chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

The Arson Project + Warfuck

Live report

The Arson Project + Warfuck Le 15 Avril 2017 à Lyon, France (Grrrrnd Zero)
Le jeudi c’est raviolis. Et le samedi, c’est GRIND. Ca ne rime pas, mais on s’en fout. Ce samedi soir donc, un peu frais pour la saison, c’est avec une petite laine et l’envie d’en découdre que je bouge mon boule au Grrrrnd Zero, haut lieu de la scène underground lyonnaise, pour une date rapide et brutale comme je n’en fais visiblement pas assez souvent, à la vue du pied que j’ai pris ce soir là. Le Grrrrrnd Zero, c’est un petit lieu convivial en mode DIY, élégamment décoré (la tête de chien au-dessus du bar, je veux la même dans mon salon), propre, bien sonorisé, avec les canap’ à l’extérieur, bref en mode posé / détendu (à prononcer à la « La Stratégie de l’Echec »). Une petite salle très sympa, et presque plus propre que certains grands lieux établis de la région, le tout soutenu par une équipe très sympa pour ceux que j’ai croisé. Bref, un cadre idéal pour se prendre une grosse mandale, à commencer par les WARFUCK, les locaux de l’étape, un duo batteur / chant et gratte / chant qui ouvre la soirée avec un set bien brutal qui met d’emblée la barre très haute. Pas de chichi, pas d’intro à 2 balles, pas de technicité hors normes (bien que l’ensemble soit carré au poil de cul et les deux zicos pas manchot pour deux sous), mais juste une presta ultra brutale et sèche, très sèche, très directe, et qui m’impressionne d’emblée. La grosse demie heure passe d’un bloc, et franchement chapeau les gars, je reviens vous voir avec plaisir. Une bière. Place aux DOOMSISTERS, dans un style plus « stoner/grind » (sisi), avec des sonorités plus lumineuses, une bonne dose d’humour entre les morceaux, on sent la bande de potes là pour se marrer, là où WARFUCK était quand même sacrément prêt à en découdre. J’avoue avoir moins accroché au set des Jurassiens, désolé les gars, ce soir c’était ultra brutal le mot d’ordre pour me plaire. Une autre bière. Ultra brutal, voilà que WHORESNATION prend la scène d’assaut, et PUTAIN la claque de la soirée, là j’ai ma dose d’ultra brutalité. Les mecs viennent de Besak (Besançon pour les férus de précision), et personne ne m’avait prévenu que cette petite ville de province pouvait enfanter une telle énergie, car la claque fût magistrale. Prenons WARFUCK et sa grosse dose de brutalité, à la NASUM, et vous y ajoutez un guitariste qui fait des étincelles (ultra technique le bonhomme), un batteur monstrueux, et un chanteur qui doit arriver à se faire entendre au bar à 2h du mat’ pour commander une bière sans trop de difficultés. Coup de cœur pour la méga patate d’ultra brutalité prise avec eux, et suite à venir sur un bout de disco si je prends le temps de leur léguer quelques euros. La salle est devenue bien chaude, et sur la soixantaine que nous sommes, le pit commence à devenir bien brutal, c’est cool. Etonnamment, c’est la tête d’affiche, les Suédois de THE ARSON PROJECT, qui m’ont le moins bluffé ce soir. J’avais chroniqué le siècle dernier un EP avec un bon souvenir, et j’attendais du gros grind bien corrosif comme ce que j’avais vu avant. Et j’ai eu droit, certes à du grind, mais beaucoup trop aéré, avec des passages « lents » qui contrastaient trop avec les vitesses supra soniques du reste. Pourtant, la salle aime, car les premiers slams arrivent, et comme on est quand même comme à la maison (le Grrrrnd Zero, techniquement, c’est comme si on jouait dans ton salon), les mecs touchent le plafond en slammant, sympa s’il y avait fallu changer un néon au passage. Donc grosse ambiance, un chanteur qui hurle dans la fosse, à 30cm du public, mais c’est con on t’entend pas mon pote car ton gratteux de gauche joue ultra fort !! Alors que les précédents groupes étaient parfaitement sonorisés… Cela a fini par me gâcher la fête, et même si la fin était cool, je reste sur un meilleur souvenir de WARFUCK / WHORESNATION, que des Suédois grindeux. Et à l’image de ce live report d’un bloc pour bien vous faire mal au cerveau (t’es GRIND ou quoi ?), je ressors vidé de toutes pensées négatives, et pleinement épanoui dans ma quête du Saint Décibel. Merci à eux, merci à vous.

1 COMMENTAIRE(S)

Ainur citer
Ainur
26/04/2017 19:12
Un putain de bon concert avec whoresnation et warfuck bien au dessus du lot. Son nickel et ambiance au top, seul reproche, personne au merch pour que je dépense ma thune comme il se doit.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Arson Project + Warfuck
plus d'infos sur
The Arson Project
The Arson Project
Grind - 2005 - Suède
  
Warfuck
Warfuck
Grindcore - 2011 - France
  

Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique