chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
13 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Biohazard + Warbringer

Live report

Biohazard + Warbringer Le 09 Juillet 2012 à Paris, France (Nouveau Casino)
La période estivale juillet / aout est généralement marquée par l’absence de concerts, mais en cette année riche en prog comme jamais, ceux qui n’ont partiront pas auront au moins la chance de se voir proposer des affiche de qualité à commencer par ce soir où Biohazard fait son retour dans la capitale, six mois après un Persistence Tour de haute volée.

Pour ceux qui auraient raté cette date, Garance Prod organisait donc une séance de rattrapage au Nouveau Casino, excellente petite salle à l’acoustique somptueuse et aux lights travaillées.

Peu de monde à l’ouverture des portes, mais une salle quasiment pleine à la fin de la première partie pourtant excellente, en la présence de Warbringer.

Les Ricains dont la réputation n’est plus à faire à la vue du nombre de headbangers revendiquant les couleurs du combo, balance un Thrash massif et particulièrement fédérateur.

Il faut dire qu’avec 1 démo, 1 EP et 4 albums au compteur en 8 ans, le groupe est particulièrement prolifique.

En live Kevill est son gang sont très proches du public et particulièrement expressifs, en témoignent les nombreuses gimmicks d’un frontman qui semble possédé par un son extrêmement puissant (avec Slayer et Sepultura comme inspiration, il ne pouvait en être autrement).

A base de thématiques guerrières et de samples mitrailleuses, la scène devient leur champ de bataille et le public son régiment durant un set où des titres comme ‘Combat Shock’, ‘Total War’ et ‘Severed Reality’ ont fusé comme une salve de missiles.
De la zic de graisseux qui fait du bien au palpitant !

Vingt minutes de soundchecks durant lesquels le bar a été pris d’assaut et la scène par les backliners et autres régisseurs.

Le backdrop aux couleurs de Biohazard est simple, tout comme cette institution du Core New Yorkais qui fête ses 26 années d’existence non sans quelques changements de line-up et d’objectifs.
Après avoir annoncé haut et fort que ‘Means to an End’ serait leur dernier opus, Evan Seinfeld quitta le groupe deux ans plus tard ; d’où un line-up totalement remanié qui a vu Billy Graziadei prendre le chant, Scott Roberts la basse, le combo sortir un nouvel effort (‘Reborn in Defiance’, tout est dit…).

Alors certes, cet album ne fait l’unanimité bien au contraire, mais le groupe se rattrape sur scène où leur réputation a été finalement construite.

Danny prend possession de la scène, suivi de Scott et Bobby ; Billy sonne enfin le début des hostilités sous une ovation qui semble le combler.

Force est de constater que l’énergie est toujours aussi forte, la volonté de restituer la rage du bitume fait plaisirs à voir; Billy communique spontanément, sans calculer ses interventions; Bobby toujours aussi mystérieux joue de son charisme; des titres, des hymnes comme ‘Punishment’ ou ‘Shades of Grey’ finissent de rappeler, mais est-ce bien utile, à quel point Biohazard a marqué de son emprunte la légende du hardcore…

La fosse du Nouveau Casino devient une Arène à pogos, record battu du nombre de circles pit cadencés par les fûts de Danny et slam à tout va devant un bassiste partagé entre surprise et satisfaction.

Le set passe à une vitesse folle, les titres s’enchainent, retraçant une carrière riche de dix albums dont un live ; on sent le respect d’un public pas aussi jeune que dans la majorité des concerts Metal, mais conscient de la qualité du show présenté ce soir par les New Yorkais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Biohazard + Warbringer
photos
Biohazard (part. 1)
Biohazard (part. 1)
20 photo(s)
  
Biohazard (part. 2)
Biohazard (part. 2)
20 photo(s)
  
Biohazard (part. 3)
Biohazard (part. 3)
17 photo(s)
  
Warbringer
Warbringer
19 photo(s)
  

plus d'infos sur
Biohazard
Biohazard
Hardcore - Etats-Unis
  
Warbringer
Warbringer
Thrash Metal - Etats-Unis
  

Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique
Alory
A Life Story
Lire la chronique
Snjór
Les fleurs maladives (Démo)
Lire la chronique