chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Armament : Etre Thrash en Inde

Interview

Armament : Etre Thrash en Inde Entretien avec Conquest, Death, War, Famine (2016)
Salut Armament, pouvez-vous vous présenter ?

Salut, vous avez le bonjour d’Inde, nous sommes Armament, un quatuor de Thrash Metal. On aime que ça aille très vite, surtout après avoir fait tourner un gros...vous voyez quoi!

Pouvez-vous nous raconter l’histoire du groupe et de ses musiciens ?

Conquest : On a commencé à s’intéresser à la musique à des âges différents, et c’est pareil pour le Metal. Malgré nos différences dans l’approche musicale et l’héritage culturel, c’est super de bosser avec des gars qui se sentent différent et sont désireux de le dire, en musique. Le groupe a été formé à l’hiver 2011 quand une bande d’ivrogne a décidé qu’ils en avaient marre d’entendre de la merde. Tout ce que nous voulions faire c’est passer du temps autour de notre passion commune pour le Heavy Metal. Depuis le démarrage, il y a eu quelques changements dans le line-up, comme dans tous les groupes. Heureusement, ces changements nous ont à chaque fois permis de renforcer et d’améliorer le groupe.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de jouer du Metal ?

Death : Tout simplement la musique et le message qu’elle véhicule. C’est une forme de musique très accessible à laquelle il est facile de connecter quand on en a besoin.

Vous considérez-vous plutôt comme un groupe de studio ou de scène ?

Conquest : Le groupe est sorti de l’anonymat lors d’un concert donné à l’occasion de la fête traditionnelle de l’Ascension, dans notre ville natale de Calcutta. Après cela, nous avons lancé un EP en août 2015, mais jouer live devant un parterre de metalheads, c’est notre raison d’être.

Quels sont les hauts faits de votre carrière ?

War : Durant les quatre dernières années, chacun des concerts que nous avons donné a été mémorable d’une façon ou d’une autre. Le premier restera toujours gravé dans nos mémoires. De même pour le Bangalore Open Air Festival de 2014, quand nous avons partagé l’affiche avec les légends du Thrash allemand, Destruction et les grecs de Rotting Christ. Enfin, l’an dernier, le premier enregistrement en studio de notre EP First Strike.

C’est quoi le premier disque de Metal que vous avez acheté?

War: Maiden Early Years, une compilation avec Paul DiAnno au chant. Je l’ai trouvé dans la caisse à bonnes affaires d’un disquaire qui a malheureusement fermé il y a quelques années.

Quelles sont vos principales influences?

Conquest : C’est difficile de choisir parmi tous les groupes qui comptent vraiment pour nous, mais c’est le Heavy Metal qui nous a amenés à jouer, les groupes fondateurs comme Black Sabbath, Judas Priest, Motörhead. Une fois réunis dans Armament et le Thrash Metal, ce sont les styles brésiliens et allemands qui influencent notre façon d’écrire les chansons. Des groupes comme Sodom, Destruction, Sarcofago, Sepultura et même Bathory ont eu un énorme impact sur nous.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le Thrash Metal?

Famine: Musicalement parlant, l’énergie et le groove que donne le Thrash, mais plus largement, la liberté d’expression tirée à l’extrême.

Est-ce facile d’être un groupe de Metal en Inde ?

War : Bien que le genre existe depuis plusieurs années dans le pays, le Metal en est toujours à un stade très précoce de développement et la majorité des indiens ont beaucoup de mal à en comprendre l’essence. Partout dans le monde, de jeunes groupes sont confrontés à des obstacles insurmontables durant les premiers temps, et l’Inde ne fait pas exception à la règle. Mais malheureusement, ici, même le groupe le plus influent ne pleut décemment pas songé à faire de sa musique son métier. C’est la triste vérité, hélas mais d’un autre côté, je trouve que la beauté du Metal repose notamment dans les sacrifices que sa pratique exige.

Comment décrirais-tu la scène Metal indienne ?

Death : Comme l’a dit War, être un groupe Metal et survivre décemment a toujours été une tâche ardue mais il y a tout de même une scène underground qui se maintient depuis l’apparition du Metal en Inde. Aujourd’hui, les groupes ont plus d’opportunités de s’exprimer grâce aux réseaux sociaux et le nombre de concerts organisés dans le pays ainsi que la multiplication des labels et des disquaires permet à un groupe qui en veut de se faire un nom. Le public est devenu mature et nous envisageons l’avenir avec optimisme.

Etes-vous proche d’autres groupes de Metal indien ?

War : Quelques groupes ont émergé en même temps que nous et malheureusement, plusieurs ont splitté depuis. Sur la scène locale, des groupes comme Deadbolt sont très cool. Idem pour les gars de Kryptos, l’un des groupes les plus cool avec lequel on puisse tourner. Ils ont été une influence majeure pour nous professionnaliser. De même, Primitiv, à Mumbaï est un pur groupe et des mecs en or avec qui nous avons joué lors du lancement de notre EP.

Pourquoi est-ce important pour Armament d’être connu et reconnu hors d’Inde ?

Death : Ce n’est pas essentiel d’être reconnu à l’international, le plus important c’est d’atteindre des gens, d’en faire des ambassadeurs de notre musique et de fidéliser et développer une scène locale.

Dans quels pays aimeriez-vous jouer ?

Conquest : N’importe où, du moment que le public est capable de créer un circle pit géant.. ha ha \m/

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

War : La vie n’est pas facile du tout mais du moment qu’on reste sincères et qu’on a des couilles d’acier, les rêves peuvent se réaliser. Je pense que nous serons tous d’accord pour dire que c’est ce qui nous motive dans le Metal. Si tu veux quelque chose, faut le demander. C’est le mot d’ordre du jour. C’était un super moment, merci les gars. Chargez vos armes et buttez la haine. \m/

---
Traduction par rivax

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Armament
Armament
2011 - Inde
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique