chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Clutch + Valient Thorr

Live report

Clutch + Valient Thorr Le 13 Décembre 2016 à Paris, France (Le Trianon)
C’est en train de devenir une habitude, chaque hiver, CLUTCH vient donner aux parisiens leur dose de Heavy Rock musclé. L’an dernier devant un Trabendo sold out et en décembre dernier devant un Trianon non moins garni. Alors que d’autres gangs peinent à renouveler leur public, le quatuor de Germantown est parvenu à attirer de nouveaux émules au fil de sa longue carrière (25 ans et 11 albums studio). Ce soir, c’est donc un public très diversifié qui s’est rassemblé pour la date parisienne. Il y a du metalleux, certes, mais pas plus d’un quart d’une assistance autrement composée de fans de tous âges dont le point commun semble être une énergie inépuisable, une pêche d’enfer et une connaissance encyclopédique du répertoire du groupe. Chaque chanson, même les plus anciennes est accueillie avec des vivats et l’assistance ne manque pas de reprendre en choeur les paroles de tous les couplets.

La première partie un peu poussive est assurée par VALIANT THORR. C’est du Rock sudiste un peu bas du front dont le seul intérêt semble résider dans un frontman complètement barré. Arrivé après le début et mal placé, je n'ai pas réussi à entrer dans le show, desservi par une sonorisation pourrie. Profitant de l'entracte pour me rapprocher de la scène, je me positionne au milieu du pit à la limite de la zone de turbulence des pogoteurs. La salle se remplit vite et bien et le concert de CLUTCH démarre pile à l'heure, sans faire de chichis. Loin de se contenter des chanson de leur dernier opus, Psychic Warfare sorti il y a un an et dont le backdrop géant couvre le fonds de scène, les américains interprètent des chansons tirés de neuf de leurs albums. Un éclectisme méritoire qui permet, en autres, de constater que, contrairement à ce qu’en disent leurs détracteurs, les disques de CLUTCH ne se ressemblent pas tous, chacun ayant développé une ambiance particulière. Une tracklist bien troussée qui s’étire sur 17 morceaux et presque deux heures d’un show où le groupe donne tout. Pas un temps mort et pas vraiment de moment posé, exception faite d’un “Regulator” sur lequel Neil Fallon épaule sa guitare ainsi que “10001110101” et “Escape From The Prison Planet” accompagnés par Chris Brooks (LIONIZE) aux claviers. Mais ces moments de grâce mis à part, le programme de la soirée est consacrée aux morceaux rentre dedans à l’instar de ce “Burning Beard” qui ouvre les hostilités.

Le concert repose sur l’osmose si particulière entre Neil Fallon et ses trois musiciens. Le frontman totalement déchaîne porte le set à lui seul, Tim Sult (guitare), Dan Maines (basse) et Jean-Paul Gaster (batterie) se contentant de balancer un Rock de killer, totalement investis dans la production d’un groove de malade mental sur lequel leur bouillonnant chanteur peut se défouler. Ce dernier n’est pas du genre à ponctuer ses prestations de longs discours moralisateurs ou larmoyants, la communion avec le public passe par une gestuelle, une reconnaissance, une appréciation et, n’ayons pas peur du mot, une sorte d’osmose jouissive.
Au rayon des mauvaises surprises, c’est surtout du côté de l’orga et du public qu’il y aura à redire, l’une ayant placardé partout une “interdiction de faire du crowd surfing sous peine d’expulsion”, une partie de l’autre s’étant empressée de violer ladite interdiction dès que possible, entraînant, outre les traditionnels déplacements de foule quand un slammeur que personne n'a envie de porter arrive dans le secteur, de pénibles bousculades lors de chassés-croisé fatigants entre slammeurs un peu niais (pléonasme) et vigiles énervés.

Quelques jours plus tôt, à la machine à café, j’entendais une collègue dire qu’elle n’était plus très motivée pour payer 200 euros pour un concert et qu’elle préférait acheter le DVD et le regarder sur son home cinéma. Le concert de Clutch au Trianon coûtait 26 euros et je doute qu’un dvd soit capable d’en restituer l’intensité.

Setlist Clutch
1. Burning Beard
2. Cyborg Bette
3. Firebirds!
4. Crucial Velocity
5. A Quick Death in Texas
6. Your Love Is Incarceration
7. The Regulator
8. X-Ray Visions
9. Pure Rock Fury
10. Texan Book Of The Dead
11. Struck Down
12. 100001110101 (w.Chris Brook / LIONIZE)
13. Escape From The Prison Planet (w.Chris Brook / LIONIZE)
14. The Mob Goes Wild
15. Passive Restraints
Rappel
16. D.C Sound Attack !
17. Electric Worry / One Eye Dollar

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
16/05/2017 20:35
"Quelques jours plus tôt, à la machine à café, j’entendais une collègue dire qu’elle n’était plus très motivée pour payer 200 euros pour un concert et qu’elle préférait acheter le DVD et le regarder sur son home cinéma. Le concert de Clutch au Trianon coûtait 26 euros et je doute qu’un dvd soit capable d’en restituer l’intensité."

Parce que les groupes qui vendent des billets 200 boules sont des super stars, et que de toute façon, voir du Guns ou Metallica à des hauts tarifs pour rester assis ou se bousculer dans une fosse bondée comme pas poss', c'est pas vraiment des conditions idéales de live.
C'est le problème des mastodontes : ça rameute trop de monde, les gens sont hystéros, c'est hyper cher, ça perd en authenticité.
Comme dit, tu paies 26 balles pour plusieurs groupes, et ça fait son affaire Sourire Puis, là, y aura pas de DVD pour rattraper le coche : tu le vis ou c'est mort !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Clutch + Valient Thorr
plus d'infos sur
Clutch
Clutch
Stoner - 2005 - Etats-Unis
  
Valient Thorr
Valient Thorr
2001 - Etats-Unis
  

Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique