chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

METALDAYS 2017 - Mardi 25 Juillet

Live report

METALDAYS 2017 - Mardi 25 Juillet Amon Amarth + Firespawn + Katatonia + Krisiun + Mgla
Le 25 Juillet 2017 à Tolmin, Slovénie
Une nouvelle nuit courte et agitée, et un réveil encore plus galère quand on est réveillé vers 8h par d’énormes bourrasques de vent et de pluie, annonçant une nouvelle tempête. Les yeux dans le cul et la tête encore ensommeillée, nous sommes sortis des tentes pour tenir notre bâche et les tentes afin d’éviter de tout perdre, emporté par le vent. Heureusement, la tempête s’est calmée au bout d’une heure, mais le meilleur était à venir.. Prenant un peu de repos et récupérant de ces grands moments, j’avais prévu pour 18h d’entamer la journée avec KRISIUN. Malheureusement, une 3e tempête fait son apparition vers 17h, et rebolotte comme la veille avec BEHEADED, le site du festival se retrouve inondé d’eau. Nous décidons malgré tout de braver la pluie et d’aller pour 18h sur la Main Stage, pour la découvrir complètement vide : KRISIUN n’a pas pu jouer à cause du temps. Nous apprendrons l’heure suivante (ouf) qu’ils sont finalement décalés à Minuit sur la 2e scène.

On mange, on boit, on se réchauffe, on met des fringues chaudes, et direction la seconde scène pour FIRESPAWN, le super groupe Suédois en vogue. Point de fioritures, alors que nous arrivons le groupe a déjà entamé les hostilités, et c’est parti pour 45 mn de Death Metal alternant les titres entre les deux albums du groupe à date. Un all star band comme FIRESPAWN n’a pas besoin de leçons pour tenir une scène, et le sourire éclatant de LG Petrov suffirait à convaincre les plus chagrins que ces mecs adorent vraiment ce qu’ils font. Je connais plutôt bien les deux albums et l’exécution est parfaite, avec un bon retour du public, et une fin de set sur le duo d’abord pachydermique puis ultra rapide de « Lucifer has Spoken / Serpents of the Ocean » de très bon gout. LG rigole avec le public en montrant sa bedaine à bière durant la fin du set, le pit est animé et tout le monde est ravi de ce moment de musicalité Death, qui manquait un peu jusqu’alors sur ce festival.



Je retourne à la mainstage voir KATATONIA, changement d’atmosphère drastique et qui ne m’a pas réussi. Pourtant, j’adore ce groupe, mais après FIRESPAWN et étant venu aussi pour ma dose de brutalité, j’ai préféré les laisser à leur public et leurs compos mélancolicomélodiques et retourner à la seconde scène pour ne pas louper MGLA, qui m’avait mis une énorme baffe à Lyon en ouverture de BEHEMOTH.



MGLA, donc, quatuor jouant toujours masqué par des cagoules, et d’origine Polonaise comme BATUSHKA à l’affiche la veille, le raccourci est facile à faire sur la possible double appartenance des musiciens aux deux combos, partageant la même nationalité. Toujours est-il que ce soir là, c’est l’incarnation Black Metal qu’on est venu, et qui nous joue la même setlist qu’à Lyon, alternant entre « With Hearts towards none » et « Exercices in Futility ». Comme d’habitude, le groupe prône la non communication avec le public, enchainant les titres avec des visages masqués par leurs cagoules, ce qui n’empêche pas le set d’être aussi brutal qu’intense, le pit se réveillant pour l’occasion. J’ai même surpris le guitariste non chanteur à esquisser quelques gestes de contentement envers le public, ce qui semble montrer que malgré la volonté de ne rien montrer comme expression ou identité, les musiciens ont apprécié leur rencontre avec le public des Metaldays. Un bon set donc, mais j’ai préféré leur presta au Transbo avec BEHEMOTH, peut être parce que plus froide et comme c’était ma première fois, la découverte n’en était que plus forte.



Retour sur la Mainstage pour AMON AMARTH. La pelouse est blindée comme je ne l’avais jamais vu, et je me fraye difficilement un chemin vers la scène. Le public est venu en masse, et je crois bien qu’au prix du public le plus nombreux, c’est AMON AMARTH qui remporte haut la main la palme. Qui plus est, le groupe tourne énormément, mais je ne les avaient jamais vu encore, donc l’occasion était belle. Le concert a ressemblé exactement à ce que j’imaginais : un groupe rodé au possible, très théâtral (voyez ces comédiens simulant des combats durant certains titres, ou un faux dieu Loki montant sur scène), avec des postures guerrières sans oublier la musicalité. La setlist est costaud, 1h30 de set pour 16 morceaux dont 2 rappels, on en a pour notre « argent », et je n’ai pas grand-chose à dire de négatif sur une prestation exécutée aux petits oignons, si ce n’est que je suis de moins en moins fan au fil des années et que j’ai donc pris l’occasion d’un rappel pour m’éclipser vers la seconde scène, afin de ne pas louper KRISIUN qui clôturait cette journée après avoir été annulé à cause de la tempête.



Et grand bien m’en a pris, car alors que les Brésiliens démarrent leur set devant un public éparse (il est minuit passé, et AMON AMARTH n’a pas fini de jouer de l’autre côté), la fosse se remplit progressivement au même titre qu’elle s’échauffe. Passé 3 titres, une grosse partie du public m’a rejoint, et c’est parti pour plusieurs circle pits et deux wall of death auquel j’ai participé avec un immense plaisir. Le groupe, voyant le pit s’échauffer, redouble d’énergie et c’est finalement une prestation de haute volée à laquelle nous assistons alors que les titres s’enchainent. Le chanteur n’en finit plus de nous remercier pour notre énergie et d’être encore là après une telle journée, avec tant d’énergie, et les vivats du public laissent à penser que la symbiose est proche de la perfection en cette nuit. Il nous sortira un petit couplet sur le fait de rester authentique, old school, et honnête envers soi même, avant de repartir sur une cover de MOTORHEAD, dédiée évidemment à Lemmy dont la scène principale porte le nom. Finissant sur un énième circle pit très friendly (j’ai glissé par terre sur une flaque de boue et on s’est empressé de me ramasser), le concert s’achève sur une note très haute, mettant KRISIUN comme vainqueur de la journée côté concerts. Il était temps d’aller boire des Mellon Ball à la plage, à vous les studios.


DOSSIERS LIES

METALDAYS 2017
METALDAYS 2017
Août 2017
  

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
METALDAYS 2017 - Mardi 25 Juillet
plus d'infos sur
Amon Amarth
Amon Amarth
Heavy / Viking Metal - 1992 - Suède
  
Firespawn
Firespawn
Death Metal - 2015 - Suède
  
Katatonia
Katatonia
Metal/rock dépressif - 1991 - Suède
  
Krisiun
Krisiun
Death metal - 1990 - Brésil
  
Mgla
Mgla
Black Metal - 2000 - Pologne
  

voir aussi
METALDAYS 2017 - Lundi 24 Juillet
METALDAYS 2017 - Lundi 24 Juillet
Le 24 Juillet 2017 à Tolmin, Slovénie
  
METALDAYS 2017 - Mercredi 26 Juillet
METALDAYS 2017 - Mercredi 26 Juillet
Le 26 Juillet 2017 à Tolmin, Slovénie
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique