chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Suicide Forest / Faith of Gestalgt

Interview

Suicide Forest / Faith of Gestalgt Entretien avec Nocturnal Noir (2015)
Faire un dossier sur la scène black metal japonaise, ce n'est pas s'intéresser uniquement aux groupes connus de tous. Pour savoir comment se compose ce petit univers, il fallait poser des questions à une formation underground total. Et là, j'ai trouvé mon bonheur auprès du dénommé Suicide Forest qui a déjà multiplié les projets, avec lesquels il enchaine les sorties à un rythme fou tout en limitant chacune d'elles à moins de 50 exemplaires.
Vous allez découvrir un personnage original, qui pourra vous sembler allumé, passionné, immature, torturé, pathétique, touchant...
J'ai préféré ne pas couper ses interventions pour respecter le plus possible le personnage, alors prenez un gros bol de café, vous en avez pour une heure de lecture au moins...


1. Salut. Pourrais-tu te présenter et me dire comment tu as découvert le black en citant quelques groupes qui te plaisent ? Tu as sorti un album qui s’appelle « Sacrifier au diable », en français dans le texte. La scène française t’a influencé ? Qu’est-ce qui t’as fait commencer le BM ?

Alors je suis Nocturnal Noir, le leader et vocaliste du groupe de black japonais SUICIDE FOREST. Je suis né en 1986, ce qui me fait 28 ans. J’ai commencé la musique par le piano quand j’étais gamin et à 17 ans je me suis mis à la guitare et au chant. Du coup dans le groupe je suis à la fois chanteur, guitariste et pianiste.
C’est un parcours un peu original qui m’a amené au black, parce qu’à la base j’étais fan de groupes de gothique ou de Visual Key comme MALICE MIZER ou MOI DIX MOIS. Et même si les vocaux de ce dernier étaient clairs, sa musique était vraiment du black metal symphonique. Je me suis alors mis à la recherche d’un groupe qui, lui proposeraient des vocaux aussi bien inspirés par le chant d’opéra que par des hurlements de fous. C’était en 2008… Et j’ai découvert ARKHA SVA. A l’époque leur musique m’a profondément marqué et laissé une impression indélébile. Beaucoup doivent connaître ce groupe en France d’ailleurs. Enfin bref, le mélange des vocaux m’a bien surpris.
Par la suite je suis entré dans le monde du black. J’étais à la recherche de groupes destructeurs au son bien raw. Je suis devenu fan des Légions Noires (MUTIILATION, VLAD TEPES, BLACK MURDER…) et de black primitif japonais. Mais aussi des premières sorties norvégiennes, du black dépressif aux vocaux torturés comme SILENCER ou MALVERY… Mais j’avais aussi de l’intérêt pour ANOREXIA NERVOSA, ARCTURUS, et le black sympho dans son ensemble. Sans oublier des groupes black punk du style d’ABSURD.
Maintenant je ratisse encore plus large mais mes classiques restent BLACK MURDER, VLAD TEPES, SILENCER, SORTSIND, MALVERY et les Coréens de ORIGIN OF PLAGUE. Dans les groupes japonais je pense à FENRISULF, ENFER KOMMANDER, JUNO BLOODLUST, FRA HEDENSK TID, ETHEREAL SIN, ETERNAL FOREST

Syuri, le vocaliste de FENRISULF est surtout énorme avec ses vocaux terrifiants, et il m’a beaucoup influencé dans ma façon de chanter.

Je pense aussi que la France m’a inspiré. J’aime les mélodies totalement déstructurées et donc je reproduis souvent les effets des Légions Noires. Par contre ce n’est pas tout, j’ajoute pas mal de classique réarrangé à la sauce black metal et fais parfois de l’ambient pour trouver une patte personnelle et originale. Mon timbre est proche de ceux de FENRISULF, SILENCER ou encore des débuts de MUTIILATION.

J’aime beaucoup la langue française, qui utilise des sonorités qui n’existent pas dans les autres langues.

Si j’ai commencé à faire du black, c’est parce que je suis allé voir un concert il y a 5 ans avec FRA HEDENSK TID et FENRISULF. C’était mon premier concert du style et j’ai eu envie de faire la même chose. Non seulement le concert reste un excellent souvenir mais les membres des groupes étaient en plus vraiment cools.

Quand j’étais au lycée, je faisais aussi partie d’un groupe et je faisais déjà des hurlements, donc je n’ai pas eu trop de difficultés à m’adapter au black, que j’ai commencé en 2009.






2. Tu as formé déjà plusieurs groupes jusqu’à maintenant : FAITH OF GESTALGT, 「…」、永遠厨二病、SUICIDE FOREST… tu peux nous dire ce qui les différencie ?

FAITH OF GESTALGT était un groupe qui me permettait de faire toutes sortes d’essais musicaux dans des styles différents. Mais à vrai dire je n’ai pas vraiment de bons souvenirs avec cette formation… Ceux qui ont écouté les albums doivent l’avoir compris mais je n’étais pas dans mon meilleur état psychologique à cette époque… J’ai des problèmes depuis le lycée et j’ai encore quelques problèmes de santé… J’ai fait plusieurs tentatives de suicides et j’ai failli être hospitalisé de force dans un asile. Du coup je faisais avec ce groupe une musique maladive, reflet de mon état. Je mettais en musique ce qui m’arrivait et donc c’était de la musique expérimentale et de la noise…


「…」est un projet de black Shoegaze. J’étais un peu lassé de jouer du black et je me suis laissé tenter par de la « belle musique éphémère ». Dans un sens ça a été de la rééducation. J’y ai composé des titres avec une voix claire et des guitares au son propre.

永遠厨二病est un projet parallèle à FAITH OF GESTALGT. Je voulais tester de la noise music tarée. Cela dépasse le black pour donner de la Junk noise.

SUICIDE FOREST est mon nouveau groupe depuis 2014. J’y sublime ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. C’est du black original fait avec les tripes. On peut dire que la base en est du dépressif, mais pas du dépressif de base ! C’est un groupe qui reprend tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant comme expériences musicales, mais en mieux. J’y parle du suicide, mais le message est en fait que « la vie vaut le coup ». Moi aussi j’ai fait plusieurs tentatives de suicide car j’étais mal psychologiquement, mais voilà je suis toujours là et content de l’être. Je parle donc de l’espoir de la vie. Et même si la plupart des titres parlent du suicide c’est pour aller au constat que j’ai envie de vivre. Depuis que j’ai formé ce groupe j’ai beaucoup progressé vocalement et je suis au meilleur de mes capacités.




3. Les visuels de tes albums et EP changent toujours radicalement de style. Comment choisis-tu tes pochettes ?

Chaque sortie parle d’un thème différent, qui constitue un ensemble. Je trouve donc un visuel qui correspond. En fait je suis attiré à la base par la photo et l’art et j’aime faire les choses moi-même, c’est le cas aussi pour mon corpse paint. Une fois que j’ai décidé de la réalisation d’un thème qui m’est venu à l’esprit je m’occupe du visuel. Et le logo de FAITH OF GESTALGT est l’oeuvre d’un ami, Vhan du label Misanthropic Art Production.


4. Tu as sorti un album qui s’appelait « Je vais me suicider le 16 novembre ». Que voulais-tu dire par là ?

C’était une sortie dangereuse celui-là... Le 16 novembre, c’est mon anniversaire et à l’époque où je l’ai sorti j’avais essayé de me suicider en me défenestrant. Je me suis cassé la colonne vertébrale et c’était l’horreur, je ne voulais plus vivre alors j’ai décidé de faire un album annonciateur de ma mort, le jour de mon anniversaire. J’ai fait l’album en me disant que si je me suicidais vraiment il resterait alors quelque chose de moi et que ma vie prendrait enfin du sens. J’ai ensuite à nouveau essayé de me suicider, par empoisonnement, mais je me suis encore raté... Finalement c’était encore une épreuve de la vie...
De tels actes étant particulièrement dangereux, je ne vous conseille pas d’essayer de faire pareil (rires)...


5. Tes groupes font partie de l’underground, du vrai underground quasiment inaccessible. Tu peux nous parler de ce monde ? Est-ce qu’il existe une « scène japonaise » à ton avis ?

On me dit souvent que nous sommes ultra underground, mais à vrai dire je ne sais pas grand chose de l’underground japonais.... J’ai des poussées de panique alors je ne peux pas rester dans des salles de concert ou dans une foule. Sinon je fais une crise et m’effondre... J’aimerais bien aller voir plus de concerts de black undergound mais voilà ma santé ne me le permet pas. Et du coup je n’ai pas l’occasion de découvrir plus que ça l’underground de mon pays. Par contre je suis bien au courant de certaines choses parce que je suis bien actif avec mon cercle de black underground sur Facebook. Finalement les acteurs du black underground japonais sont de gentilles personnes qui font attention aux autres.
Ils portent de l’attention aux autres et c’est donc une scène qui réunit des personnes bonnes et sérieuses qui viennent conseiller les gens dans l’erreur. C’est l’underground que je connais... Les personnes que j’ai rencontrées dans ce milieu sont adorables, ce sont des partenaires et amis fantastiques. Ils sont capables de vous gronder parce que vous êtes dans le faux et pour vous remettre sur les bons rails. Ils ont toujours les mots qu’il faut et ne me laissent jamais tomber même quand j’ai des problèmes psychologiques. Si je peux continuer la musique c’est bien parce que j’ai mes amis de la scène underground ! Merci à eux !
Par contre il n’y a pas beaucoup de groupes de black au Japon par rapport aux autres pays... Il y a d’ailleurs pas mal de personnes qui sont obligées d’en faire seules...
Je crois vraiment qu’il y a une scène japonaise, ou plutôt deux scènes. Celle des groupes qui font du black, et celle de ceux qui en écoutent.
Parmi les gens qui vont aux gros concerts de black il y a pourtant une majorité de personnes horribles, de celles qui vont sur des forums et sur Twitter et racontent des atrocités et ne connaissent que la médisance. Ce sont des gens méchants qui me font douter de la nature humaine...
Moi-même j’ai lu des commentaires très désagréables me concernant sur les forums et Twitter, très blessants. On se moquait de moi, de mon visage, et on a même détourné des informations personnelles me concernant !
Au concert, ils retournent toujours leur veste et sont du genre à faire ami-ami avec tout le monde.
Les gentils musiciens qui font du black sont la cible des méchants auditeurs et ils en sont parfois tellement blessés alors que ce sont des commentaires sans fondements et certains vont jusqu’à arrêter la musique de leur faute ! Donc la scène japonaise se divise entre ceux qui font de la musique et ceux qui en écoutent... C’est un avis personnel...
Je n’ai jamais pardonné, je ne pardonne pas, et ne pardonnerai jamais ces sales enflures d’auditeurs salopards que j’appelle des « Fake True » ! Donc les réels « true » ce sont ceux qui continuent le black malgré les obstacles.


6. Quels sont les groupes japonais que tu aimes ?

J’aime FENRISULF, FRA HEDENSK TID, ETHEREAL SIN, ENFER KOMMANDER, JUNO BLOODLUST etc...
Par contre pour le chant je suis surtout influence par Syuri de FENRISULF. Et d’ailleurs il m’a fait des félicitations sur mon chant !




7. Je pense que tu fais des titres totalement maladifs. Fous. On dirait que c’est improvisé. Tu cherches à faire le black le plus crade possible non ? Comment composes-tu ?

Je vais être gêné de tant de compliments ! (rires)
En fait je n’ai aucune connaissance sur les codes musicaux et la logique musicale... J’ai juste étudié le piano de longues années et donc c’est assez naturellement que je compose à l’instinct à la guitare par exemple. J’ai du mal avec les choses trop précises, alors je compose comme ça vient.
C’est comme ça que je procède, et ça me convient. C’est comme ça que je parviens à faire une musique déstructurée...
La musique ce n’est pas une machine. Il faut la considérer comme une chose vivante. On fait des compositions en la chérissant. Et même si je fais du black, je suis inspiré par Sugizo de LUNA SEA (rock japonais), Mana de MALICE MIZER, Kazuki de RAPHAEL...
Je suis inspiré par Sugizo pour les guitares. Et à un moment j’ai aussi pensé à utiliser des guitares synthé comme MALICE MIZER...








8. Le black est souvent décrit comme une musique satanique, de haine, de désespoir aussi. Pour toi c’est quoi le BM ?

C’est vrai que c’est une musique satanique mais moi je suis athée, je ne crois pas en Dieu. Je n’ai aucune pensée religieuse et je suis juste happé par la musique totalement folle du black. J’aime ce qui est dérangé... Je n’aime pas les combats pour le pacifisme. Ma musique est sans doute dingue, mais c’est une science folle qui reflète les tourments de mon esprit malade. Pour moi, faire du black, c’est vivre. C’est un moyen de vivre et une représentation de moi-même.


9. A l’étranger on a une image d’un Japon idéal, où la criminalité est faible, où tout le monde est heureux. Alors on s’étonne qu’une musique agressive et désabusée comme le black existe. Qu’est-ce qui motive un Japonais à faire du black ? Comme on a du black satanique il y a du black antibouddhiste ?

Effectivement, au Japon le port d’armes par exemple est interdit. Alors on peut penser que c’est un pays sûr. Mais il y a beaucoup d’autres sortes de crimes et d’actes violents, comme des brimades, du harcèlement des actes de cruauté ou des crimes de psychopathes et des crimes via Internet. Moi je déteste les disputes, la violence… Alors à mes yeux les Japonais sont pour la plupart des gens perturbés, des dingues… Oui, j’ai cette impression.
Alors pourquoi faire du black metal ? Tout simplement parce que des metalleux japonais sont devenus fans du BM norvégien et français. Ils ont juste été influencés par leur musique. Ils sont simplement des fans du genre… Du coup, je n’ai jamais entendu parler d’un groupe de black japonais opposé au bouddhisme. Remarque, ça pourrait être intéressant comme concept ! (Rires)
Moi je ne m’intéresse pas vraiment aux gens ni à la société, donc je ne peux vraiment en parler, mais je pense que si les Japonais sont insatisfaits et stressés, c’est à cause la pression entre individus et sur Internet. Il y a aussi la longueur des journées de travail et puis les intimidations et discriminations dans les entreprises et les écoles... Il y a beaucoup de préjugés et de critiques basés sur l’apparence au Japon... (C’est un avis personnel, d’autres me contrediront peut-être...)


10. Tu t’es aussi occupé d’un projet NS... Du NS japonais donc... Ça m’intrigue...

Il s’agit effectivement de 永遠厨二病. Merci de l’avoir écouté. Bravo pour avoir déniché cette sortie limitée (Rires). Quand je pense que cette musique est allée jusqu’en France (Rires)...
Le thème est effectivement le NS... mais ce n’est qu’une thématique, pas une opinion politique (Rires).
J’ai composé cet album en me demandant ce qui pouvait bien se passer dans la tête d’Hitler. S’il y a des gens qui ont pu se méprendre je tiens à préciser que je ne suis pas un adorateur du Führer. Le but était plutôt de faire une révolution personnelle, intérieure, je me suis mis dans la peau d’un Japonais qui se dirait : « Tiens je vais jouer du NSBM ».


11. Maintenant tu officies dans SUICIDE FOREST qui n’est pas un projet solo... C’est une première expérience. Quels sont les bons et mauvais côtés ?

En étant plusieurs, on peut composer plus, et faire des concerts. Et moi qui suis chanteur, je peux me concentrer sur le chant, et juste sur le chant. Je faisais tout moi-même avant alors les concerts n’étaient pas imaginables. Les seuls événements qu’on pouvait me proposer étaient acoustiques et n’avaient parfois rien à voir avec le metal...
La plus grande difficulté vient par contre de la partie théorique de la musique... Vu que je n’y connais pas grand chose, on n’est pas toujours d’accord avec les autres... Alors il m’arrive de ne pas savoir quoi dire quand quelque me pose une colle du style : « Pour ce titre il faut quelle extension ? » ou bien « Tu veux bien me donner ton avis sur la partition que j’ai préparée... »
Et puis même si c’est bien d’être passé à un groupe, on a du mal à trouver des moments en commun pour répéter... Chacun a ses obligations... Il y a aussi un étudiant dans la bande, et il a des horaires compliqués. On fait ce qu’on peut pour pouvoir se retrouver.


12. Qu’est-ce que tu prévois pour la suite ?

Plus de concert que jusqu’à maintenant. Nous améliorer dans le processus de réalisation... Et puis que ma musique soit écoutée ailleurs qu’au Japon aussi.
Je rêve de vivre dans le BM toute ma vie. J’approche de la trentaine maintenant mais je voudrais devenir un pépé black metal dans l’avenir.
D’ailleurs cette interview est un pas vers l’étranger, donc je suis heureux qu’un de mes souhaits se réalise...


13. Un message pour les Français ?

Merci d’avoir lu mes réponses.Il y a plein de bons groupes au Japon. Si des groupes passent en France, allez les soutenir. Et on se verra peut-être un jour au Japon !
Âme noire dans nos coeurs ! Gardez pour toujours l’amour du black metal !

---
Traduction par Sakrifiss

8 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/07/2015 06:05
Il y a le distibuteur SA Music qui propose ses CDr, le plus récent sous le nom de Burglar et Barglar.
Mais le gars en lui-même semble avoir fait une rechute et j'attends sa réponse pour savoir s'il va bien...
Babojew citer
Babojew
12/07/2015 22:36
C'est possible de se procurer des disques quelque part ?
Kedran citer
Kedran
02/04/2015 12:10
Bien d'accord avec vous, la sincérité du mec est palpable. Touchant oui c'est bien le mot.

J'avoue avoir été moins touché par l'extrait proposé, pour un truc aussi dépressif et déchirant ça manque de "mélodies" pour moi.
C'est sacrément cru quand même.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
02/04/2015 11:47
 J'ai la plupart de ses sorties, s'il arrive à devenir célèbre je vais me faire des couilles en or parce que la quinzaine d'albums que j'ai de lui sont tous limités à 30 ou moins d'exemplaires ! ^^
J'ai vu des fautes d'orthographe dans ma traduction, donc je vais corriger ça !

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
02/04/2015 11:42
Sagamore a écrit : c'en est touchant !

Bien d'accord, je l'ai trouvé très sincère aussi.

Bon, on fait un crowd-funding pour lui ou pas encore ? Mr Green
Sagamore citer
Sagamore
02/04/2015 09:33
Interview géniale. J'aime beaucoup sa vision de la scène Black en général, avec un esprit, une tolérance et pas de compétition entre les différentes formations. Un bonhomme particulier, qui répond avec "candeur" (c'est l'effet que ça me fait en tout cas), c'en est touchant !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
02/04/2015 08:27
Il m'a demandé trois jours de traduction celui-là ^^
En tout cas, il est passionné, très malade aussi, mais il essaie de se soigner !
J'aime bien les passages où il trouve que les gens sont méchants, sauf les groupes qui eux sont sincères et tolérants envers les autres groupes.

Il a répondu avec sincérité, et ça c'est beau !!!
Dysthymie citer
Dysthymie
01/04/2015 23:09
Oh putain, je suis fan !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Suicide Forest
Suicide Forest
Japon
  
Faith of Gestalgt
Faith of Gestalgt
Japon
  

The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique
Conan + Downfall of Gaia
Lire le live report
Bloodhammer
Kuusi hymniä syvyyksistä
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Rot Prophet
Lire la chronique
Razend
White Goat 2
Lire la chronique
Keiser
The Succubus
Lire la chronique
While She Sleeps
You Are We
Lire la chronique
Martröð
Transmutation Of Wounds (EP)
Lire la chronique
Memoriam
For The Fallen
Lire la chronique
Artificial Brain
Infrared Horizon
Lire la chronique
Hierophant
Mass Grave
Lire la chronique
Gorephilia
Severed Monolith
Lire la chronique
Novembers Doom
Hamartia
Lire la chronique
Nécropole
Nécropole (Compil.)
Lire la chronique
Wolfnacht
Ypervoreia
Lire la chronique