chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Venefixion pour la démo "Defixio"

Interview

Venefixion pour la démo "Defixio" Entretien avec F. Goathroat (Chant) et K. Desecrator (Guitare, basse, batterie) (2015)
1# Venefixion étant un groupe relativement jeune, pourriez-vous tout d’abord vous présenter brièvement? Combien de membres forment aujourd’hui l’entité? D’où venez-vous? Qui fait quoi?

F. Goathroat: Venefixion se compose simplement de trois membres: K. Desecrator à la guitare rythmique, la batterie et la basse, W. Cadaver à la guitare 'lead', les solos et les effets et F. Goathroat à la voix. Nous sommes tous Français et plus particulièrement Bretons. Pour clarifier un peu les choses sur ce qui a pu être écrit avant que la démo ne sorte, Kev et moi avons respectivement vécu en Australie et en Allemagne au tout début du processus, à la création du groupe. Mais nous sommes Français et avons enregistré toute la démo dans le Finistère. Nous avons tous les trois déjà fait nos armes dans plusieurs groupes tels que Cadaveric Fumes, Demonic Oath, Deathless Bastard, Ritual Temple, Perversifier, etc.


2# Je crois savoir que vous existez depuis 2013. Or, vous n'avez sortie votre première démo qu’en octobre de cette année. Que s’est-il passé entre temps? Certains d’entre vous sont, je crois, partis à l’étranger. Cela a probablement dû affecter la composition et/ou l’enregistrement?

F. Goathroat: Oui, c'est bien cela, le groupe en tant que tel existe depuis 2013. Kev et moi étions isolés au sens propre comme au figuré et quelque part frustrés, je pense, de ne pouvoir rien faire avec les locaux que nous ayons pu côtoyer respectivement. Nous avons échangé sur nos situations respectives et avons décidé d'écrire la musique d'un côté et les paroles de l'autre. L'entente s'est faite de suite, nous savions ce que nous voulions faire dès le début, nous en avions une idée assez précise en fait. La distance a effectivement affectée la rapidité de réalisation de la démo. Nous devions d'abord rentrer en France pour pouvoir enregistrer quoi que ce soit, et c'est ce que nous avons fait. Pendant ces deux ans, nous avons eu le temps de faire mûrir le projet et échanger énormément sur ce que nous voulions faire ou éviter.


3# Votre première démo intitulée Defixio sortira sur le label Iron Bonehead. Comment s’est passée la rencontre avec Patrick? Aviez-vous sollicité d’autres labels en parallèle ou bien les choses se sont-elles faites naturellement du fait que certains d’entre vous aient déjà collaboré auparavant avec le label allemand?

F. Goathroat: Pour être tout à fait honnête, nous avons d'abord sollicité Invictus Productions quant à la sortie de la démo car aucun groupe français n'avait encore été signé par le label irlandais. Mais cela ne s'est pas fait et c'est plus un concours de circonstances qu'autre chose (d'ailleurs, l'histoire ne s'arrêtera peut-être pas là). Nous souhaitions être sortis soit par Darragh soit par Patrick, et c'est la seconde opportunité qui s'est présentée à nous. Kev connait Patrick car il a tourné pas mal en Europe avec des groupes australiens et ils avaient eu l'occasion de se rencontrer par le passé. En ce qui me concerne, je le connais un peu car j'ai eu l'occasion de faire quelques trades avec lui (via mon label Messe Noire Productions)
qui se sont toujours très bien passés. Une relation de confiance s'était déjà installée au préalable en quelque sorte. Effectivement, Demonic Oath et Cadaveric Fumes ont sorti un split LP via Iron Bonehead, je ne sais pas si cela a beaucoup joué, tout ce que je peux dire c'est qu'une fois les morceaux non mixés ni même masterisés envoyés, il a de suite été ok pour sortir notre démo en tape.


4# Sans rentrer dans les détails qui ne regardent que vous, comment se manifeste concrètement l’appui d’Iron Bonehead pour un groupe tel que Venefixion lors d’une sortie comme celle-ci?

F. Goathroat: Eh bien écoute, c'est je pense tout ce qu'un groupe peut espérer avoir. Tu as quelqu'un qui connaît bien son sujet et qui est prêt à donner beaucoup pour que la démo soit présentée dans les meilleures dispositions avant même que celle-ci ne sorte. Ce qui est excellent, c'est qu'il est disponible et soutient le projet, il te tient toujours au courant des avancées. Des efforts au niveau de la diffusion et de la promotion ont également été faits avant que notre demo ne sorte. Au moment où je te réponds, la démo n'est pas encore sortie donc je ne peux pas te dire comment cela se traduit au niveau de la sortie.


5# Cette première démo sera disponible au format cassette. Un premier pressage limité à 200 exemplaires. Prévoyez-vous de la sortir dans un autre format?

F. Goathroat: Le pressage de la demo va, en réalité, être limité à 500 copies. Ce qui prouve, quelque part, que Patrick croit en nous. Nous sommes également en pourparler au sujet d'autres formats sur d'autres labels. Cependant, cela dépendra de comment la demo sera reçue à sa sortie et si elle se distribue bien. Rien n'est encore sûr en définitive. Nous verrons bien.


6# L’artwork est signé de l’Anglais SeventhBell. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette collaboration? Comment s’est-elle faite? Que cherchiez-vous exactement à retranscrire via cet artwork? Enfin à qui doit-on également cet excellent logo?

F. Goathroat: Nous avions contacté dans un premier temps un artiste assez reconnu qui nous a fait part de son manque de temps concernant la réalisation de notre artwork. Nous avons alors cherché un autre artiste. C'est assez facilement que nous nous sommes mis à contacter SeventhBell. Kev a eu l'idée de cet artwork et il est resté en contact avec lui. On a juste voulu donner un gros côté "démo" à la notre, comme dans les années 80-90 (un artwork plutôt simple, noir sur blanc avec une police de type machine à écrire, rien de plus). C'est moi qui ai réalisé le logo. On s'est mis d'accord avec Kev sur la trame, sur ce à quoi devaient ressembler les lettres et la forme du logo. Pour le reste, j'ai fait des essais et on voulait surtout garder un effet crade et imparfait sur ce logo. C'était important de ne pas faire quelque chose de pro tout en mettant tous les éléments qui se trouvent dans le logo et qui doivent refléter notre musique un minimum.


7# Si j’en crois mes recherches, "Defixio" signifie "Enchantement" en Latin. Par contre, je n’ai rien trouvé au sujet du terme Venefixion. Pouvez-vous nous éclairer sur le sens de ces deux mots et leur signification dans le cadre de votre musique ? D'ailleurs, de quoi traitent également vos paroles?

F. Goathroat: Oui, "defixio" signifie au sens littéral "enchantement" en latin. Cependant il est davantage utilisé dans certains cercles pour évoquer la notion de malediction par exemple. Il est d'ailleurs plus à propos de parler des tablettes de Defixion quand on évoque le sujet. Tablettes sur lesquelles on déposait des cheveux ou des étoffes afin d'envouter quelqu'un et ainsi lui pourrir la vie, voir le faire entrer dans des états qualifiés de démoniaques. C'est une forme éloignée du Voodoo en quelque sorte, basée tout de même sur le sentiment de vengeance. C'est comme ceci qu'il faut le voir dans notre cas. Venefixion est en fait la contraction de "defixio" ou "defexion" et du "vénefice" qui signifie le fait d'empoisonner quelqu'un par le biais de la sorcellerie par exemple. Venefixion est donc un assemblage de "vénefice" et "defixion", posséder un individu et l'empoisonner grâce à différents moyens en somme.
Quant aux paroles, elles traitent de différents sujets, comme La Secte Rouge en Haïti qui pratique le Voodoo et des rites sacrificiels entre autres. On parle également de la Mort au sens large, un autre qui parle de defixions donc et le dernier qui traite des Aghoris en Inde. Nous abordons des sujets divers et variés, on n'a pas de trame qu'il faut suivre, l'inspiration vient d'elle même et il n'y a pas de concept. Tous les aspects de la Mort peuvent être traités et ce, dans n'importe quel lieu. En fait, dans notre Monde, la seule chose qui soit sûre c'est que tout finit par mourir, la Mort est partout et elle ne peut être vaincue! Je tiens à ajouter que de nombreux textes qui ont été utilisés ou le seront sur les prochaines sorties ont été écrits en 2013...


8# Comment s’est déroulé l’enregistrement? Qui en a eu la charge? Combien de temps cela vous a-t-il demandé? Enfin avez-vous rencontrez des difficultés particulières?

F. Goathroat: Kev a enregistré la musique en quelques jours après son retour d'Australie. Il a tout fait tout seul de son coté, joué et enregistré. Quelques semaines plus tard, nous avons pris un weekend pour enregistrer les voix. J'ai choppé une saloperie de crève en plein enregistrement et Kev également mais il était hors de question d'arrêter quoi que ce soit, il fallait enregistrer donc on a continué grâce à un très bon lambic artisanal ainsi qu'à Jim Beam. En gros c'est un enregistrement de crevards. Je ne sais pas si cela a beaucoup joué sur le résultat final mais cela a été la seule chose marquante de l'enregistrement des voix qui ont duré une demie soirée et une matinée. Quelques temps plus tard, Wenceslas et Kev se sont vus et ont enregistré les solos et les effets qui ont été plaqués sur la musique et les voix existantes. Je crois qu'on a réussi à faire ce qu'on voulait et ce qu'on avait en tête. C'est le style de Death Metal que j'aime, frontal et vicieux. On aime juste ce qu'on fait et si ça ne plaît pas c'est pareil.

K. Desecrator: J'ai enregistré les instruments en deux jours, tout seul avec mon matériel, dans un chalet au milieu des bois dans le froid du mois de décembre. Ça peut sonner cliché mais c'est la pure vérité.


9# La version promo en ma possession donne le sentiment d’une production quelque peu compressée, manquant peut-être un peu de relief. J’imagine que cela est dû à la qualité du format MP3. J’ai surtout l’impression que vous avez souhaité apporter un côté old shool sans pour autant tomber dans certains travers (trop de HM-2 etc…). Quelles étaient vos ambitions en matière de production? Quelle couleur souhaitiez-vous donner à Defixio?

F. Goathroat: La seule chose que je peux te dire c'est que j'ai trouvé que le son pouvait changer assez significativement en fonction d'où et sur quoi tu l'écoutes. Kev te parlera d'ailleurs mieux que moi de cet aspect là.

K. Desecrator: Oui, une prod peut sonner très différemment sur différents supports, et le fait que ce soit une version compressée en MP3 n'arrange bien entendu rien. Pour ce qui est du son, en effet on voulait garder un côté old school mais un son de guitare HM-2 "Swedish Death Metal" worship était hors de question. Niveau Suèdois on se rapproche d'ailleurs bien plus de Grotesque et Tiamat que d'Entombed et Carnage, même si nous aimons aussi beaucoup ces derniers.


10# Vous mentionnez entre autres parmi vos influences des groupes comme Autopsy, Repulsion, Grotesque et Repugnant. Vous en aviez tellement marre de voir Mary Goore jouer la rock star dans Ghost que vous avez décidé de prendre les choses en mains c’est ça?

F. Goathroat: Je trouve Ghost vraiment naze du premier au dernier album, je n'ai rien à ajouter à leur sujet. Si par contre Tobias Forge avait la bonne idée de nous mettre une bonne branlée des familles avec un retour de Repugnant, on serait content de prendre une leçon en bonne et due forme. En attendant on est là et on occupe l'espace avec notre Metal de Mort.


11# D’ailleurs il y a comme une petite ressemblance sur les deux photos promos que l’on peut voir sur votre page Facebook (maquillage, yeux révulsés…). C’est quelque chose de voulu?

F. Goathroat: Disons que Repugnant a un peu hanté nos vies ces dernières années, on a juste les mêmes influences que Repugnant a eu pour ses photos promos, donc oui quelque part ils nous ont influencé. On a surtout voulu garder cette touche qu'avaient beaucoup de groupes des années 80-90. C'est plus cet esprit là qu'on a voulu retranscrire plutôt que de ressembler à Repugnant. Autre chose, on pense réellement que ce sont ces attributs qui collent le mieux à notre musique. Il était hors de question de faire une photo sans cartouchières et noir autour des yeux.


12# En tous les cas je dois bien vous avouer que je suis particulièrement sur le cul à l’écoute de ces quatre titres. Tout y est savamment distillé : des riffs redoutables d’efficacité, une batterie à l’esprit ultra Punk et un chant old school bardé de réverb’. Pouvez-vous nous dire comment se passe le processus de composition au sein de Venefixion? Qui compose? Comment répétez-vous? Enfin que cherchez-vous à transmettre?

F. Goathroat: Kev sera plus à même de te répondre, c'est lui qui compose. Moi, j'écris des textes et on met tout ça ensemble en donnant le plus de cohérence possible, histoire de donner le meilleur rendu. Soit de la haine, de l'effroi, du vice et une bonne dose de violence frontale et poisseuse. Quand on a commencé Venfixion, on savait qu'on voulait mettre un énorme côté Punk sur la batterie pour donner cette dimension crasseuse et souillée, ça a été naturel, tout comme la reverb'. Impossible de laisser la voix sans ça, inimaginable même. Plus de groupes devraient y revenir à mon avis, ça nous changerait. Pour le moment, on ne répète pas, on verra en temps voulu mais on trouvera une solution, on n'y pense même pas, car ça se fera naturellement. On essaye de rentrer dans le cerveau de celui qui écoute notre musique en lui violant le conduit auditif, on lui pourrit d'abord le cerveau, on lui crache au visage tel un serpent puis on lui donne le sentiment de se faire écraser la tronche à coups de masse. Ensuite, on compte finir par manger son cadavre.

K. Desecrator: Pour la composition, il n'y a pas de recette miracle. Souvent un ou deux riffs cools me viennent mais je ne me force pas directement à leur trouver une suite car je trouve ça contre-productif. Je laisse donc mûrir ça dans ma tête et la suite vient à moi au moment où elle l'a décidée et non l'inverse. Pour moi c'est là toute la magie de la musique et de l'art en général.


13# Je trouve d'ailleurs que ça manque un peu de groupes de votre trempe aujourd'hui. En dehors de ceux cités en références ou de groupes comme Gouge ou Verminous, avez-vous d'autres groupes à conseiller dans le genre?

F. Goathroat: Je suis d'accord avec toi, il n'y a guère que Gouge et Verminous qui n'aient été explorer ce style de Death Metal. Je n'en connais personnellement pas d'autres, peut-être qu'il y en a mais je ne peux pas t'en dire plus. Quelque part, il y avait Repugnant et dans une autre mesure Excoriate. J'ai d'ailleurs entendu dire qu'on pourrait être un trait d'union entre les deux. Si on pouvait déjà n'être qu'une virgule, on serait contents car ce sont facilement pour moi les deux meilleurs groupes de Death Metal des années 2000.


14# Quelle est la suite des évènements concernant Venefixion? Quels sont vos plans à plus ou moins court terme après la sortie de votre première démo (disque, concerts...)?

F. Goathroat: En ce qui concerne la suite, on en a pour le moment juste discuté entre nous. Il va y avoir de nouvelles choses concernant Venefixion mais nous ne pouvons rien dire pour le moment. Nous avons tous des groupes à côté, c'est un fait. Cependant, on a déjà contacté un artiste pour une prochaine sortie et lui avons déjà donné la trame et des éléments avec lesquels travailler. Nous devrions continuer avec Iron Bonehead car nous n'avons pas de raison de changer de label. Nous verrons de quel format et quel type d'enregistrement il s'agira, on peut juste dire que ce ne sera pas un album tout de suite, on ne veut pas précipiter les choses.
Concernant les concerts, on en donnera en 2016. Par contre on choisira où jouer et on se montrera sélectif. On a tous différents groupes comme je le disais et aussi une vie à côté. L'idée n'est pas de jouer partout, toutes les semaines. On souhaite vraiment que l'auditoire apprécie nos performances scéniques.


15# J’ai quitté notre chère Bretagne en 2007 avec une vision de la scène underground locale pas forcément des plus réjouissantes (peu de groupes, de concerts etc...). Aujourd’hui les choses ont bien changé avec l’arrivée de jeunes groupes vraiment prometteurs, de petits labels impliqués etc... Quel regard portez-vous justement sur la scène Death/Black underground bretonne? Il semble exister une réelle connexion entre les différents acteurs, qu’ils soient de Rennes, de Brest ou même de Nantes (si tant est que l’on peut les considérer comme Bretons)?

F. Goathroat: La scène Bretonne est certainement et objectivement la meilleure de France à l'heure actuelle. Cependant, tout le monde se connaît plus ou moins où untel connaît quelqu'un qui connaît untel et ainsi de suite. Il y a pas mal de groupes de qualité et ce, dans des styles différents. Pour en nommer quelques uns, allez jeter un oreille sur Hexecutor, Cadaveric Fumes, Nuclear Abomination, Devilspit, Herzel, Demonic Oath, Rotten Liver, Deathless Bastards, Perversifier, etc. Niveau labels, un des meilleurs de France qui se nomme Impious Desecration Records. La scène est de très bonne qualité ici. On se connaît quasiment tous et ça bouge niveau concerts, que ce soit à Rennes ou dans mon coin à Quimper!


16# A l’échelle nationale, les choses se passent plutôt bien avec beaucoup de nouveaux groupes souvent très prometteurs, de nombreux évènement qui fleurissent ici et là (concerts, festivals...). Vous qui avez pas mal joué à l’étranger, pensez-vous qu’il existe toujours une réelle différence entre ce qui se passe en France, que ce soit en terme de public (implication/soutient), d’organisation, de promotion, et ce que l’on peut voir/constater dans le reste de l’Europe? Si oui, comment l’expliquez-vous?

F. Goathroat: La seule chose que je puisse dire c'est qu'on n'a plus à rougir des autres scènes aujourd'hui. On a beaucoup de bons groupes que certains nous envieraient presque. On peut être fiers de notre scène et des types qui se bougent derrière leurs petits labels ou leurs orgas de concerts. Point.


17# En parlant de promotion, quel regard portez-vous sur la presse hexagonale, qu’elle soit papier ou digitale? Pensez-vous qu’à l’heure d’Internet, des forums, des blogs, de Facebook et des groupes faisant leur promotion quasi seuls, cette presse ait encore un quelconque intérêt? En lisez-vous vous-même (papier/webzine)? Existe-t-il encore des fanzines de qualité?

F. Goathroat: Pour être franc, je n'ai pas d'avis sur la presse hexagonale. Je ne lis pas les forums français, ni les webzines (je ferai un effort pour Thrashocore) et encore moins les blogs. Je manque de temps et d'intérêt pour faire cela. Je pense qu'aujourd'hui, oui, il y a toujours un intérêt à une telle presse. La plupart des gens consomment la musique, ils vont sur les sites de streaming musicaux, les Youtube, etc. Beaucoup connaîtront sûrement notre groupe et la démo sans que celle-ci ne soit ni intégralement sur Bandcamp ni physiquement dans leur collection de cassettes. Les seuls magazines que je lis sont Iron Fist (en Anglais) et Deaf Forever (en Allemand). Ca fait un bout de temps que je n'ai pas acheté de fanzine, le dernier devait être Burning Churches. Je sais qu'un nouveau fanzine va naître sous peu, il va falloir garder un oeil dessus. son nom Black Fire Zine (avec un collègue de Ritual Temple). Il y a aussi Cryptic Propaganda.


18# Vous êtes tous issus d’autres groupes (Demonic Oath, Cadaveric Fumes, Perversifier, Ritual Temple, Deathless Bastards). Que recherchez-vous dans Venefixion que vous ne trouvez peut-être pas déjà dans vos autres groupes respectifs?

F. Goathroat: Pour ma part, il s'agissait simplement de pouvoir faire un truc que personne n'avait vraiment réalisé dans notre pays. Faire un truc qui bastonne plus que dans Ritual Temple où l'approche est très différente.

K. Desecrator: Je voulais juste que Fabien et moi fassions un truc ensemble et au fil de nos discussions, ce style de Metal de mort "in your face" s'est vite imposé comme celui qu'on allait faire.


19# D’ailleurs, pourriez-vous s’il vous plaît nous faire un tour d’horizon de vos divers projets et de ce que l’on peut attendre d’eux dans les semaines/mois à venir?

F. Goathroat: Eh bien comme mentionné dans la premiere question, il y a Demonic Oath, Perversifier, Cadaveric Fumes, Deathless Bastards et Ritual Temple. En ce qui concerne le dernier, le seul où je suis en mesure de te répondre, on va prochainement reprendre du service. On en a d'ailleurs déjà discuté avec les autres membres et ça avance lentement mais sûrement.

20# Nous sommes bientôt arrivés au mois de septembre (à l'époque ou ces questions ont été rédigées). L’année est donc déjà bien entamée. Pouvez-vous dresser un petit bilan personnel de vos meilleures sorties 2015 (3 chacun)?

F. Goathroat: L'année 2015 est très pauvre niveau sorties par rapport à 2014 ou 2013 par exemple. En ce qui me concerne je citerai bien le EP de Doomentor, Hail The Cult de Blackevil et disons le dernier MGLA.

K. Desecrator: Pour être franc, je n'ai pas acheté grand-chose cette année, ou alors pas grand-chose de nouveau donc je n'ai pas vraiment de classement. J'ai beaucoup aimé l'album de Gouge, la demo d'Herzel et des trucs non Metal aussi...


21# Messieurs, je crois qu’on a fait le tour. Pour conclure, souhaitez-vous ajouter quelque chose?

F. Goathroat: Venefixion fait du Death Metal, rien de plus, rien de moins. On a pu lire quantité de descriptifs concernant notre musique, c'est loufoque et ça n'a pas de sens pour nous. On fait du Death Metal. Dernière chose, que chacun sache qu'une seule chose est certaine dans ce monde, la Mort. C'est un élément omniprésent de nos vies et il est impossible de lui échapper ou de la tromper. C'est la chose la plus immuable qui soit et qui ne sera jamais, il est primordial de la respecter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Venefixion
Venefixion
Death Metal - 2013 - France
  

Lire aussi
Venefixion
Venefixion
Defixio (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  

Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique