chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
9 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Biohazard + Warbringer

Live report

Biohazard + Warbringer Le 09 Juillet 2012 à Paris (Nouveau Casino)
La période estivale juillet / aout est généralement marquée par l’absence de concerts, mais en cette année riche en prog comme jamais, ceux qui n’ont partiront pas auront au moins la chance de se voir proposer des affiche de qualité à commencer par ce soir où Biohazard fait son retour dans la capitale, six mois après un Persistence Tour de haute volée.

Pour ceux qui auraient raté cette date, Garance Prod organisait donc une séance de rattrapage au Nouveau Casino, excellente petite salle à l’acoustique somptueuse et aux lights travaillées.

Peu de monde à l’ouverture des portes, mais une salle quasiment pleine à la fin de la première partie pourtant excellente, en la présence de Warbringer.

Les Ricains dont la réputation n’est plus à faire à la vue du nombre de headbangers revendiquant les couleurs du combo, balance un Thrash massif et particulièrement fédérateur.

Il faut dire qu’avec 1 démo, 1 EP et 4 albums au compteur en 8 ans, le groupe est particulièrement prolifique.

En live Kevill est son gang sont très proches du public et particulièrement expressifs, en témoignent les nombreuses gimmicks d’un frontman qui semble possédé par un son extrêmement puissant (avec Slayer et Sepultura comme inspiration, il ne pouvait en être autrement).

A base de thématiques guerrières et de samples mitrailleuses, la scène devient leur champ de bataille et le public son régiment durant un set où des titres comme ‘Combat Shock’, ‘Total War’ et ‘Severed Reality’ ont fusé comme une salve de missiles.
De la zic de graisseux qui fait du bien au palpitant !

Vingt minutes de soundchecks durant lesquels le bar a été pris d’assaut et la scène par les backliners et autres régisseurs.

Le backdrop aux couleurs de Biohazard est simple, tout comme cette institution du Core New Yorkais qui fête ses 26 années d’existence non sans quelques changements de line-up et d’objectifs.
Après avoir annoncé haut et fort que ‘Means to an End’ serait leur dernier opus, Evan Seinfeld quitta le groupe deux ans plus tard ; d’où un line-up totalement remanié qui a vu Billy Graziadei prendre le chant, Scott Roberts la basse, le combo sortir un nouvel effort (‘Reborn in Defiance’, tout est dit…).

Alors certes, cet album ne fait l’unanimité bien au contraire, mais le groupe se rattrape sur scène où leur réputation a été finalement construite.

Danny prend possession de la scène, suivi de Scott et Bobby ; Billy sonne enfin le début des hostilités sous une ovation qui semble le combler.

Force est de constater que l’énergie est toujours aussi forte, la volonté de restituer la rage du bitume fait plaisirs à voir; Billy communique spontanément, sans calculer ses interventions; Bobby toujours aussi mystérieux joue de son charisme; des titres, des hymnes comme ‘Punishment’ ou ‘Shades of Grey’ finissent de rappeler, mais est-ce bien utile, à quel point Biohazard a marqué de son emprunte la légende du hardcore…

La fosse du Nouveau Casino devient une Arène à pogos, record battu du nombre de circles pit cadencés par les fûts de Danny et slam à tout va devant un bassiste partagé entre surprise et satisfaction.

Le set passe à une vitesse folle, les titres s’enchainent, retraçant une carrière riche de dix albums dont un live ; on sent le respect d’un public pas aussi jeune que dans la majorité des concerts Metal, mais conscient de la qualité du show présenté ce soir par les New Yorkais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Biohazard + Warbringer
photos
Biohazard (part. 1)
Biohazard (part. 1)
20 photo(s)
  
Biohazard (part. 2)
Biohazard (part. 2)
20 photo(s)
  
Biohazard (part. 3)
Biohazard (part. 3)
17 photo(s)
  
Warbringer
Warbringer
19 photo(s)
  

plus d'infos sur
Biohazard
Biohazard
Hardcore - Etats-Unis
  
Warbringer
Warbringer
Thrash Bay Area - Etats-Unis
  

Megamix
Jouer au blindtest
Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique
Hateful Abandon
Famine (Or Into The Bellies...
Lire la chronique
Jute Gyte
Discontinuities
Lire la chronique