chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal

Interview

Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal Entretien avec Zhivko Koev (2017)
Il y a quelques semaines, j'ai chroniqué le premier EP de PAGLIACCI. Cet ambitieux projet d'Opéra Metal impliquant une cinquantaine de musiciens, et sortant un peu de nulle part m'a titillé, j'ai donc voulu en savoir plus en interviewant le maître de cérémonie de ce projet "hors norme" : Zhivko Koev.

Bonjour, pour commencer, peux-tu nous raconter ton histoire en tant que musicien ?
Je vais passer sur la pénible histoire de mes trois premiers groupes, chacun ayant enregistré une démo qui n’a jamais été publiée dans des styles allant du Metal Mélodique au Dark Ambient. Non je vais directement passer à la première publication “officielle” dans laquelle je me suis impliqué. Il s’agit du deuxième album de WARTIME, Solar Messiah où je suis mentionné comme guest clavieriste. Cet album, qui a eu beaucoup de succès, a été élu Meilleur Album de 2012 par Metal Hammer Bulgarie. Ensuite, en 2014, ALLEGORIST a publié son debut EP, Play A King pour lequel j’ai écrit les paroles, composé une grande partie de la musique et interprété les claviers. Enfin, l’an dernier, j’ai participé au concept album The Four Seasons de VIVALDI METAL en composant trois des chansons et en réalisant les arrangements de la plupart des choeurs.

Pourquoi et comment as-tu décidé de créer PAGLIACCI ?
Plusieurs tentatives de création de groupe n'ayant débouché sur rien de concret, j’ai choisi de créer un Opéra Metal qui me permettrait d’impliquer un grand nombre de grands musiciens actuellement impliqués dans des groupes géniaux.

Comment as-tu écrit et composé PAGLIACCI ?
Pour commencer, j’ai recyclé une partie du matériel que j’avais créé pour mes précédents projets. Ensuite, j’ai écrit et composé une tonne de nouveau matériel, alors que l’histoire et le concept se développaient dans ma tête. Le projet a continué à grandir, impliquant de plus en plus de musiciens, des instruments “classiques” etc. Tout cela est allé beaucoup plus loin que ce que j’avais initialement envisagé.

Comment as-tu fait pour recruter et convaincre tous les musiciens impliqués dans le projet ?
Un par un [rires]. Les premiers à participer ont été des amis avec qui j’avais travaillé sur d’autres projets ou avec qui j’avais déjà joué. Ensuite, au fur et à mesure que les compos déjà enregistrées étaient publiées, d’autres musiciens ont commencé à me contacter en demandant à participer. Tout est devenu plus facile à partir du moment où une partie du projet a été publiée.

T’es tu inspiré d’opéras “classiques”?
Non. Je me suis principalement inspiré des autres concept albums Rock et Metal. Bien sûr, il y a beaucoup d’influences issues de la musique classique, mais aucune tirée d’un opéra en particulier.

Pourquoi as-tu décidé de publier un premier EP ?
C’est un bon résumé de l’histoire complète. L’EP comprend une partie de l’histoire mais se suffit également à lui-même, j’ai donc décidé de le publier dans ce format, ce qui n’était pas prémédité au départ.

Qu’en est-il du reste du projet, es-tu près du but ? Sais-tu quand tu pourras le publier?
En ce qui concerne la musique, les arrangements et les paroles, le projet est achevé depuis longtemps maintenant. En terme d’enregistrement, il me manque quelques lignes de guitare et de basse. Le gros du travail de production et de mixage reste à faire. Si tout se déroule selon le planning, je pense que l’album sera publié début 2018.

La composition du Metal Symphonique nécessite de bien équilibrer les deux univers pour éviter de trop pencher du côté “classique” ou du côte Metal, quel est ton secret de fabrication?
Un résultat équilibré? C’est difficile à dire. Je cherche les meilleurs moyens de raconter une histoire, transmettre des émotions, vivre une expérience. Parfois cela demande un bon équilibrage, d’autres fois, le chaos : le désordre est nécessaire. C’est parfois le meilleur moyen pour présenter le monde intérieur d’un personnage.

As-tu quelque chose à ajouter ?
Je tiens à remercier THRASHOCORE pour cette interview et votre formidable soutien. Puisse votre webzine durer longtemps et prospérer.



---
Traduction par rivax

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Pagliacci
Pagliacci
Opera Metal - 2015 - Bulgarie
  

Lire aussi
Pagliacci
Pagliacci
Yours Sincerely, Sister Josephine (EP)

2017 - Autoproduction
  

Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique