chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Heart Attack pour l'album "The Resilience"

Interview

Heart Attack pour l'album "The Resilience" Entretien avec Christophe Cesari (Chant - Guitare Lead) (2017)
Salut et merci de m’accorder un peu de temps pour répondre à ces questions, pour commencer peux-tu présenter le groupe ?

Salut, et merci à toi ! HEART ATTACK s'est formé en 2008 et a sorti son premier album « Stop Pretending » en 2013 chez Apathia Records. Tony (Basse) nous a ensuite rejoint début 2015 pour une tournée qui nous a permis de traverser la France et de fouler notamment la scène du Hellfest (Metal Corner), du Motocultor, ou du Divan du Monde à Paris. Nous venons de sortir notre deuxième album « The Resilience », toujours chez Apathia Records/Season of Mist.

Quel est votre passé musical ? Avez-vous joué dans d’autres styles ?

Tony est le leader du groupe SLAVEYES qui officie dans la région toulonnaise. Chris, notre guitariste lead, a fait partie de plusieurs groupes dans pas mal de genres différents, dont un tribute-band à GENESIS, et il a rencontré Chris le batteur au sein d'un groupe STOLEN INNOCENCE qui a un peu tourné dans les Alpes-Maritimes vers 2007/2008. Kevin est l'homme d'un seul groupe puisque c'est lui qui a formé HEART ATTACK au lycée et en est donc le plus ancien membre !

Quels sont vos groupes cultes communs à tous ?

Nous avons tous des gouts assez différents, et qui vont d'ailleurs au-delà du Metal. Ce qui est très enrichissant car nous nous faisons découvrir mutuellement beaucoup de nouvelles choses. Mais il y a bien sur des groupes sur lesquels nous sommes tous d'accord comme METALLICA, PANTERA ou GOJIRA.

Il y’a eu du mouvement parmi vous avec l’intégration de Tony à la basse. A-t-elle été rapide ? L’avez-vous trouvé rapidement pour remplacer Flora ?

Nous avions repéré Tony dans SLAVEYES où il est guitariste et chanteur. Après le départ de Flora nous lui avons demandé de se joindre à nous et la connexion s'est faite immédiatement. Le premier concert de Tony dans HEART ATTACK a eu lieu à L'Ampérage à Grenoble en Avril 2015. Dès ce premier concert, tout a semblé naturel et nous avons tous eu la sensation qu'il était le quart manquant du groupe. Pour rien au monde nous ne serions revenus en arrière.

On connait surtout la scène du Sud-Est pour le Black-Metal, mais moins pour celle du Thrash, es-tu d’accord avec cela ? Y’a-t-il des groupes de la région que tu pourrais nous conseiller ?

Il y a un revival Thrash qui est en train de naitre un peu partout je pense. Sur la Côte et dans des styles qui vont du Hardcore au Glam, il y a une scène incroyable à travers des groupes aussi talentueux que SWARM, MADE OF ASHES, UNTIL THE UPRISING, GLAMORY, UNCHAINED, MOGHAN RA, OUR DAY WILL COME, WEAKENED, INDYKUSH, DISSIDENT, IOC, SORROW, ADD INSULT TO INJURY, et bien d'autres.

Pour parler de ce nouvel album on sent plus de maturité et d’expérience, il est plus travaillé et technique, tout en conservant une accroche très percutante et brute prévue pour la scène. Tu es d’accord avec cela ?

Oui bien entendu ! La maturité s'explique tout naturellement. Tout d'abord nous avons... 4 ans de plus !! Et plus sérieusement ces 4 années à tourner, à fouler de grandes scènes, à partager l'affiche avec de grands groupes, avoir l'occasion de les cotoyer, les voir jouer de si près a été énormément enrichissant et inspirant. Nous avons tous progressé en tant que musiciens et « performers », l'apport de Tony sur scène a été primordial au niveau de l'intensité. Concernant les compos, même si nous voulions montrer que l'on avait progressé en tant que musiciens, nous avons essayé de garder ce côté accessible et accrocheur. C'était très important car il y a énormément de bons musiciens, bien meilleurs que nous d'ailleurs, et proposer de bonnes chansons, travaillées et accrocheuses est une chance de se démarquer.

L’autre force de celui-ci est sa production puissante et hyper professionnelle qui permet de bien mettre en valeur vos arrangements et parties à chacun, je suppose que tu en es très satisfait …

Oui nous avons beaucoup travaillé sur cet aspect. Là-aussi nous voulions un son qui soit à la fois puissant et massif pour répondre aux critères actuels. Mais qu'il soit également clair, confortable à l'écoute et très dynamique. Nous avons eu la chance de collaborer avec deux grands professionnels que sont Sébastien Camhi (ArtMusic Studio) qui s'est occupé de la prise de son, et Frédéric Gervais (Henosis Studio) qui a pris en charge le mixage et le mastering. Nous avons réellement travaillé de concert et Fred et Seb ont pris en compte toutes nos remarques tout en apportant leurs idées, ils ont pour le coup été les 5ème et 6ème membres du groupe.

Tous les morceaux étaient-ils déjà prêts lors de l’entrée en studio ou bien y’a-t-il eu des arrangements ou parties entières terminées sur place ?

Les morceaux étaient prêts. Nous les avions peaufinés en répète ensemble, puis nous avons réalisé chez Chris les pré-prods les plus fidèles possibles à ce que ressembleraient les versions définitives. Nous avons énormément utilisé le Torpedo de TwoNotes qui nous a permis de peaufiner, enregistrer, effacer, réenregistrer avec un son qui nous permettait de nous rapprocher le plus possible du son final. On peut considérer que 90 % des arrangements étaient écrits avant la prise de son finale.

Ce qui m’a marqué aussi c’est la grande part laissée à la mélodie (je pense notamment à l’excellent instrumental qui clôt l’album), celle-ci s’intègre à merveille avec vos riffs plus classiques. On sent la volonté de conserver une certaine tradition propre au genre dans son côté direct, tout y ajoutant d’autres éléments sans dénaturer l’ensemble. Cela était-il voulu dès le départ ou est-ce venu naturellement ?

Nous n'avons pas réfléchi, cela est naturel pour nous. Comme je te l'ai dit nos écoutons beaucoup de choses autre que du Metal et cette envie de faire des choses plus mélodiques, plus riches et travaillées nous vient surement de là. Pour l'instrumental nous avons eu envie de nous faire plaisir et de voir ou la composition nous mènerait, sans se poser de barrières de genre ou de durée. Nous avons eu l'occasion de jouer ainsi des guitares acoustiques, des claviers pour donner une autre couleur à notre musique.

Vous êtes signés chez Apathia, comment vous êtes-vous retrouvés chez eux ?

Nous les avons choisis au physique. Nous étions fan de la coiffure de Jehan et des muscles de Jérémy. Plus sérieusement, quand nous cherchions un label pour notre premier album « Stop Pretending », nous suivions Apathia et leur roster qui ne comptaient peut-être pas les groupes les plus populaires mais que des bons groupes. Un label qui semblait vraiment marcher à la passion. Nous avons de suite accroché avec eux et pour les remercier de supporter nos mauvais caractères de sudistes nous avons rempilé pour un deuxième album chez eux ! Nous avons une très bonne relation autant sur le plan humain que professionnel.

Vous avez enchaîné les dates ces dernières années, quel est à titre personnel ton meilleur et ton pire souvenir ?

Nous avons la chance d'avoir fait de très beaux concerts après notre premier album, les concerts au Hellfest, au Motocultor, à la MJC Picaud de Cannes chez nous sont des moments que l'on n'oubliera jamais. Pas vraiment de pire souvenir. Quelques galères techniques comme tout groupe l'a déjà connu mais rien qui ne nous a jamais empêché d'effectuer un set.

Parmi les formations que vous avez côtoyés, y’en a-t-il une qui vous a le plus marqué ?

Là aussi nous avons eu la chance de partager et de voir de très près certains groupes que nous adorons. Des groupes comme BENIGHTED, LOUDBLAST, TRIVIUM, SEPULTURA ou OPETH nous ont beaucoup apporté par leur professionnalisme, conseils, encouragements. Et il faut signaler que tous ces mecs sont vraiment adorables et humbles.

Avec quel groupe aimeriez-vous de jouer sur scène et en tournée ?

Pour PANTERA c'est mort ! Mais en tant qu'admirateurs, partager la scène avec des groupes comme METALLICA, MACHINE HEAD ou GOJIRA serait une expérience que l'on aimerait vivre.

Y’a-t-il un festival qui vous fait rêver et où vous aimeriez être à l’affiche ?

Comme tout groupe de Metal, nous rêvons des grands festivals internationaux, nous avons eu la chance de mettre un pied au Hellfest et au Motocultor mais nous aimerions y retourner ! Et pourquoi pas au Wacken, Graspop etc !

Quels sont vos projets pour l’année ?

Tourner le plus possible pour faire connaître HEART ATTACK au public et continuer à se régaler en découvrant de nouveaux endroits et publics !

Je te laisse le mot de la fin pour nos lecteurs !

Merci à vous d'avoir lu cette interview ! Allez écouter « The Resilience », nous avons vraiment tout donné sur ce disque alors laissez-lui une chance. Et s'il vous plait (ou pas) n'hésitez pas à nous donner votre avis ! On espère vous croiser sur la route !

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
16/04/2017 23:45
Marrante la remarque comme quoi le sud est serait plus "black metal", j'aurais pas dit ! Sourire
Sincèrement, vivant dans le Var, je trouve que cette partie là en tout cas est plus oriente Djent / Thrash / Hardcore / Nu. La scène Black doit être assez discrète, ou plus dans les Alpes Maritimes ou vers Lyon peut-être.

Comme quoi, on découvre des choses à chaque fois Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Heart Attack
Heart Attack
Thrash Moderne / Groove Metal - 2006 - France
  

Lire aussi
Heart Attack
Heart Attack
The Resilience

2017 - Apathia Records
  

Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique