chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Hellfest 2014 - 1er Jour

Live report

Hellfest 2014 - 1er Jour Angelus Apatrida + Deströyer 666 + Hail Of Bullets + Iron Maiden + Kronos + Nightmare + Rob Zombie + Satan + Sepultura + Slayer
Le 20 Juin 2014 à Clisson, France
Sept ans. Sept ans que je n'étais pas retourné au Hellfest! Il faut dire que cette édition de triste mémoire, du moins en terme d'organisation, et rebaptisée à juste titre mudfest, avait de quoi décourager. Mais c'est surtout une évolution de mes goûts personnels allié à la croissance exponentielle de l'ex-Fury Fest qui m'avaient tenu si longtemps éloigné de Clisson. J'ai ainsi préféré me rendre à l'étranger dans des festivals plus spécialisés et à échelle humaine (Death Feast, Neurotic, Hell's Pleasure, Live Evil). Il y a bien eu le Sonisphere aussi mais impossible de résister à l'appel du Big Four, cohue ou pas. Pour quoi donc changer d'avis alors que cette neuvième édition du festival de Ben Barbaud promettait d'être celle de tous les records en nombre de participants? Un seul mot: l'affiche. Sans doute la meilleure d'Europe des fests généralistes. Un véritable défilé de grands noms, dans à peu près tous les styles. En gros, il y en avait pour tout le monde, même pour un éternel insatisfait comme moi.

Arrivé en début d'après-midi le jeudi 19 dans un camping à l'écart de toute nuisance sonore hormis le bruit des vaches qui broutent et des grenouilles qui coassent dans l'étang voisin (le camping du festival rempli d'abrutis, non merci!), ce n'est que vers 15h que je mets les pieds à Clisson afin de récupérer mon pass et de découvrir le site et la déco. Les rues de la ville sont déjà bondées et les places de parking, souvent improvisées, toute prises. Il faudra donc se garer à 2 bons kilomètres, devant l'église (!). Déjà pas mal de monde mais les files sont suffisamment nombreuses pour que l'attente reste brève. Tant mieux car le Soleil, qui sera la plaie du week-end, tape méchamment. Une fois rentré, je découvre le site, tout du moins une partie car l'accès aux scènes ne sera libéré que le lendemain. Le gigantesque Extreme Market que je ne fouillerai pas trop pour faire des économies, la petite rue décorée façon Camden meets Disneyland bordée d'autres boutiques, les distributeurs de billets, les toilettes sèches puis la fameuse passerelle qui n'a pas l'air très sécurisante pour passer au-dessus d'une rue et atteindre le Metal Corner où un groupe est en train de se produire (du hardcore/metal ou un truc du genre, je ne prête pas attention), les banques de jetons pour la boisson ainsi que les stands de bouffe et les bars. 5€ la pinte de Kronenburg, 7€ la Skoll et la Grimbergen, des verres joliment décorés mais payants et non consignés, je sens que le budget boissons va exploser! Le camping, divisé en trois parties, se trouve un peu plus loin mais je n'irai pas jusque là. Première impression, ça a l'air immense alors que l'on a même pas encore vu la plus grosse partie où les six scènes, Mainstage01, Mainstage02, Altar, Temple, Valley et Warzone, accueilleront plus de 150 groupes dès demain pour trois jours d'un festival qui s'annonce des plus physiques.

Une première épreuve aura d'ailleurs lieu dès ce soir. Avant de retourner à mon camping isolé à une vingtaine de kilomètres, j'ai en effet la bonne idée de vouloir faire un tour au Leclerc du coin pour faire le plein de binouzes. Bien mal m'en a pris puisque qu'il a fallu attendre plus de 30 minutes pour pouvoir simplement... rentrer dans le supermarché! Première fois de ma vie que je fais la queue pour entrer au Leclerc! Vu l'afflux de personnes, la sécurité avait décidé de faire entrer les gens au compte-goutte pour éviter un trop plein dans les allées, d'où l'amas de chevelus assoiffés à l'entrée. Une fois les portes franchies après une longue attente comme pour assister à un concert de tête d'affiche (et en plein Soleil en plus!), on rentre dans un Leclerc d'une autre dimension. Tout est décoré aux couleurs du Hellfest et même les employés portent des t-shirts à l'effigie de l'événement. Et l'établissement est littéralement envahi de métalleux qui dévalisent le stand géant de bière! C'est génial mais du coup, plus d'une heure à faire la queue! Heureusement, il y aura moins de monde au McDo. Première demi-journée épique en tout cas! Et dire que les concerts n'ont même pas commencé!


Vendredi 20 juin 2014

Les festivités débutant tôt (dès 10h30!), il ne faut pas traîner pour ne rien louper et trouver une place pour se garer pas trop loin. Je me trouve un bon coin juste à côté près d'un stand de spécialités corses et du rond point où trône une guitare électrique géante, marquant l'entrée du site "Clisson Rock City". Un peu d'attente pour entrer car les portes ne sont pas encore ouvertes puis on va pouvoir découvrir la vraie partie festival. Une allée pavée et bordée de photos rouges et noirs de musiciens ayant foulé les planches du festival les années précédentes mènent à l'entrée en forme de cathédrale. Très sympa! Moins sympa, l'attente vingt bonnes minutes en plein cagnard (ça tape fort déjà) pour la fouille habituelle des corps et des sacs. Puis la délivrance. On admire rapidement la décoration du site gigantesque qu'on découvrira au fur et à mesure de la journée. Un arbre métallique post-apocalyptique rouillé dont la toison forment le mot Hellfest, un corbeau géant le bec ouvert, des stands de merchandisings Hellfest déjà pris d'assaut (beaucoup d'articles deviendront vite sold-out!), la fameuse grande roue qui domine tout, le beau portail d'entrée de la forêt (qui apportera aux festivaliers l'ombre salvatrice) menant au bar à vin (Muscadet spécial Hellfest) et à la Warzone. Sans oublier pas mal de toilettes et d'urinoir ainsi que quelques points d'eau qui s'avéreront toutefois pas assez nombreux et vite taris. Mais le Hellfest, c'est aussi et surtout des concerts. Direction donc la Mainstage02 pour l'ouverture.


ANGELUS APATRIDA (Mainstage02, 10h30-11h)

Et ce sont les Espagnols d'ANGELUS APATRIDA qui ouvrent les hostilités. Pas trop de monde encore (beaucoup doivent cuver leur 1ère soirée, souvent la plus rude!) et on peut donc se placer idéalement. J'avais entendu pas mal de bons échos sur le combo ibérique mais n'avait jamais pris la peine d'écouter. Ce set d'une demi-heure était donc l'occasion de découvrir la musique du groupe. Sans être transcendé, je n'ai pas été déçu. ANGELUS APATRIDA pratique un thrash metal à la Bay Area bourré de bons riffs et de solos sympathiques avec le quota imposé de tchouka-tchouka et des mid-tempos casse-nuque parfaits pour headbanger et échauffer les cervicales qui seront mises à rude épreuve tout au long des trois jours. Le son se fait très correct en plus et il y a déjà de l'ambiance puisqu'un circle pit démarre, même si je trouve que le thrash aplus sa place sur de plus petites scènes. Le groupe rend hommage à son guitariste resté à la maison pour cause de blessure au genou et le public applaudit chaudement chaque morceau. Une bonne entrée en matière.

Setlist:

Violent Dawn
Of Men And Tyrants
Vomitive
Give'Em War
You Are Next
Blast Off
Legally Brainwashed


NIGHTMARE (Mainstage01, 11h05-11h35)

On se décale de quelques dizaines de mètres sur la droite pour se placer devant la Mainstage01 voisine identique de la 02 et accueillir les Français de NIGHTMARE. Ne connaissant les vétérans que par des vagues souvenirs du très bon Genetic Disorder, j'avais bien l'intention de découvrir les autres compositions du groupe de heavy/power. Malheureusement, son concert ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. La faute à un son médiocre empêchant d'entendre correctement les guitares, en particulier sur les solos, à des titres que j'attendais plus speed et moins modernes, et à une linéarité rythmique et vocale (toujours le même type de refrain) dommageable. Malgré la conviction de la formation et la bonne humeur de ses membres venus présenter leur nouvel album The Aftermath, je n'entre ainsi jamais vraiment dans le set mais reste tout de même jusqu'à la fin. Après tout, le heavy/power tranquille des Grenoblois n'a rien d'horrible et passe plutôt facile en cette fin de matinée bien chaude.

Setlist:

Bringers Of A No Man's Land
The Preacher
I Am Immortal
The Gospel Of Judas
Forbidden Tribe
Eternal Winter


KRONOS (Altar, 12h15-12h45)

Petite pause après NIGHTMARE puisque aucun des groupes suivants ne m'intéresse puis direction la grande tente bleue pour le gig de KRONOS. Découverte de la partie Altar dédiée au death metal qui servira aussi de rempart contre ce maudit Soleil. Au plafond de la scène, de taille conséquente elle-aussi, les barres de projecteurs dessinent une sorte d'autel occulte, excellent! Ça fait une paye que je n'ai pas vu les Français en action. Il faut dire que depuis l'excellent The Hellenic Terror, le groupe a connu pas mal de déboires, notamment au niveau du line-up puisque le batteur et le chanteur ne sont plus les mêmes. C'est désormais Trivette de Diluvian qui officie au micro. Rayon sortie, rien depuis The Hellenic Terror. C'était en 2007. Le combo avait signé sur Neurotic Records pour un album mais on l'attend toujours! Ce show, c'était donc un peu l'inconnu pour moi, d'autant que je n'ai rien écouté du groupe depuis des années. Quoiqu'il en soit, KRONOS était attendu, avec une grosse densité de gens sous la tente. J'arrive tant bien que mal à me positionner sur le côté droit de la scène à une cinquantaine de mètres. Pas l'idéal pour entrer dans un concert de brutal death! Le son affreux durant une bonne partie de la prestation n'arrangera rien même si je vois que les musiciens se démènent. Le chanteur puissant tient bien la baraque, sans toutefois dégager la prestance de l'ancien frontman Kristof. Mais peut-être est-ce dû à la distance. Heureusement, une amélioration sonore se fera sentir sur les deux derniers morceaux. On entend enfin les riffs et les blast-beats claquent comme il se doit, avec caisse claire audible et non un festival de grosse caisse et de basse comme c'était le cas. J'aurais au moins pris mon pied pendant dix minutes, c'est déjà ça! En espérant que les Français le sortiront un jour ce foutu nouvel album!


SATAN (Mainstage 01, 13h35-14h15)

Gros fan des Anglais que j'ai déjà vus deux fois l'année dernière, j'attendais avec impatience ce premier show en France de la bande de Brian Ross, une des principales raisons de ma venue au Hellfest.. Après un début compliqué sur "Trial By Fire" en raison d'un son très brouillon (guitares leads et chant couverts par les basses), les choses commencent à devenir sérieuses sur un convaincant "Blades Of Steel". Puis le très entraînant et efficace "Time To Die" viendra entamer les extraits du dernier album Life Sentence, leçon magistrale de heavy metal speedé. Le show est bel et bien lancé pour moi et ce ne sera ensuite que jouissance, notamment sur la prenante "Twenty Twenty-Five" et la fantastique oldie "Oppression" mettant en valeur le feeling d'une des meilleures paires de guitaristes du Hellfest 2014, le jovial Steve Ramsey et le classieux Russ Tippins. Et croyez-moi, je n'étais pas le seul, à entendre les "Satan, Satan, Satan" de la foule en extase dont Brian Ross, toujours en forme avec ses cris suraigus jouissifs, et sa troupe se sont délectés. Encore un très bon set des Britanniques que je placerais toutefois en dessous de ceux du Hell's Pleasure et du Live Evil à cause d'un temps de jeu bien trop faible pour un tel groupe et d'un manque de surprise niveau setlist. Dommage aussi que le groupe finisse toujours sur "Alone In The Dock" qui aurait plus sa place en milieu de set pour finir sur un titre plus speed. Malgré cela, j'ai encore passé un grand moment avec SATAN qui restera l'un de mes meilleurs concerts ce week-end.

Setlist:

Trial By Fire
Blades Of Steel
Time To Die
Twenty Twenty-five
Break Free
Oppression
Testimony
Alone In The Dock


DESTRÖYER 666 (Temple, 16h-16h50)

Je zappe Toxic Holocaust que j'aurais tout de même bien été voir par curiosité pour aller remplir mon estomac qui crie famine. Le choix est large mais onéreux. J'opte pour une pizza transparente à 8€. Mauvais choix qui ne remplira que trop peu mon estomac. Mais ça fait du bien de se poser et de s'abriter des rayons nocifs de l'astre du jour bien décidé à transformer mon fest en lutte acharnée contre les brûlures et la déshydratation. On reprend des forces pour retourner sous la tente, partie Temple cette fois qui fait face à la Altar. La Temple, réservée au black metal et au folk/pagan, a la meilleure déco de toute puisque les rampes de spots forment le numéro de la bête, 666. Énorme! Et ô combien opportun pour assister à un concert de DESTRÖYER 666! J'étais tout excité de revoir le combo après son passage remarquable au Wolf Throne mais ma joie s'est vite transformée en déception. Quel son de merde! Une vraie bouillie! Impossible ou presque de discerner les mélodies de leads. Et DESTRÖYER 666 sans les leads, c'est déjà moins intéressant. Conséquence, on a l'impression d'assister à un show de black/thrash juste bourrin alors que la musique des Australiens, c'est tellement plus que ça! Le son va un peu s'éclaircir au fur et à mesure mais restera assez médiocre pour gâcher la performance de la formation. Seul "I Am The Wargod", morceau plus posé, tout du moins au début, bénéficiera d'un son plus clément et sera le seul morceau sur lequel j'ai apprécié le concert, avec aussi un "Satanic Speed Metal" ultra efficace en final. Efficace, le concert de DESTRÖYER 666 l'aura au moins été mais j'en attendais clairement plus. Dommage car la Temple était bien remplie!

Setlist:

Rise Of The Predator
Raped
I Am The Wargod
Satan's Hammer
Ghost Dance
Black City - Black Fire
Satanic Speed Metal


HAIL OF BULLETS (Altar, 16h55-17h45)

Demi-tour pour HAIL OF BULLETS qui aura la chance de bénéficier de bien meilleures conditions sonores. Les Néerlandais ne se sont donc pas privés pour annihiler la Altar à grands coups de death metal old-school épique et guerrier entre two-beats rapides entraînants, riffs ultra pesants à faire vibrer le sol et mid-tempos efficaces pour secouer la tête en rythme. Ajoutez à cela les hurlements jouissifs d'un Van Drunen toujours heureux de monter sur scène et vous avez là un très bon concert de DM. Si le dernier album en demi-teinte de la formation n'a pas fait l'unanimité, ce show a mis tout le monde d'accord. Et il y en avait, du monde! On saluera aussi l'extrême bon goût du guitariste Stephan Gebédi qui portait pour l'occasion un magnifique t-shirt du Promulgation Of The Fall de Dead Congregation! Tuerie!


ROB ZOMBIE (Mainstage01, 18h45-19h45)

Si j'ai décidé d'assister à ce concert, c'est uniquement pour accompagner ma moitié, grande fan. Pas vraiment mon cas. J'allais même apprendre à mes dépens à quel point! Première mauvaise surprise, une foule incroyablement dense s'est agglutinée devant la Mainstage 01. À tel point qu'il est impossible de se rapprocher et qu'il va falloir regarder les écrans géants car on ne voit que le haut de la scène! Je ne savais pas que ROB ZOMBIE était aussi populaire! Ou sont-ce les fans de IRON MAIDEN qui ont commencé à se placer pour voir leur groupe fétiche dans de bonnes conditions toute à l'heure? Quoiqu'il en soit c'est blindé de chez blindé et on voit que dalle! Le pire restera cependant la musique. Je m'attendais à ne pas accrocher, j'ai en fait carrément détesté ce pseudo metal-indus/horror rock. Que de la rythmique bateau pour jumper comme si on avait 15 ans. C'est censé être horrifique comme musique?! Même quand le frontman connu également pour ces films d'horreur reprend "Am I Evil" de Diamond Head, pourtant un de mes morceaux favoris, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. Pas pour moi, décidément!

Setlist:

Dragula
Superbeast
Living Dead Girl
Dead City Radio And The New Gods Of Supertown
Drum Solo
More Human Than Human (reprise de White Zombie)
Sick Bubble-Gum
Never Gonna Stop (The Red, Red Kroovy)
House of 1000 Corpses
Am I Evil? (Diamond Head)
Thunder Kiss '65 (reprise de White Zombie) (+ solo de guitare et reprises partielles d'"Enter Sandman" de Metallica et "School's out" d'Alice Cooper)


SEPULTURA (Mainstage02, 19h50-20h40)

Moi qui pensais laver mes oreilles avec ce bon vieux SEPULTURA! Surtout que le groupe, même si ses plus belles années sont derrière lui et qu'il n'y a même plus un seul Cavalera dans ses rangs, a la réputation de toujours assurer en live. Bah pas là en tout cas! Ce set fut une grosse déception, et pas uniquement due au fait que j'étais encore placé à trois kilomètres de la scène. On ne pointera pas non plus du doigt le son, plutôt bon, ni la conviction des musiciens qui semblent concernés, entre un Andreas Kisser remuant, un Derrick Greene désormais chauve qui dégage toujours autant de puissance et un batteur qui ne fait pas semblant de frapper. Non, le principal responsable d'un tel désastre, c'est la setlist! Que des titres récents sans grand intérêt et des classiques mid-tempos de Roots et Chaos A.D. que j'adorais... quand j'étais ado et facilement impressionnable. Maintenant les "Ratamahatta", "Dusted" et autres "Roots Bloody Roots" me filent limite la nausée. Les extraits de Chaos A.D. passent un peu mieux, notamment "Refuse/Resist" mais j'aurais préféré un petit "Territory" à la place de "Propaganda". Finalement, seul "Arise" arrivera à me sortir de la torpeur dans laquelle j'étais plongé à cause de ce show mollasson qui ne représente pas du tout le meilleur de SEPULTURA. Quelle tristesse!

Setlist:

The Vatican
Kairos
Propaganda
Impending Doom
Manipulation Of Tragedy
Convicted In Life
Dusted
Refuse/Resist
Arise
Ratamahatta
Polícia
(Titãs cover)
Ratamahatta
Roots Bloody Roots


IRON MAIDEN (Mainstage01, 20h55-22h55)

Heureusement que je n'étais pas venu exprès pour eux! IRON MAIDEN se place pourtant juste derrière Metallica dans ma liste de groupes cultes mais l'impressionnante masse grouillante d'humains attroupés devant la Mainstage 01 rendant impossible de voir ne serait-ce que le haut de la scène, ajoutée à la fatigue due à la chaleur supportée toute la journée et à l'enchaînement de groupes, m'aura enlevé toute volonté de suivre le show de Bruce Dickinson & Cie. Si je veux regarder un show d'IRON MAIDEN sur un écran, je me mate le DVD de Live After Death pénard dans mon canapé! Clairement, le site actuel n'est pas adapté pour que les 50 000 personnes présentes ce soir assistent toutes au concert dans des conditions acceptables. Vous me direz que je n'avais qu'à anticiper pour me placer devant suffisamment à l'avance et vous aurez raison. Mais comme indiqué, je ne suis pas venu pour les Britanniques déjà vus deux fois mais davantage pour les combos moins "connus" mais plus faciles à approcher. Du coup, je file à l'espace Presse/VIP, au passage très sympa et lui aussi bien décoré, pour suivre le match de coupe du monde de l'équipe de France contre la Suisse. Et croyez-moi, je ne regrette absolument pas tant celui-ci était fou (5-2!) et l'ambiance chez les privilégiés fort agréable. J'ai même pu entendre quelques brides du concert puisque les murs vibraient à cause des basses. Voici tout de même ce que j'ai raté, une setlist bien old-school qui fait plaisir:

Moonchild
Can I Play With Madness
The Prisoner
2 Minutes To Midnight
Revelations
The Trooper
The Number Of The Beast
Phantom Of The Opera
Run To The Hills
Wasted Years
Seventh Son Of A Seventh Son
Fear Of The Dark
Iron Maiden

Rappel:
Churchill's Speech
Aces High
The Evil That Men Do
Sanctuary


SLAYER (Mainstage02, 23h-0h)

La belle victoire de la France me redonne du courage et de la motivation pour finir cette première journée avec SLAYER malgré la déliquescence du combo culte, que ce soit sur album où le groupe n'a plus rien à dire depuis des années ou au niveau du line-up qui part à vau-l'eau puisque le regretté Jeff Hanneman s'en est allé et que suite à un conflit financier, Dave Lombardo a laissé sa place au remplacement numéro 1 de la formation, le cogneur Paul Bostaph. Et j'ai bien fait puisque SLAYER m'a mis une grosse mandale dans la tronche. Peut-être bien même le meilleur concert des Américains auquel j'ai assisté! Alors certes j'étais trop éloigné pour voir autre chose des musiciens que des petits points et Araya reste désormais prostré devant son micro sans bouger en raison de problème de santé, mais foutre Satan, quel pied! Le son est dantesque, d'une clarté absolue, Kerry King fait son manège habituel, Gary Holt transpire la passion et redonne une sacrée vigueur à la formation visuellement tandis que Bostaph fait le taf en enchaînant les tchouka-tchouka comme si sa vie en dépendait! Et la setlist est quasi parfaite (j'aurais bien fait sans "Hate Worldwide" ou le nouveau single "Implode" toutefois). Old-school à mort comme l'illustre le backdrop Slaytanic Wehrmacht et le trio d'ouverture "Hell Awaits", "The Antichrist" et "Necrophiliac". Clou du spectacle suivi par plusieurs dizaines de milliers de personnes, l'enchaînement ultime "Raining Blood" / "Black Magic". Séquence émotion également en toute fin sur le cultissime "Angel Of Death" avec une bannière aux couleurs de Heineken modifiée au nom de Hanneman, "Angel Of Death, Still Reigning 1981-2003". Classe!

Setlist:

Hell Awaits
The Antichrist
Necrophiliac
Mandatory Suicide
Captor Of Sin
War Ensemble
Hate Worldwide
Disciple
Implode
Seasons In The Abyss
Dead Skin Mask
Raining Blood
Black Magic
South Of Heaven
Angel Of Death


Plus rien ne m'intéressait suffisamment ensuite pour que j'ai le courage de rester. Ce sera donc retour au camping en ce qui me concerne. Bilan de la première journée plutôt positif malgré pas mal de concerts décevants, notamment à cause du son, et la foule grouillante. Et puis cette chaleur, à en crever! Heureusement quelques shows valaient vraiment le coup (SATAN, HAIL OF BULLETS, SLAYER) et le site est plutôt bien pensé et aménagé (manque de points d'eau toutefois et trop bondé pour les gros groupes), avec des décors bien foutus (très beau la nuit également avec des flammes, les illuminations de la grande roue et les projections visuelles sur les tentes). Vivement demain pour je l'espère davantage de shows qui m'en mettent plein les oreilles. Et si possible, quelques nuages!

4 COMMENTAIRE(S)

But citer
But
22/07/2014 20:41
Pour Nile, le son m'a gâché un peu le truc. Comme Ulcerate, je suis d'ailleurs étonné que Keyser ait trouvé ça acceptable, je devais être mal placé (devant à droite)
Ant'oïn citer
Ant'oïn
22/07/2014 08:42
Le mieux c'est de bien prévoir son temps pour pouvoir aller au chiotte du macdo et être tranquille le reste du temps.Perso je chiais le matin et après pas de soucis pour se retenir. (Passionant)

Arf je suis déçus pour Nightmare c'est vraiment un très bon groupe et quand je suis aller les voirs dans une salle c'était nickel. Par contre je te rejoins les refrains sont typique du groupe mais ça me dérange pas.

Mais une question, personne n'est allé voir Nile ? (Je me rappel plus du jour)
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
21/07/2014 19:38
Un seau fera parfaitement l'affaire Sourire
Invité citer
tibo
21/07/2014 18:18
super report, surtout du point de vue de l'orga afin de savoir à quoi s'attendre lorsque je pourrai y aller !!
- parasol
- flotte
- WC portatif (couche d'ancien ?)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellfest 2014 - 1er Jour
plus d'infos sur
Angelus Apatrida
Angelus Apatrida
2000 - Espagne
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Black/Thrash - 1994 - Australie
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
Death Metal - 2006 † 2017 - Pays-Bas
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Heavy Metal - 1975 - Royaume-Uni
  
Kronos
Kronos
Brutal Death - 1994 † 2017 - France
  
Nightmare
Nightmare
1979 - France
  
Rob Zombie
Rob Zombie
Etats-Unis
  
Satan
Satan
Heavy Metal - 1979 - Royaume-Uni
  
Sepultura
Sepultura
Thrashcore - 1984 - Brésil
  
Slayer
Slayer
Thrash Metal - 1981 - Etats-Unis
  

Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique
Moongates Guardian
Leave the Northern Mountains
Lire la chronique
Absolvtion
Gallow's Destiny (EP)
Lire la chronique
The Negation
The Sixth Extinction (EP)
Lire la chronique
Haunt
Burst Into Flame
Lire la chronique
JXV
Ritual
Lire la chronique