chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Goûter d'anniv'Asile !

Live report

Goûter d'anniv'Asile ! Atavisma + Grusterror
Le 12 Février 2017 à Marseille, France (Asile 404)
De passage sur Marseille et cherchant quelques endroits sympathiques pour boire un verre, une connaissance m'a signalée un événement ayant lieu le dimanche 12 février en milieu d'après midi. Un goûter d'anniversaire, fleurant plus l'alcool que le chocolat, afin de célébrer les 5 ans de l'association 404 dont les quartiers sont situés rue d'Aubagne (dans le 6ème arrondissement) près de Notre-Dame-du-Mont. Et, en vue de festoyer, quoi de mieux qu'un petit concert ! Une tâche que se sont chargés d'accomplir les locaux de Grusterror et les Parisiens de Atavisma.

Tout juste sortie de table mais aussi un peu éméchée, direction le centre ville et le centre culturel de l'Asile 404, salle où je n'avais pas encore eu l'occasion de me rendre. Arrivée aux alentours de 15h10, les festivités n'étant pas encore ouvertes, je traîne dans le quartier avant de revenir visiter les lieux ainsi que prendre une petite mousse. Après avoir payé l'entrée et l'abonnement, je découvre donc de suite sur la droite la « scène », le bar se situant dans le prolongement toujours sur la droite avec en face un petit coin sit-in et pour finir des toilettes clean au fond à gauche. Tout le monde patiente dans une ambiance conviviale, en attendant le lancement des hostilités qui aura lieu vers les 16h. Un démarrage brutal avec « le groupe de La Plaine » (comme l'a présenté le chanteur en début de set), Grusterror délivrant un Black/Crust/Grind vindicatif et abrasif. Les musiciens, formant un trio – chant, guitare, batterie –, enchaînent les décharges de violence grâce à des compositions assez courtes mais percutantes. Ces dernières sont souvent introduites par un petit texte – heureusement bref – où s'entremêlent humour et engagement par le chanteur qui, bardé de paillettes, arpente la scène et semble cracher sa bile à la face du monde. La batteur donne aussi de la voix de temps à autre apportant un peu de variation à l'ensemble avec son timbre plus criard et arraché. Une musique spontanée et intestine alternant parties languissantes et viscérales, gros bourrinages grind et parties d-beat brise-nuques. Bref, un concert défouloir et expéditif, ce qui n'est pas plus mal vu le style – passant toujours très bien le cap du live mais qui a tendance à vite m'ennuyer sur format physique. Belle entrée en matière et bonne petite découverte !

Après une pause salvatrice, retour à l'Asile 404 pour voir la performance des jeunes musiciens de Atavisma, à l'occasion de leur Chthonic Ritual Tour. Changement de décor et rallongement des morceaux ici avec un Death/Doom rampant et sépulcral. Je sens que le quatuor n'est pas trop à l'aise les premières minutes avec en plus une guitare un poil inaudible en début de set – problème rapidement réglé par l'ingé son de la soirée qui a été carré et très réactif tout au long de l’événement. Cependant au fil du temps, et en dépit d'un souci récurrent avec la batterie, la formation va s'affirmer et faire bouger un bon nombre de têtes avec des riffs accrocheurs. Les ambiances à la fois pesantes et lugubres prennent corps et enveloppent peu à peu le public, engourdissant nos membres. Les musiciens prennent plaisir à jouer et se lâchent un peu délivrant un jeu de scène très pro, notamment le bassiste faisant des va-et-vient sur scène. Malgré les coupures – toujours liées à la batterie cf. plus haut – le groupe envoie couches de gras sur couches de gras sans sourciller avec un growl grave et caverneux à souhait, le tout ponctué et contrebalancé par des leads prenants. Le tour d'horizon est fait sur l'ensemble de la discographie, Atavisma nous gratifiant aussi de « Amid The Ruins », un nouveau titre prometteur tiré de son EP à paraître. Un set conséquent et plutôt long – mon attention ayant, j'avoue, baissée d'un cran durant les dernières minutes.

Beaucoup de monde s'est déplacé pour ce « Goûter d'anniv'Asile ! » et grand bien leur en a pris. J'ai passé un très bon moment en ce qui devait être un morne dimanche après-midi, fait pour décuver, faire la sieste ou se faire chier. Pas de cela ici, mais deux concerts forts sympathiques, différents et bien brutaux histoire de faire bouger les foules pour les 5 ans de l'association 404.

N.B. : Beaucoup d'éléments entre en jeu pour faire d'un set une franche réussite. Un fait que j'ai pu constater lors du passage de Atavisma sur Montpellier, à L'Up & Down, lors de la St-Valentin, soit 2 jours après la date de Marseille. Séparation entre le bar et la scène, salle tout en longueur avec une plus grande capacité, public plus nombreux et investis mais également pas de soucis de batterie ainsi qu'un son qui paraissait plus massif et rugueux : le concert des Parisiens étaient en tout point supérieur à celui donné à l'Asile. Les compositions m'accrochaient nettement plus, les musiciens, face à l'engouement de la foule, étaient davantage engagés et je n'ai pas senti la moindre longueur – au contraire, je n'aurais pas été contre un peu de rab.

3 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
15/02/2017 11:57
Juste pour dire que Atavisma, même si c'est pas (encore) très bandant sur bande, ça fait plus que son taf en concert. Du gros death agrémenté de tartines doom avec une voix caverneuse au possible. La bière, le death, le headbang.
Dysthymie citer
Dysthymie
15/02/2017 11:48
Comme écrit dans le report il n'y a pas de coupure entre le bar et la "scène" (pas d'estrade ou autres) à l'Asile 404. L'endroit n'est pas très grand non plus et au niveau de l'agencement c'était moins top.
gulo gulo citer
gulo gulo
15/02/2017 11:39
L' UD est plus grand qu'une salle ?! Wow, l' autre était un placard ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goûter d'anniv'Asile !
plus d'infos sur
Atavisma
Atavisma
Death / Doom - 2013 - France
  
Grusterror
Grusterror
2014 - France
  

The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique