chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

The Great Discord pour l'album "The Rabbit Hole"

Interview

The Great Discord pour l'album "The Rabbit Hole" Entretien avec Rasmus Carlson (2017)
#1 Salut Rasmus and merci de m'accorder de ton temps pour répondre à mes questions. Le deuxième album de The Great Discord sortira le 8 septembre sur le label The Sign Records. Pour commencer, comment vas-tu et comment se sont passées ces dernières semaines pour toi ?

Bonjour !

Je vais bien ! Nous avons eu un bel été ici en Suède. J'ai passé de bons moments avec mes amis et ma famille !

#2 Avant de parler du nouvel album, je souhaitais revenir quelques années en arrière. J'ai lu que The Great Discord était né en 2013. Comment as-tu rencontré les autres et quels étaient vos plans au début ?

J'ai entendu parlé de The Great Discord pour la première fois lorsque j'ai reçu un SMS sur mon téléphone d'une certaine Fia Kempe qui disait en gros qu'elle savait que j'étais bassiste, et se demandait si je voulais jouer du metal progressif avec un groupe de Linköping. J'ai répondu que ça m'intéressait. J'ai été très rapidement invité à rencontrer les autres, nous nous sommes bien sûr bourrés et avons passé un bon moment puis nous avons répété quelques jours plus tard. Je continue d'aller aux répétitions, alors je pense avoir fait quelque chose de bien ce vendredi soir de 2014, pas 100% sûr cependant, ma mémoire de cette soirée est comme on dit, assez brumeuse.

#3 Comment avez-vous choisi ce nom de groupe et que représente-t-il pour vous ? Ou peut-être est-ce juste parce que tous les membres n'étaient pas d'accord à ce sujet ? ;)

Le nom du groupe existait déjà lorsque j'ai rejoins le groupe, mais l'idée principale du nom est une tentative de décrire la vie en général. Ce n'est jamais simple, jamais tout droit, plein de rebondissements et de revirements, pour le meilleur et pour le pire.

#4 Un petit mot à propos du logo du groupe que j'ai trouvé super bien pensé. Qui l'a réalisé ?

Un homme appelé Linton Rubino. Aksel et lui ont fait un prototype sur une serviette de table dans un bus de tournée lorsqu'ils jouaient dans leur précédent groupe Ghost et l'ont développé à partir de là. Je suis d'accord, ça rend bien !

#5 Votre premier album "Duende" a été une grosse surprise pour moi. Je ne m'attendais pas un son aussi unique et à un travail de composition aussi mature pour un premier essai. Qui a écrit la musique et les paroles et combien de temps est-ce que cela vous a pris pour en venir à bout ? Avez-vous essayé différentes choses avant d'arriver à ce résultat ?

Les paroles résultent la plupart du temps d'une collaboration entre Fia et Aksel. La musique de Duende a été principalement écrite par Fia et Aksel, puis lorsque André et Gustav les ont rejoint ils réinventèrent certaines parties et ensemble créèrent le sont de TGD. Les chansons de Duende étaient déjà toutes terminées lorsque je suis arrivé, j'ai toutefois réussi à intégrer une bonne partie de mes lignes de basse. Nous avons travaillé de plus en plus ensemble depuis et aujourd'hui nous nous sentons comme un groupe "normal" dans le sens où tout le monde contribue.

#6 Y avait-il un concept derrière ce premier album ? Y a-t-il un lien avec le personnage étrange et effrayant incarné par Fia ?

Pour faire simple, le premier album contient dix histoires différentes traitant de l'esprit humain et de la manière dont les pensées et sentiments noirs peuvent s'exprimer de différentes façons, par exemple par la dépression, l'addiction aux drogues et encore d'autres manifestations plus extrêmes comme le narcissisme malin ou le cannibalisme etc.

#7 Toujours à propos de l'apparence de Fia, les 5 teasers vidéo ont capté mon attention avant l'écoute de l'album. Qui a eu l'idée d'enregistrer ces vidéos et imaginé ces courtes histoires ? Est-ce que Fia mange souvent de la viande fraîche en chantant ?

Le côté visuel de notre musique a toujours compté pour nous. Nous voulions présenter notre musique sous un aspect différent, plus théâtral. Nous avons toujours été inspiré par des groupes qui font ce genre de choses, de Slipknot à Genesis. A propos du fait de manger de la viande, non, pas vraiment, hehe. On a utilisé ça comme un moyen de dépeindre le cannibalisme.

#8 Votre signature avec le célèbre label Metal Blade a été aussi une surprise pour moi parce que vous n'êtes pas vraiment le genre de groupes que l'on trouve le plus dans leur catalogue. Comment êtes-vous entrés en contact avec eux ?

Nous avons utilisé notre death pop progressif comme appât et l'avons balancé en attendant que ça morde. Metal Blade s'est manifesté, et nous avons commencé à travailler avec eux. Ça n'a été que du plaisir de faire partie de leur famille pendant un moment, un label vénérable, et des gens super !

#9 Vous vous définissez comme un groupe de death pop progressif. Je suppose que c'est une provocation envers ceux (moi inclus) qui tentent de mettre une étiquette sur votre style, c'est ça ? Très drôle. Vraiment. Sinon, quels sont les groupes qui ont inspiré votre musique ?

Ça a commencé comme une petite blague à propos des gens qui créent quatre cent sous genre dans le metal, nous nous sommes simplement contenté du notre. Nous avons tendance à voir notre musique comme une combinaison de ces trois choses, nous mixons parfois les mélodies étranges et les codes du prog, les aspects nerveux du death metal, et le côté catchy de la pop. Je ne peux que parler de moi en ce qui concerne l'inspiration mais je pense que nous avons été inspirés de tout depuis les premiers Genesis jusqu'à Meshuggah. Et Max Martin bien sûr.

#10 Je suppose que beaucoup de gens ont découvert votre musique sur scène. Comment a été l'accueil du public sur vos chansons ? Avez-vous parfois volé la vedette aux têtes d'affiche ? Et avec quels groupes avez-vous tourné ?

Nous avons gagné beaucoup de nouveaux fans sur nos récentes tournées, et ça a été fantastique. C'est toujours un peu nerveusement perturbant de jouer devant de nouveaux publics ne sachant pas comment ils vont réagir. Mais je crois que nous avons gagné la majorité chaque soir. Je pense que quand tu y vas à fond dans le côté théâtral et dans un genre de musique qui est censé être plus grand que la vie, tu ne dois pas faire dans la demi-mesure sur scène, sinon tu as l'air encore plus ridicule. Nous avons fait une courte tournée en avril avec Ghost en Scandinavie. Ce fut une super expérience d'en faire partie. Quelques semaines plus tard nous avons fait une tournée avec Katatonia au Royaume-Uni, là aussi super amusant !

#11 Comment ce sont passées ces 2 dernières années ? Beaucoup de concerts ? Plus d'écriture ? Ou peut-être beaucoup de quotidien ?

Un mélange sain d'un peu de tout. Nous avons écrit beaucoup de nouvelles choses, dont certaines ont terminé dans le nouvel album (THE RABBIT HOLE) et d'autres intègreront de futures sorties. Nous écrivons constamment, explorons de nouvelles choses pour le groupe et pour son futur.

#12 Parlons de "The Rabbit Hole". Cette fois-ci vous avez signé avec The Sign Records. N'étiez-vous pas satisfaits des services de Metal Blade ? Comment s'est déroulé la collaboration avec The Sign ?

Pas du tout. Nous sentions juste qu'avec cet album nous allions dans une direction différente. Alors nous sommes entré en contact avec The Sign Records qui nous ont accueilli à bras ouverts. Nous sommes très reconnaissants des moments passés avec Metal Blade et leur souhaitons juste le meilleur.

#13 Je dois reconnaître que l'écoute de ce second album a été également une surprise. Je ne m'attendais pas à ce que votre musique évolue de la sorte. Je l'ai trouvée moins metal et moins progressive, plus rock et alternative avec plus de tubes catchy ("Darkest Day", "Omen", "Noire"...) tout en conservant le son TGD. As-tu le même sentiment ? Y a-t-il des titres que tu apprécies plus que d'autres ?

J'ai effectivement le même ressenti que toi. Un feeling plus direct mais avec l’étincelle de TGD. Je ne vois pas l'intérêt d'écrire deux fois le même album, si tu vois ce que je veux dire. Toujours plus de plaisir à développer le son et écrire pour chaque nouvel album. Mes préférées pour le moment sont probablement "The Red Rabbit", "Noire" et "Cadence".

#14 J'ai lu que "The Rabbit Hole" était un concept album revisitant les aventures d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll. Peux-tu nous en dire plus ?

Oui. C'est notre pièce la plus sombre de la saga. Fia suit le Lapin Rouge dans son terrier qui s'avère être son double maléfique appelé IRE. Dans ce trou ils développent une relation destructrice qui évolue et décline tout au long de l'album. C'est principalement un voyage psychologique habillé de métaphores, je pense que tu pourrais en dire autant de l'original.

#15 J'ai aussi lu que cet album a été entièrement auto-produit, avec votre batteur Aksel aux manettes. Comment s'est déroulé l'enregistrement ? Vous êtes-vous sentis plus libre d'écrire dans ces conditions ?

Oui, tout a fait. Je trouve que ce processus fonctionne bien pour nous. Nous avons enregistré l'album dans notre propre studio en étant seuls à sculpter notre son. Aucune limite de temps et aucune grosse dépense (en dehors des heures supp que nous avons volontiers investi bien sûr) qui peuvent arriver lorsque tu enregistres un album dans les studios de quelqu'un d'autre. Cette liberté créative est néanmoins une chose dangereuse, sans discipline tu finis par te focaliser sur les plus petits détails. Ce que nous avions tendance à faire, mais nous sommes devenu meilleurs pour nous concentrer sur les parties importantes à chaque nouvelle chanson que nous faisions. Nous serons toujours un groupe qui possède des tonnes de trésors cachés dans sa musique, mais nous seront aussi un groupe qui essaiera constamment de s'améliorer dans ce qu'il fait. L'art a besoin de changement ou il devient obsolète !

#16 Qui a créé l'artwork de "The Rabbit Hole" et lui avez-vous donné une direction de travail ? Est-ce le même artiste qui a créé celui de Duende ?

Mattias Frisk a fait l'artwork de nos 2 albums. Nous lui avons donné l'histoire et le concept de l'album, et quelques directions générales sur ce que nous voulions en terme de présentation et de couleurs. Il nous a envoyé quelques esquisses et nous en sommes tombé aussitôt amoureux. Il en a fait de véritables objets d'art. Mattias est un artiste tellement talentueux et avec qui il est simple de travailler.

#17 Y a-t-il une tournée de prévue pour promouvoir ce nouvel album ? Avec quels groupes ?

*Aucun commentaire*

Des plans, des plans et encore des plans sont en marche. Comme on dit, restez vigilant !

#18 Pour terminer, j'avais quelques questions à propos de toi si ça ne te dérange pas. Pour commencer, depuis combien de temps joues-tu de la basse et y a-t-il des artistes qui t'ont donné envie de devenir bassiste ? Joues-tu d'autres instruments ?

J'ai commencé à jouer de la basse quand j'avais environ 10 ans. Je crois que mon premier bass hero a été Mike Rutherford de Genesis. Ca dépend vraiment du style de musique dont on parle mais les quelques bassistes qui m'ont marqué sont Rutger Gunnarsson, Adam “Nolly” Getgood et Henrik Linder.

#19 Es-tu impliqué dans d'autres projets ? Y a-t-il d'autres genre de musique que tu voudrais jouer ou expérimenter ?

J'ai quelques idées pour ramener mon vieux groupe Pegasûs à la vie. Ça serait vraiment cool d'y rejouer. Nous étions une sorte de groupe de prog-rock instrumental. Ces moments où nous jouions ensemble m'ont vraiment inspirés pour continuer à jouer de la basse.

#20 Que fais-tu de ta vie lorsque tu ne tortures pas ta 4 (ou 5) cordes ?

Je suis professeur de musique dans une école Waldorf dans ma ville natale. J'apprécie vraiment de travailler avec les enfants. J'aime également être dehors et aller pêcher ou simplement me détendre autour d'un petit feu de camp dans les bois. C'est vraiment ma tasse de thé.

#21 Qu'écoutes-tu en ce moment ? Autre chose à recommander à nos lecteurs en plus du dernier album de TGD ?

Ça change chaque jour. Un jour c'est Johnny Cash et le suivant c'est Björk. Mais si tu veux écouter quelque chose d'un peu différent va écouter l'album "Gormenghast" de Pegasûs, hehe.

#22 Merci pour ton temps et je serai là pour le prochain ! Quelque chose à ajouter ?

Merci beaucoup de m'avoir accorder cette interview ! Nous sommes très heureux de savoir les gens sur notre nouvel album et impatients de vous voir sur la route !

---
Traduction par Dead

DOSSIERS LIES

The Great Discord 2017
The Great Discord 2017
Septembre 2017
  

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
The Great Discord
The Great Discord
Metal alternatif dérangé - 2013 - Suède
  

Lire aussi
The Great Discord
The Great Discord
The Rabbit Hole

2017 - The Sign Records
  

The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique
Tinnitux 耳鳴
As The Aether Burns「聽見蒼穹燃燒」...
Lire la chronique
Seven Spires
Solveig
Lire la chronique