chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Coutoux : Incursion dans le Black Metal

Interview

Coutoux : Incursion dans le Black Metal Entretien avec Mathias Coutoux (2017)
Après avoir chroniqué son premier album Black Metal, le mystérieux Hellicoprion, j'ai eu envie de demander à COUTOUX ce qui avait amené un artiste plutôt accompli dans l'Electro à travailler sur un projet Metal. J'avais aussi envie de savoir si ce disque est aussi organique qu'il en a l'air.

Bonjour Mathias, pour commencer, peux-tu nous présenter ton parcours musical?

J’ai commencé à faire le DJ autour de 2005. J’étais à fonds dans la mouvance Heavy Lo-Fi Electro qui était à la mode à l’époque. Cela me rappelait le Thrash Metal que j’écoutais dans les années 80. J’ai joué de la basse pendant quelques temps dans un groupe de Punk / Garage. Je suis un complet autodidacte. J’ai commencé à produire et créer des live mix qui ont peu à peu dérivé vers le son macabre et dark du Coutoux actuel. Au fur et à mesure que ma musique évolue et s’enrichit, j’essaye d’élaborer des performances live plus complexes qui traduisent au mieux mon côté obscur.

Hellicoprion est un album avec un message, peux-tu nous expliquer ce que tu as cherché à exprimer ?

Ce projet était très personnel. J’éprouve une immense passion pour les requins et la vie océanique. Sans les océans, ou les requins, nous n’existerions pas. Ils sont essentiels à notre écosystème. Ce concept album parle du requin préhistorique, l’Hellicoprion. Le disque essaye de décrire la manière dont l’homme a presque fait disparaître ces créatures magnifiques en polluant les mers. Les compos décrivent un retournement de situation où les grands anciens reviendraient pour réclamer leur dû. Le morceau “Hellicoprion” exprime mon incompréhension et ma rage intérieure à l’encontre de ceux qui considèrent les trésors naturels de notre planète comme acquis.

Quelles ont été tes influences pour composer Hellicoprion?

Il y a eu beaucoup de sources différentes. Pour commencer, je traversais une phase d’idées noires que j’ai voulu mettre en musique. J’ai travaillé sur ce sentiment pendant plusieurs jours d’affilée. L’album a été composé et produit en une semaine. J’étais un peu obsédé par le concept. L’idée de départ m’est venue quand j’ai rencontré d’autres one-man-band de Metal. En tant qu’artiste lo-fi, j’ai toujours été particulièrement attiré par l’agressivité et la crudité des productions de Black Metal. J’ai essayé de combiner des sonorités drone issues du Doom Metal, des ambiances sinistres du Black et des accélérations du Thrash pour donner corps à mon concept.

Comment Hellicoprion s’intègre-t-il à ta discographie ?

Je trouve qu’il s’y intègre à la perfection, j’y vois l’aboutissement de l’évolution de mon projet musical. J’ai toujours rêvé de produire un LP de Metal mais je n’avais ni les outils ni les compétences pour le faire. Cette idée s’est matérialisée parce que c’était le bon moment, je suppose.

Hellicoprion est ton premier album Metal. Qu’est-ce qui t’as décidé à passer de l’Electro à des compos plus organiques ?

J’avais l’impression d’avoir atteint un seuil créatif et je n’arrivais plus à progresser. Je voulais faire quelque chose de neuf, frais et brut. En tant qu’artiste, je voulais me challenger tout en maintenant l’engagement de mes fans.

As-tu fait appel à d’autres musiciens pour les instrumentaux ?

C’est moi qui ait écrit et produit tout l’album. J’ai enregistré les voix sur un ordinateur portable dans mon garage et j’ai demandé à des amis musiciens de m’envoyer des prises de guitare afin d’obtenir un son plus organique mais ceci mis à part, j’ai utilisé ce que je connais le mieux : Logic Pro.

Envisages-tu de faire d’autres album Metal?

Je suis convaincu qu’il y aura d’autres projets influencés par le Metal mais je ne sais pas encore s’il y aura un autre disque similaire à celui-ci. Ma priorité sera toujours de mixer les sons que j’aime pour obtenir un résultat inédit et personnel. Mon prochain projet sera publié par le label Kill All Music. Il est déjà finalisé et en cours de masterisation. Ce prochain album est dark et heavy. C’est tout ce que je peux en dire.

Merci

---
Traduction par rivax

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Coutoux
Coutoux
Black Metal / Darkwave - 2007 - France
  

Lire aussi
Coutoux
Coutoux
Hellicoprion

2017 - Kill All Music
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique