chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Interviews »

Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"

Interview

Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred" Entretien avec le groupe (2017)
Salut les gars et félicitations pour ce premier album qui tient toutes ses promesses, tout d’abord pouvez-vous vous présenter et me raconter l’histoire de la création du groupe ?

BLOODY ALCHEMY est une création familiale, Vic (chant/guitare) et Lou (batterie) sont cousins, et depuis qu’ils sont gosses font de la musique ensemble. En 2015, avec pas mal de compos dans les poches et un nom, ils décident de monter le groupe. Clém (guitare) les rejoint dans la foulée et Lucas (basse) un peu plus tard en fin 2015.

Il est rare de voir une formation aussi jeune enchaîner si rapidement des disques, êtes-vous pressé par le temps ou cela est-il dû au hasard et aux rencontres de la vie ?

En fait la sortie de l’EP « Insanity Chaos » en mars 2016 s’est très vite imposée à nous car les compos étaient prêtes et tournaient en répet’ depuis un moment. On a enregistré en Home studio et sorti assez vite cette autoproduction. Pour l’album « Kingdom Of Hatred » qui vient de sortir, on peut dire même qu’on a tardé à le sortir (lol) car les morceaux étaient en boite depuis début 2017, avec une idée de la prod’ bien définie, mais nous avons pris notre temps pour choisir le bon studio et la bonne personne.

Avez-vous des influences communes, ou des groupes qui fassent l’unanimité parmi vous ?

Nous écoutons un maximum de styles musicaux même si le Metal est notre musique de fond. Nous avons tellement d’influences communes (mdr) qu’on t’en remplirait des pages !!!Chaque membre de Bloody a sa petite orientation Metal bien précise, sa petite niche de préférence c’est sur, mais on se retrouve sur des fondamentaux qui vont de SLAYER à MADBALL en passant par OBITUARY, MACHINE HEAD et DEICIDE et en allant aussi vers le Deathcore et du Metal plus moderne, et tant d’autres que ca serait réducteur de citer que ceux la, rien qu’à voir nos t shirts !!!

Pour en revenir à l’album il est très hétéroclite, on trouve aussi bien du bon Thrash rapide à l’ancienne, comme du Death bien lourd et même un peu de Hardcore, le tout se mélangeant avec une grande facilité. Comment s’est passé le processus de composition ? Tous les morceaux étaient-ils prêts lors de l’entrée en studio ?

Pour le processus de composition, en fait le schéma est souvent le même. Vic compose les riffs de guitares et la structure du morceau avec une idée générale de la batterie. Ensuite Lou bosse dessus et réécrit sa partie de batterie complète, Clem et Lucas y apportent leurs riffs, solos et parties de basse. Puis Vic colle ses textes et ses lignes de voix. Après la sortie de l’EP en mars 2016 on a fait pas mal de dates et déjà les nouvelles compos étaient présentées sur scène pour les rôder et aussi les modifier si besoin. Pour nous un morceau doit sonner Live comme il nous plait avant d’être mis en boite et produit en studio. Du coup le défi va être de le faire sonner en studio et en prod aussi « transpirant » et vivant qu’on a eu l’habitude de l’entendre sur scène !! Une fois ces nouvelles compos bien définies et prêtes début 2017 on est passé au recording en home studio. Il nous paraissait impensable de ne pas inclure les morceaux de l’EP dans le 1er album pour qu’ils aient une production soignée.

L’autre point fort de « Kingdom Of Hatred » est sa production, particulièrement écrasante et puissante, qui s’en est chargé ?

On a pas mal prospecté pour trouver une prod’ qui nous plaise et aussi pas trop loin, car comme tu le sais on n’était pas tous en âge de conduire (mdr) et aller à l’autre bout de la France était pas vraiment possible logistiquement. On nous a parlé de Frédéric Gervais (ORAKLE) du Studio Henosis (78) et on lui a fait écouter notre EP. On ne va pas parler en son nom mais Fred à vu très vite qu’on allait pouvoir faire du Death/Thrash vivant, moderne et puissant ensemble !! Fred nous a terriblement bien accompagné dans la production et le mixage de l’album, on lui doit beaucoup, c’est un orfèvre de la prod’ musicale Metal !!! (mdr)

Le disque est sorti en autoproduction, cela est-il un choix délibéré ou avez-vous démarché différents labels ?

Tu sais déjà quand tu as entre 16 et 19 ans tu n’as pas la prétention d’aller voir les labels, et le peu d’endroits où on avait envoyé notre EP les réponses étaient souvent les mêmes, genre revenez avec plus de titres ou revenez quand ca sera plus abouti. WTF !!! Donc voilà on s’est dit on avance à notre idée et on sort ça tout seul en maitrisant le process de bout en bout. Pour le prochain album on avisera !!! (lol)

Vous privilégiez l’efficacité et l’accroche à la technique outrancière et ennuyeuse, ce que je trouve personnellement très bien, cela s’est-il fait naturellement ?

On pratique un style de Metal plutôt spontané et pas foncièrement tourné vers la technique. La technique vient appuyer notre style mais on n’en balance pas des couches qui se superposent. Néanmoins quand on a envie de balancer un passage très technique on ne s’en prive pas mais ca ne reste pas notre propos principal.

Vous vous payez le luxe d’avoir le très demandé Julien Truchan en invité sur le titre « A World In Agony », comment cette rencontre s’est-elle faite ? Vous êtes des fans de BENIGHTED ?

Oh oui ! On est des énormes fans de BENIGHTED et de la voix de Julien !!! Cette rencontre s’est passée très simplement en fait. On est allés les voir en concert à l'Asylum Metal Fest de Limours organisé par Mathieu Kollmann l'année dernière et après leur concert au stand merch’ tout le groupe est allé discuter avec Julien. On lui a passé notre EP en lui demandant s'il acceptait de faire un feat’ sur notre prochain album. Vu le planning de fou qu’il avait à ce moment-là on se préparait à un refus. Mais il nous a recontacté 3 semaines après pour nous dire qu’il était ok et dispo. On savait déjà sur quelle chanson le faire et à quels passages précis. Quand on a reçu sa voix et qu’on a mixé….On était sur un nuage (mdr). C’est un mec adorable avec un cœur énorme qu’il est rare de trouver dans le milieu.

Les retours de l’album sont particulièrement positifs, je suppose que cela doit vous ravir. Cela vous met-il une pression particulière du fait que vous êtes désormais attendus ?

Bien sûr on est super fiers d’avoir de si bons retours et on brûle d’impatience d’aller sur scène défendre cet album mais on n’a pas de pression particulière. On est sereins car les compos de « Kingdom Of Hatred » sont ultra rodées. On se permet même des jouer des nouvelles compos lors des concerts, pour se faire plaisir sur scène, celles qui feront partie du second album.

Vous avez déjà joué dans pas mal de salles et avec pas mal de groupes, quels sont vos meilleurs souvenirs et anecdotes ?

Tu sais, tous les concerts à part 1 ou 2 qu'on a fait sont de très bons souvenirs, à chaque fois, nos potes de lycée et de fac se déplacent pour venir nous voir que ce soit en province ou en région parisienne, la masse de curieux grossit petite à petit et à chaque fois l'ambiance est énorme. Mais si on doit en sélectionner ce serait la date à l'usine à Chapeaux à Rambouillet en 2016 avec UNSCARRED et les BEARDED BASTARDS, ils sont devenus des potes et Tim le chanteur d’UNSCARRED a réalisé notre clip. Notre concert au Klub le mois dernier en ouverture des potes de DUST BOLT reste un moment inoubliable ainsi que notre release party au Dr Felgood la semaine dernière (exactement le vendredi 10/11/2017 - ndlr).

N’avez-vous jamais eu de souci à cause de votre âge pour faire des concerts ? Des groupes, promoteurs ou gérants de salle vous ont-ils déjà pris de haut ?

Notre âge n’a jamais été un souci pour faire des concerts, pour les premiers on était tous mineurs, mais c’est vrai que quand tu arrives avant de monter sur scène on ne te prend parfois pas toujours au sérieux (mdr). On ne nous a jamais pris de haut, même si de temps en temps on a senti que une bande de jeune de 16-19 ans qui arrivent et proposent un album bien foutu et un set en place peut susciter de la jalousie pour des groupes ronronnant depuis 10 ans (lol).

Avec qui rêveriez-vous de jouer et de partager l’affiche ?

Oh tu sais il y a tellement de groupe avec qui on rêverait de jouer ! MACHINE HEAD OBITUARY,BLACK DAHLIA MURDER,CHILDREN OF BODOM, LOUDBLAST et BENIGHTED bien sûr !!!!

Vous êtes originaires de Chartres dans l’Eure-et-Loir, la ville a la réputation d’être assez tranquille, est-ce le cas ? Comment se porte la scène Metal dans le coin ?

Vic et Clém viennent de Chartres, Lucas de Rambouillet et Lou de Gif (91). La scène musicale de la région de Chartres est assez calme c’est vrai mais l’agglo chartraine se bouge et les villes avoisinantes comme Luisant ou Lucé sont en train de monter des dates Metal. Néanmoins il n’y a pas des tonnes de groupes non plus ! En revanche le triangle Rambouillet-Limours-Gif draine une belle petite scène métal avec de nombreux bons groupes et des sacrés salles qui font la part belle aux groupes émergents.

Quel est votre programme pour la fin de l’année et pour début 2018 ?

Et bien on va finir 2017 par des dates de concerts et continuer la promo de l’album. 2018 va être dans la continuité avec des concerts, et le projet d’un second clip.

Une tournée des festivals est-elle prévue pour cet été ? Y’en a-t-il un où vous aimeriez jouer plus qu’ailleurs ?

On joue dans un festival en avril et on est en train de booker pour en faire d’autres. Bien sûr que cette ambiance festival nous branche carrément et croiser d’autres groupes et partager la scène est toujours génial. Ah le vrai kiff pour nous serait de jouer au MOTOC’ bien sur !!!!!!

C’est l’heure de conclure, je vous laisse le mot de la fin…

STAY BRUTAL STAY BLOODY

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Bloody Alchemy
Bloody Alchemy
Death/Thrash - 2014 - France
  

Lire aussi
Bloody Alchemy
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred

2017 - Autoproduction
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique