chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir

Interview

Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir Entretien avec David Timsit (2017)
Ayant lu ma chronique de son dernier album, David Timsit, leader de MIRRORED IN SECRECY m'a fait part de son désaccord, notamment sur ma vision assez caricaturale du courant Goth. Je lui ai donc proposé une interview, histoire de remettre les pendules à l'heure.

Pour commencer, peux-tu nous présenter ton histoire, en tant que musicien ?

Salut rivax, j’ai commencé par jouer du violon quand j’étais enfant, mais j’ai voulu faire plus de bruit en grandissant, je suis donc devenu guitariste dans un groupe de Thrash local appelé ZYKLON. J'ai aussi participé à quelques side-projects bizarres avant de fonder mon propre groupe.


Comment et pourquoi as-tu décidé de créer MIRRORED IN SECRECY ?

Vers 2003, j’ai senti que je progressais en tant que musicien et que je commençais à développer un style personnel. J’ai donc décidé de repartir à zéro avec un nouveau projet en prenant les choses beaucoup plus au sérieux qu’auparavant.


Quelles étaient alors tes sources d’inspiration ?

C’est une époque de mon existence où j’ai commencé à penser par moi-même, ayant dû déménager dans une nouvelle ville. J’ai donc passé beaucoup de temps à déambuler dans la ville avec mes écouteurs, à profiter du déferlement d’émotions que suscite une promenade en ville et en musique. A cette époque, j’écoutais des groupes comme KATATONIA, GREEN CARNATION, SAVATAGE ou OPETH. Les groupes qui m’ont influencé au début sont surtout METALLICA, PARADISE LOST et ALICE IN CHAINS.


Quelle est ta définition personnelle du “Gothic Metal”?

J’adore l’attitude qu’avait SENTENCED. C’était un groupe de Heavy Metal qui n’avait pas peur d’ajouter des émotions plus profondes à leur musique. La scène Gothic des débuts avait cette vibration Rock n’Roll. Quand tu regardes les extraits du Icon Tour de PARADISE LOST sur Youtube, tu vois un groupe qui bottait sérieusement les culs. Je suis conscient des dérives inhérentes à l’utilisation un peu abusive du terme Gothic Metal mais les groupes précités et l’esprit de leurs premiers disques représentent pour moi ce qu’est le Gothic Metal au sens strict.


MIRRORED IN SECRECY a commencé comme un projet solo, tu as ensuite réuni un groupe de cinq puis six musiciens entre 2004 et 2013 avant de revenir à une formation solo. Qu’est-ce qui t’as amené à prendre cette dernière décision en 2013?

C’était moins une décision qu’un processus. Nous avons décidé de splitter parce que chacun d’entre nous avait beaucoup de choses externes à gérer. L’idée de départ c’était de s’arrêter au bon moment. Toutefois, je me suis rapidement rendu compte que j’étais incapable de m’arrêter de créer de la musique, et surtout pas celle que je fais avec MIRRORED IN SECRECY. Comme j’avais déjà créé et produit d’autres disques auparavant, ce n’était pas si différent de publier de nouvelles créations tout seul. Certains des anciens musiciens me manquent et je n’ai pas abandonné l’idée de conserver le line-up d’avant 2013 pour jouer en live, d’ailleurs nous avons déjà fait quelques répétitions l’an dernier mais sans donner de suites concrètes.


Après avoir testé les deux configurations, préfères-tu créer des albums seul ou avec d’autres musiciens ?

Je préfère créer seul. Je suis habitué à mon rythme de productivité et j’aime être indépendant et décider quand, comment et sur quoi travailler. Mais j’adore également la scène. Je dirai que la situation qui me plait le plus c’est d’être l’auteur compositeur attitré d’une formation à plusieurs musiciens.


Qu’est-ce qui est le plus difficile à gérer quand on réalise un album en one-man-band ?

Si l’on n’est pas familiarisé avec la totale liberté qui vient avec, on risque d’avoir quelques problèmes de planning. Mais dans mon cas, je pense que le plus difficile a été l’auto-promotion. Cela peut déjà être dur quand tu es dans un collectif, tout particulièrement quand personne n’est d’accord, mais dans ces cas-ci, il y a en général plus d’opportunités de promouvoir le disque que quand tu dois tout faire tout seul.


Tu es en train de reconstituer un nouveau groupe, est-ce uniquement pour les live?

Je pense que c’est effectivement ce que nous allons faire, mais je reste toujours ouvert aux idées et suggestions des autres, surtout quand il s’agit de musiciens avec lesquels j’ai joué pendant un moment.


Tu joues de plusieurs instruments de musique, mais quel est ton favori, et pourquoi ?

Je suis avant tout un auteur compositeur, donc je dirais le chant.


Dans ton dernier album, Solitution, tu as mixé du Gothic Metal Oldschool avec d’autres sous-genre de Metal, pourquoi ?

Je me refuse à toute auto-censure. Ce ne serait pas fun si je me souciais trop de rester dans un sous-genre codifié. Je sais que le résultat final sera un genre de Gothic Metal quoi qu’il arrive, notamment au travers des lyrics ou de l’ambiance. D’autre part, j’adore jouer de la guitare lead. La seule véritable expérimentation exogène de l’album, c’est la chanson “Song Of The Dead” qui combine des riffs de Rock des années 1970 avec des références à la culture nerd et une attitude un peu Punk.


Quelle est ta chanson favorite sur Solitution?

Je pense que c’est “Autumn Breeze”. C’est une chanson très émouvante qui contient beaucoup d’éléments signature de l’univers de MIRRORED IN SECRECY.


Que penses-tu de la scène Metal en 2017 ?

Cela dépend de l’endroit où tu habites. Je fais également partie de l’équipe du COLOGNE METAL FESTIVAL et nous avons la chance d’avoir une scène très active et intéressante ici, avec de nombreux groupes talentueux comme AERANEA, GREY SEASON, SIC ZONE ou THE BEAUTY OF DROWNING ainsi qu’un nombre conséquent de metalheads assidus aux concerts underground. Cela n’a pas toujours été le cas, je suis donc très heureux de la situation actuelle.


As-tu quelque chose à ajouter ?

Merci de m’avoir donné l’opportunité de te répondre et de parler à tes lecteurs. Si vous voulez en savoir plus sur la scène Metal de Cologne, vous pouvez consulter mon blog, http://metalblog.cologne – c’est en allemand, mais je pense que Google Translate vous aidera à tout comprendre!

3 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
08/08/2017 16:16
rivax a écrit : korbendallas a écrit : SENTENCED ... gothic metal ... NON, NON et NON !!!!

Il ne les catégorise pas en gothic, il dit plutôt que ce groupe de Heavy Metal a développé des climats qui annonçaient le Gothic...

[quote]"C’était un groupe de Heavy Metal qui n’avait pas peur d’ajouter des émotions plus profondes à leur musique"


[/quote]

Oui mais il rajoute ceci ...

Citation : "Je suis conscient des dérives inhérentes à l’utilisation un peu abusive du terme Gothic Metal mais les groupes précités et l’esprit de leurs premiers disques représentent pour moi ce qu’est le Gothic Metal au sens strict."

Bon, je chipote mais lire gothic associé à Sentenced me met hors de moi (toutes proportions gardées bien entendu) à chaque fois !
Je suis entièrement d'accord avec la première partie ceci dit !
rivax citer
rivax
08/08/2017 13:17
korbendallas a écrit : SENTENCED ... gothic metal ... NON, NON et NON !!!!

Il ne les catégorise pas en gothic, il dit plutôt que ce groupe de Heavy Metal a développé des climats qui annonçaient le Gothic...

Citation : "C’était un groupe de Heavy Metal qui n’avait pas peur d’ajouter des émotions plus profondes à leur musique"

korbendallas citer
korbendallas
08/08/2017 10:02
SENTENCED ... gothic metal ... NON, NON et NON !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Mirrored In Secrecy
Mirrored In Secrecy
Gothic Metal - 2003 - Allemagne
  

Lire aussi
Mirrored In Secrecy
Mirrored In Secrecy
Solitution

2017 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report