chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Deftones + Glassjaw

Live report

Deftones + Glassjaw Le 12 Juin 2000 à Paris, France (Elysée Montmartre)
Ah, la, la ! Quelle soirée ! Bon, tout d'abord, pour toutes celles et ceux ki liront cette kronik (et vous serez sûrement des millions,…euh…bah des milliards même !…arf !) enfin bref, le webmaster fou de ce site (ki au passage, histoire de balancer un peu, m'a avoué l'autre jour adorer le couscous saupiquet…hum ! -attention mesdames… !) m'a donc demandé de lui rendre ce service, de faire 1 review du concert, et bon, gentille comme je suis (hum.. !), j'ai pas pu refuser. Alors voilà, tout ça pour dire, ke c'est ma toute première, alors soyez indulgents… ! Bon, allez, on arrête là le bla bla, ça commence :

Et ca commence plutôt bien ! Avec une 1ere partie k-rémént excellente : les New Yorkais de GLASSJAW. (dernière signature de Roadrunner) Les 5 lascars se ramènent sur scène vers 20h (?) et fout' un beau bordel ! Dès les premières notes de " Pretty Lush ", toute la salle commence à bouger et sauter dans tous les sens. Les gars enchaînent en gros toutes les chansons de " Everything U Ever Wanted To Know About Silence ", entrecoupées de petites interventions du chanteur, ki nous présente les chansons et tchatche avec le public…il nous balance d'ailleurs entre 2 chansons ke ce concert à L'Élysée Montmartre est le dernier en compagnie de DEFTONES du tour Européen…(wahou, le dernier ? ! ça promet un joli show pour la suite…) Le pit continue à bouger dans tous les sens, puis 5 min. de répit avec la plus calme " Her middle Name Was Boom ". Daryl Palumbo nous montre décidément k'il a quand même une putain de voix !, passant aisément des cris de bourrin (comme on les aime… !) aux petits sons mélodiques…bref ! Putain de chanteur koi ! Le show se termine après ¾ d'heures env. avec toute la partie instru. ki s'arrête, les zicos dans le noir, avec la seule voix du chanteur ki fini de s'époumoner pdt 1 min., avant de quitter la scène. Bref, GLASSJAW, 1 groupe ki vaut franchement le détour en live.

Bon, après ca, commence la longue attente. On est tous franchement impatients de voir monter sur scène le p'tit Chino et ses potes ! pour patienter, on nous passe du Kid Rock, du SOAD (avec toute une salle ki se met a hocher de la tête sur Suite Pee…cté marrant !) Et les DEFTONES ki commencent à se faire attendre…DEFTONES ! ! !DEFTONES ! ! ! Le public réclame c'k'il est venu chercher et là, les lumières s'éteignent et Chino fait son entrée -en chemise et cravate noire- sur le début de " Change " puis enchaîne de suite sur " Bored ". Ca commence très fort ! Pogos, slams…tout le monde s'en donne a cœur joie ! On continue avec un classik et le groupe nous balance plusieurs chansons du nouvel album (plutôt calme dans l'ensemble…). Pendant ke Chi s'excite sur sa basse comme un fou, Chino monte sur les enceintes à droite de la scène et commence a chanter de la haut… ! Il continue le show accroupit sur les enceintes pendant 3-4 chansons, avant de se lever, les bras vers le ciel et sauter dans la foule ! ! ! Ah ! Cté beau à voir franchement ! ! ! Porté par le public, et de retour sur scène, les gars enchaînent sur " Change ", avec Chino à la gratte ! Désolée pour l'ordre et si j'en oublie (mais après une soirée comme ça, c'est dur de se souvenir de tout franchement.. !) mais bon, en gros on a eu droit à Bored, Around The Fur, Be Quiet & Drive, Lotion, 7Words, Change, Fieticeira, PinkMaggot, Knife Party, White Pony et d'autres encore… Le truc est franchement intense, ca saute dans tous les sens, et on arrive à peine a respirer tellement y' fait chaud la dedans, mais même a bout de souffle, personne n'est préssé ke le truc s'arrête tellement c'est bon ! Au bout d'un moment, dans la fosse ça d'vient quand même chaud, avec des grosses masses harcoreuses ki se fightent littéralement a coup de manchettes dans la tronche, 2-3 à terre arrivent difficilement à se remettre debout… Et le Chino ki se jette encore une fois dans la foule (1 p'tit bonjour à Val au passage ki était juste en dessous quand Chino a sauté ! -argh, veinard va !) Un moment aussi, un p'tit gars avec un T-shirt rouge, arrive à monter sur scène et Chino le fait gueuler dans le micro ! (j'crois k'a ce moment, on aurait tous voulu être à sa place !) On balance qq. bouteilles d'eau sur le public histoire de rafraîchir un peu, et le truc repart. De la folie pure franchement ! Moreno balance qq. phrases : " We're glad to be back in Paris guys, it's been a long time since we came ! ", et nous de gueuler " DEFTONES ! ! !DEFTONES ! ! ! ! ! ! " Encore 2-3 chansons et le groupe quitte la scène. Chi et Stephen reviennent en 1er (Stephen fait mine de s'élancer pour se j'ter dans la foule et nous fait bien marrer... !) et ils nous balancent un p'tit " Head Up " pour le rappel, histoire de vraiment finir la soirée en beautée ! ! ! J'crois k'on s'ra à peu près tous d'accord pour dire, ke sur la fin, on était franchement tous trop naze, voire à la limite de la syncope pour certain(e)s, mais franchement… ! Pas de mots pour décrire koi, tellement c'était jouissif ! ! ! Personnellement, ca faisait longtemps ke j'avais pas autant kiffé pour un concert, et là, pour mon 1er DEFTONES en live (argh, ca faisait 2ans ke jté trop frustrée de les avoir loupé a Paris pour le concert du Zenith !), j'ai vraiment pas été déçue ! ! ! Du pur kiffe koi, en gros, LE groupe ki m'a décidé à faire de la gratte…pfff…ke dire de plus ? ! MUCH LOVE & RESPECT-comme dirait l'autre-,…en attendant avec impatience le prochain.. !

--Ah, juste un dernier truc sur l'état du chanteur et du bassiste notamment (vu ke j'té à droite de la scène j'ai pas vraiment vu les autres) mais les gars étaient quand même bien marrant à regarder (dans le genre, z'auriez pas fumé qq. cigarettes ki font rire avant le show vous… ? ! ! !Eh, eh ! ! !)--

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Deftones
Deftones
Metal deftonien - Etats-Unis
  
Glassjaw
Glassjaw
1993 - Etats-Unis
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique