chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Cloven Hoof + Dreamcatcher + Hürlement + Stratageme

Live report

Cloven Hoof + Dreamcatcher + Hürlement + Stratageme Le 01 Juin 2014 à Paris, France (Le Klub)
Tokyo Blade, Chariot, Holocaust et Savage étaient déjà venus à Paris au Klub récemment, au tour d'une autre légende de la NWOBHM de visiter la Capitale, CLOVEN HOOF. Les Anglais étaient accompagnés pour l'occasion de trois groupes français, DREAMCATCHER, HÜRLEMENT et STRATAGEME.

Prévu à 18h15 pour ne pas finir trop tard et ainsi permettre au gens de rentrer en transport en commun, le show ne commencera finalement qu'avec une demi-heure de retard vers 18h45. Un concert au Klub qui débute à l'heure, ce n'est pas un vrai concert au Klub! Et c'est donc les Franciliens de DREAMCATCHER qui ouvrent les hostilités. Je ne connaissais la formation que de nom et avais lu quelques critiques négatives à leur sujet. Effectivement, le combo ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Rien de mauvais mais son heavy metal à la Maiden (les tatouages des membres ne trompent pas!) manque clairement de charisme, à l'image de musiciens ultra statiques qui semblaient stressés et peu confiants. Alors c'est sûr, il n'y a pas beaucoup de place sur la scène du Klub, même celle du haut, mais tout de même, un peu de vigueur que Diable! Heureusement, le frontman à l'impressionnante tignasse bouclée grisonnante se démène davantage. Son chant se fait cependant assez quelconque et ses lignes n'accrochent pas. Le son souffre en plus d'une trop forte présence de la basse, couvrant trop les guitares et le chant. Quelques bons moments toutefois avec la reprise de la jolie ballade "Tears Of The Dragon" de Bruce Dickinson, un "I Will Spit On Your Grave" plus rentre-dedans vers la fin et une cover de "Breaking The Law" de Judas Priest en final avec François de Hürlement à la guitare, la meilleure séquence du gig qui a réveillé le peu de monde présent. À noter aussi des solos très corrects. Bref, on a vu mieux mais en première partie, ça passe!

On passe au niveau supérieur avec HÜRLEMENT, fort de deux albums très bien accueillis. Les musiciens se montrent plus souriants, dégagent plus de charisme et surtout, leur musique est bien plus entraînante que celle de DREAMCATCHER. le Klub s'est d'ailleurs rempli entre-temps, même si la fosse restera peu mobile si ce n'est du headbangang frénétique. Pendant près d'une heure, HÜRLEMENT va donc fédérer le public avec son power/speed à l'Allemande très porté sur les rythmiques rapides entraînantes et les mélodies joviales qui donnent envie de bomber le torse et de taper sur la table pour crier "tavernier, une autre!". HÜRLEMENT joue un peu dans la même cour que les très bons Lonewolf, autre formation française de talent influencée par le metal teuton à la Running Wild. Très efficace en live, d'autant que le son est bien plus à son avantage que pour le premier groupe. J'apprécie tout particulièrement le frontman Alexis (ex-Evil One, session live pour Blaspheme) au chant aigu captivant. Le bonhomme n'a en plus pas peur de chanter en français puisque la plupart des paroles sont dans la langue de Molière pour un résultat très convaincant qui donne envie de serrer le poing et de chanter avec lui à tue-tête. Rayon setlist, on a eu le droit à des extraits du dernier album Terreur et Tourment sorti l'année dernière chez Emanes Metal avec "Dogue de Brocéliande", "Tigres Volants", l'ode à Game Of Thrones "Brothers Of The Watch", "Prince Noir" et "Inquisition", sans oublier le premier opus qui les a faits connaître, le vigoureux De Sang et d'Acier ("Dernier Combat", "Ordalie", "Kamikaze", "Mercenaire" et le hit "Moine Guerrier"). Si j'avais une critique à faire toutefois (j'en ai toujours!) je dirais que malgré les qualités de HÜRLEMENT, tout cela reste assez répétitif avec toujours le même type de mélodies dans les riffs et les solos. Il manque d'ailleurs une deuxième guitare pendant les leads de François, ce qui donnerait plus de consistance et de puissance à la musique des Français. Des défauts qui ne m'empêchent pas de savourer mon premier hurlement. Je retrouverai donc avec plaisir le combo au Metal Magic au Danemark le mois prochain et sans doute aussi en Belgique début septembre pour un No Compromise Metal Fest 2 qui s'annonce éreintant!

Changement de décor pour les papys de STRATAGEME. En me retournant, je constate qu'il y a eu de la désertion dans les rangs puisque de plutôt bien remplie, la salle est passée à quasi vide! Ah, le public parisien... le bon vieux hard rock ne ferait-il donc plus recette? Quoiqu'il en soit, les absents ont eu tort parce que les vétérans ont délivré un très bon show rock n' roll, groovy et efficace et ont en plus bénéficié d'un son excellent. Le hard rock US des Français n'a rien d'original ni de spectaculaire mais ses compositions ont tout ce qu'il faut pour passer un bon moment, surtout en live où l'efficacité de leur musique sera vite prouvée. Ce, grâce à une bonne présence sur scène, des musiciens qui semblaient sympathiques, un bon chanteur plutôt charismatique et un guitariste talentueux au bon feeling qui nous offrira plein de solos bluesy inspirés. STRATAGEME a en plus la bonne idée d'inclure quelques reprises de grands classiques dans son set au côté de ses propres morceaux issus de son album Highway ("Believe", "Never Say Goodbye", "Sweet Little Girl", "In Front Of Storm", "Leave Me", "Gimme Gimme", "Highway"...). Les Français ont même débuté leur concert sur le "Highway Star" de Deep Purple! Pour les autres, c'est du Van Halen ("Panama", "Eruption", "You Really Got Me" reprise de The Kinks) et "Give Me All Your Love" de Whitesnake sur laquelle tous les autres chanteurs sauf celui de HÜRLEMENT viendront chanter le refrain avec STRATAGEME. À noter que le Klub s'est quand même davantage rempli vers le 2ème tiers du show, ce qui m'a fait plaisir pour les musiciens. Une bonne surprise donc en ce qui me concerne, je suis même reparti avec leur album pour la modique somme de 10€!

Enfin reparti, pas encore! Car le groupe que tout le monde attendait, CLOVEN HOOF, devait encore se produire. L'occasion inespérée d'entendre les grands classiques des Anglais, de voir si les nouveaux titres passent bien en live et tout simplement de découvrir la nouvelle équipe de Lee Payne. Le fondateur et compositeur du Sabot Fendu s'est entouré de musiciens étonnamment jeunes, si ce n'est le guitariste Chris Coss qui a visiblement de la bouteille. Le batteur Jake Oseland au bonnet et look de skater semble ne même pas avoir la vingtaine et la toute dernière recrue à la guitar lead, le talentueux Luke Hatton, ressemble à un ado! Mais le plus surprenant reste le chanteur Joe Whelan. Jp Binois l'organisateur me l'a appris en attendant l'ouverture des portes toute à l'heure, le bonhomme a participé à l'émission de télé-réalité anglaise X-Factor. Beau gosse, musclé, portant (du moins au début avant de le retirer) un débardeur blanc faisant apparaître ses pectoraux et ses tatoutages, le frontman également guitariste ne ressemble pas vraiment à un chanteur de heavy. On dirait plutôt un mec des Chtis à Las Vegas parachuté sur la scène d'un concert de heavy metal! Mais remarquez, ça change des vieux bedonnants qui accusent le coup! Mais pour ça il y a le très sympathique Lee Payne, bien caché dans le fond à cause de l'étroitesse de la scène laissée aux mains agiles des trois gratteux et qu'on entendait que sur les backing vocals, dernière preuve vivante que CLOVEN HOOF s'est bien formé en 1979! À mon avis, le nouveau visage du combo de Wolverhampton a dû en surprendre plus d'un!

Pas moi puisque j'avais déjà vu les photos promos mais il faut avouer que ça fait bizarre. Tant mieux en tout cas que les jeunes reprennent le flambeau! D'autant qu'au niveau de la performance, il n'y a pas eu grand chose à redire. Alors certes Joe Whelan a eu un peu de mal à reprendre les parties plus techniques et aigues de Russ North sur les morceaux de Dominator et A Sultan's Ransom (il semble plus sûr sur du David Potter), le Britannique possédant plus une voix rock que purement heavy, mais sa prestation globale reste à saluer, comme celle de tous les autres. Il a même assuré pas mal de solos quand il tenait la guitare, qu'il lâchait de temps en temps pour être plus à l'aise au chant. Ce qui m'a plu également, c'est l'enthousiasme affiché par la formation, heureuse de jouer pour la première fois de son histoire devant le public parisien, bien présent ce soir dans un Klub rempli convenablement et qui a réservé un accueil très chaleureux à CLOVEN HOOF. Le combo a même offert un exemplaire de son nouveau CD Resist Or Serve à celui qui a headbangué le plus sur un de ses morceaux, geste très sympa! En parlant des morceaux, les Anglais ont joué 2 nouveaux titres, l'énervé et thrashy "Mutilator" parfaite pour le live et "Hell Diver", pas le meilleur de la nouvelle fournée mais lui aussi très efficace sur scène pour du headbange appuyé. Plus un morceau de The Definitive Part One que je ne connaissais pas, "Inquisitor". Le reste du set se concentrera logiquement sur les classiques avec du A Sultan's Ransom et le fabuleux "Astral Rider", peut-être bien ma composition préférée du groupe avec son refrain mémorable, "Highlander" pour serrer le poing haut et fort et la poignante et épique "Mistress Of The Forest" et sa belle intro au clavecin puis en acoustique, du Dominator avec la catchie "Reach For The Sky" et en avant-dernier "Nova Battlestar" dont le refrain sera scandé par toute l'assistance, sans oublier bien sûr le 1er album éponyme Cloven Hoof et son title-track dès l'ouverture du gig puis l'énorme "Gates Of Gehenna" (sans "March Of The Damned" en intro, dommage!) et un "Laying Down The Law" qui mettra le feu, avant de l'éteindre trop vite! Pas de rappel, snif! C'est qu'on en aurait bien pris une heure en plus!

Setlist CLOVEN HOOF:

Cloven Hoof
Reach For the Sky
Mutilator
Astral Rider
Hell Diver
Gates Of Gehenna
Highlander
Inquisitor
Mistress Of The Forest
Nova Battlestar
Laying Down The Law


Belle soirée metal encore une fois au Klub décidément incontournable ces derniers temps pour les affiches underground de qualité. Merci donc aux groupes ainsi qu'à l'organisateur, le passionné Jp Binois avec lequel j'ai pu discuté un peu. D'autres dates heavy sont à prévoir, entre autres Salem, Tysondog et Rock Goddess. Heavy Metal's Not Dead, pas même à Paris!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cloven Hoof + Dreamcatcher + Hürlement + Stratageme
plus d'infos sur
Cloven Hoof
Cloven Hoof
Heavy Metal - 1979 - Royaume-Uni
  
Dreamcatcher
Dreamcatcher
2001 - France
  
Hürlement
Hürlement
2003 - France
  
Stratageme
Stratageme
1970 - France
  

Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique