chargement...

haut de page
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Hellfest 2008

Live report

Hellfest 2008 Deuxième jour
Le 21 Juin 2008 à Clisson
THE OLD DEAD TREE : (Krow) J'aimais bien le première album, le second était plutôt une deception, et je n'ai pas écouté le dernier. En concert, ça passe relativement bien, c'est agréable, sans pour autant casser trois pattes à un canard. Puis j'ai vraiment eu l'impression qu'en réalité, le credo du groupe c'est « on va faire du Death Metal, mais comme c'est vraiment trop de la musique de bourrin et de méchant et qu'on assume pas parce qu'on a mal au cœur, on insère des passages mélodiques et niais dedans ». Voilà donc un concert qui, non sans être mauvais, m'a donné l'envie de faire l'impasse sur le groupe auparavant.

LEGION OF THE DAMNED : (Chris) On redémarre avec du thrash, du bon..? mwai, rythmiques trop simples, pas de solos, le tout assez consensuel, ça m'a fait penser à Dew Scented en moins aggressif. Honnete mais sans plus.

BENIGHTED : (Thomas Johansson) "Uuhhuuhhuuhh !!! ggrrooouuuuhhhh !!! rruuuiiiiiii !!!" Vous avez reconnu ? Eh ouais, c'était "Grind Wit". Un morceau qui récure bien, à l'image du dernier album du groupe, l'excellent "Icon". Avec d'infernales tueries comme "Slut", "Collapse", ça bastonnait méchament pour une déferlante de riffs brise nuques et de blasts bien sentis. Le groupe, à l'image de son chanteur Julien, était très en forme et le public littéralement déchaîné sous une discover stage pleine comme un oeuf. Une putain de boucherie ! Top 5.

(Nikta) Même si j'ai une grosse préférence pour "I.C.P." et "Identisick" (je ne parle pas des 2 premiers vu qu'ils n'existent pas en live...) il faut avouer que les titres du dernier opus passent plutot bien l'épreuve du live. Pour le reste je ne me faisais aucun soucis. Benighted égal à lui même, un set plein d'énergie avec un public bien déchainé. Une grande communion entre le groupe et leur public.

(Chris) Premier concert "sérieux" de la journée, et quel concert! Une setlist de feu ou tous les tubes furent joués (de ICP à Foetus en passant par Identisick...ah si il manquait Stay Brutal dommage!), un public conquis, un groupe ravis, une ambiance chauuuuuuuude... génial, tout simplement, comme à chaque fois avec ces Stephanois! Benighted rulez.

DISFEAR : (Mitch) Concert survitaminé emmené par un Tompa déchaîné! Super entraînant un quart-heure, le côté répétitif du crust m'empêchera de pleinement me délecter.

(Thomas Johansson) Un concert de Disfear, c'est du punk/crust bourré d'énergie jusqu'à la gueule, emmené avec passion par un Thomas Lindberg décidément à l'honneur pour cette édition 2008 (il remettait le couvert le dimanche avec At The Gates). Les morceaux du récent "Live The Storm" sont efficaces mais comme sur album, le groupe souffre un peu d'un certain manque de variété rythmique qui fait qu'au bout de cinq titres, on a un peu envie de passer à autre chose. Plaisant mais un poil répétitif, c'est le style qui veut ça vous me direz.

SATYRICON : (Thomas Johansson) J'avais déjà vu les norvégiens à Lyon au CCO, fin 2006. Le point commun avec le gig du Hellfest ? La chaleur, à crever ! Des conditions limites pour voir un groupe de black, ce que n'a pas arrêté de relever Satyr tout au long du set, félicitant le public pour sa résistance au cagnard. Pas appris grand chose de plus sur Satyricon sinon que l'envoûtant "My Skin Is Cold" passe bien le cap de la scène, et que les titres les plus rock 'n roll du groupe (Now Diabolical, K.I.N.G., Fuel For Hatred) sont toujours aussi efficaces. Une curiosité à signaler, l'exhumation du très bon "Havoc Vultures" de "Rebel Extravanganza en début de set. Pour conclure, un bon vieux "Mother North", vous connaissez la chanson.

(Krow) Très bon concert, rock'n'roll, efficace, avec en prime un Havoc Vulture qu'on n'avait pas entendu depuis la tournée pour Rebel Extravaganza. Le groupe est carré, ça n'a plus grand-chose de Black Metal au niveau de l'attitude mais c'est groovy as fuck. Dommage néanmoins qu'ils n'aient pas joué Repined Bastard Nation. Et j'aurai plutôt vu Supersonic Journey comme morceau de Rebel, mais bon, on ne peut pas tout avoir.
Setlist (en vrac): The Pentagram Burns, Now Diabolical, My Skin is Cold, Fuel for Hatred, Havoc Vulture, Mother North, KING

(Chris) Satyricon en plein soleil? Ouais je les aient vu. Sympa, j'aime bien le dernier album étrangement, et il y a toujours quelque chose qui se dégage de leurs prestations. Bien évidemment ça rendait mieux sur scène la nuit à Lyon il y a quelques années, mais là le concert n'était pas non plus dénué d'intéret. Sympa quoi, sans etre fan ultime.

(Mitch) Très loin du concert de 2006, même "Mother North" m'a semblé fade... Comme d'habitude, une ovation pour la jolie claviériste sous acides!

CANDLEMASS : (Krow) Une semi-déception, j'ai trouvé la prestation du groupe inintéressante au possible, avec des musiciens se contentant de jouer leurs titres, sans plus. Et puis le nouveau chanteur a une moustache. Ceci dit, il a très bien géré les parties de Messiah, et pouvoir voir en live Samarithan fut un très grand moment (les yeux fermés).

ANAAL NATHRAKH : (Krow) L'une de mes plus grosses attentes, pour voir ce que pouvait donner sur scène un groupe à la musique aussi violente et aux performances vocales aussi diversifiées. Et bien aujourd'hui, avec le recul, je ne sais encore pas trop quoi en penser. Le son des guitares était très brouillon (un Submission is for the Weak que je reconnaissais à peine par exemple), une attitude proche d'un groupe de grindcore… Mais à côté de ça, une grande violence, un V.I.T.R.I.O.L. assurant toutes ses parties de chants, que ce soit en clair ou en guttural (vraiment impressionnant ses changements de registre, l'un des tous meilleurs chanteurs dans la scène Metal actuellement pour moi). A revoir.
Setlist (en vrac et incomplete) : Submission is for the Weak, Do not Speak, Bellum Omnia Contra Omnes, When the Lion devours both Dragon and Child, Der Hölle rache Kocht in meinem Herzen

(Nikta) Merde! C'était à quelle heure??

(Chris) Tu devais etre au bar quand c'est passé! Moqueur Moi aussi je les aient vus, j'ai pris une belle claque, car tant de brutalité alors que l'après midi n'est pas encore terminé ça fait toujours un peu mal... le groupe a apprécié l'accueil chaleureux du public, insistant sur le fait qu'ils nous faisaient une fleur en jouant live alors que ce n'est pas très courant, et a délivré un set carré et bien brutal. J'étais agréablement surpris de voir que les parties en chant clair étaient parfaitement rendues, chapeau! Dommage simplement que le set ai été écourté sur le dernier titre, le groupe quittant la scène précipitamment, soit parce qu'il ne restait plus de temps, soit parce que le batteur avait cassé sa pédale... les gars des Chiffres et des Lettres enquetent encore là dessus.

(Mitch) Certainement la plus grosse déception de ce fest... Scotché par la fureur de leurs albums, le rendu en live n'a pas grand chose à voir. Alors certes V.I.T.R.I.O.L, tel un possédé, proposera des vocaux hallucinants (passant du guttural/criard puissant au chant clair superbe les doigts dans le nez) et la batteur véritable "brutasse" se rapprochera de la boîte à rythmes mais je ne sais pas l'ambiance post-apocalyptique du groupe n'est pas là... Peut-être le son excécrable ou cette chaleur insoutenable? Le concert se terminera brutalement suite à un problème technique et faute de temps. A revoir donc pour se forger un meilleur avis.


SHINING : (Krow) Vus à Paris fin 2007, j'avais été un peu déçu de les voir si sage… Et bien cette fois-ci, le groupe (enfin surtout Kvaforth) s'est totalement rattrapé. On a pu admirer un Kvaforth arrivant sur scène déjà bien imbibé et abimé au niveau bras. On a pu assister à certaines coupures en direct, à un lancer de bouteille de whisky sur un photographe, à une tentative de strangulation sur une photographe, un lancer de clope sur un fan… Du grand Shining. Musicalement, rien à redire, le groupe très en place. Mais y'a pas à chier, Shining est Kvaforth et Kvaforth est Shining, il vole la vedette à tout le reste de la bande, qui ne cherche d'ailleurs pas spécialement à se faire remarquer. Avec ses mimiques malsaines, ses hurlements, c'est l'impression de nous trouver devant un grand malade (ou un gros abruti, ça dépend du point de vue) que tout le monde avait. Un très bon concert.

(Chris) Vu de loin, dommage d'ailleurs car visiblement j'ai raté des choses! Je ne connais que le dernier album, qui a été très bien transcrit sur scène, les zicos connaissent leur métier... Le son était bon, et tout folklore du chanteur mis à part, ce groupe a vraiment quelque chose à apporter, aussi bien sur cd que sur scène. A revoir dans de meilleurs conditions.

(Mitch) Comme Chris, vu de loin et plutôt une très bonne surprise! J'ai pu reconnaître les titres de leur dernier opus et voir un bon spectacle. Les zicos ont offert un concert très carré et le psychopathe Kvaforth était plutôt marrant en attirant tous les regards avec ses bras ensanglantés et ses mimiques dignes d'un résidant de HP.

WATAIN : (Krow) Vingt longues minutes après Shining, les lumières s'éteignent. Une intro musicalement très « religieuse » s'en suit, avant que le groupe n'entre sur scène accompagné de leur odeur de rat mort caractéristique, et qu'Erik ne bénisse la scène. S'en suit alors 40 minutes d'un concert prenant des allures incantatoires. Watain nous livre une véritable messe noire, un hommage à la Bête, et nous exhorte à se soumettre à Sa volonté. L'un des meilleurs concerts du festival, dommage qu'il ait été trop court. Et encore une fois, dommage qu'ils aient joué I am the Earth et On Horns Impaled plutôt que Devil's Blood et The Limb Crucifix.

(Nikta) Je n'avais posé jusqu'ici qu'une oreille très distraite sur quelques titres à droite à gauche mais ce set m'a définitivement donné envie d'en connaitre davantage. Au delà du côté purement black metal la musique de Watain sait se rendre parfois assez accrocheuse avec de très bons riffs. A confirmer sur cd pour ma part.

(Chris) Miam Watain! Grosse claque maléfique dans ta face, avec des compos explosives du dernier album, notamment les 2 premières enchainés qui ont fait un carton. Je ne ferais pas mon Cabrel car je ne connais que "Sworn to The Dark" justement, et donc je n'ai pu qu'apprécier à sa juste valeur l'interprétation très pro des titres de ce dernier, ainsi que quelques plus anciens... Watain sur scène, j'adhère!

(Mitch) A vrai dire leur prestation en 2004 ne m'avait fait pas plus d'effets que ça, certainement le fait d'ouvrir pour Dissection... Les Suédois misent désormais sur le spectacle (lance-flamme et corpsepaint 10 couches) avec des titres ultra catchy de leur très contreversé dernier album. Tout amateur de black/death suédois aura eu un léger frisson face à ces leads mélodiques de la belle époque (l'indécrottable refrain de "Satan's Hunger" en tête). Hâte d'entendre leur prochain opus!


GAMMA RAY : (Thomas Johansson) ça faisait plaisir de voir cette vieille fripouille de Kai Hansen. Je ne connaissais pas grand chose à Gamma Ray (seulement écouté l'album "Powerplant", dont ils ont joué ici "Heavy Metal Universe" et "Send Me A Sign") mais pas besoin d'avoir fait metal sup' pour apprécier leur heavy à l'allemande, à l'enthousiasme communicatif, mais un peu trop mid tempo pour mes oreilles de thrasher. Ah oui, ils ont aussi repris l'hymne "Ride The Sky", tiré du premier album d'Helloween ! Un bon show donc, même si leur bassiste simiesque a plus sa place chez les guignols de Manowar que chez ces dignes vétérans du heavy européen.

HELLOWEEN : (Thomas Johansson) Faut croire que les groupes à l'affiche du hellfest avaient autre chose à branler que de défendre leurs derniers nés. Après Testament qui survole "The Formation Of Damnation", au tour d'Helloween d'esquiver son pourtant très bon "Gambling With The Devil", avec pour seul extrait la semi ballade "As Long As I Fall". Faut dire qu'en jouant d'entrée l'épique "Halloween" (13 minutes sur album), ça laisse pas beaucoup de place pour le reste ! Enfin tout est relatif car on a quand même eu droit à "Eagle Fly Free", "March Of Time" (terrible celle là!), la ballade scorpionesque "A Tale That Wasn't Right" et la toujours bien efficace "If I Could Fly". Rajoutez un medley axé sur les années 90 (Where The Rain Grows, Power, I Can) et une gentille torture du public sur un titre que tout le monde a oublié depuis des lustres, la très sympathique "Perfect Gentleman", (c'est qui est bon avec Helloween, tant que tu chantes pas, ils te lâchent pas!) et vous obtenez un très bon moment de happy metal, bien spectaculaire, citrouilles géantes à l'appui, son parfait, zicos au top et un Andi Deris toujours aussi fendard.

Grand moment en fin de set avec l'entrée en scène de Kai Hansen et ses sbires de Gamma Ray (sauf le batteur, ils n'ont pas osé en mettre deux sur la même scène !) pour pousser la chansonette sur les inoxydables "Future World" et "I Want Out". Un putain de bordel mais une initiative à encourager, à quand Mustaine et Hetfield reprenant en choeur "Metal Militia" ?

(Nikta) Ecouté de très loin (du camping) mais au garde à vous pour "I want out"!


MINISTRY : (Thomas Johansson) Le dilemne du samedi soir. Ministry ou Impaled Nazarene ? Pas vraiment un choix, vu l'arrêt programmé de la machine à riffs de l'alien Jourgensen après cette ultime tournée. La setlist, composée aux trois quarts de titres issus des trois derniers albums, me convenait parfaitement. Bien lancé par un "Let's Go" martial au possible, le show a tenu toutes ses promesses avec un Al Jourgensen planqué derrière son bout de grillage, chapeau haut de forme vissé sur la tête, incitant le public à se lâcher sur les brûlots les plus incisif de son répertoire. Une marave party d'anthologie au rythme infernal des "No W", "Waiting" (pour "Houses Of The Molé"), "Rio Grande Blood", "Senor Peligro" - quel carnage ce morceau ! - (pour "Rio Grande Blood"), "Watch Yourself" et "The Last Sucker" pour le petit dernier. Le tout sur fond de matraquage d'images d'archives comme Oliver Stone les affectionne, épileptiques s'abstenir ! Ne restait plus qu'à conclure avec l'hymne "Just One Fix", histoire de rappeler à tout le monde que non, Rammstein n'a rien inventé. Le 2ème meilleur concert du fest, avec Rotten Sound.

(Nikta) Je ne connais pas grand chose de Ministry à part "Filthpig" et j'ai été agréablement surpris par l'intensité voire la violence du leur set. Apprécié de loin mais apprécié quand même.

(Chris) Comme Nikta, vu de loin mais avec une curiosité bienveillante. A écouter sur cd maintenant...

(Mitch) Mieux vaut tard que jamais mais LA découverte de ce festival ! Rarement vu un concert si efficace! Des gros riffs martiaux qui font de votre tête un marteau piqueur avec des images subliminales apparaissant sur écran géant pour rendre la chose encore plus jouissive! La foule reconnaît la qualité du show et est bien présente. On pourra notamment y croisé un Satyr visiblement gros fan du groupe.

BELPHEGOR : (Chris) Je voulais absolument les voir, malheureusement après deux jours de fest la fatigue se faisait déjà bien sentir... j'ai quand meme campé jusqu'à une heure du matin à la Discover Stage, le temps de voir 3 ou 4 titres issues de "Goatreich" et "Pestapokalypse VI" joués à la vitesse grand V; puis n'y tenant plus je pensais rentrer vers la tente quand....

(Mitch) Pas franchement connus pour leurs concerts grandioses, les Autrichiens délivreront le strict nécessaire pour passer un bon moment. Le nouveau guitariste a l'air à son aise, quant au batteur de session, le gugus se débrouille merveilleusement bien, passant le test de "Lucifer Incestus" (titre le plus rapide du groupe) haut la main avec la même vitesse que le monstre Torturer! Evidemment Belphegor se focalisera sur leur dernière galette Bondage Goat Zombie mais choisira les meilleurs titres. Dommage que le groupe n'ait joué aucun titre de Necrodaemon Terrorsathan et qu'il se soit barré comme des voleurs au bout de 45 minutes (il restait un quart-d'heure les gars, un "Diabolical Possession" n'aurait pas été de trop hein!).

Set-list (en vrac) : The Goatchrist, Hell's Ambassador, Lucifer Incestus, Bondage Goat Zombie, Stigma Dibolicum, Justine: Soaked In Blood, The Ancient Enemy, Swarm Of The Rats, Fornicationium Et Immundus Diabolus...

CAVALERA CONSPIRACY : (Thomas Johansson) Pas vraiment concerné par ce concert, même si je n'avais encore jamais vu Max sur scène. Au départ, j'ai été agréablement surpris par la profusion de titres issus du répertoire sepulturien, avant d'être rapidement douché par le niveau d'interprétation. Pas de solos ou presque. Des morceaux joués à moitiés ("Arise", "Inner Self", "Dead Embryonic Cells") aux riffs simplifiés ("Troops Of Doom"). Seuls "Wasting Away" (Nailbomb) et "Orgasmatron" (reprise de qui vous savez) valaient un tant soit peu le détour, perdu au milieu d'un trop plein de titres aussi fades qu'inutiles (tout Cavalera Conspiracy en gros). Et à l'image de Tom Araya, le grand Max était en toute petite forme. Bref, vivement le prochain Soulfly. Ou pas.

(Nikta) Comme avec Soulfly, avec Cavalera Conspiracy on s'en fout des morceaux de Cavalera Conspitacy. On reste là gentiement en attendant les classiques de Sepultura.C'est toujours très sympa, mais c'est pas vraiment Sepultura... par contre mention spéciale à "Wasting away" que je n'avais jamais vue jouée en live avec Soulfly. Bref un concert sympa mais on préférerait tous revoir le VRAI Sepultura.

(Chris) ...passant devant la Main Stage j'entendis "Under A Pale Grey Sky We Shall Arise!!!". Et là, tétanisé je revis Sepultura sur scène pendant quelques minutes. Arise, Dead Embryonics Cells, Propaganda enchainés j'ai fait "HO OUI". Mais le soufflé est vite retombé avec un titre "nouveau" de The Cavalera Conspiracy", le décalage est énorme entre les anciens titres pechus et le coté rechauffé des nouveaux... j'ai quand meme pu apprécier "Refuse / Resist" et "Attitude" (et "Slave New World?) avant de repartir tel un zombie vers la tente... Heureux d'avoir revu Igor et Max ensemble, ils savent encore envoyer du bois quand ils jouent du bon vieux Sepult...
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DOSSIERS LIES

Hellfest 2008
Hellfest 2008
Juillet 2008
  

6 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/07/2008 17:03
cglaume a écrit : Pas un seul report sur Sodom !!! Déçu
Bande de p'tits cons !!! Sourire


Fallait pas programmer Benighted en même temps aussi. Bon Sodom j'ai vu 2 titres, mais ça faisait un peu court pour faire un report.
cglaume citer
cglaume
16/07/2008 16:29
Pas un seul report sur Sodom !!! Déçu
Bande de p'tits cons !!! Sourire
Yz citer
Yz
11/07/2008 20:09
Très déçu par Anaal Nathrakh, quasi seulement à cause du son mais aussi un peu à cause du batteur. Setlist de rève complètement gaché par un son horrible, j'ai bien mis 2 minutes à reconnaitre un morceau des fois...
Et le batteur qui n'arrive à assurer les "vrais" blasts de l'album seulement jusqu'à la moitié du concert... Mais bon j'imagine que si on est pas batteur ça n'a pas du "choquer".
Xenocidist citer
Xenocidist
11/07/2008 10:02
Mouais, j'en suis conscient, mais j'ai quand même été surpris de me rendre compte que dorénavant je m'en foutais à ce point, alors qu'ils étaient à 50m...

Pour Belphegor, frustré aussi par la sensation de trop peu, mais il est vrai que les morceaux du dernier qu'ils ont joués passent particulièrement bien en live.
Mitch citer
Mitch
11/07/2008 10:00
Xenocidist a écrit : Watain… Je les avais ratés à leur dernier passage parisien, à cause (grâce ?) du « respect » mythique des horaires de l'Elysée-Montmartre ; Là je les ai délibérément snobés. Je suis un fan absolu des deux premiers albums, et ça ne me fait pourtant ni chaud ni froid de ne les avoir jamais vus, alors qu'à la sortie de Rabid Death's Curse (c'est dingue ce que 2000 peut sembler loin, parfois…), j'aurais tué pour ça : Jamais un album n'aura autant changé ma vision d'un groupe que Sworn to the trend. Cet album restera pour moi une des pires choses qui soit arrivé au Black Metal.

Le Black Metal, c'était mieux avant…


Tu radotes... Et moi aussi quand j'étais en Cm2, j'aurais tué pour voir Watain. Roll Eyes
Xenocidist citer
Xenocidist
11/07/2008 09:44
J'ai été sidéré par la mollesse de l'interprétation de Havoc Vulture… Du coup, rien à dire, il s'intégrait parfaitement aux morceaux récents du groupe. Je me suis endormi un peu avant la fin de leur set et j'en suis heureux, j'ai échappé à un Mother North massacré par la blague que ce groupe est devenu.
Il est loin le Satyricon que j'aimais…

Watain… Je les avais ratés à leur dernier passage parisien, à cause (grâce ?) du « respect » mythique des horaires de l'Elysée-Montmartre ; Là je les ai délibérément snobés. Je suis un fan absolu des deux premiers albums, et ça ne me fait pourtant ni chaud ni froid de ne les avoir jamais vus, alors qu'à la sortie de Rabid Death's Curse (c'est dingue ce que 2000 peut sembler loin, parfois…), j'aurais tué pour ça : Jamais un album n'aura autant changé ma vision d'un groupe que Sworn to the trend. Cet album restera pour moi une des pires choses qui soit arrivé au Black Metal.

Le Black Metal, c'était mieux avant…

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Hellfest 2008
photos
Airbourne
Airbourne
9 photo(s)
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
15 photo(s)
  
Anathema
Anathema
8 photo(s)
  
Candlemass
Candlemass
6 photo(s)
  
Iced Earth
Iced Earth
7 photo(s)
  
Legion Of The Damned
Legion Of The Damned
9 photo(s)
  
Porcupine Tree
Porcupine Tree
5 photo(s)
  
Punish Yourself
Punish Yourself
8 photo(s)
  
Satyricon
Satyricon
14 photo(s)
  
Sodom
Sodom
7 photo(s)
  
Sonata Arctica
Sonata Arctica
12 photo(s)
  
The Old Dead Tree
The Old Dead Tree
6 photo(s)
  

voir aussi
Hellfest 2008
Hellfest 2008
Le 20 Juin 2008 à Clisson
  
Hellfest 2008
Hellfest 2008
Le 22 Juin 2008 à Clisson
  

interview Interview
Machinae Supremacy pour l'album ''Phantom Shadow''
chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986