtant le jeune homme de 34 ans semble y arriver puisqu'il vient d'ouvrir une boutique en plein Paris. Petit entretien avec cet acteur incontournable de la scène parisienne.

#Bonjour Nico. Dans un premier temps peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas et nous donner brièvement un tour d'horizon de tes activités?

Alors je suis Nicolas, j'ai 34 ans, j'ai commencé mon site de VPC (www.musicfearsatan.com) depuis 7 ans maintenant, peu après j'ai aussi lancé mon label (une vingtaine de sorties vinyles et CD) et depuis un an je suis aussi disquaire à Paris (29 rue Rodier, 75009 Paris) car j'ai ouvert mon propre magasin.

#Peux-tu revenir sur l'historique de ta distro? Qu'est-ce qui t'as donné envie de te lancer dans cette aventure? Comment tu t'y es pris à l'époque pour organiser tout ça?

Depuis le départ je voulais faire un magasin de disques, l'aventure étant trop compliquée et périlleuse financièrement j'ai préféré commencer « petit » en créant d'abord un site internet puis en essayant de grossir au fur et à mesure, finalement ça a été la bonne solution car je pense que j'aurai eu du mal si j'avais lancé mon magasin tout de suite car j'aurai du emprunter pas mal d'argent... A l'époque le statut d’auto-entrepreneur n'existant pas, j'avais opté pour un statut associatif puis je suis devenu entrepreneur individuel au bout de 3 ans d'activités.

#Pensais-tu pouvoir te démarquer des autres distros existantes à l'époque en France (Overcome, Waiting For An Angel, SOM etc...) et donc apporter quelque chose de nouveau ou t'es tu lancer dans l'aventure simplement par passion sans forcément penser au fait qu'il pourrait ne pas y avoir de place pour toi?

Oui je pensais offrir un choix différent, grosso modo pas de musiques trop extrêmes mais plutôt des genres émergeant et hybrides, après j'ai commencé en ne vendant que du vinyle car c'est le format qui m’intéressait et je m’étais dit que quitte à galérer au début, autant le faire avec un truc qui me motive vraiment histoire de ne pas abandonner au bout de quelques mois...

#Comment passe t'on le cap de la gestion d'une distro à la gestion d'un magasin? Comment cela se conduit-il administrativement et surtout, n'est-ce pas trop compliqué de trouver les capitaux quand on évolue dans un milieu que l'on sait enclin à la crise?

Comme je disais plus haut, j'ai préféré faire tout par étapes pour ne pas prendre de risques financiers, c'est une solution sage mais longue. Au début, j'avais une distro vinyle, puis un label vinyle, après une distro vinyle et CD et aussi un label vinyle et CD en enfin un magasin, bref cette méthode m'a permis de toujours m'autofinancer sans emprunter.

#Quelles sont d'ailleurs les grosses différences entre une distro et un magasin, si ce n'est la mise de départ?

Je dirai qu'avec une distro on peut plus gérer les stocks en flux tendus, avec le magasin il faut anticiper plus la demande, avoir un stock plus conséquent et varié, par exemple les CDs se vendent mieux en magasin qu'en ligne.

#Aujourd'hui, quelques mois après l'ouverture de ta boutique, peux-tu nous dresser un petit bilan du magasin? Y a t'il des choses que tu voyais plus compliqué à réaliser et d'autres qui à l'inverse se sont montrer plus simples que prévue?

Après un an, le premier est positif mais il reste encore beaucoup de travail pour vraiment pérenniser l'activité « magasin », comme je suis seul à tout faire, c'est compliqué de s'occuper de tout, notamment de la communication (sur les réseaux sociaux qui ne m’intéressent pas trop par exemple). Le plus compliqué pour le magasin c'est de faire venir les gens, pratiquement la moitié de ma clientèle « magasin » n'habite pas la région parisienne, ce sont des gens de passage qui en profitent pour venir au magasin. La clientèle parisienne est finalement plus dure à attirer et à fidéliser.

#Quel est le budget moyen d'une commande faite chez Music Fear Satan?

En moyenne les gens commandent 3 disques on va dire, donc ça fait à peu près 50 euros.

#Comment réussi t'on à établir une clientèle fidèle? D'ailleurs à quoi ressemble la clientèle de ta distro/magasin? Existe t'il un profil type de client (homme/femme, jeune/vieux, vinyle, CD etc...)?

Ça c'est la grande question, d'ailleurs je vais avoir du mal à te répondre. En ligne, il y a beaucoup de concurrence donc c'est très dur de fidéliser mais les clients fidèles depuis l'ouverture de mon site existent heureusement. Le portrait type des gens qui m’achètent des disques est un homme de 25 ans, après je vois plus de jeunes de moins de 20 ans que des personnes de plus de 40 ans au magasin ! Ça rassure un peu des fois, les jeunes achètent encore des disques ! Autre précision, le format vinyle est plus celui des plus de 25 ans alors que le CD est souvent le format des jeunes mélomanes ou des gens qui achètent des disques depuis très longtemps et à qui le format les indiffère.

#Comment choisis-tu les labels et artistes que tu distribues. J'imagine que tu n'apprécie pas tout ce que tu vends donc d'autres critères doivent rentrer en ligne de compte (prix, discours, démarche artistique...)?

Si, je me fixe comme règle de toujours respecter les groupes et les labels que je vends, après je ne suis pas fan de tout ce que vends (heureusement car sinon ça trahirait chez moi un manque de personnalité flagrant, ha ha). La démarche artistique des groupes passent en premier dans mes critères (originalité et sincérité surtout), le prix des disques aussi, quand les labels sont trop chers je préfère privilégier d'autres labels car il y en a tellement !

#Que représente l'illustration sur la page d'accueil de Music Fear Satan?

Alors ça il faut demander à l'illustratrice (Adeline Pelle). Ce n'est pas censé représenter un truc en particulier.

#A ton niveau, constates-tu une baisse des ventes de supports physiques? Nous sommes dans un milieu de passionnés donc j'imagine que c'est forcément moins le cas mais le ressens-tu malgré tout?

Comme j'ai commencé dans le métier après les mutations dues à la crise du disque, je ne sens pas véritablement de changements à mon échelle, les ventes sont stables.

#Quels sont, selon toi, les raisons qui poussent d'une façon générale les gens (au moins pour le public Français) à se tourner vers la musique dématérialisée? Que faudrait-il mettre en place pour rebooster les ventes de CDs/Vinyles?

Le public en général a perdu l'habitude d'acheter des disques, c'est un fait. Âpres je pense que le marché du disque va devenir réservé à des passionnés, des gens qui resteront fans du support physique, on pourra peut être revenir à une hausse des ventes que si il y a prise de conscience du public que la vente de disques est importante pour les labels qui sortent de nouveaux groupes et artistes et que ça peut devenir très compliqué pour tout le monde si ce système ne résiste pas.

#J'ai d'ailleurs le sentiment que les gens n'appréhendent plus la musique de la même façon aujourd'hui. Avant, il y avait le plaisir d'aller chez son disquaire à la sortie d'un album, ramener son disque chez soit en ayant pris soin d'éplucher le livret dans le bus ou dans le métro du retour. Aujourd'hui, cela a un peu disparu au profit d'une consommation de masse et d'une qualité d'écoute amoindrie (MP3, écoute sur ordinateur, téléphone portable etc...). Quel est ton sentiment sur tout ça? Comment "consommes-tu" la musique de ton côté?

Oui c'est une réflexion que je me fais souvent, les disques sortent mais les gens les connaissent déjà, du moins ils les ont vaguement écoutés pour se faire une idée. Ça m'arrive de découvrir des disques sur ma platine et c'est une sensation rare et oubliée qui peut renforcer l'idée de s'abstenir d'écouter un disque en mp3 pour mieux l’apprécier et le découvrir.

#En tant que professionnel du disque, quel est ton avis sur le discours de l’État (loi Hadopi entre autre) face au piratage? N'est-il pas finalement déjà dépassé? Hadopi ne risque t'il pas de porter préjudice plutôt à ceux qui téléchargent occasionnellement sur des plates formes comme Emule qu'à ceux qui utilisent désormais les serveurs privés type Megaupload?

En effet Hapodi était déjà obsolète quand la loi a été voté. Je constate quand même que tout le monde ne connait pas le système de téléchargement sur serveurs privés. De toutes façons le téléchargement est là et c'est impossible de revenir en arrière, il faut faire avec, que l'on soit pour ou contre.

#De la même façon, es-tu d'accord avec les artistes qui se battent bec et ongle contre ce piratage à grand renfort de campagnes publicitaires ou discours publiques?

Non ce sont des gens qui sont déconnectés de la réalité et qui s'appuie sur un système obsolète (type SACEM), bref de l'argent foutu en l'air. Le plus édifiant était de voir que les députés qui ont voté pour la loi Hadopi n'y connaissaient strictement rien au sujet, incapables de faire la différence entre streaming gratuit, Peer to Peer, téléchargements sur serveur privés et vente de mp3 en ligne.

#Que penses-tu alors des blogs de téléchargements qui, s'ils permettent de découvrir énormément de groupes, ne proposent ni plus ni moins que de la musique gratuite?

Pas grand chose, même si je télécharge beaucoup, je passe rarement par le biais de blogs musicaux.

#Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton activité de label? Qu'as-tu sorti à ce jour?

Alors sur mon ancien label (e-vinyl records), j'ai notamment sorti les premiers Lps de YEAR OF NO LIGHT, OMEGA MASSIF et ROSETTA. Sur mon label actuel (Music Fear Satan), les dernières sorties sont les derniers albums de REVOK, AUSTRASIAN GOAT et toujours des éditions vinyles de groupes étrangers comme ACROSS TUNDRAS ou KONGH.

#Peux-tu nous en dire plus sur tes prochaines sorties?

L'actualité c'est un split 10'' AUSTRASIAN GOAT/NEIGE MORTE, un repressage du 2xLP d'AMEN RA ''mass III '' et du premier album de KONGH. Une version deluxe 2xCD du premier album de YEAR OF NO LIGHT ''nord'' doit aussi voir le jour avant fin 2011. Bref ce n'est les sorties ni les idées qui manquent.

#A l'image de la question sur les disques que tu distribues, sur quels critères te bases-tu pour signer un groupe sur le label?

Pour les groupes français, je ne sors des disques qu'avec des gens que je connais déjà individuellement avant, c'est le contact humain qui prime avant la qualité du groupe et du disque.

#Avec quels artistes aimerais-tu avoir la possibilité de travailler? Et pourquoi?

Je n'ai pas vraiment d'idées, je préfère sortir des disques avec des groupes français que je connais bien plutôt que d'essayer de travailler avec des groupes étrangers que je ne connais pas vraiment. Et puis ça ne sert à rien de se focaliser sur tel ou tel groupe, souvent j'aime bien le disque d'un groupe et je suis déçu par le suivant ou je suis surpris par un groupe que je n'attendais pas...

#Commandes-tu des disques sur des distros? Si oui, lesquelles?

C'est une question marrante, oui ça m'arrive car je reste un bon consommateur de disques (une dizaine par mois) et souvent je me retrouve dans des situations ubuesques ou je ne peux pas avoir un disque au magasin pour de sombres raisons de distribution donc je dois me le procurer de mon coté mais dans ce cas-là c'est surtout des commandes directes aux labels, par exemple ce mois ci j'ai acheté le premier album de TRUE WIDOW en 2xLP et le deuxième CRIPPLED BLACK PHOENIX en double 2xLP.

#Derniers disques achetés?

Cet été j'ai acquit le dernier KEN MODE ''Venerable'', le DEATHSPELL OMEGA ''diabolis'' LP (surtout pour la face B, mon morceau préféré de DSO), l'album de reprises de DEFTONES, le 7'' de PINBACK sorti pour le ''Record store day'' ou encore le split LP HOODED MENACE/ILSA.

#Derniers coups de cœur ciné/musique/livre etc..?

Je suis très amateur de cinéma mais je suis assez déçu par les films sortis ces dernières années, je crois que le dernier film sorti que j'ai réellement apprécié est ''Machete''. Donc je me replie surtout sur une cinéphilie aigüe pour les polars français des années 70/80.
Pour revenir aux disques, les derniers groupes qui m'ont bien plus ces dernières années sont HOODED MENACE (meilleur concert de l'année à Paris aussi), TRUE WIDOW, MORNE, MAJEURE et les derniers albums de TRANS AM et CROWBAR.

#Si tu as quelque chose à rajouter?

Non pas grand chose, merci de ton intérêt et à bientôt à la boutique !

5 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
09/10/2014 21:07
Merde moi qui avais une interview avec Straight And Alert dans les cartons depuis un bail, je me fais coiffer au poteau ! Bonne initiative Clin d'oeil
Invité citer
quelqu'un
09/10/2014 20:46
Attention, cette distro pratique la censure politiquement correcte:

edit Thrashocore : et nous aussi. Pas de liens vers des forums aux idées plus que tendancieuses, merci.

Barak citer
Barak
09/09/2011 11:43
DR.Jkl a écrit : Chouette interview pour un chouette magasin!

+1
Gros choix et des prix raisonnables. Avec Souffle Continu et Music Fear Satan, il y a de quoi se ruiner dans le bonheur.
AxGxB citer
AxGxB
08/09/2011 18:23
Je n'y ai encore pas mis les pieds. Shame on me...
DR.Jkl citer
DR.Jkl
08/09/2011 17:18
Chouette interview pour un chouette magasin!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Label et distro
Label et distro   

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique