chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Circling Above And Within

Live report

Circling Above And Within Enslaved + Ghost Brigade
Le 06 Mars 2012 à Paris, France (Divan du Monde)
Enslaved à Paris, c'est un peu comme le bal des pompiers du 14 juillet. On sait qu'on va y avoir le droit chaque année. C'est probablement pour cette raison que je suis complètement passé à côté de toutes leurs précédentes tournées ayant fait escales dans la capitale alors que pourtant je me serais bien laissé tenter. Il était donc grand temps de corriger le tir grâce à cette nouvelle tournée réunissant donc Enslaved (forcément) et les Finlandais de Ghost Brigade). Et quoi de mieux pour ça qu'un concert à cinq minutes à pieds de l'appart?

J'arrive au Divan du Monde aux alentours de 19h15. Il y a déjà pas mal de personnes à faire la queue sur le trottoir. La salle, sans être complètement bondée est toutefois bien remplie. 19h30 pétantes, les lumières s'éteignent et Ghost Brigade rentre en scène. Si Guided By Fire avait pas mal tourné chez moi, je m'étais montré moins réceptif face à Isolation Songs que j'avais trouvé un poil décevant car moins inspiré. Quant au nouvel album, Until Fear No Longer Defines Us, je ne l'ai même pas encore écouté. Malheureusement pour moi, la setlist de ce soir sera uniquement tournée vers les deux derniers albums, faisant ainsi complètement abstraction de Guided By Fire. Pour autant, je dois dire que je suis rapidement rentré dans le set des Finlandais. Le tryptique "Lost In A Loop", "Traces Of Liberty" et "Breakwater" donne à voir le visage le plus dur de Ghost Brigade. Pas de voix clair, juste un growl assez profond servant un death metal mélodique à la sauce scandinave flirtant avec un rock dépressif. Il faudra attendre "Deliberately" pour entendre Manne Ikonen entonner ses premiers refrains en chant clair. Exercice toujours un peu périlleux, notre homme au t-shirt Tragedy (quel homme de goût) s'en tire ici haut la main et offre ainsi un peu plus de finesse au set de Ghost Brigade en appuyant encore davantage l'atmosphère mélancolique de chaque morceau.
Côté public, les gens sont bien réceptifs. Nul doute que beaucoup ici apprécient Ghost Brigade et ne sont pas uniquement venu se délecter de la musique des Norvégiens. Le groupe jouera ainsi environ quarante minutes durant lesquelles on retrouvera les titres "My Heart Is A Tomb", l'instrumental "22:22 - Nihil", "Clawmaster" et "Soulcarvers". Sur ce dernier titre, le groupe termine en beauté. Chaque musicien tirant sa révérence un par un. D'abord Manne Ikonen, puis un guitariste, puis l'autre, ne laissant alors que le bassiste et le batteur jouer ensemble. Mais Janne Julin finit lui aussi par s'en aller laissant à Veli-Matti Suihkonen la lourde tâche de clôturer de set sur un pattern de batterie. Sympa.
Si on ne compte pas de vrais moments remarquables, la prestation des Finlandais n'en a pas été moins bonne pour autant. Faisant pourtant complètement l'impasse sur le premier album, je m'attendais à être quelque peu déçu mais non, loin de là. J'ai même plutôt passé un très bon moment, sans même regarder l'heure une seule seconde. Gage que je ne me suis pas ennuyé.

Après cette mise en bouche concluante, place au moment le plus chiant de chaque concert: l'attente. Et quand on est seul, ça semble parfois terriblement interminable. Il faudra donc patienter plus de trente minutes avant qu'entrent en piste Enslaved. Mais cela en valait vraiment la peine. Mon seul et unique souvenir d'eux remonte au Fury Fest de 2005. Autant dire que ça datait un peu. Enslaved rentre ainsi au son de l'intro de "Ethica Odini". Ah, quelle joie, quel bonheur. Ce titre est probablement parmi les meilleurs qu'ait composé Enslaved à mon goût et dès que résonne les premières notes, je suis complètement transporté ailleurs. J'attendais cependant de voir si le refrain serait aussi savamment exécuté que sur l'album. Et de ce côté là, rien à redire. Herbrand Larsen, juché derrière son clavier, est magistral dans cet exercice et apporte décidément énormément aux compositions d'Enslaved. Cette dualité de voix fonctionne vraiment très bien et apporte, comme pour Ghost Brigade finalement, une certaine finesse qui fonctionne toujours parfaitement. Enslaved enchaîne ensuite avec "Raidho", titre qui suit justement "Ethica Odini" sur le dernier album. Transition parfaite pour une exécution toute aussi remarquable. Le public ne s'y trompe pas et réserve à Enslaved un accueil très chaleureux. Grutle Kjellson se montre alors de plus en plus communicatif, prenant le temps d'introduire chaque nouveau morceau, de faire honneur à Ghost Brigade, à son tourneur, à Fred de Garmonbozia, au public évidemment présent à Paris, la ville lumière et à quelques liqueurs: cognac, armagnac, brandy... Bref, Enslaved semble content d'être là ce soir et on sent derrière toute cette communication un vrai lien entre chaque musicien qui devient encore plus évidemment lorsqu'ils jouent ensemble.
Essentiellement tournée sur la période post Monumension, la set s'avère redoutable de bout en bout. On notera cependant la présence "Allfaðr Oðinn", vieux morceau datant de 1993. On retrouve ainsi l'excellent "Fusion Of Sense And Earth", son intro rapide, ses riffs black'n'roll, son solo à vous hérisser le poils. D'ailleurs, Arve Isdal est vraiment un excellent musicien. Pas de fausse note, toujours juste avec un petit goût pour la mise en scène. Un couvercle de flight case avait en effet été disposé sur le bord de la scène afin que Grutle et lui y montent. Parfait pour entamer ces quelques soli en mode Slash, futal en cuir et tout pectoraux saillants dehors. Que vous dire de plus sur cette setlist, "Ground", "Giants", "Ruun", "Return To Yggdrasil", "As Fire Swept Clean The Earth"... Bref, que du bon. Enslaved finit par quitter la scène un peu précipitamment, nous remerciant d'êtres venus tout en nous laissant dans le noir. Nous ne sommes évidemment pas dupe et il est évident que le groupe reviendra quelques secondes plus tard pour entamer la dernière ligne droite de son show parisien. Seul Cato Bekkevold reviendra dans un premier temps sur scène pour entamer un chouette solo de batterie en collaboration avec les encouragements rythmés du public. Parfait. Puis notre batteur est rejoint par le reste de la bande qui viennent l'emmerder en plein solo, lui tenant ses cymbales, frappants ses fûts etc... Bref, excellente ambiance pleine de camaraderie. Ça fait plaisir à voir. Enslaved lance alors une reprise de Led Zeppelin, l'excellente 'Immigrant Song" sur laquelle Herbrand Larsen fait des merveilles. Terrible. Les Norvégiens concluent alors la soirée avec le très plébiscité "Isa" qui ne sera pas sans me donner la chair de poule.

Enslaved aura été ce soir totalement impérial, offrant au public une prestation incroyable grâce à une setlist sans fausse note, une unité et une communication à toute épreuve, le tout servit par un son et un jeu global de qualité. Bref, une excellente soirée passée en compagnie de Ghost Brigade et d'Enslaved. Et si je dois y revenir tout les ans, ce sera avec grand plaisir tant j'en suis ressorti avec le sourire aux lèvres. Bravo messieurs.

1 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
07/03/2012 15:40
1ère fois que je les loupe depuis 2004. (imminente paternité)

le 1er concert auquel j'avais assisté m'avait laissé scotché pendant une semaine.

enslaved, c'est une expérience scénique hallucinante.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Circling Above And Within
plus d'infos sur
Enslaved
Enslaved
Black Metal Progressif - Norvège
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Doom/Death/Sludge/Rock - Finlande
  

Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique
Acherontas
Ma-IoN (Formulas Of Reptil...
Lire la chronique
Myrkur
M
Lire la chronique
Lantern
Subterranean Effulgence (EP)
Lire la chronique
Satan
L'odeur du sang
Lire la chronique
Sentimen Beltza
Pagopean
Lire la chronique
False
False
Lire la chronique
Nomad / Wort
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Various Artists
We Are French, Fuck You! (C...
Lire la chronique
Funeral Mist
Salvation
Lire la chronique